minimizza
Testi di Pisa
Tutti i testi | Testi della sezione | sezioni:

Rustichello da Pisa

Il romanzo arturiano


Indice

1. Il romanzo arturiano.

Seingneur enperaor et rois, et princes et dux, et quenz et, baronz, civalier et vauvasor et borgiois, et tous le preudome de ce monde que avés talenz de delitier voz en romainz, ci prenés ceste, et le feites lire de chief en chief; si i troverés toutes lez granz aventures qui avindrent entre li chevaliers herrant dou tenz li roi Huter Pandragon jusque au tenz li roi Artus, son fiz, et des conpains de la Table Reonde. Et sachiez tot voirement que cestui romainz fu treslaités dou livre monseingneur Odoard, li roi d'Engleterre, a celui tenz qu'il passé houtre la mer en servise nostre Sire Damedeu pour conquister le saint Sepoucre. Et maistre Rusticiaus de Pise, li quelz est imaginés desovre, conpilé ceste romainz, car il en treslaité toutes les tresmervillieuse novelles qu'il truevé en celui livre et totes les greingneur aventures; et traitera tot sonmeemant de toutes les granz aventures dou monde. Mes si sachiez qu'il traitera plus de monseingneur Lanseloth dou Lac et de monseingneur Tristain, le fiz au roi Meliadus de Leonois, que de nul autre, por ce que san faille il furent li meillor chevaliers que fussent a lour tenz en terre. Et li maistre en dira de cist deus plusor chouses et plusor battailles que furent entr'aus que ne trueverés escrit en trestous les autres livres, pour ce que li maistre le truevé eserit eu livre dou roi d'Engleterre. Mes si metra li maistre une grandismes aventures tot primieremant, que avint a Kamaaloth a la cort dou roi Artus le sire de Logres et de Bretaingne. Ci comance le grant chevalerie dou Viel Chevalier et comant il vint a cort dou roi Artus. En cest partie dit li contes, ensint con la verais estoire les tesmoingne, que messire li roi Artus estoit a Kamaaloth a grant compangnie de rois et de barons. Et sachiez tot voiremant qui i estoient a celui point maint preudomes, et propremant tuit li plusor des conpains de la Table Reonde, et ci vos e [n] nomerai lei auquanz. Or sachiez qui i estoit li roi Karados et li roi d'Yr [l] ande, que Yon estoit només, et li roi de la Stroite Marche, et li roi de Norgalles, et ceaus de Norbellande, et li roi d'Outre la Marche de Gallone et li roi de Frans, et tant des autres rois que bien i furent quatorçe rois. Et ancois i estoit monseingneur Lancelot dou Lac, et messire Tristam de Leonois, et monseingnor Gauvain, li niez au roi Artus, et m. Palamidés li Paiens li puissant chevalier, et m. Lamorat de Galles. Et si hi estoient maintes autres preudomes, et tenoient mout grant feste ensi con se convenoit, car sachiez qu'il estoit le jor de la Pentechoste. Et quant li rois et li barons et chevaliers ont mengiés, et les tables estoient hostés, et il furent lavés, atant aparut devant le palleis un chevalier armés de totes armes. Et estoit mout grant de son cors que sachiez qu'il estoit si corsus que pou ne faut qu'il n'estoit jeant. Li chevalier conduisoit une dame mout richemant acesmés, et si vos deviserai comant. Sachiez de voir que la danze estoit vestue d'un riche dras dorés, et en son chief avoit une corone d'or et de pieres presicuses. Et estoit montés sor un riche palafrois, qui estoit covert d'un riche samit vermoill jusqe as ongles des piés: elle ne sembloit pas dame mortiaus mais chouses espiritiaus. Li chevalier avoit ancois en sa conpangnie trois escuier, que li un li portoit son escus, et li autre son ieume, et li tiers son glaiviez. Ci dit coment m. Palamidés et maint autres chevalier furent abatus por li Viel Chevalier. Et quant li chevalier fu venus devant le palleis en tel mainieres con vos avés ö, il ne demore gramant qu'il envoie un de sez escuier, et le mande au roi Artus, et tel paroles con vos hoïrez. Li vallet a cui son seingnor avoit enchargiés la beiçonge s'en vait tot droitemant en la maistre sale la ou li roi Artus estoit a tel conpangnie con vos avés hoï. Li vallet s'en vait tot droit devant li roi Artus, cu'il bien connoisoit, et li dit: «Mesire roi Artus, la aval devant votre palleis est venus un chevalier a cui je sui, et si a en son conduit une des plus bielle dames et des plus vaillanz de ce monde. Et il est venus a cestui point
[p. 233]
por ce qu'il soit voiremant qu'il sunt chaienz tous les preudomes qui sont en trestous votre pooir et votre regnismes, il mande a toz li preudomes qui ci sont qu'il a amenés avech lui celle dame, por ce qu'il se veaut esprover en aus. Il mande a toz ceaus qui volent gaaignier bielle dame qu'il aillent joster a eus, et celui que l'abattira a la terre avra gaaignié sa dame, qui est bien des plus bielle dame dou monde. Mais si vos fais savoir qu'il ne a chaienz tant des chevaliers que a la terre le peûssent mettre; et ce est ce que mon seingnor vos mande». Atant se taist q'il ne dit plus. Et quant li roi Artus et toz les autres rois et barons que enluec estoient ont entandus ce que li vallet ot dit, il le tient a grant mervoille, et distrent que voiremant est li chevalier de grant hardemant. Atant ne font nulle demorance, mes tot maintenant s'en vont as fenestres dou paleis, et ont veû li chevalier et la dame que si richement estoit acesmés, dont il s'en font grant mervoille, et distrent bien entr'aux que voiremant semblent li chevalier et la dame de [grant] valors. Et la reïne Genevre et maintes hautres reïnes et dames que n'avoient ausi hoï paller vont ausi veoir, et mout se mervillent de la dame que si richemant estoit ahornez. Aprés ce ne demore gramant que m. Palamidés se met avant, et dit: « Monseingnor roi, je vos di que je aime mout bielle dames, por ce je irai voluntier gaaignier celle, c'il vos plest ». «Sire Palamidés», dit li roi, «il me plet assez que voz hi alés, et que vos gaaigniés la dame, et que vos mettés li chevalier a la terre, por ce qu'il reconnoise la grant sorcuidanse qu'il nos a mandés». Atant ne fait m. Palamidés nulle demorance, mes tot maintenant qu'il ot le conjé dou roi, il prent sez harmes astivement, et si i fu a lui armer maintes de preudomes. Et quant il fu armés mout richemant, il devalle dou palleis a la terre, et monte sour un buen chevalz que son escuier li avoit aparoilliés. Il s'en vait ver li chevalier qui e [n] mi la place estoit, qui atendoit li chevalier que alaisent joster. Et quant mesire Palamidés fu au elievalier venus, li chevalier le demande qu'il est: «Sire», fait il, «Palamidés sui només, fiz sui Esclablor le Mesconneûs ». « Sire », fet il, « Palamidés est vos? De voz ai je oï paller maintes fois, et renomés avés de buen chevalier. Mes si vos di que je ne vos sai a si buen chevalier que je lanse vuoille prendre par voz, ainz voz di que vos voz esloingnés de moi, et me venés ferir de toute votre force, et je vos serai quintaine. Et se vos mes porés abattre, vos avrés gaaigniés ceste dame que voz veés ci. Et se vos ne avrés tant de pooir que vos me peûssiés abattre, voz ne me requerés plus ne de jostes ne de mellee; et ensi firai a toz li plusor de laienz». Et quant mesire Palamidés l'entent paller en tel mainiere, il le tient a grant desdoingne. Il li dit mout ireemant: «Sire chevalier, vos pallés mout hautemant, mes dou fait serés a l'esprove prochainemant; et je croi que vos sera mestier escuz et lance». Atant ne tienent plus pallemant, ainz s'esloingne m. Palamidés bien dimi arpant, il baisse les glaivies et urte chevaus de sporonz. Et vient ver li chevalier que s'estoit aparoilliés de son escu seulemant, car lanse ne prist il mie. Que vos en diroie? M. Palamidés vient si grant alleûre qu'il ne sembloit pas chevalier, mes foudre et tenpestes. Il vait ferir li chevalier mout hardiemant, et quant il vient au jondre des glaivies, il le fieri sor l'escu de toute sa force, et bliçe sa lance. Et aprés le bliçemant se hurte en lui d'escu et de cors et de visajez si duremant que m. Palamidés cheï a tot son chevaus a la terre tiel atornés qu'il ne set c'il est nuit ou jor. Ne li chevalier ne se mue ne pou ne grant, ainz demore plus fermeemant que s'il fust un piler de marbre fichés. Et quant li roi Artus et tous les autres roi et baronz ont veû l'affer de la jostes en quel mainieres estoit alés, et ont veû tot cleremant que li chevalier ne avoit pris lanse, et que m. Palamidés estoit ensint alés a la terre, il s'en font tuit grant mervoille. Et dient que voiremant est li chevalier li plus poisant homes qe il veïssent a jor de lour vie. Et monseingnor Gauvain, que bien avoit veû comant m. Palamidés avoit estés abatus, et avoit oï ce que li chevalier lour avoit mandés, il n'est mout iriés. Il se fait maintenant aporter sez armes, et se fait harmer astivemant as preudomes oui i estoient. Et auant il fu bien armés et aparoilliés, il devalle dou paleis, et monte sour un buen chevaus que mout estoit fort et isniaus, et quant il est montés, il s'en vait maintemant ver li chevalier. Et quant il furent ensemble, m. Gauvain ne le salue pas, mes li chevalier li demande qu'il est. Et il respont come par
[p. 233]
corrus: «Vassal», fet il, «Gauvain sui apelìés, li roi Loth d'Orcanie fu mon pere ». Et quant li chevalier entent que cestui estoit m. Gauvain, li niez au roi Artus, chevalier preuz et vaillanz, il li dit. «Sire Gauvain, tot li monde vos tesmoingne a buen chevalier, [mes je] vos di que je sui tel chevalier que je ne prendrai lanse par voz, ainz vos serai quintaine ausi con je fiz a mesire Palainidés, et se voz mes porés abattre, voz avrés gaaigniés ceste dame ». «Je ne sai », fait m. Gauvain, « ne de votre escuz ne de vottre lanse, mes je firai tot mon pooir de vos abatre tot maintenant ». Aprés ceste pallemant ne font nul deleamant, mes tantost messire Gauvain s'esloingne dou chevalier bien une archiez; il baisse sa lanse, et urte chevaus de sporonz, il vient ver li chevalier tant con il puet dou chevalz trere; il le fiert sour l'escuz de toute sa force, il bliçe sa lanse. Et aprés le bliçemant se hurte en lui si duremant, a ce qu'il trueve li chevalier si fort et si duremant fennée, <qu'> il convient qe m. Gauvain aille a la terre mout fellenessemant, et li chevalier demore plus fermeemant qu'il n'avoit fait devant. Et li roi Artus et toz les autres s'en font greingnor mervoille que devant, car sachiez de voir qu'il prisent tuit m. Gauvain a buen chevalier. Et la reïne Genevre et toutes les <autres> damez et damoiselles que ceste deus jostes ont veti s'en mervillent assez. Que voz en diroie? Li tierz chevalier qui hi aloit fu mesire Lamorat de Galles, buen chevalier et preuz et vaillanz mervillieusemant, car poi n'avoit en tot li monde de meillor. Il bliçe ancois sa lanse sour li chevalier, mes ne le remue ne pou ne grant. Li quart fu m. Ghariet, li freres monseinguor Gauvain, chevalier de grant valor; li quint m. Beord de Gaunes; li seïsmes m. Yvain, le fiz au roi Hurien; li septisme m. Sagremor le Desereés, li otismes m. Blioberis de Gaunes; li novismes m. Siguradés, chevalier de grant renomees; li disismez Separ, li frerez de m. Palamidés, li meillor ferior de lanse que l'en trovasse ne pres ne loing; li hunçismes m. Hestor de Marés, li freres m. Lancelot dou Lac, que ausi estoit mout buen josteor; li doçismes messire Givret de Lanbelle. Tuit cist chevaliers, que doçe furent, alent tuit les uns aprés les autres a ferir sor li chevalier, et a toz fu li chevalier quintaine, et tuit li bliçent lour glaivies sovre, ne de selle ne le remuent pas. Ancois de cist doçe chient bien li nof, dont il n'a grant noisse par toute la cort, et s'en font grant mervoille, et dient que cestui ne est mie chevalier, mes foudre et tenpestez. Coment monseignor Tristan fu abatus por le ansien chevalier. Quant monseingnor Tristan ot veû tant de sez conpangnons aler a la terre, et propremant de ceaus qu'il priçoit tant de chevalerie, il n'a grant ire, il ne se puet plus tenir. Il dit: «Or aille comant il pora aler, car je irai joster au chevalier pour vengier la honte mes conpangnons se je onques porai. Neporquant je puis bien dir seûremant qe cestui est le meudre chevalier dont je hoïsse paller en tote ma vie». Atant se fait armer hastivemant, et s'i fu a lui armer maint rois, et li roi Artus meïsmes et m. Lancelot l'aïdent armer. Et quant il fu bien armés et aparoilliés, il devalle dou paleis a la terre et monte sour un buen cheval fort et isniaus, ils'en vait ver li chevalier. Et m. Tristan, qui mout estoit cortois chevalier, il le salue tantost qu'il fu a llui venus. Li chevalier li tent son salus bien et sajemant, et le demande qu'il est. «Sire», fet il, «Tristam de Leonois m'apellent ceaus qui me connoissent». «Hay5, sire Tristan», fet il, «vos soiés li tres bien venus ensi con li tneudre chevalier dou monde. Et vos di voiremant que je refusast voluntierz la jostes de voz, pour le grant bien que l'en dit par tot li monde de vos. Mes ma dame qui la est, a cui je sui, mez ha defendus que je ne refuse jostes de nul chevalier de la meison li roi Artus. Mais je firai tant por le amor de l'aute chevalerie que vos avés en voz; vos firai je tant d'onor que je prendrai mon glaivies». Atant apelle un de sez escuier, et se fait baillier un buen glaivies cort et gros. Atant se esloingnent les uns da les autres bien une harpant. Et quant li roi Artus et toz les autres rois et baronz et dames que veont esloingner li chevaliers, il crient tuit a une vois: «Or poira l'en veoir bielle jostes. Car ce est m. Tristan de Leonois qui vait joster au buen chevalier! ». Et quant li chevaliers furent esloingnés, il ne font nul deleanient, mes tot maintenant baissen les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz. Et vient les un ver les autres de si grant allegre qu'il senbloit que la terre se deûst fondre desot eaus, car li chevaus estoi [en] t fort et isniaus, et li chevaliers qui desus estoient sont preuz et puissant; il venoient si hardiemant qu'il semble foudre et tenpestes. Et quant il se
[p. 234]
vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force. M. Tristan bliçe sa lanse, et li chevalier fiert lu si roidemant qu'il li perce li escuz et li auberz, et li met le fer dou glaivies parmi l'espaulle senestre, et li fait une grant plaie. Et le porte a la terre tel atornés qu'il ne mue pié ne main, ainz gist a la terre tiel atornés con c'il fust inorz. Et li chevalier s'en vait houtre parformir son poindre. Et quant tuit ceaus que a le fenestres estoient ont veû m. Tristan en tel mainiere geçir a la terre, il lievent le cri et la noisse si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant. Comant li roi Artus et monseignor Lancelot furent abatus por li Viel Chevalier. Et monseingnor Lancelot, qi voit tant de sez amis a la terre, et voit ancois m. Tristan son cier amis que ensi giçoit a la terre qu'il sembloit mort, il a si grant ire car pou qu'il ne muert de duel. Il dit car, tot soit li chevalier li plus puissant homes dou monde et que plus est da redouter, si se veaut il avant mettre en aventure qu'il ne prochacast de vengier la honte sez conpangnons; car se il ne feïsse son pooir, l'en le le poroit torner a coardie. Atant se fait aporter sez armes, et se fait armer astivemant, et si i furent a llui armer maintes preudomes. Et quant il fu armés bien et richement, il desmonte le degré dou palleis, et monte sour un buen chevaus, et s'en vait ver li chevalier. Lors se lieve grant cri par toz ceaus qui le voient aler, et dient: «Or poira l'en veoir monseingnor Lancelot a l'esprove dou buen chevalier!». Et quant m. Lancelot fu a llui venus, il le salue, et cil li rent son salus bien et cortoisemant. «Sire», fet li chevalier a m. Lancelot, «qui est vos que joster volez a moi?». «Sire», fet il, «Lancelot dou Lac sui només, fiz fui au roi Band de Benuie». Et quant li chevalier entent que cestui estoit m. Lancelot dou Lac, li tres buen chevalier, et qu'il estoit l'ome au monde cui il plus avoit hoï nomer de haute chevallerie, il li dit: «Haï, sire Lancelot! Mout est grant la renomee de vos par tot li monde, et si voiremant m'aït Dex con je avoie grant desirier de joster moi a voz, et la Deu merci li tens en est venus. Et je firai bien tant par voz con je fis par m. Tristan, car je josterai a vos a lanse ». «Sire chevalier», dit mesire Lancelot, «vos m'avés demandés mon nom, et je le voz dit cortoisemant, et pour ce voz pri por amor de chevalerie que vos me diés votre nom et votre estre». «Sire Lancelot», fait li chevalier, «mon nom ne poés vos savoir, qu'il m'est defendus a cestui point que je ne le die ne a voz ne a autres a ceste fois. Mez je vos di qu'il ne alera gramant de tenz que voz savrés mon nom, mes si vos di que voz ne i avrés gueirez preu quant ce sera». Et quant mesire Lancelot hoï ensi paller li chevalier, et voit qu'il ne li veaut dir son nom, il s'en souffre atant. Il ne font nul deleament, ainz se esloingne les uns da les autres, il baisen les glaivies et hurten chevaus de sporonz, il vienent les un ver les autres les glaivies baissiez si grant alleûre qu'il semblent vent. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force. Mesire Lancelot bliçe sa lanse, et li chevalier fiert lui si roidemant qu'il ne remaint <ne pour les escus> ne pour les auberz qu'il ne li mette le fer dou glaivies parmi le pis, et le porte a la terre mout fellenessemant, et l'enavre mout en parfont. Et li chevalier s'en passe houtre parfornir son poindre, et m. Lancelot giçoit a la terre ausi pasmés con c'il fust trepassés dou seicle. Et quant li roi Artus et toz les autres, et madame la reïne Genevre, et toz les autres dames que ce ont veû, se il avoient fait devant grant cri et grant noisse, ore a cestui point la font il assés greingnor pour le amor monseingnor Lancelot, qu'il avoient doutte q'il ne fust mors. Atant demande li roi Artus sez armes que l'en li aport maintenant. Et quant la reïne Genevre voit que son baron demande sez armes, elle s'en vient tantost a llui, et se laisse cheoir a sez piez, et li dit: «Ha, mon seingneur, merci, pour la douce Mere Deu, aiés pitié de voz meïsmes! Et que est ce que vos volés fere? Volés vos aler a votre mort? Or ne veés voz que tant preudomes sunt alés a la terre por le chevalier? Et voz volés encore aler a vottre mort? Je vos di voiremant que se vos hi alés, que je mes ocirai a mes deuz main! ». Li roi la fait hoster devant lui, et dit qu'il ne s'en remanderoit pour rien dou monde. Et quant tuit lez autres rois et baronz que voient que lour seingnor li roi Artus velt aler voiremant a joster au buen chevalier, il li distrent tuit: «Sire, sachiez de voir que voz volés faire chouçe de nonsaichant, car un tel home con vos est, et que tant gent remirent a vos, et voz vos volés mettre en si grant perils con d'aler joster a celui ou tant preudomes hont fallis,
[p. 234]
et que vos poroit si mescheoir a cestui point que tot li monde n'avroit domajes». «Seingneur», dit li roi, «sachiez tot voiremant que je ne m'en remandroie pour rien dou monde, ne par toute ma terre». Lors jure tant con il puet jurer qu'il ira tot maintenant, et comande mout ireemant que l'en li aport tant tost sez armes. Et quant ceaus virent la voluntés lour seingneur, il convient qu'il faicent son comandemant, et li aporterent herament sez armez, et l'arment au miaus qu'il puent. Et quant li rois et li barons virent armer li roi Artus lour seingnor, toz les autres quatorçe rois se font armer a grant hastesse pour fere conpangnie au roi. Et quant il furent armés bien et richemant, il devallent tuit dou paleis, et montrent tuit en lour chevaus. Et quant il furent tuit aparoilliés et armés, li roi Artus se met a aler tot seul ver li chevalier, mes nul de li autre ne i ala pas a cestui point. Et quant les genz virent aler li roi, lour seingneur, a si grant perilz con d'aler joster au buen chevalier, il n'ont grant doutte et grant peor, et prient tuit nostre Sire et sa douce Mere que le defent de mecianse, et qu'il le rent eaus sain et haitié. Et les dames que a le fenestres estoient preurent tote de pitié, et prient toute Deu et sa Mere qui le defent et gart. Mes la reïne ne puet pas souffrir qu'elle voie son baronz aler a si grant aventure, ainz s'en ala en sa chanbre, et se get sour son lit mout desconfortee, et mout demenoit grant duel et mout se deme [n] t. Et ancois avroit fait pis se ne fussent les autres dames que ne la [la] issent, ainz la reconfortent duremant. Et quant li roi fu au chevalier venus, il ne le salue pas, ainz li dit mout par corrus. «Es tu fentesmes ou enchantemant, qui estes venus par tot mon ostel mettre a bonte?». «Et comant», fait li chevalier, «es tu donc sire de cestui hostiaus?». «Voirement en sui je sire», fet il. «Donc est vos li roi Artus?» fait li chevalier. «San faille sui je Artus roi de Brettaingne, que te firai honte et desnor!» Et quant li chevalier soit certainemant que cestui estoil messire li roi Artus, celui qui est tenus au plus preudomes dou monde, il li dit mout cortoisemant: «Mesire roi Artus, voz ne avés pas raison de fere moi honte ne desnor con voz dites. Car sachiez de voir que je fui grant amiz dou roi Huter Pandragon votre pere, <et si fis jadis plus pour lui que pour nul autre chevalier de son ostel; et pour l'amour de votre pere> voz di je que je aime assez vos. Et voluntierz refusastes la joste de vos se je peûsse, et vos rendisse mon espee. Mais si voi [r] emant m'aït Dex, et me done bone sentence le jor beneoit, comant je ne puis, mais josterai a voz contre ma voluntez». Quant li roi Artus entent ensi paller li chevalier, et que fu amis son pere, il pense tot maintenant que ce soit aucun ansien chevalier de ceaus de <la> maison son pere, et por ce dit qu'il veaut connoistre li chevalier, s'il onques puet. Lors <li> dist: «Sire chevalier, vos m'avés fait entendant que fustes amis mon pere, et encor me dites qui estes moi; mes malemant me l'alés mostrant, car estes venus par tot mon ostel mettre a honte! Mes totezvoies, por ce que vos dites qui estez mon amis et de mon pere, voz pri je que voz mez diés votre nom et votre estre». «Sire roi», fet li chevalier, «sachiez de voir que mon affer ne metra a honte votre hostiaus, car quant voz savrés le fait votre cort n'avra henor, et non desnor. Mes mon nom ne mon estre ne poés savoir a cestui point, mais je vos di que je le vos firai savoir avant gramant de tenz, et voz pri tant con je poroie prier a mon amis et a mon seingnor que ne voz en poise de ce que je vos ai escondit mon nom et mon estre». Et quant li roi voit qu'il ne puet enprendre le nom ne l'estre dou chevalier, il ne li tient plus pallement, ainz se esloingne de lui tant con il fu convenabie. Li chevalier, quant il voit que li roi Artus s'estoit esloingnez por joster a llui, il dit contre son cuer que pour henor de la roiautés, et por coi il set qu'il est mout preudomes et homes de si grant valor, li fira il tant d'onor qu'il jostera a llui a lanse. Et atant s'aparoille de la joste. Et quant li roi et li chevalier furent aparoilliés, il ne font nulle demorance, ainz hurte tot maintenant. Et vient li roi les glaivies baissiez tant con il puet dou chevaus trere. Il vienent andeus mout hardiement, et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escu de toute lour force. Li roi bliçe sa lanse, et le chevalier fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant, et li fait une grant plaie e [n] mi le pis. Et s'en vait houtre parfornir son poindre. Et quant tuit les autres rois et baronz et chevaliers er reïnes et dames et damoiselles virent li roi Artus lour seingnor geçir sour la terre en tel meinieres, il quident tot voiremant qu'il soit mors. Il ont tuit ci grant deulor car pou qu'il ne morent de duel; il battent lour paume
[p. 235]
ensemble, il lievent un cri et la noisse ci grant que l'en ne oïst le Deu tonant. Et m. Gauvain et m. Lancelot et m. Tristan, et autres chevaliers assez qui avoient estés abatus, que ja s'estoient relevés, quant il virent le lor seingneur geçir en tel mainiere, il ont doutance qu'il ne soit desviés. Il s'en vont heramant celle part, et li hostrent li heume de chief pour acoillir le vent. Et li roi ovri les iaux et getent un grant souspir de cuer parfont, et puis dit: « Ha, Sire Deu, aïde moi!». M. Gauvain et maint hautres le demandent comant il se [se] nt. «Seingnor», fait li roi, «sachiez tot voiremant que je sui enavrés duremant, et vos di que en tote ma vie je ne fui si aspremant encontree. Et voiremant ce cestui est chevalier terreine, dir poés seûremant qu'il est li meillor chevalier et li plus puissant qe fust iamés veûe. Mais san faille je ne croi qu'il soit chevalier, mais foudre et tenpestes, car nos peon dir tot seûremant que voiremant avon noz trevés a cestui point tiel chevalier qui passe de joste tuit li chevalier que jamés portassent armes ansienement ne novellemant. Et se il est si buen chevalier as brand comant il est de lanse, il se puet bien tenir qu'il est celui que ne a per eu monde». Atant qu'il parloient entr'aus dou chévalier, atant es vos venir li roi Karados, arraés de toutes armes mout richeinant ci acesmés bien a mainieres de roi. Et li roi Artus ci mesire Lancelot ci toz les autres qui enluech estoient le connoissent bien, il distrent entr'aus: «Veés ci venir li roi Karados qui nos vient fere conpangnie». Que vos en diroie? Li roi Karados, que bien avoient veû que li chevalier avoit tant preudomes mis a la terre, il s'en vait ver lui con grant doutte. Et quant il fu a lui venus, li roi Karados le salue mout henorablemant; li chevalier li rent son salus assez sofissianmant, et por ce qu'il voit qu'il estoit si richemant acesmés, pense il bien qu'il soit homes de grant valor. Il li demande qu'il est. «Sire», fait il, «li roi Karados m'apellent celz qui me connoisent». Et quant li chevalier entent que cestui est li roi Karados, il dit encontre son cuer que por henor de la roiautés se jostera a eus as glaivies, ci li dist: « Et comant, sire, est voz roi?». «Oïl voir», dit li roi, «et toz ceaus que voz veés la montés et armés, que volent joster a vos, sunt ausi rois». Aprés ceste paroule il ne font nul deleaiemant, ainz se esloingne les uns da les autres, il baissen les glaivies ci se vienent au ferir de sporonz mout hardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escuz de toute lour force. Li roi Karados bliçe sa lance, et le chevalier le fiert si roidement qu'il le porte a la terre mout fellenessemant, ausi con il avoit fait <de> les autrez, enavrés mout duremant. Et li chevalier s'en passe houtre parfornir son poindre. Et aprés ce que li roi Karadoz ot estés abatus, il ne demore grament qu'il hi vieni li rei Yon d'Yrlande, armés et montés mout richemant. Il ala joster au chevalier, et bliçe sez glaivies, et li chevalier fait de lui tot autretel con il avoit fait de les autres, car il le porte a la terre enavrés a mort. Et puis hi ala li roi Aguisanx d'Escoce, ci autretant hi gaaigne con avoient fait les autrez, car il fu abatus a la terre mout durement enavrés. Que voz en diroie? Sachiez tot voiremant que quant tuit li quatorçe rois qui pristrent lour armes avech li roi Artus, tuit alent joster au chevalier, ci tuit bliçent lour glaviez sour lui, mes de selle ne le remuent ne pou ne grant. Et li chevalier les abati tuit a la terre mout cruelmant, car sachiés tout voiremant qu'il estolent tuit li plusor d'eaus enavrés duremant. Et quant li chevalier ot abatus tant entre rois et barons et hautes homes con je voz ai contés, et il demore puis une grant pieces pour veoir se nul venist plus avant pour joster. Et il voit que nul hi venoit, il se hoste son escuz de cuel, que bien estoit de la moitié greingnor que ceaus des autres chevaliers, ci estoi mipartis de blanc et de noir, et le baille a son escuier, ci les glaiviez ausint. Et puis s'en vient la ou li roi Artus estoit con tuit ceaus qu'il avoit abatus. Et atant paroule, ci dit: «Sire roi Artus, sachiez de voir qu'il a plus de quaranz anz que je ne portai armes, mais ai demorés mout en repoust, et si sachiez que je ai passez plus de cent vins anz d'ages. Mes je avoie granz desirier d'esprover votre chevalier avant que je dou seicle trepassastes, pour ce qu'il avoient grant renomee de chevalerie par toz li monde. Et por ce avoie je voluntés de voir le pooir des chevaliers de cestui tenz, pour savoir li quelz estoient meillor chevalier, ou li ansienz ou li noviaus. Preuvés l'ai, la Deu merci, et vos fais certain d'une chouçe: que je connuit jadis tiel deus chevaliers, qui trepassés sunt ansienement, que tuit li chevaliers que sunt en votre hostiaus a cestui point, por coi il fussent jusque en ducenz, il les avront tuit mis a la terre les uns aprês les autres. Et si vos nomerai ci li quelz furent ceaus deus: li un fu mesire Ector le Brun, cestui fu li ainznés, et cestui fu bien parfeit
[p. 235]
chevalier et puissant et preudomes, le plus que fust a son tenz eu monde. Les autres fu Galeot li Brun, que fu fiz de m. Ettor; voiremant cestui san faille fu bien chevalier de grant valorz, bien le meillor de toz le seicle a son tenz. Des autres assés ne voz di je,que furent des plus noviaus et des plus ansienz, comant fu Febuz, que de haute chevalerie passé tot li monde». Atant se taist li chevalier que il ne dit plus. «Sire chevalier», dit li roi Artus, «nos avon veû tot apertemant que vos est tot li meillor chevalier et li plus poissant que nos veisimes en tot nostre vivant, et par vos veons nos tot cleremant que li ansienz homes furent miaux et plus vaillent que ne font ceaus que sunt ore parmi le monde, et tot ensi con vos avés devisés et dit creon nos. Mais nos voz prion tant con nos peûsson prier a notre amis et pour henor de chevalerie, que vaz nos diés qui vos est et votre estre, car sachiés de voir que nos le desirion mout a savoir». «Mesire roi», dit li chevalier, «je vos pri pour amor qui ne vos en poise de ce que je ne vos dirai mon nom ne mon estre a cestui point. Mais sachiez de voir que je vos manderai mon nom et mon estre, et ce sera prochainemant, et sachiés de voir que je sui votre amis et votre bienvoillant». Et quant li rois et li barons que enluec estoient ont entandus la voluntés dou chevalier que ne se veaut descovrir de son estre, il li distrent: «Sire, quant vos ne vos volés descovrir votre estre et votre nom, or nos faites tant par henor de chevalerie et par votre bontés que vos demorés avech nos deus jorz ou trois, si nos assenerés li quelz furent buen chevalier ansienemant». «Seingnor», fait li chevalier, «sachiés tot voiremant que je ne demorai pas a vos a cestui point, et de ce ne vos en poise, car san nulle faille je ne puis autre a cest fois. Mes je vos creant loiaumant come chevalier que je vos firai savoir tot mon estre, et ne passera gramant de tens». Atant ne fait plus deleament, mes li chevalier tot maintenant comande li roi Artus et toz les autres rois et baronz a Deu, et se met au chemin entre lui et la dame et sez escuiers, et chevauche sa voie ver la foreste de Kamaaloth. Mes atant se taist li contes un petit dou chevalier, qe bien i savra retor [ner] prochainemant, et torne a paller dou roi Artus et de tos les autres rois et baronz et quens et chevalier qui enluech estoient. Or dit li contes que quant li roi Artus et toz les autres rois et barons et chevaliers que avoient estés abatus, quant il virent que li chevalier et la dame s'estoient partis, il s'en aloient tuit en la maistre sale dou paleis. Si se firent desarmer, et mandent tout maintenant par tuit li buen mire que en la ville estoient. Il regardent tot primieremant li roi Artus, et truevent qu'il estoit enavrés duremant. Il le lavent et bendent au miaus qu'il puent, et distrent qu'il ne avoit garde de mort, et qu'il le rendront prochainemant sain et haitié. Et aprés regardent m. Lancelot et m. Tristan, et les autres rois et baronz, et lavent et bendent lour plaies, et treuvent qu'il estoient enavrés mout en parfont, mais ci distrent qu'il ne i avoit nul que aûsse garde de mort. Et quant il furent bendés et asettés, et li roi dit entre sez baronz: «Seingnor», fet il, «vos avés veû en cestui ior d'ui tot la greingnor mervoille et aventure que avennisse au nostre tens eu monde, et propremant a notre cort, et dont nos en peons avoir greingnor mervoille. Et pri chascuns qu'il die se il set ou par nom ou par pensemant qui cist chevalier fu, et nepourquant je voz di tot voiremant que je ne puis croire qu'il soit chevalier, mes aucun enchantemant. Mes toutes fois il nos dist tantes chouses ansiene, et de tant viel chevalier nos paroles, qu'il nos done creance qe il soit chevalier terreine. Mais je ne puis penser qu'il soit, et por ce vos demande se nul de voz set que li chevalier est». Atant respondirent m. Lancelot et m. Tristan et maintes autres baronz et chevaliers, et distrent: «Sire roi, sachiés tot voiremant que de la jornee d'ui avon nos tot la greingnor mervoille dou monde. Et peons bien dir tot hardiemant que nos avon hui truevés tot li meillor chevalier et li plus puissant, et celui que la greingnor mervoille a fait en cestui jorz que feïstes jamés ansienemant ne de noviaus nul chevalier. Et c'est bien la plus mervillieuses aventures que avenist jamés eu roiames de Logres, et san nulle faille ce est bien aventure de mettre en ecrit entres les aventures de la Table Reonde. Car tot soit elle de notre honte et non de notre henor, si est elle bien de mettre en cerit sour toutes les aventures que avenissent jamez en tout li monde. Et dou chevalier vos dions nos tot voiremant que nos ne savon qu'il est, ne peon quidoir ne penser qu'il puet estre, mez tant voz dions nos voiremant qu'il est tout le meillor chevalier que homes mortiaus veïssent onques mais». Mout s'en font grant mervoille qu'il puet estre, et mout en tienent grant pallemant de cestui fait. Et li roi fist venir un clerges, et fist mettre en ecrit tot l'affer de ceste aventure de chief en chief. Mes le nom dou chevalier ne dit il pas, por ce qu'il ne le savoient mie. Mes le livre le
[p. 236]
voz nomera en avant, et sachiez tot voiremant que certe novelle et aventure, qui vousist regarder le tenz et les aventures qui avindrent pour li tens, ne seroit pas de mettre en ecrit en cief de cestui livre, por ce que tiel novelles sunt ecrit en cest livre aprés cest que furent assez devant. Mes por ce que maistre Rusticiaus le truevé eu livre dou roi d'Engleterre tout devant, en fist il chief de son livre, por ce qu'elle est la plus bielle aventures et la plus mervillieuses qui soit escrit en trestous li romains dou monde. Mes atant laisse li contes a paller dou roi Artus et de tous les autres rois et baronz, et torne li maistre a paller d'une mout belle aventures, et traitera dou Viel Chevalier meïsmes et d'une damoiselle qui s'en vait aprés lui. Ci devise com li Viel Chevalier s'en vait avech la damoisele de Listinois, et coment delivre la damoisele et sa mere. Li contes dit que a Kamaaloth a la cort dou roi Artus estoit venue une damoiselle de si loingaine terre come de Listinois, et avoit demorés en la cort dou roi Artus bien un mois, [et] li demandoit toz jorz aïde. Car je voz fais savoir que ceste damoiselle estoit fille a une vielle dame que fu seuror a mesire Lamorat de Lystinois. Et l'avoit mandés sa mere au roi Artus por quere aïde, car un grant quens que son voisin estoit, et que mout estoit poissant d'avoir et de terre, et por ce que la dame ne avoit baron ne homes que la deffendist, cestui quens li avoit tollue maintes terres et maint chastinaus, et l'avoit aseigés dedenz un chastel bien a .C. chevaliers. Et li quenz estoit dehors bien a .IIII. .C. chevaliers, et estoi demorés a l'aseiges de celui chastiaus bien dimi anz, et avoit jurés sour li Sainz qu'il ne s'en parteroit jusque atant qu'il avra la seingnorie dou chastiaus. Et la dame ot conseill a sez homes, et ceaus li loent qu'elle mandast au roi Artus por aïde. Et por coi li roi Artus n'aûst greingnor pitié, i distrent il qu'elle hi 'nvoiasse sa fille. Et por ceste achaions estoit venue la damoiselle a cort dou roi Artus, et li avoit maintes fois demandé aïde, et li avoit dit qu'il li dora aïde et seucors. Et quant ceste damoiselle ot tant demorés en la cort con voz avés hoï, et ceste aventure avint dou buen chevalier, et la damoiselle avoit veû la grant mervoille que cil avoit fait, et voit comant li chevalier s'en vait, elle, ensi come saige damoiselle qu'elle estoit, dit contre son cuer que cist chevalier poroit bien seucorre sa mere. Atant ne fait nulle demorance, mes tot maintenant monte a chevaus entre lui et deus vallet qui avech lui estoient venus par lui fere conpangnie. Elle ne prent pas conjé dou roi, mais se met a la voie pour le chemin dont elle avoit veû que li chevalier estoit alés. Elle chevauce si hastivemant qu'elle ot atint li chevalier et la dame. <Et quant>la damoiselle ot atint li chevalier, elle se devalle dou palefrois a la terre, et sejette a jenoilz devant au chevaus dou chevalier, et crie merci au chevalier qu'il li entende ce qu'elle li voudra dir. Li chevalier, que veoit la demoiselle ensi a jenoilz, et <que> li crioit merci si pietusement, il n'a grant pitié, il li dit «Bielle douce amie, hostés sus tot heramant, et demandés ce que voz voudrés, car je vos creant loiaumant que je vos aiderai de tot mon pooir». Lors se drece en estant la damoiselle, et li dit: «Ha, franc chevalier et jentilz, aiés pitié de moi et d'une moie mere que de mout grant ages est, et mettés conseill e [n] mon affer! Car sachiez de voir que nos somes les plus desconsiliés femes dou monde, et celle que greingnor tors nos est fait». Li chevalier, quant il entent ensi paller la damaiselle, il n'a si grant pitié que lermes li venoient as ieaus, et li dit: «Damoiselle, or mes asennés dou fait, et je vos creant loiaument que je ne voz faudrai l'aïde de tot mon pooir». «Grant merci», dit la damoiselle, «et je vos conterai maintenant». Atant comance en tel mainieres: «Sire», fet elle, «il est voir que je ai une mere <que> de mout grant aages est, et fu seuror a Lamort de Listinois, que mout fu buen chevalier, et celui Amorat se morut au tens dou roi Huter Pandragon. Et quant il se trepassé, il ne laissé nul enfant, dont tote sa terre remest a ma mere, et la tien aprés sa mort grant tenz en pes. Or avient que or novellemant est creûs eu païs un quenz que mout cruels est, <et> marçsoit a nostre terre. Et cestui quenz, ensi come cruelz homes qui est jeunez, et ne est si sennés come mestier seroit, et il est mout poissant et de terre et d'avoir. Et quant il voit ma mere qene avoit baron ne home que la defendisse, il nos vient sour nostre terre. et por ce qu'il a assés greignor pooir de noz, et il nos a tollue maintes terre et maint chastiaus, et un seulemant nos estoit remés. Et il venus con tot son pooir, et aseige li chastianus bien a .IIII.C. chevaliers. Et ma mere est dedenz, et a avech li bien cent chevalier. Et quant ma mere se voit a si grant meschief, elle m'envoie au roi Artus pour quere aïde. et li roi m'avoit hotroiés de mettre buen conseill en
[p. 236]
mon afer. Mais quant je vi hui la grant chevaliere que vos feïstes en la place de Kamaaloth, je dit a moi meïsmes que je ne poroie avoir meillor conseill ne mellior haïde que li vottre. Et por ce me mis je aprés vos, et la Deu merci treuvés vos ai. Dont je vos cri merci, pour la douce Mere deu, que vos veignés avech moi pour aidier ma mere de celui maveis homes». «Damoiselle», fait li chevalier, «je te fais savoir qu'il a plus de quaranz anz passésque je ne portai armes se non hui, tant seulemant con vos meïsmes dites que veïstes; ne ne avoit voluntés de plus fere d'armés. Mais quant je regart a votre affere que estes a si grant meschief et si desconsiliés, me fait ensi le quer changier que je vos di que je sui celui que mon cuer osterai de ce qu'il s'avoit propensee, et me vuoill travailler de votre beiçonge. Et ancois le me fait fere un autre choçe, que je vuoill que vos sachiez: que m. Lamorat de Listinois fu grant mon amis. Et por ce soiés tot seûremant car je prent desormais vottre afere spr moi, car je vos aiderai de tot mon pooir». «La Mere Deu voz en rent buen guerardon», dit la damoiselle. Atant monte sour son pallefrois, et se met au chemin avech li chevalier, et chevauchent tot celui jor jusque au soir. Et quant li soir fu venus, li chevalier fait drecier un mout riche pavilonz e [n] mi la foreste, et enluech demorent la nuit, et ont bien tout ce que mestier fu eaus, et por lour et pour lour chevaus. A l'endemain bien pour maitin se lievent, et montrent en lour chevaus. Et chevauchent tant par lour jornés sanz aventure treuver que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus en Terre Forraine mout en repoust leu, et enluech sojornent trois jorz. Au quart jorz montrent a chevaus entre li chevalier et trois sez escuierz, et la damoiselle et trois sez vallet. Et acomandent la dame a Deu, que ne la moine mie li chevalier avech lui, et se mistrent au chemins. Et chevaucent tant qu'il ne arestrent lour aler qu'il furent venus en Lystinois, pres au chastel a trois liegues, et enluech demorent jusque au soir. Et quant la nuit fu venue, il chevauchent tant qu'il furent venus au chastiaus. Et la damoiselle, que bien savoit le leu dont l'en pooit maius aler eu chastel, le moine en tel mainieres qu'il entrerent dedenz le chastiaus, enci qe cil que dehors estoient ne s'en apercevent ne tant ne quant. Et quant il <i> furent, desmontrent e [n] mi la maistre forteressce. Et quant la mere voit sa fille, elle li fait grant joie et au chevalier ausint, mes non mie si grant con elle eûsse fait ce elle seûsse qu'il estoit. Que vos en diroie? La dame fist aparoillier a souper richemant, et menuien et boivent aaiçemant. Et quant il estoient a les tables, et la dame et le hautres qui hi estoient ont bien veû et regardés li chevalier, il s'en font grant mervoille de ce qu'il le voient si vielz et que le voient ci grant et si corsus. Et quant il ont mengiés, il ont hostés les tables, et la dame trait a repoust sa fille en sa chanbre, et fait apeller jusque a doçe chevaliers, li plus saiges que eu chastiaus estoient, mais li chevalier ne i fu pas. Et quant la dame voit sez chevalier en sa chanbre, elle li dit: «Bielle fille, est cestui chevalier l'aïde que li roi Artus nos envoie? Mauveisemant avés prochaciés notre beiçogne selonc mon avix, car quidoie que voz eûssiés amoinés m. Lancelot dou Lac, ou m. Tristan de Leonois, ou m. Gauvain, li niez au roi Artus, ou m. Palamidés li Paienz, ou des autres buen chevaliers de la Table Reonde jusque a doce chevaliers. Et vos avés amenez un si vielz chevalier que semble que ait plus de cent anz d'ages! Et malement avés fait <ce> por ce que je voz envoiai a la cort dou roi Artus». Et quant la damoiselle ot bien entandus ce qe sa mere li avoit dit, elle respont: «Mere, merci pour Deu! Ne me blamés mie jusque atant que vos savrés miaus le fait que vos ne savés encore. Et vos di tot voiremant que je vos ai amenés meillor seucors que se je vos eûsse amenés .XX. li meillor chevalier que soient en toute le cort dou roi Artus. Car sachiez sanz nulle faille <que> je voz ai amenés li meillor chevalier et li plus poissant que soit en tot ceste monde, que je voz di de voir que je li vit fere la greingnor mervoille d'armes que feïsse jamés nul chevalier ne ansienement ne novellemant. Car sachiez de voir que je li vit abattre en un jor plus de .XXX. chevaliers li meillor de l'ostiaus dou roi Arus. Et entr'aus furent ceaus que je vos nomerai ci: il i fu m. Lancelot dou Lac et m. Tristan de Leonois; et m. Palamidés li Paienz et m. Gauvain; et monseingnor li roi Artus, cui je dovoie nomer primieremant; et Hestor de Marés et m. Lamorat de Galles; et des autres tant que bien furent .XXX. entre rois et barons et chevaliers de grant renomee. Et de ce soiés vos tot aseûr qu'il est meillor chevalier dou monde». Et quant la mere et li chevaliers que enluech estoient ont hoï ce que
[p. 237]
la damoiselle avoit dit, il n'ont mout grant joie, et distrent qu'il firont grant honor au chevalier. Atant s'en vont tuit ensemble la ou li chevalier estoit, et la dame et tuit li chevaliers se humilent mout ver lui, et li offrent serviz et henorz. Que voz en diroie? La dame ne tient plus pallemant a lui, por ce que travailliés estoit assés, car sanz faille il avoient chevauchiez maintes iomés, mais le fait moiner en une chanbre, et vallet le coucierent mout henorablemant. Et se dormirent aaiçement jusque au jors. Et quant l'endemain fu venus, li chevalier se lieve, et vait oïr la messe dou saint Espirit. Et atant furent les tables mises et le mengier aparoilliés, si se desnerent en la maistre sale, et si i furent tuit li plusor des chevalier dou chastiaus. Et la vielle dame et maintes autres dames et damoiselles estoient en celle meïsmes sale, mais san faille ne estoient a les tables des chevaliers, mais as autres tablez. Et mout fasoient grant joie et grant feste au Viel Chevalier, et le henorent plus que c'il fust li roi Artus meïsmes. Et quant il ont mengiés et les tables furent hostés, et toutes les dames et damoiselles dou chastiauz estoient en celle sale asemblé, atant se drece en estant li buen chevalier, et parole en tel mainieres: «Dame», fet il, «je sui venus par votre beiçons achever, et votre fille mes a fait entendant que ceste quenz que dehors est voz a tollue vottre terre, et que encore voz veaut il tollir cest chastiaus, et a toute ceste choçe ne a droit. Dont je vuoill savoir par vos et par cist preudomes que ci sunt se il est ensi con ceste damoiselle mes a fait entendant». Atant respont la dame, et dit: «Sire chevalier, ensi voiremant m'aït Dex et sa Mere, et voz dont venir a buen chief de cest fait, comant il est tout ensint con ma fille vos a fait entendant». Et aprés la dame distrent maint chevaliers que «voiremant est il ensint come notre dame et sa fille voz ont dit». «Donc», dit li chevalier, «desormais me conbaterai je plus seûremant, quant je sai que li droit est dever noz. Car sachiez tot voirement que celui que a le droit a Damedeu avech lui, et celui que a tiel Sire a conpainz et de sa partie, seûreniant se puet conbattre. Et por ce, seingnor chevaliers, quant nos avon le droit, et que avon tiel chanpions avech nos con est nostre Sire, seûremant nos peons conbattre e [n] contre nostre enemis. Car c'il fussent de la moitié plus genz qu'il ne sunt, a le grant droit que nos avonz et le buen chanpions, si vos di tot voiremant que nos li metrons a la voie. Et voz lou que a l'endemain noz mettonz a la voie et au chanp por conbatre a notre enemis». Et atant se taist li chevalier, ne ne dit plus. Et quant li chevaliers dou chastiaus hont hoï ensint paller li chevalier, il distrent entr'aus que voiremant est saiges li chevalier, et que mout a bien pallés. Et dient qu'il firont tot ce qu'il lour comandera, et qu'il ne li faudront tant con il aûssent la vie eu cors. Et quant li Viel Chevalier voit la bone voluntés des chevaliers dou chastiaus, il n'a grant joie dedenz son cuer. Il prent tot maintenant un vallet, et li dit: «Tu alerai tot droitemant tantost au quenz, et li di que je sui un chevalier de grant agez, et qui a plus de quaranz anz passés que je ne portai armes; mais por le grant houtrajes que je ai oï dir qu'il fasoit a ceste dames sui je venus. Et que je li mant que s'il veaut rendre toute sa terre a ceste dames, et s'il se velt hoster de l'aseige de ceste chastiaus, q'il me plet assés. Et se il ce ne veaut fere, si li faites savoir con je li mant qe je li alerai demain sovre, et qu'il se aparoille, qu'il me veira demain au chanp por defendre la droiture de ceste dames». Li vallet respont que ce fira il bien. Atant se part li vallet et se met a la voie, et s'en vait tot droitemant eu chanp. Et desmonte e [n] mi le pavilonz dou quenz, la ou il le trueve a grant conpangnie de chevaliers. Li vallet salue li quenz bien et sajemant, et li quens li dit que bien soit il venus. «Sire quens», dit li vallet, «un chevalier a cui je sui voz mande tel paroules con vos hoïrés: je voz fais savoir qu'il est un estranges chevalier, que bien a plus de cent anz d'ages, et qu'il est plus de quarans anz qu'il ne porte armes. Mais por ce qu'il a entandus le grant houtrajez et le grant tort que voz faites a ceste dames, dedenz est il venus. Et vos mande que se vos volés rendre toute la terre que voz avés tollue a la dame, et ancois que voz vos hosterés de l'aseige de ceste chastiaus, il li plet bien. Mes se ce ne volés faire, il voz fait savoir q'il vendra demain au chanp por conbattre a vos et a votre jenz. Et si voz mande que se vos fuissiés de la moitié plus jenz que vos ne avés, si vos quide mettre a desconfitture, tant set que la dame a grant droiture; et ce est ce que mon seingnor vos mande». Et quant li quenz ot oï ce que li vallet li ot dit, il le tient a une fable, et dit au vallet qu'il se torne a son seingneur, et qu'il li die, c'il est forssennee, que sa forsennerie li poroit faire grant domajes. Et quant li vallet ot hoï la response dou quens, il ne se puet
[p. 237]
tenir qu'il ne li die: «Sire quens, a l'endemain porés veoir se mon seingneur est saiges ou forsennee». Atant se part li vallet sanz prendre conjé au quenz, et chevauce tant qu'il fu venus eu chastiaus, la ou il trueve son seingnor, et li conte tot a mot a mot ce que li quenz li mande. Atant dit li Viel Chevalier entre li chevaliers dou chastiaus: «Seingnor», fait il, «nos avonz fait tot ce que a droit convient, et avon mis la raisonz dever nos. Et por ce vos pri que chascun s'aparoille entre hui et ceste nuit de tot ce que a battaille mortiel convient, si que a l'endemain nos alonz esprover a nostre enemis; et que chascuns soit vaillanz homes, et que la mort ne prisiez un esporonz le droit defendant!». Et li chevaliers li respondirent qu'il en firont tot lour pooir. Que voz en diroie? Par tot li chastiaus se fait grant apareillemant de tot ce qu'il veont que lour eûsse mestiers. La nuit dormirent mout pou, car tuit atendoient con grant doutte le jor de l'endemain, car sanz faille il connoisent bien qu'il avoient a fere a trop bone jenz et granz. Et quant l'endemain fu venus, li chevaliers se lievent tuit, et alent hoïr la messe dou saint Espirit, et battent lor coupe de lour pechiez. Et puis se armerent au miaus qu'il puent, et montrent en lour chevaus. Et quant il furent montés et aparoilliés, li Viel Chevalier fist fere une battaille et une bainieres seulemant, et i mist buen conduiseor. Et aprés hoissirent bors dou chastiaus, et se mistrent ad aler ver li chanp dou quenz. Et les dames et damoiselles et vallet, et toutes lesjenz dou chastiaus que annes ne poroient porter, estoient montés as quernaus pour veoir la battaille, et tuit prient Damedeu et sa Mere que pour lour pitié donast le onor de la battaille a lour homes. Et quant li Viel Chevalier et les autres qui avech lui estoient, que bien puent estre jusqe a cent chevaliers, furent pres au chanp dou quens a une abaletrie, il comande que la banieres ne aille plus avant. Atant s'arestrent tuit enluech par le comandemant lour seingnor. Et por coi li fist ensi arester li Viel Chevalier? Por grant cuer, car il voit que li quenz ne sa jenz ne estoient aparoilliés, car il li paroit fere grant coardie de asaillir li chanp tant con il fussent desgarnis. Et par ceste achaionz fist il arester sa genz, por ce qu'il se peûssent aparoillier, car li quenz ne avoit fait nul aparoill, car il avoit eû a fable tot ce que li Viel Chevalier li avoit mandés. Et quant li quens et sa genz virent venir les genz dou chastiaus si ordreemant, il crient tuit: « As armes, as armes! ». Il se armerent et montrent en lour chevaus heramant. Et quant il furent armés et aparoilliés, li quenz fist fere deus battaille, et en chascune mist buen conduiseor et ducens chevaliers. Atant se mistrent ad aler verz les jenz dou chastels bien et sajemant, les une battaille avant les autres. Et quant li Viel Chevalier voit venir li quens et sez homes, il comande tot maintenant a lour chevalier qu'il laissent corre sour lour enemis ardiement. Et celz que ont eû le comandemant de celui cu'il avoient a seingnor, il ne font nul deleament, mais tot maintenant baissent les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz, et vont verz lour enemis bien con chevalier de grant valors. Et quant la primiere battaille dou quens virent venir lour enemis en tel mainieres, il ne font senblant qu'il soient de rienz esbais, ains vont contr'aus au ferir de sporonz mout hardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sor l'escu de toute lour force. Il i fu si grant l'esfrocier des lanse que ce fu une grant mervoille; or peûst veoir chevalier verser a la terre et chevaus trebucier, or peûst hoïr la crie et la noisse si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant. Que vos en diroie? Li Vielz Chevalier ne fait d'armes a celui point, car il voloit que avant fussent toutes les genz dou quenz en la mellee. Et quant li quens voit que la mellee estoit si comenciés, et voit les homes dou chastiaus que estoient si pou de jenz et qui sunt venus si ardiemant, il s'en fait grant mervoille, et comande tot maintenant a ceaus de sa banieres qu'il laissent corre sour lor enemis si aspremant qu'il ne remaingne un seul a chevaus. Et quant les homes dou quens ont eû le comandemant lour seingnor, il ne font nul deleament, ainz baisent les glaivies et mistrent
[p. 238]
chevaus a sporons, et laissent corre sor lour henemis hardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il mistrent assés de ceaus dou chastel a la terre. Il li maumenent si malemant, a ce qu'il estoient pou de genz enver celle dou quens, qu'il ne puent plus souffrir, ainz convient a fine force qu'il greppissent la place. Et de ce ne sunt pas da blasmer, por ce qu'il avoient mout bone chevalerie contr'aus. Et quant li Viel Chevalier voit que li quens et toute sa gens estoient en la battaille, et voit que sa genz ne puent plus souffrir, il dit que desormais poroit il trop demorer. Atant ne fait plus deleament, il enpuingne sa lanse et hurte chevaus de sporons, il vait ferir ver la greingneur presse qu'il voit de sez enemis. Il fiert le primier chevalier qu'il encontre si roidement qu'il le porte a la terre tiel atomés q'il ne a mestier de mire. Et quant li chevalier ot abatus celui, il ne s'areste pas sor lui, ainz en fiert un autre de celui poindre meïsmes si fort qu'il le flatis mout duremant a la terre. Que vos en diroie? Li chevalier fiert le tiers et le quart et le quint et le seïsmes, il fait tant entre de lanse et dou pis dou chevaus et de soi meïsmes qu'il abati en son venir plus de vins chevaliers. Et quant li Viel Chevalier ot bliçés sez glavies, il mist main a l'espée, qe mout estoit grant et fomie. Il se met entre sez enemis si hardiemant con fait le leup entre le berbis, il comance a doner grandismes coux a destre et a senestre, il arache heume de teste et escu de cuel, il trebucie chevaus et chevalier a la terre. Il ne atint chevalier a droit coux q'il ne le mette a la terre, il fait si grant mervoille d'armes que tuit ceaus que en la battaille se conbattoient en sunt tuit esbaïs, ensi li amis con li enemis. Et quant li chevaliers dou chastel virent la grant mervoille et le grant domajes que li Viel Chevalier fasoit de lour enemis, il en croist chascuns en force et en pooir et en bonbant. Il corrent sour lour henemis mout hardiemant, et comencent la mellee assés plus asspre que devant. Il en vaillent assés de miaus que devant ne au comencement; il domajent mout lour enemis. Et quant li Vielz Chevalier ot veû sez chevaliers que ensi sunt acordés a bien fere, il n'a grant joie, il ne demore pas en leu, ainz vait parini la renz abattant et ociant chevalier et chevaus, il fait tant qu'il est plus redoutés que tonoir. Il ne senble pas chevalier, mes foudre et tenpestes, car sachiés tot voiremant qu'il ne fu onques nul chevalier que tant feïstes en un jorz grant mervoille d'armes con cestui fist. Et sanz faille il fait si grant maus de lor enemis qu'il n'i a nul si hardis e [n] tote la place, quant il ont esprovés le chevalier, qu'il l'oçast atendre, ainz li fuient devant ensint con font le bestes devant le lyons. Que vos en diroie? Sachiés que la jenz dou quens ne puent souffrir le grant domajes que li Viel Chevalier fasoit d'eaus. Et ce ne est pas mervoille, car sanz faille li Viel Chevalier mo [n] tre en celle mellee si grant mervoilles d'armes que la stoire nos tesmoingne; car se m. Lancelot ou m. Tristan ou m. Palamidés, ou cinquant des meillor chevalier de la Tabie Reonde fussent a celui point avee les homes dou quens, si ne avront peû souffrir le grant pooir dou Viel Chevalier. Et por ce que les homes dou quens, quant il ne puent plus souffrir, il se tornerent en fuie tant con il plus puent. Et li Viel Chevalier et les autres chevalier dou chastel, quant il virent que lour enemis sunt tornés a desconfiture, il li chacent plus de deus liegues, et toute fois li aloient abattant et ociant; il en font trop grant domajes. Et quant il ont mantenue lour chacie une grant pieces, il ne li chacent plus, ainz s'en tornerent arieres. Et pristrent li quens et bien cent chevaliers de lour enemis, et li moinent dedens le chastiaus. Et s'en alent en la maistre forteressce, et li Viel Chevalier se fist desarmer et li autrez chevalier ausint. Et la dame et tuit li chevalier dou chastel font si grant henor au Viel Chevalier con c'il fust un cors saint. Et quant li Viel Chevalier fu desarmés, il comande que li quenz et sez chevaliers soient mis en bone garde, et ancois dist que l'en alast en la place la ou la battaille avoit estés, et qu'il preïssent tuit li mors, ensi li enemis con li amis, et qu'il le feïssent enterrer en terre beneoit. Et il le fìrent tot ensint con il avoit comandés, et la jenz a bandon dou chastel s'en alent tuit eu chanp dou quens, et pristrent le tref et pavillons et les arnoiz qu'il i treuvent, que assés furent. Que vos en diroie? <La nuit> se dormiren't et repousent jusque au jors. Et quant l'endemain fu venus, et tuit li chevaliers furent levés, ceaus que sain et haitié estoient, car san faille il n'i avoit assés d'enavrés, li Viel Chevalier li fait tuit asembler en la maistre sale, et aprés li Viel Chevalier paroule en tel mainieres: «Seingneur», fet il, «Damedeu nos a donés grant grace, que avés en votre pooir celui que vos ha fait si grant domajes. Et de ce dovés savoir buen gré a nostre Sire et a sa Mere, ne ne dovés monter en orgueill ne en bonbant, ainz en dovés estre plus hunble et meillor. Or, quant voz avés en votre pooir votre enemis, et que en poés faire a votre voluntés, si vos lou je que voz faichois pes a lui, et que soiés buen amis et buen voisinz». Et atant se taist qu'il ne dit plus. Lors se met avant un chevalier, qui mout estoit saiges et enparlés, et dit: «Monseingnor, voz noz avés hostés de grant perilz, si con de perdre la vie et notre terre, et estes les omes au monde que nos miaus dovons amer et tenir a seingneur. Or nos avés mis devant tot ce que a nostre affere est buen, con de fere pes a ceste quenz. Et je vos di que la pes se puet fere assez bone, et vos diroie comant: il est voir que cist quenz qe nos avon pris est mout
[p. 238]
jentilz omez, et riche de terre et d'amis, ne ne a feme. Et madame que ci est ha une fille tiel, con vos poés veoir, qui est enseingnés et saiges, et est bien d'ausi haut lingnee con est li quenz, et si a maint chastiaus et maintes terres. Et por ce seroit buen que l'en li donast ceste damoiselles a tote sa terre et chastiaus, et en ceste mainieres seromes buen amis, et les avromes a seingneur; et ce est le meillor de lui et de nos». Atant se taist li chevalier qu'il ne dit plus. Aprés cestui distrent maint autres preudomes que ce seroit buen, et li Viel Chevalier dist a la dame se elle veaut ensint con cist chevaliers ont dit. «Sire», fet elle, «vos est nostre seingnor, et s'il plest a vos et a cist autres chevaliers, nos le volons bien». Et li Viel Chevalier et toz lez autres distrent qu'il le volent voluntiers, et la dame et sa fille dient qu'elle le volent bien. Atant comande li Viel Chevalier que l'en li amenast li cuens et doçe chevaliers de ceaus qui avech lui estoient pris. Lors s'en vont maint chevaliers, et ont amenés li quens et doçe autres chevalier o lui. Et quant il furent en la maistre sale, et li quens et sez chevalier ont trovés si grant jenz, il ont grant doutte et grant peor de morir. Et quant li quens fu devant li chevalier, il le salue mout hunblement. Li chevalier li rent son salus, et li fait aseoir dejoste lui. «Sire quens», fait li Viels Chevalier, «voz avés veû que pour le grant houtrajes que vos avés fait a ceste dames, nostre Sire Deu vos en a fait venir a tel point que l'en vos poroit bien mettre a mort. Et por ce veés que la gherre et l'otrajes ne est pas bone, mais mauveis durement. Et por ce que la pes est bone, voz lou je que voz faichois pes a ceste dames. Et je sai que voz ne avez feme, ne la dam [oisell] e ne a baron, et voz est de grant lingnee et elle ausint. Dont je voz lou et conseill que vos la damoiselle prennés a feme a totes sez terres et chastiaus, et feites pes et soiés buen amis». Quant li quens entent ensi paller li chevalier, il n'a grant joie dedens son cuer, car il avoit devant peor de morir. Il ne demande conseill a sez homes, ainz respont au Viel Chevalier, et li dit: «Sire, tot ce que vos mes comanderés et enchargierés, firai je». Lors fait li Viel Chevalier venir avant la dame et sa fille, et fist venir un prester et fait mettre l'aneaus a la damoiselle; et fu donés pour feme au quenz Ghiot, que ensi estoit il apellés. Et li confés qu'il a pour doaire de sa feme li chastiaus et le terres qu'il li avoit tollue, et ancois li chastiaus de Belloé, la ou il estoient. En tel mainieres fu donés la damoiselle de Listinois, que Aleyne estoit apellés, pour feme au cuens Ghiot. Et quant ceste mariages fu fait, et fermés bone pes entr'auz, atant comance por le chastel la joie et la feste mout grant, et toute la gherre et la malvoillanse q'il avoient eû devant sunt tornés en grant amors et en grant bienvoillanse. Et ensi set fere nostre Sire Deu, cellui qui est plein de toute pitié. Que voz en diroie? Bien un mois dure la joie et la feste par tot le chastiaus, et toute fois i demore li Viel Chevalier, et tuit li fasoient si grant henor con c'il fust un cors saint. Et maintes fois le requirent de son estre et de son nom, mais il lour ne en dist rienz, dont il n'avoient grant ire et grant corrus. Qant li Viel Chevalier ot demorés en cest chastiaus plus d'un mois, si dit qu'il veaut torner en son païs. Et a l'endemain se lieve bien pour maitin, et quant il ot hoï le servise nostre Sire, il prent sez armes et se fait armer. Et quant la dame et sa fille virent que li Viel Chevalier s'en veaut aler, elle s'en vindrent a llui, et li distrent: «Sire, noz ne savon qui voz est, dont il nos en poise duremant. Mais quant il vos est pleû de non descovrir le votre nom ne votre estre, il nos en convient souffrir. Mes quel que voz soiés, noz vos avon a nostre seingneur, et tout quant noz avonz de pooir en dir et en fere est a votre comandemant, car sanz faille voz est les homes au monde que noz dovonz miaus amer». Et li Viel Chevalier le mercie assés, et dist q'il est lour amis et lour bienvoillant. Atant se trecomanderent a Deu. Li chevalier monte a chevaus entre lui et trois sez escuiers, et se met au chemin por retorner en son païs. Et li quens et tuit li chevalier dou chastiaus montrent, et <le> convoient toute celle jomees. La nuit herbergierent en un chastels que au quens estoit, la ou il ont toutes chouses assez sofissianmant. A l'endemain bien pour maitin se lievent et montrent en lour chevaus, et se mistrent au chemins, et li quens et sez chevalier le convoient bien .VIII. liegues. Et quant il les ont tant convoié con voz avés hoï, li quenz et tuit sez chevaliers offrent au Viel Chevalier serviz et onor, et li distrent qu'il sunt sez chevalier a tout lour vivant. Et li Viel Chevalier le mercie assez, et dit qu'il veaut estre bien lour amis. Atant se trecomanderent a Deu, et li quenz et sez homes s'en tornerent a lor ostiaus, et li Viel Chevalier et sez escuierz se mistrent au cheminz, et chevaucent maintes jomés sanz aventure
[p. 239]
treuver que a mentovoir face en contes. Il chevaucent tant qu'il furent venus eu roiames de Norbellande. Coment l'Ansien Chevalier mist a desconfiture Sadoc et vinz chevaliers. Et un jors qu'il chevauchoit par une grant forestes, atant encontrerent une grant conpangnie de chevaliers qe bien puent estre jusque a vins. Et se aucun me demandoit que li chevaliers estoient, je diroie que cestui estoit un chevalier que Sadoc estoit només, et tuit les autres estoient a llui. Il estoit un des plus cruelz homes de ceste monde, et voloit trop grant maus a tuit li chevalier herrant. Et tuit ceaus qui trovoit en forestes ou loingne de genz, et il peûst venir au desus de lui, il li mettoit tuit a la mort. Et sanz faille s'il voloit lour maus, ce n'estoit grant mervoille, que sachiez tout voiremant que chevalier errant avoient ocis le pere de cestui Sadoc, qui estoit un buen chevalier des meillor dou monde. Et quant Sadoc voit cestui chevalier, il n'a grant joie, car il voit qu'il les a truevés si en repoust qu'il li mettra a mort si que jamés ne sera seû. Lors comande a un de sez chevalier, qui mout estoit preudomes, qu'il aille joster au chevalier. Et celui que li comandemanz son seingnor ne ouçe refuser, ne fait nul deleamant, mes tot maintenant broche de sporons et vait ver li chevalier que encore estoit auques loingn. Et quant il fu a llui venus il ne le salue pas, ainz li dit: «Danz chevalier, gardés vos de moi, car a joster voz estuet». «Sire chevalier», fet il, « alés de pars Deu, car je ne vuoill la joste de voz, ne de nul autres, car sachiez de voir qu'il a mout grant tenz queie ai laissiés ceste costume, et grant beiçonz est le por coi je vais ensint». «Sire chevalier», fet cil, «sachiez de voir queje ne puis refuser la joste de vos, que mon seingnor que la est les mes a comandés». «Sire chevalier», fait il Viel Chevalier, «quant vos est a seingneur, alons a llui, et li firon savoir mon affer. Et je croi qu'il soit tant saiges et tant cortois que quant il savra mon affer, qu'il me laiera aler tot quitemant». «Sire», ce dit il chevalier, «quant vos ce volés, il me plet assés». Atant ne font plus deleament, ainz s'en vont tot maintenant la ou Sadoc estoit. Et quant li chevalier fu a llui venus, il le salue mout cortoisemant. Et Sadoc a grant poine li rent son salus. «Sire», dit il Viel Chevalier, «cestui m'apelle de joste, et je vos di que quant je aloie querant aventures ensint come chevalier herrant vont, ne refusast pas la jostes. Mes sachiés de voir qu'il a grant tenz qe je ne portai armes, et de ce que vos me veés ensi aler, le me fait fere grant beiçons; dont je vos pri que voz ne m'arestés de rienz, mais me laissiés aler tot quitemant». Et quant Sadoc hoï ensi paller li chevalier, il li respont aspremant: «Sire chevalier», fet il «defendés voz tant con voz porés, car je voz fais savoir que vos ne poés ale sanz jostes et mellee a cestui point, mais te convient morir, ou voz noz metterés tuit a desconfiture». Quant li Viel Chevalier hoï ensi paller Sadoc, et voit qu'il ne puet passer sanz jostes et mellee, il en est mout corruciés. Il respont a Sadoc mout ireemant: «Vassal», fet il «quant je voi que ne me volés laissier passer sanz joste et mellee, et veés que je sui si ansien homez, je vos di tot voiremant que voz ne estes ici tant de chevalier que je ne voz met tuit a outrance en cestui jorz». Atant apelle un de sez escuier, et se fait baillier li escus et lez glaivies et l'ieume, et s'aporoille de la joste. Et quant il est aparoilliés que rien ne lli falloit, il dit contre Sadoc et sez chevaliers: «Vassal», fet il, «la Deu merci je sui aparoilliés de la joste, et li avrés prochainement». «Vassalz», ce dit Sadoc, «vos pallés mout orguelieusemant, mes je le vos firai achatter chieremant». Lors comande Sadoc a celui chevalier a cu'il l'avoit primieremant coamndez la joste, qu'il aille heramant joster au chevalier. Aprés ceste paroule ne font nulle demorance, ainz se esloingne les uns da les autres, il baissen les glaivies et hurten chevaus de sporonz, et vient les uns vers les autres mout hardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force; il chevalier bliçe sa lanse, et li Viel Chevalier fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre enavrés a mort. Li Viels Chevalier, quant il a celui abatus, il ne s'areste pas sour lui, ainz s'en vait verz les autres les glaivies bassiés, et lour dit qu'il sunt tuit mors. Il fiert le primier chevalier qu'il encontre si aspremant qu'il le porte a la terre tiel atornés qu'il ne a mestier de mire. Il ne fiert le tierz et le quart et le porte aussi a la terre. Et quant Sadoc et sez chevaliers virent ce, il laissent corre tuit sour li Viel Chevalier, et le fierent tuit a une fois devant et derieres et d'eschin. Et tuit bliçent lor glaivies sour lui, ne de selle ne le remuent ne pou ne grant. Et quant li Viel Chevalier ot bliçes sez glaivies, il mist
[p. 239]
main a l'espee, et comance a doner grandismes cous a destre et a senestre. Il arace escus de cuel et heume de teste, il met chevaliers et chevaus pour terre, il fait tant qu'il est plus redoutés que tonoir. Il ne atint chevalier a droit coux qu'il ne le porte a la terre enavrés a mort; il ne semble pas bomes mes foudre et tenpestes. Il fait si grant mervoille d'armes que Sadoc et sez chevaliers en sunt tuit esbaïs. Et [sachiés] tot voiremant que [...] chevalier Sadoc ne ne [...] a chevaus que .X. et [...] [quant] il ont tant souffert qu'il ne puet plus souffrir c'il ne volent morir, il se mistrent maintenant a la fuie tant con il puent de lour chevalz traire. Et quant li Vielz Chevalier vit qu'il les a mis a desconfìture, il ne li vait pas enchauchant, ainz baille a son escuier son escus et son glaivies et son ieume, et se met au cheminz, et chevauche toute celle jornee jusque au soir. Et lors le porte aventure a un mostier de nonain, la ou il herbergie celle nuit aaiçemant, car li freres de laienz le onorent et servirent de tot lor pooir. A l'endemain bien pour maitin se lieve, et ale oïr le servise nostre Sire, et puis monte a chevaus et acomande li freres de laens a Deu. Et se met au chemin bien pour maitin entre lui et sez escuiers, et chevauce celui jor jusque a midi sanz aventure trover. Atant furent entree en une forestes mout grant, et chevauchoit mout pensif. Ci devise la grant bataille que fu entre li Viel Chevalier et Kara [ca] dos li grant chevalier. Et quant il ot auques chevauchiez pour la foreste, et il oï crier une dame qui fasoit mout grant noisse. Li chevalier, tot maintenant qu'il hoï crier, il s'en vait celle part mout hastivemant. Et quant il fu la venus, et il ot trovez une mout bielle dames, mais san faille elle estoit auques de ages. La dame avoit en son ghiron uns chevalier que enavrés estoit tot novellemant. Et quant la dame voit li chevalier, elle li dit mout pietusemant: «Ha, jentiz chevalier, aiés merci d'une si desconsiliés dame con je sui!». Li chevalier qe voit la dame que si duremant se deme [n] t, et que li crie si pietusemant merci, il n'a grant pitié. Il li dit: «Dame, sachiés de voir que je mettrai tot le conseill que je porai en votre corrus apaier». «La Mere Deu vos en rende guerardon se vos en moi mettés conscill», fait la dame. «Dame», dit li Viel Chevalier, «cestui <chevalier> que crisi est enavrés dites moi qu'il est, et l'achaionz por coi il est ensi enavrés ». « Sire », fait la dame, «ce vos conterai je herament: sire, il est voir que ore [n] droit chevauchavames par ceste foreste entre cestui chevalier, que mon baron est, et moi, et une moie fille. Or avint que noz encontrames le grant chevalier que Karacados est apellés, qui est bien le plus cruel homes dou monde. Et tantost qu'il vit ma fille que pucelle est, si li plet tant qu'il la voloit avoir par soi. Et mon baron, que buen chevalier et preudomes est, li dit qu'il ne la pooit avoir, et qu'il est sa fille, et qu'il la defendroit contr'aus et contre,tuit ceaus dou monde. Atant comencent mellee et jostes, et ensi con mecianse le veaut, et encore que Karacados est plus poissant, torne le peior sour mon baron, et les ha tel atomés con vos poés veoir car il le laisse pour mors. Et quant il les ot tiel atornés, il prist ma fille et l'enmoine avech lui, et ce m'a mis si grant duel a cuer queje ne qier jamés vivres. Et por ce, franc chevalier, voz cri merci que voz nos seucorrés, et que vos alés aprés li chevalier, et vos conbattés a llui. Et se aventure veaut que vos la peûssiés recovrer, vos nos avrés randue la vie et hostés de grant deulors». «Dame», dit li Viel Chevalier, «conbien puet estre esloingnés celui chevalier que vottre <fille> enmoine?». «Sire», fet la dame, «sachiés de voir qu'il ne puet estre esloingnés dimi liegues, et s'en vait ceste voie», et li mostre quelz. «Dame», ce dit li chevalier, «or ne voz esmaiés mie, mais reconfortés voz, que je voz creant loiaumant que je en firai tot mon pooir de recovrer vottre fille, et priés Deu que nos en doint grace». « Et a la Mere Deu place que ensi soit», dit la dame. Atant se fait baillier li chevalier son escus et sa lance, et s'aparoille de tot ce que mestier li estoit, et puis dit a sez escuierz qu'il l'atendissent enluec tant qu'il revendra. Aprés ceste paroles li chevalier ne fait nulle demorance, ainz se met a la voie celle part que la dame li avoit mostree. Il chevauce tant et si hastivemant qu'il ne ot chevauciez une liegues qu'il ot atint li chevalier qe la damoiselle enmoine. Il hurte de sporonz tant qu'il l'ot atint, il le salue assés cortoisemant. M. Karacadoz li rent son salus assez sofisianmant, car sachiés qu'il estoit saige chevalier. «Sire», fait li Viel Chevalier, «je vos pri pour amor et pour henor de chevalerie que voz ceste damoiselle me bailliés, car je l'ai promise a chevalierie que voz ceste damoiselle me bailliés, car je l'ai promise a rendre a sa mere, et de ce voz en savrai buen gré, et se voz enn autres
[p. 240]
mainieres le feïstes, vos feitez contre chevalerie, car vos savés bien que nul ne puet mettre main en damoiselle qui soit pucelle tant qu'elle fust avech son pere ou sa mere. Et vos savés tot certainemant que ceste damoiselle est encore pucelle, et que l'avés tollue a son pere et a sa mere». Et quant Karacados hoï ensi paller li chevalier, il soit tot voiremant qu'il dit verités, mais tant est cruel homes, et tant li plaçoit la damoiselle, <qu'il> li respont: «Sire, voz porés dir tant con voz plaira, car la damoiselle ne rendrai ne a vos ne a autres tant con je la peûsse defendre». «Hay5, sire», fet li Viel Chevalier, «ne vos place que mellee soit entre nos, car sachiez que se voz ne la me rendrés par buen gré, que je la conquisterai parforce d'armes». A cest mot fu mout corruciés Karacados, et li dit: «Vassalz, il ne me chaut ne de vottre pes ne de vottre gherre. Car vos dites que la volés conquista par force d'armez, dont je te fais savoir que se vos fuissiés tiel quatre con voz estes un seul, si la quideroie je defendre». «De ce scrés vos a l'esprove prochainemant», dit li Viel Chevalier, «dont il me poise, se Dex mes saut». «Ne sai coment il allera», fait Karacados, «mes selonc mon quidier, je croi qu'il vos en poisera avant que voz partois de moi». «Ne sai comant il alera», fait li Viel Chevalier, «mais ce verés heramant, et voz aparoillés, car a la joste est venus tot maintenant». Aprés ceste paroule ne font nul deleament, ainz se esloingnent, il baissen les glaivies et mistrent chevaus a sporons. Et vient les uns verz les autres mout hardiemant, car sachiez que li chevaus estoient fort et isniaus, et li chevalier que desus estoient sunt preus et puissant. Il venoient de si grant alleûre qu'il ne semblent pas chevaliers, mais foudre et tenpestes. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force. M. Karacados bliçe sez glaivies, et li Viel Chevalier fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant, et s'en passe houtre parfornir son poindre. Et quant messire Karacados se voit a la terre, se il a ire et corrus, ce ne fais pas a demander, car sachiez sanz nulle faille qu'il a si grant ire car pou qu'il ne muert de duel, car il n'estoit acostumés de tel affere, ce est de cheoir, mais de tant li avint bien q'il ne fu enavrés. Il se lieve mout vistemant, con celui qui mout estoit fort et ligiers. Il ne fait nulle demorance, mes tot maintenant mist main a l'espee, et vient verz li chevalier mout hardiement, et le trueve que ja enmenoit la damoiselle: «Danz chevalier!» fait Karacadoz, «ne e [n] menés la damoiselle plus avant! Car adonc la quidiés voz avoir gaaigniés par une joste? Non mie, car je la defendrai a mon pooir, carje ai veû maintes fois car un mauveis chevalier abat un preudomes, et vos en defendés, ou volés voz a chevaus ou volés a piés, car je vos desfi! ». Et quant li Viel Chevalier voit qu'il ne puet passer se parmi la battaille non, il dit que ja Deu ne vuoille qu'il se conbat a nul chevalier que a pié soit tant con, il fust a chevaus. Et por ce desmonte il tot maintenant, et baille son chevaus a la damoiselle meïsmes, que doucemant prioit la Mere Deu que dont le onor de la battaille au chevalier qui par li se conbat. Et quant li Viel Chevalier fu desmonté, il se met l'escus devant et mist main a l'espee, et vait ver m. Karacados qui ne le refuse pas. Il cort les uns sour les autres mout hardiemant, il se tredonoient grandismes coux de lour espee trinchant, et comencent une meslee mout dure et pesmes. Or puet l'en veoir au chanp deus li greingnor chevaliers et li meillor et li plus poissant qui soient en trestous ceste monde, car je voz fais savoir que Karacados est bien ausi grant et ausi corsus que pou s'en faut qu'il n'estoit jeant. Et cist deus chevaliers sanz nulle faille estoient bien le greingnor chevaliers et li plus poissant que l'en trovast en tot li monde. Il se donent grant coux, il ne se vont pas espraingnant, ainz se vont bien mostrant qu'il sunt mortiaus enemis. Et quant il ont esprovés les uns les autres lour force et lour pooir, il prige assés les uns les autres. Et Karacados se fait grant mervoille qu'il puet estre; il dit Lien a soi meïsmes que cestui estoit bien le meillor chevalier, et le plus poissant a cu'il se conbatisse dou primier jor qu'il porté armes primieremant, et, «se Dex me saut, c'il ne fust si grant et si corsut je quideroie que ce fust m. Lancelot dou Lac ou m. Tristan de Leonois, mes ce ne puet estre, car je voi qu'il est plain pié greingnor que nul d'eaus. Mais je puis bien dir seûremant que selonc qu'il est granz, est il de valors». Et li Viel Chevalier dit bien contre son cuer que voiremant est cestui un des buens chevalier dou monde, et «ce ne est pas mervoille, car je voi qu'il est fornis dou cors a ghiçe de jeant. Mais aille comant il poira aler, que je me conbaterai usque a ffin, por ce que je ai promise a la dame de rendre sa fille». Que voz en diroie? Li chevaliers mantenoient tant le primier asaut, et tant s'avoient donés coux grant et petit, que ce estoit une grant
[p. 240]
mervoille comant il n'estoient mors. Il s'avoient despiecés li escus et desmailliez li auberz. Il se ont toute lour annez si maumenés que pou vaudront au departir, car sachiez tot voiremant que la piace la ou il se conbattoient estoit toute coverte de pieces d'escuz et de maille d'aubers. Il se vont tredonant grant coux, car sanz faille il ne avoit chevalier au monde que peûsse avoir sofert la mellee d'eauz deus. Quant il ont mantenue lourinellee une grant pieces, Karacados estoit plus travailliés que n'estoit li Viel Chevalier, car il venoit afeblent, et li Viel Chevalier estoit plus dur et plus fort que au chomencemant. Et que vos aleroie disant? Karacados souffre tant con il plus puet, mais au parfiner tot est noiant, car li Viel Chevalìer le moine en tel mainieres, et tant li done a fere que Karacados ne puet plus en avant, ainz vient greppent place. Et quant li Viel <Chevalier> voit celui senblant, il li cort sus plus aspremant et plus fort que devant, il li done tant coux sovent et menus que m. Karacados en est tant chargiés qu'il ne fait nul senblant four que le souffrir, et se covre de son escus, et toutes fois aloit greppent place. Et quant li Viel Chevalier voit que cil ne puet plus en avant, il se hurte en lui si durement qu'il l'enverse tout estandus a la terre. Et tantost li cort sus et li arace l'ieume de chief, et li voloit couper la teste. Et quant m. Karacadoz se voit a si grant mescief, il ha grant peor de morir, il dit: «A, jentilz chevalier! Merci, ne m'ociés mie, mais laissiés moi vivre, et je vos quit la damoiselle!». « Vassalz », ce dit li chevalier, «quant vos me quités la damoiselle, et je vos pardoint la vie. Mais si vuoill je savoir qui vos est, por ce que je ai trovés en vos grant pooir et grant force». «Sire», fet il, «Karacados sui només, chevalier sui de povre affere, ne sai se onques hoïstes paller de moi». «Sire Karacados», fet li Viel Chevalier, «de voz ai je ja hoï maintes fois paller». Lors le comande a Deu, et li dit: «Sire, je voz pri que vos mes pardonés de ce que je me sui conbatus a vos, car vos savés qu'il fu contre ma voluntés». «Sire», ce dit Karacados, «je vos pri que vos pardonés moi, car vos avés droit et je tors». «Je le vos pardoint debonairemant», fet li Viel Chevalier. «Sire», fait Karacados, «je vos pri que vos me faichois tant de bontés que vos me diés votre nom et qui vos est». «Sire», fet li chevalier, «je vos di que voz ne poés savoir a cestui point mon nom ne mon estre, et de ce vos en pri que ne vos en poise ». Atant se trecomanderent a Deu. Li chevalier monte sour son chevaus, et se met a la voie entre lui et la damoiselles, que mout estoit liez et joiant de ce qu'elle se voit delivrés de si grant perilz. Il chevauche tant qu'il sunt venus la ou la dame et son baron estoient. Et quant la dame et son baron virent lour fille, il ne demorent tant qu'elle fust a eus venue, ainz vienent contr'aus liez mervillieusemant. La damoiselle se devalle de son pallefrois, et cort a son pere et a sa mere, et s'acollent et baisent cent fols. Il ont si grantjoie que puis qu'il furent nes ne ont tant de bien ne de leesse. Et se gettent a jenoillz devant li chevaus au chevalier, et li distrent: «Sire, sour tous ceaus dou monde garde Dex et defende li vottre cors, car voz est les home au monde que nos miaus dovons amer, car vos nos avés hostés de grant deulors, et de grant trestesse nos avés mis en grant leesse». Li chevalier ne souffre pas que cil demorent a jenoilz, ainz li fait drecier heramant, et li dit: «Sire, bostés vos sus; et estes vos si enavrés que vos ne peûssiés chevauchier?». «Sire chevalier», fait il, «sachiés de voir que je ai assés anui, mais vos m'avés donés tant de leesse et de joie de ma folle, que je ne sent nul mal, et porai chevauchier aaiçemant». «Or dou monter», dit li chevalier, «et de l'aler a quelque recet, la ou nos peûssons repouser et herbergier». Atant ne font nul deleament, mes tot maintenant montrent en lor chevaus, et se mistrent au chemin tuit ensemble. «Sire », dit li Viel Chevalier au baron a la dame, «savés vos aucuns recet la ou nos peûsson herbergier?». «Sire», fait il, «voiremant le sai je, car il est propres de ci, et est a moi et a vos c'il vos plest, la ou voz porés herbergier aaiçemant». «Donc nos alons la»,fait li Viel Chevalier, «car li tens en est il bien». Atant se mistrent a la voie, et chevauchent tant qu'il furent venus au recet dou chevalier, la ou il desmontrent. Et vallet desarment li Viel Chevalier et li baron a la dame, et treuvent qu'il estoit enavrés duremant, et li lavent et bendent lour plaies mu bien, car li Viel Chevalier estoit mout buen mire. Et quant il ont bien asettés li chevalier enavrés, la dame fait doner au chevalier riche dras, et li font le greingnor henor qu'il puent. Atant furent les tables mises et le mengier aparoiìliés, il s'asient a les tablez et menuient aaiçemant. Et quant il ont mengiés, et la dame fist apareillier un riche lit, et le moinent en une chanbre, et vallet le coucierent henorablemant, et se dormient jusque au jorz.
[p. 241]
Et a l'endemain bien pour maitin se lieve li Viel Chevalier, et prent sez armes, et acomande la dame et li chevalier a Deu. Et au departir li distrent qu'il sunt sez homes con tot ce qu'il puent en ceste monde. Li Viel Chevalier le mercie assés. Atant montrent a chevaus, et se mistrent au chemin entre lui et sez escuierz, et chevaucent tot celui jor sanz aventure trover que a mentovoir face en contes. La nuit l'aporte aventure chiez un vauvassor que mout le onore de tot son pooir, et le fait servir aaiçemant de quan qu'il mestier li fu. Coment li Viel Chevalier desconfist .IIII. chevalier et delivre .I. chevalier et une dame. Et quant l'endemain fu venus, li Viel Chevalier se lieve, et prent sez armes, et monte sour son chevaus, ci acomande li vauvassor a Deu. Et se met au chemin entre lui ci sez escuiers, ci chevauce par une grant forestes tot celui iors jusque a midi sanz aventure trover. Et atant ont encontree quatre chevaliers armés de toutes armes, et moinent un chevalier pris et liés le main devant ci li piés desout le ventre dou chevaus; et encore moinent une mout belle dame qui aloit faisant le greingnor duel dou monde. Et quant la dame voit li Viel Chevalier, elle li crie merci, ci li dit: «Ha, franc chevalier, por Deu, seucorrés cestui chevalier qui mon baron est, qe cist mauveis homes et desloiaus moinnent a sa mort! ». Et quant li chevalier oï ensi paller la dame, ci voit qu'elle fasoit si grant duel, et ancois voit li chevalier qe si mauveisemant estoit moinés, il n'a grant pitié. Il dit tot maintenant encontre li quatre chevaliers: «Seingneur», fet il, «por coi menés vos si villainement cestui chevalier?». «E tquoi est a vos», font cil, «se nos li menonz bien ou maus?». «Ce ne est buen»,fait li Viel Chevalier, «et vos voudroie prier que vos le delivrés, ci la dame ausint». «Alés votre vie», font cil, «que nos ne <le> laierons ne par vos ne par homes dou monde se il ne aûsse plus pooir de nos». «Donc le laierés voz par moi», fet li Viel Chevalier. «Et comant», font cil, «et quidiés vos avoir plus pooir qe nos qe somes quatre?». «Oïl voiremant», fet li Viel Chevalier, «et a l'esprove en serés prochainemant». Atant se fait baillier son escus et son glaivies a son escuier, et quant il est bien aparoilliés, il lor dit: «Seingnor chevaliers, ou vos laissiez le chevalier ou voz vos defendés, car a la joste estes venus tot maintenant; or en prenés ceaus que miaus vos plest». Li quatre chevalier le tienent par foux, quant il voient qu'il se voloit prendre encontr'eaus quatre. Li un d'eaus ne font nul deleament, ainz li dit: «Vassalz, quant vos jostes alés querant, trovés l'avés tot maintenant! ». Aprés ce ne font nul deleaiemant, ains se trait les uns ensus de les autres, il baissen les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz, et vienent les un verz lez autres tant con il puent de lour chevaus trere. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus. Li chevalier bliçe sez glaiviez, et li Viel Chevalier fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atornés qu'il ne sei se il estoit nuit ou jors, et s'en vait houtre parfomir son poindre. Et quant li trois chevalier virent lour conpangnons ensi aler a la terre, il distrent entr'aus: « Cestui chevalier semble de grant puissanse, ci se nos alonz les uns aprés les autrez sour lui, il nos mettra tuit a la terre. Mais tuit ci trois ensenble alons sor lui, et le metronz a la mort heramant! ». Et a ce s'acordent li trois chevalier, il ne font nul deleament, ainz baissent les glaivies, et hurten chevaus de sporonz, et vienent verz li chevalier. Et quant il li voit veniren tel mainieres, il ne li refuse pas, ainz vait contr'aux les glaivies baissiés au ferir de sporons mout hardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, li trois chevaliers bliçent lour glaivies sour lui, et li Viel Chevalier fiert li un si roidemant qu'il li fait voidier andeus les archoris mout duremant. Et li deus chevaliers que remés estoient a chevaus mistrent main a l'espee, et vont contr'aus mout hardiemant. Et quant il li voit venir l'espee e [n] main, il baille tantost sa lanse a son escuier, il met main a l'espee, et vait contr'aus mout abandoneemant. Il done au primier chevalier qu'il encontre si grant coux desus l'ieume qu'il li fait sentir l'espee jusque as charz nue, et cil en fu si chargiés qu'il ne se puet tenir en selle, ainz cheï dou chevaus a la terre. Aprés celui coux il torne la teste dou chevaus a les autres deus, que deriere li donoient de lour espee. Il prent li un et le flatis a la terre si roidemant qu'il le desbliçe tot. Il li a tuit et quatre tel atornés que cil ne font plus senblant d'eaus defendre. Et quant li Viel Chevalier voit qu'il les a tiel atornés, il ne fait eaus plus maus, ainz s'en vait tot maintenant au chevalier, et li fait deslier le main et li piez. Et li chevalier et la dame ont grant joie de ce qu'il se voient delivré, et mercient assés li Viel Chevalier. Et il Viel Chevalier lour dit se il ont
[p. 241]
plus garde de nelui: «Oïl voiremant avon noz garde, et vos prionz que vos nos conduiés jusque a nostre repaire, qui ne est grament loingne de ci». «Voluntier», dit li chevalier, «or dou monter et dou chevauchier, car je ne vos faudrai d'aïde a mon pooir». «Grant merci», font cil. Atant montrent, et se mistrent a la voie qui estoit tot endroit chemin dou Viel Chevalier. Et quant il chevauchoient, et li Viel Chevalier lor demande l'achaions por coi il l'avoient pris, et la ou il le moinent. « Monseingnor», fet cil, «ce vos conterai je tantost. Or sachiés que deus de ceaus quatre chevaliers que voz veïstes, sunt freres de pere et de mere, et si avoient encore un autre freres. Et quant il estoient trois, il ocistrent mon pere sanz nulle achaions. Donc je estoie a cellui tenz encore vallet, et por ce que je ne pooie mettre main en chevalier tant con je fust vallet, m'en alai mout jeune a la cort dou roi Artus, et me fis adobber chevalier assés plus tost que je ne aûsse fait, se il ne fust pour vengier la mort mon pere. Et quant je fui chevalier, je fis puis tarit que je mis a mort un des trois frerer. Et aprés le vengiemant, fis je requiere de pes li deus qui remés estoient, et il ne vousistrent entendre rienz, mais me desfierent de la Vie. Et quant je vi ceste, je en pris garde tant con je plus puet, et il repairent loingn de mon ostiaus plus de vins liegues. Or avint que hui entre moi et ceste moie dame alavames par ceste foreste, et volavames aler chiés la mere ma feme. Et ceaus quatre chevaliers que vos veïstes nos asaldrent, et je me defendi tant con je plus pooit, mes ma defense ne me vaut rienz; il me pristrent et moinent a lour pere, qui encore est vif, et me distrent que devant lour pere me volent couper la teste. Tot ensi est l'affer con je vos ai contés». Que vos en diroie? Ensi pallant chevaucent tant qu'il furent venus au repaire dou chevalier, la ou il erbergierent aaiçemant, et li chevalier et sa feme le onorent et servirent de tout lour pooir. A l'endemain bien pour maitin se lieve li Viel Chevalier, et prent sez armes, et acomande li chevalier et la dame a Deu. Et au departir li distrent ceaus: «Sire, nos vos dions tot voiremant que vos est les homes au monde que nos miaus dovons amer et tenir a seingnor, car vos nos avés hostés de grant perilz, et nos avés rendue la vie. Dont nos voz dions que nostre cors et quan que nos avonz est a votre comandemant». Et li Viel Chevalier le mercie assez. Atant se met au chemin entre lui et sez escuierz, et chevaucent tant par lour jornee sanz aventure truever que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus a lour ostiaus, la ou il furent receû henorablemant. Car sachiés que la dame qu'il moiné a Kamaaloth si richemant acesmés quant il abati tant chevaliers, estoit seuror germaine de m. Sigurans le Brun, et estoit nieces au Viel Chevalier. Et ceste dame li rechoit henorablemant, et mout li fait grant feste, et mout le demande de son estre. Ensi repaire l'Ansien Chevalier a son repaire, et tot ce que vos avés hai li avient au Viel Chevalier en celle voie. Ci divise qui estoit li Viel Chevalie et comant il mande son nom au roi Artus. Or vos veaut conter li maistre qui estoit li Viel Chevalier et doni il fu nez, ci comant il mande a la cort li roi Artus pour conter son estre, ci qu'il est et son affer. Or sachiez que li Viel Chevalier estoit només messire Branor li Brun, ci fu oncles de m. Sigurans le Brun <car il fu frere charnel son pere>, et fu cousin li buen Ector le Brun. Et fu en son tens un des meillor chevalier dou monde, ci li plus poissant, car il ne avoit a celui tens eu seicle un chevalier si grant te si corsut con il estoit. Et fu li chevalier au monde que plus longuemant vesqui en celui tenz, ci qe miaus se peûst <aidier> de son cors en son grant ages jusque a la fin. Et estoit de la lingnee de ceaus de Brun dont, con vos poés savoir par maintes livre, que ansienemant surìt estés en celui lingnajes li meillor chevalier et li plus poissant dou monde. Car sachiez que Febuz, que fu tel chevalier con vos savés et con le monde tesmoingne, fu de celui lingnajes. Or vos ai contés qui fu li chevalier, ci dont il fu nes. Or vos deviçera li maistre comant il mande a la cort dou roi Artus. Or sachiez que quant m. Branor li Brun fu repairiés a son repaire, il prent un vallet, et l'envoie a cort dou roi Artus, et li mande tel paroles con vos hoïrez. Li vallett a cui son seingnor avoit enchargiés la beiçonge il se met a la voie, et chevauce tant par sez jornees qu'il fu venus a Kamaaloth, la ou il trueve li roi Artus a grant conpangnie de chevaliers ci de barons. Li vallet s'en vait tot droitemant devant li roi, et le salue mout cortoisemant. Li roi li dil qu'il soit le bien venus. «Sire», fet il vallet, «li Viel Chevalier, celui que se josté a vos et a votre chevaliers a celui point qu'il avoit avech eaus la dame que si
[p. 242]
richement estoit acesmés, voz salue ensi con a son seingnor, et voz prie et vos crie merci que vos li pardonés de ce qu'il se josté a vos et a votre homes. Car il vos fait savoir qu'il ne le fist pour maus qui vousist a voz ne a omes de vostre ostiaus, mais le fist por savoir comant eûssent de pooir li chevalier de cestui tenz, et pour connoistre li quelz furent meillor chevalier, ou li ansien homes ou li noviaus. Et por ce que vos le priast assez de savoir so [n] nom et son estre et son affer, or sachiés qu'il est m. Branor li Brun, oncles de mesire Siguranz le Brun, li Chevalier au Dragon, et cousin de mesire Ector le Brun». Quant messire li roi Artus et m. Lancelot dou Lac, et monseingneur Tristan et messire Gauvain, et tous les autres barons que enluech estoient, ont entandus ce que cestui vallet lour avoit contés, et ont seû que celui chevalier estoit messire Branor li Brun, il s'en font tuit grant mervoille, por ce que il quident qu'il fust trepassés dou seicle ja a grant tens, ne ne avoient oï paller. Mais messire Siguranz, son neveu, avoient il bien veûs, et distrent que voiremant fu monseingnor Branor li Brun le meillor chevalier dou monde, et est encore, ensi ansien con il est. Et mout s'en font par toute la cort grant mervoille, et li rois Artus dit qu'il veaut qu'il soit mis en ecrit. Atant comande a un crergies que li nom dou buen chevalier soit mis en ecrit entres les aventures dou jorz quant il abati tant entre rois et barons et chevaliers, et meïsmant tant des conpangnons de <la> Table Reonde. Or avés entendus la stoire de monseingnor Branor li Brun, ce est les chevaleries et les aventures qu'il fist dereanemant. Car sachiez sanz nulle faille qu'il ne fist aprés ceste aventures que vos avés hoï <plus> d'armez. Mais selonc que la verais estoire nos tesmoingne eu livre meïsme de monseingnor Branor, il morut celui anz meïsmes qu'il fist ceste chevaleries, et fu enterrés e [n] Norman [d] ie mout henorablemant, en la plus riche tonbe dou monde. Mes atant laisse li maistre a paller de m. Branor li Bran, que plus ne en pallera en cestui livre, et veaut torner maistre Rusticiaus a conpiler son livre de tresmervillieuses aventures de tous li buen chevalier dou monde. Et traitera tot primierement des mellee et malvoillance que furent entre m. Lancelot dou Lac et monseingnor Tristan le fiz au roi Meliadus de Leonois. Comant m. Tristan et m. Palamidés se conbatirent durement ensemble. Or dit li contes que m. Tristan, le fiz au roi Meliadus de Leonois, estoit venus eu romaies de Logres novellement, en celui anz meïsmes qu'il prist a feme Yçelt a Blance Main. Il chevauchoit par une foreste qui estoit la greingnor de tot li roiames de Logres, et la ou plus aventures i se trovoit toz jorz. Et m. Tristan chevauche tot celui jorz sanz aventure treuver, ne homes ne feme ne recet ne maisonz. Et quant il fu anutié qu'il ne veoit plus le chemin, il desmonte entre trop biaus arbres, et hoste le frain et la selle a son chevals, et le laisse aler paistre. Et puis se hoste son ieume et son espee, et se coucie sour son escus, et se dort. Et aprés ce ne demore gramant que messire Palamidés, li tres buen chevalier, hi vint, et desmonte assés propres de monseingnor Tristan, ne ne le veoit ne ne s'an perchoit. Et se desarme d'eume et d'escus, et hoste a son chevaus la selle et le frain, et le laisse aler paistre, et puis se coucie sour son escus par dormir. Et sachiez que entre m. Tristan et m. Palamidés avoit grant haïne por madame la reïne Yçelt de Cornoaille, et ceste aïne avoit il enpris en Irlande a celui tens que la reïne Yçelt estoit encore pucelle. Et quant m. Palamidés fu couciez sus son escus, il ne puet dormir, ainz se drece en estant, et se e comance a conplaindre d'amorz si duremant que m. Tristan fu esvoilliés. Et m. Palamidés recomance son duel en tel mainieres: « Hay5, Palamidés! », fait il, «comant tu es le plus mesceanz chevalier dou monde, car tu aime la flor et la roçe dou seicle, ne onques ne n'aûst se mal non! Ha, madame! Comant il fu de male hore celle que je primieremant vos vit! Hay, madame Yçelt, reïne vaillanz et deboneaires, que de bontés et de senz et de valor passés toutes les dames mortiaus! Hay5, fontaines de biautés, par cui je hay fait maintes chevaleries, et par cui je ai mis maint chevalier a outrance! Comant vos m'avés obliés? Et por coi je ne ai un petit de confort de voz? Ou je fusse ausi votre chevalier comant est m. Tristan! Ja Damedeu ne me laissastes porter armes, se je ne meïsse au desout m. Lancelot dou Lac et m. Tristan de Leonois, et toz li monde de chevalerie! Ha, maleoit soit le jorz que Tristan fu nes, car vos m'avés tollue la rien dou monde que je miaux aime, car vos n'avés toz jorz le bien et joie, et je n'ai travaill et maus!». Mout se deme [n] t m. Palamidés, et mout moine grant duel et grant corrut. Et quant il ot demené son duel une grant piece, il se taist qu'il
[p. 242]
ne dit plus. Et puis ne demore gramant qu'il recomence son duel de rinchief, et fist greingnor duel que devant. Et toute celle nuit demore en tel mainieres, une hore en pes, et une autre demenoit son duel. Et quant m. Tristan l'ot entandus tot ce que m. Palamidés avoit dit, il est si duremant iriez car pou qu'il ne moroit de duel, ne ne puet dormir ne pouser en toute celle nuit. Ainz dit a soi meïsmes se il ne met Palamidés a male mort, il ne quiert iamés porter armes. En tel mainieres demorent jusque au jorz. Et quant le jor fu venus, et m. Palamidés ot veû m. Tristan tot armés, que si pres li avoit demoré toute celle nuit, il n'a trop grant ire, car il cuide bien que cil ait hoï tot ce qu'il avoit dit. Atant li demande et dit: «Sire chevalier, qui est voz que si coiemant voz estez mantenus toute nuit aprés moi?». «Vassal», fet il, «sachiez de voir que je sui Tristan, li vottre enemis, que te firai achatter chieremant ce que je t'ai oï dir!». «Hay5, Tristan!» dit Palamidés, «je ne demande de toi se la mellee non». «A l'esprove en serés assés tost!» fait m. Tristan. Que voz en diroie? Li chevaliers ne font nul deleament, ainz pristrent lour chevaus, et mistrent caus la selle et le frain, et puis se laicent l'ieume en teste, et s'aparoillent au miaus qu'il puent. Et montrent en lour chevaus, et s'en alent en un petit pré, qui pres d'eluec estoit. Atant ne font plus deleament, ainz se trait les un e [n] sus de les autres, il baissent les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz, et vient les uns verz les autres tant con il puent de lour chevaus traire. Il se trefierent sour l'escus de tote lour force, si roidemant qu'il font andeus lez glaivies voler en pieces. Et aprés le bliçemant des glaivies, il se treûrterent d'escu et de cors si duremant ensenble que andeus alent a la terre tiel atomez qu'il ne savoient s'il estoit nuit ou jors. Et li chevaus que si virent eschargiés de lour seingneur, il se tornerent en fuie or ca or la. Et quant li chevaliers furent demorés a la terre une grant pieces, il se lievent tel atomés qu'il aloient chancelant ausi con se la terre se fremuast desout eaus. Et puis ne demore gramant qu'il furent revenus en pooir et en force. Il ne font nul deleament, ainz se gettent l'escus devant et mistrent main a l'espee, et cort les un sour les autres mout hardiemant, et se tredonoient grandismes coux de lour espee trinchant, et comencent une mellee mout dure et pesmes. Il ne se vont pas espraingnant, ainz se mostrent bien qu'il sunt nìortel enemis. Lour peûst veoir doner et recevoir grant coux, et mout se mantienent bien andeus, et bien mostrent lour pooir. Et qui l'affer d'andeus aûsse regardez, seûremant peûst dir qu'il sunt andeus li meillor chevalier dou monde. Que vos en diroie? Il cort les uns sour les autres mout hardiemant, et tient cort les uns les autres en tel mainieres qu'il ne puet gramant gabber les uns les autrez. Et mout est cruel et fellenesse a regarder la mellee, car se m. Tristan li donoit grant coux, ne m. Palamidés ne l'aloit mie espraingnant, si que m. Tristan dit bien a soi meïsmes que voiremant est m. Palamidés un des meillor chevalier dou monde. Et m. Palamidés dit bien tot autretel de lui. Il mantienent tant le primier asaut qu'il ne puent plus en avant, car tant avoient feru et mailliés les uns sour les autres que ce estoit une grant chousez qu'il n'estoient mort andeus. Et tant baoit les un les autres mener a outrance qu'il n'avoient cure d'eaus repouser par recovrer aleyne et force. Quant il estoient si lax et si travailliés con voz avez hoï, atant es vos venir, ensi come aventure plet, un chevalier qui avoit en sa conpaingnie deus escuier, qui li portoient li escus et les glaivies. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit messire Brandelis, le fiz Lac. Et quant il est jusque a eus venus, et il voit qu'il estoient tiel atornés qu'il ne puent gramant en avant, et qu'il se tenoient si cort, il n'a grant pitié, et lour dit. «Seingnor chevaliers, je vos pri que voz mes diés qui voz est, et l'achaions de votre haïne, porce que je voi que vos volés mener vottre battaille a outrance». Et m. Tristan et m. Palamidés, a tot ce que m. Brandeliz disoit, ne fasoient nul mot, ainz cort les uns sour les autres plus aspremant que devant. Et quant m. Brandelis voit que cil ne respondirent rienz, il ne fait autre deleance, ainz se met tot maintenant ensi a chevaus con il estoient entr'aus deus. «Sire chevalier», fait m. Tristan, «vos feites grant villenie, que departis notre battaille sanz notre voluntés, et vos pri que noz laissiés mener notre bataille a fin», et m. Palamidés li dit tot autretel. Et m. Brandelis prie tant les uns et les autres, et tant dit et tant fait qu'il fait remanoir la battaille. Et puis lour dit: «Seingnor chevaliers, poroie je savoir l'achaionz de votre haïne? Por ce que je voudroie mettre
[p. 243]
pes entre vos, se je onques porai». Monseingneur Tristan, que mout avoit grant haïne verz m. Palamidés de ce qu'il li avoit hoï dir, respont a messire Brandelis tot primieremant, et li dit: «Sire, notre haïne est pour tel achaionz que nul i poroit mettre pes se mort non! Et l'achaions ne poés savoir, et por ce voz en soufrez, car toutes chousez seroit poine perdue». Et m. Palamidés se acorde bien a tot ce que m. Tristan dit, et respont tout autretel a m. Brandelis. Et quant messire Brandelis voit qu'il ne puet mettre pes entr'aus, il lour dit: «Seingneur chevalier, je voz pri pour amor et pour henor de chevalerie, que voz m'otroiés que voz ne voz conbatterés plus en cestui jor». Tant li prie et tant lour dit messire Brandelis, que sil li creantent qu'il ne se melleeront plus en celui jorz. Atant se part m. Brandelis d'eaus, ne ne connuit mie m. Palamidés, por ce qu'il estoit armés, ne m. Tristan ne avoit il jamés veû. Et quant m. Brandelis se fu partis, m. Palamidés paroule et dit: «Sire Tristan, je vos ai hoï dir de votre bouche meïsmes que nul ne poroit mettre pes entre nos se mort non ». « Hoïl, san faille», ce dit m. Tristan. «Donc feïssomes ensint», fet m. Palamidés, «otroions entre nos une battaille en le plus desvoiables leu que noz peûsson trover, et enluec noz alonz tuit seul. Et poronz mener notre battaille a outrance en tel mainiere que li un de nos i mora, ou pour aventure andeus, et ensi faudra notre haïne et notre rancune et corrus». «Sire», ce dit m. Tristan, «ce me plet bien, mais por ce que voz estes plus repairiés en cest païs que je ne sui, et savés miaus le desvoiables leu et l'estranges que je ne sai, si le nomez». «Ce vuoill je bien», falt m. Palamidés, «je sai tot voiremant que le Peron Merlin est le plus desvoiables leu et le plus estranges qui soit en tout le roiames de Logres, la ou nos poron bien tot notre affer achever en tel mainiere que nul en savra rien». « Le leu me plet bien», ce dit m. Tristan, «car je l'ai hoï nomer pour desvoiables leu». Atant creanterent entr'aux la mellee dou Peron Merln, et noment le jorz, et otroient les uns les autres de non fere savoir cestui fait ne a homes ne a femes. A ceste choçes se acorderent bien andeus, et distrent chascuns qu'il hi vindrent le jors només bien pour maitin au Peron Merlin. En tel mainieres con vos avés hoï, fu acreantés la battaille dou Peron Merlin entre messire Tristan et messire Palamidés. Atant se partirent les uns da les autres: m. Tristan s'en ala sojorner a un mostier de nonain, la ou il avoit autres fois repairiés, et messire Palamidés s'en vait chiés une sue a [n] tain, qe mout grant henor li fist. Et ensint sojoment li deus chevaliers pour atendre le jor només, et estoit chascuns d'eaus propres a cinq liegues au Peron Merlin. Et m. Tristan se fait assenner dou Peron Merlin as freres de laienz, et hi vait maintes fois. Ci devise la grant battaille dou Peron Merlin qe fu entre m. Palamidés et m. Tristain de Lenois. Et quant le jor només que la battaille dovoit estre fu venus, m. Tristan se lieve bien pour maitin, et se fait confés as preudomez de tot ce qu'il se sentoit coupables ver son Creator, et puis s'en ala oïr la messe dou saint Espirit. Et aprés ce s'en vait a son ostel, et se fait armer au miaus qu'il puet, et s'aparoille bien de tot ce que a battaille mortel convenoit. Et monte sour son chevaus, et acomande li freres de laiens a Deu. Et se met au chemin, et chevauce tant qu'il fu venus au Peron Merlin, et atendoit que m. Palamidés venist. Et quant m. Palamidés se voloit lever le maitin de la battaille, il li prist un si grant maus qu'il ne se puet sostenir en estant. Et quant il se voit tiel atomés, il n'a si grant ire car pou qu'il ne rage de duel. «Ha, Damedeu! » fait il, «coment il vos est pleû que a cestui point me soit si mesceû de mon cors! Ha, m. Tristan! Comant vos porés bien dir que je laisse ceste battaille pour coardie et pour defaut de cuer! Ha, m. Tristan! Or voz peûsse je fer savoir la mescianse que je ai, et que nos determinames notre battaille a un autre jorz! Et, se m'aït Dex, je me tenisse a bien paiés se je eûsse fait ceste battaille et je hi fusse mort! Et se je en fusse eschanpés, si voudroie je estre mort l'endemain, a ce que je peûsse avoir fait ceste battaille, et que m. Tristan ne peûsse dir que je laisse pour coardie! ». Ensint se deme [n] t m. Palamidés con voz avez hoï, et remest qu'il ne ala au Peron Merlin por l'engonberamant qu'il li vint dou cors. Et quant monseingneur Tristan ot demoré une grant pieces, et il voit que m. Palamidés ne venoit, ildesmonte sour le Peron. Mais toutes fois tenoit l'ieume en teste et l'escus a cuel et la lanse et le frein dou chevaus e [n] main, et estoit tot entent qu'il ne voloit que, quant m. Palamidés venist, qu'il le trovast desgamis. Et en tel mainieres con vos avez hoï atendoit m. Tristan m. Palamidés.
[p. 243]
Quant il atendoit en tel mainieres, atant es vos venir uns chevalier armés de toutes armes, et trop bien montés. Ne ne avoit nulle conpangnie, et venoit mout pensant la teste eneliné ver terre. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Lancelot dou Lac, qui aloit querant aventures. Ne onques ne s'avoit veû con m. Tristan, et estoient li greingnor amis dou monde. Et quant monseingnor Tristan le voit venoir, il quide tot voiremant que ce soit m. Palamidés. Il monte tantost sour son chevaus, il baissen les glaivies et hurte chevaus de sporonz, il vait contr'aux mout hardiemant, et li dit: «Vassalz, gardés vos de moi!». Et quant m. Lancelot voit li chevalier que ensi l'escrie, et que si fellenessemant li vient a l'encontre, il dit a soi meïsmes qu'il ne puet estre que li chevalier ne le connoise. Il ne fait nul deleament, ainz li vient les glaiviez baissiez, et vient les un ver lez autrez tant con li chevaus porent aler, et se trefierent sour l'escus de toute lour force si roidemant qu'il font andeuz lez glaivies voler en pieces. Et aprés le bliçemant des glaivies, il se treûrterent d'escus et de cors si duremant ensemble qu'il se treporterent a la terre tiel atornés qu'il ne savoient c'il estoit nuit ou jors, et demorent a la terre une grant pieces qu'il ne remuent pié ne main. A chief de pieces se lievent andeus li chevaliers, et aloient chancelant ausi con se la terre se fremuast desout eaus, et remirent les uns lez autres come home espaontés. Et quant il furent auques retornés en lour pooir, et m. Tristan dit bien a soi meïsmes qu'il avoit maintes fois esprovés a m. Palamidés, mes nulle fois ne l'avoit encontrés si duremant con il a fait a cestui point. Et m. Lancelot dit bien encontre son quer que puis qu'il porté arme primieremant, il ne truevé chevalier que si aspremant l'encontrast con cestui a fait, et « voiremant est il poissant chevalier! ». Et quant il furent revenus en pooir et en force, il ne font nul deleament, ains mistrent main a l'espee, et se gettent l'escus devant, et cort les un sour les autres mout hardiemant l'espee droite contremont. M. Tristan gette tot primieremant sous m. Lancelot, et li done de haut a la force dou bras un si grant cous qu'il li abat un grant chantel de son escus, et m. Lancelot li rent le guerardon tantost. Atant comencent la mellee dure et pesmes et aspre, et mout se tredonoient grant coux; il ne s'alent mie espraingnant. Que voz en diroie? Il se despiecerent l'escuz et desmaillent les auberz, il se font sovent fois sentir lour espee en lour charz nue, il mantienent tant le primier asaut qu'il ne puent plus en avant, ne ne avoit nul d'eaus que ne aûsse meillo [r] mestier de pouser que de conbattre. Et por ce convient a fine force qu'il se repousent pour recovrer aleyne et force. Et atant se trait les uns ensus de lez autres, et s'apuient a lour escuz. Et m. Tristan se mervoille mout, et dit a soi meïsmes que voirement ne truevé onques mais si grant force ne si grant pooir en m. Palamidés con il a fait a cestui point, et, «si voiremant m'aït Dex, con je ne avroie creû e [n] nulle mainieres qu'il aûsse la moitié de pooir qu'il a». Et monseingnor Lancelot dit bien tot autre [te] l de lui; il n'a la greingnor mervoille dou monde qu'il puet estre, et dil bien que onquez mais ne truevé un si aspre et puissant chevalier con cestui est, et «je ne sai quidier q'il soit». Et quant il ont recovré aleyne et force, et m. Tristan, que grant haïne avoit sour lui con celui que creoit certainemant qu'il fust m. Palamidés, il met main a l'espee primieremant, et se met l'escus devant, et vait ver li chevalier. Et quant m. Lancelot le voit venir, il ne demore plus, ainz fait tot autretel, et li vient a l'encontre l'espee e [n] main, et cort les un sour les autres con c'il fussent lyons ou leopars. Il se tredonoient grandismes coux, il comencent lour mellee assez plus aspre que devant, il se baingnent lor espee sovent fois en lor sanc, il se despiecent li escus et l'ieume et desmaillent les auberz. Il s'avoient toute lour arme tiel atomés que pou vaudront au departir, et sachiez que toute la place la ou il se conbattoient estoit toute vermoille de sanc, et junqez de maille d'auberz et de pieces d'escus. Que voz en diroie? Qui aûsse regardez l'affer de les uns et de les autres, et les grant asaut qu'il se fasoient, et la mellee qu'il mantenoient, bien peûst dir seûremant qu'il sunt andeus li meillor chevalier dou monde. Mout mantienent le segont asaut dur et pesmes; il ne i avoit nul d'eaus que ne aûsse plus de doçe plaies que toute seingnent. Il estoient tel atomés qu'il ne puent gramant en avant, et lour espee estoient toute tinte et vermoille de lour sanc. Et m. Lancelot, que veoit la spee de m. Tristan qui estoit si vermoille de sanc, il dit contre son cuer: «Ceaus est de mon sanc», et m. Tristan que veoit ausi la spee de m. Lancelot, que ausint estoit vennoille, disoit tout autretel, et ensi avoient andeus grant ire dou sanc qu'il veoient en l'espee. Lorz cort les uns sour les autres mout ardiemant et mout aspremant; il s'estoient tiel atornés que a poine se pooit sostenir en
[p. 244]
estant, tant estoient afeblis et tant avoient perdu dou sanc. Et por ceste achaions convient a fine force qu'il recovrent lour aleine, et se trait les uns ensus de les autres, et s'apuient a tant d'escus con il avoient; et m. Lancelot dit contre son quer: «Hay5, biaux Sire Dex aïde moi! Que je ne soie escarnis mauveisemant en cestui jor, carje voi tot apertement que cestui a cui je me sui tant conbatus ne est mie homes, mes diables! Car c'il fust homes, et je eûsse tant ferus et maillés sour lui con je ai fait sour cestui, je le creoie maintes fois avoir conquis, et je voi cestui que se mantient miaus au dercain que au comeneemant. Et por ce, biaux Pere, ou soit homes ou soit enchantemant, aïde moi, que je ne receve hui hentouse mort». Monseingnor Tristan dit: «Ha,Virgen Pucelle! Priés le vottre doux Fiz qu'il soit e [n] mon aïde, et qu'il aït merci de m'ame, car je voi que li cors alés est, car je voi tot apertemant que je sui a ma fin venus! Hay, Damedeu! Comant je ai estés deceû mauvaisemant de m. Palamidés! Car je ne quidoie qu'il aûsse en lui si grant pooir con je ai trovés a cestui point, car il <s'> est mantenus toz jorz mout aspremant, et a mon avis il a eû toz jorz le meillor de la battaille». Et quant il se sunt repousés, et qu'il ont recovré auques de force, m. Tristan se lieve tot primierement, et dit: « Or aille comant il pora aler, car je vuoill parfomir nostre battaille!». Lorz enbrace tant d'escu con il avoit par grant ire, et drece l'espee contremont, et vait ver m. Lancelot. Et quant m. Lancelot le voit venir, il ne fait semblant qu'il soit de rienz espaontés, ainz met main a l'espee, et li vient a l'encontre mout hardiemant. Et avant qu'il recomencent la mellee, paroule m. Lancelot, et dit: «Sire, je voi bien que voz volés aler avant de la battaille jusque a outrance, et quant vos ce volés faire, je voudroie que noz faichonz entre nos une choses: que vos me diés vottre nom, et je vos dirai le moi, por ce que se vos me mettés a outrance ou a mort, que vos saichez cui voz avés ocis, et je de voz celui meïsmes». Et quant monseingnor Tristan hoï ensi paller m. Lancelot, il connuit tot maintenant que cestui n'estoit mie celui qu'il creoit. «Et comant», fait il, «ne estes vos le mon [ne] mis Palamidés?». «Nenil», fet il, «voirement le sachiez!». «Et qui est vos donc?» fait m. Tristan. «Sire», fet m. Lancelot, «se voz me creantés que voz me dirés vottre nom depuis que je vos avrai dit le moi, je le vos dirai tot maintenant». Et m. Tristan li dit: «Sire, ce vos otroie je debonairemant, et me plet assés». «Or sachiés», fet li chevalier, «que je sui Lancelot dou Lac apellés, ne sai se onques oïstes paller de moi». Quant m. Tristan entent que ce est m. Lancelot, les homes au monde qu'il plus amoit, tot maintenant gette a la terre son escus, et s'ajenoille devant lui, et li rent sez espee, et li dit: «Sire, prenés mon espee, que je me teingne pour houtree». Et quant m. Lancelot entent et voit la debonarités dou chevalier, il li dit: «Sire, dreciés vos, car je sui li outrés, et ne voz, et vos pri que vos me diés qui vos est». «Sire chevalier, biaux amis doux», fait, «je sui Tristan de Leonois, li votre chevalier et chier amis!». Quant monseingnor Lancelot entent que cestui estoit m. Tristan de Leonois, li son amis, il fait tot maintenant autretel con avoit fait m. Tristan: il gette l'escu tantost a la terre, et s'ajenoille ausint et li rent sez espee, et li dit: «Sire, prenés mon espee, car je sui li outrés, et vos cri merci que voz me pardonez de ce que je me sui conhatus a vos». «Ha, m. Lancelot!» fait m. Tristan, «vos prenés la moie, qui en estes plus doingne que je ne sui, car vos avés eû toz jorz le meillor de la battaille!». «Hay, sire!» fait m. Lancelot, «ne dites, carvos dovés avoir le onor de la battaille, et de tot cest fait!». Mout offrent les un a les autres le onor de la battaille mes nul ne la veaut prendre. Il se lievent lour heume, et se drecent, et s'acollent et baisent cent fois. Mout fait grant joie et grant feste les uns a les autres. Et quant il se sunt conjoié une pieces, et m. Tristan li dit: «Sire, or dou monter et de l'aler a aucun recet la ou nos noz faichonz regarder nostre plaies et notre bleceûres». «Sire», fait m. Lancelot, «a vottre comandemant!». Atant alent quere lour chevaus qui pres estoient, et montrent et se mistrent a la voie. Et chevaucent tant qu'il furent venus au mostier dont m. Tristan estoit le maitin partis, et enluech desmontrent. Et quant li freres de laienz ont veû m. Tristan qui tel estoit atomés, il n'ont ire, et li moinent en une chanbre, et li desarment, et trovent que chascunz avoit plus de doze plaies grant et parfont. Et un des freres, que bien s'en savoit entremettre, regarde lour plaiez, et bende et lave mout bien, et dit qu'il ne avoient garde de mort, et qu'il li rendra sain et haitié dedenz un mois. Ensint con vos avés hoï se virent et conneûrent primieremant m. Lanceloe et m. Tristan. Et puis qu'il furent venus au mostier, il i
[p. 244]
demorent bien un mois. Et mout fait grant joie et grant festes les uns a les autres, et assés se demandent de lour estre, et mout se conjoient entr'aux de la grant mellee qu'il firent entr'aux au Peron Merlin. Et m. Tristan li dit toute l'achaionz de celle battaille a mot a mot: comant il avoient acreantés entre lui et m. Palamidés une battaille, et comant il m. Palamidés atendoit. «Sire», fait m. Lancelot, «por Sainte Crois, tel fu l'aventure que pou s'en falli que je ne achattai chieremant l'aïne de vos et de m. Palamidés! ». Mout demoinent, tant con il furent eu mostierz, grant jole et grant feste et grant seulas. Et quant il furent bien gharis, et m. Lancelot li dit: «Sire, je vos pri que vos veingnés veoir messire li roi Artus et madame la reïne Genevre». «Sire, a votre comandement», fet m. Tristan. Comant m. Tristan mist desconfiture li .X. chevalier qi gardoient un point. A l'endemain bien pour maitin se lievent, et alent hoïr la messe. Et puls montrent en lour chevals, et acomandent li freres de laiens a Deu, et se mistrent au chemins pour aler a Kamaaloth. Et en celui jor qu'il se partirent ne truevent aventure que a mentovoir face en contes. Li segont jorz chevauchent jusque a midi qu'il ne treuvent aventure que a mentovoir face en contes. Et entor hore di midi lour avint qu'il furent venus a un pont que estoit a l'esue de la Marche de Gallone. Et ceste pont gardoient .X. chevaliers de celui païs, que grant maus voloient a tuit li conpangnons de la Table Reonde. Et por ce gardoient il celui passajes, car tuit ceaus que par enluech trepassoieni, por quoi il fussent des conpains de la Table Reonde ou de l'ostiaux dou roi Artus, il li prenoient et mettoient en prison enn une tor qui pres d'eluech estoit. Quant li .X. chevaliers que le pont gardoient ont veû cist deus chevalier herrant que voloient passer, atant paroule li un d'eaus, et lour dit: «Seingnor chevalier, se vos estes des conpairis de la Table Reonde ou de l'ostiaus dou roi Artus, ne passés sanz jostes. Et se vos de ceaus ne estes, passés seûremant». Et quant m. Lancelot l'entent, il respont tot maintenant, et dit: «Voiremant sui je des conpains de la Table Reonde». «Donc vos arestés», font cil, «car a la jostes estes venus heramant! ». Et quant monseingnor Tristan l'entent, il paroule a m. Lancelot: «Sire», fet il, «je vos pri que voz m'otroiés que je face ceste joste». «Sire», fait m. Lancelot, «soit a votre comandemant, puis qu'il voz plest». Atant es voz venir un des chevalier dou pont tot aparoilliés de la jostes. Et quant m. Tristan le voit venir, il vait contr'aus. Il ne font andeus nul deleament, ainz baissen les glaivies et urten chevaus de sporons, et vient les uns ver les autres tant con il puent de lour chevaus traire. Il se trefierent sour l'escus de toute lour force. Li chevalier bliçe sa lanse, et m. Tristan fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre enavrés a mort, ne ne bliçe sa lanse. Atant es voz venir un autre chevalier de si grant alleûre con li chevaus pooit aler. Et m. Tristan, que le voit venir, li vait a l'encontre les glaivies baissiés, et se trefierent sour l'escus. Li chevalier bliçe sa lanse, et m. Tristan fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atomés qu'il ne <a> mestier de mire. Aprés vient le tierz, et bliçe sa lanse sour m. Tristan, et il le fiert si fort qu'il le porte a la terre mout fellenessemant. Que vos en diroie? .VI. chevaliers abati a la terre m. Tristan dou glaivies qu'il tenoit. Et quant m. Tristan ot bliçés sez glaivies, il se fait baillier le suen a m. Lancelot, et de celle glaivies abati il li quatre que remés estoient. Et quant m. Lancelot voit que m. Tristan a abatus tuit li .X. chevaliers si roidemant, et voit que tuit ceaus li avoient bliçés lour glaivies sovre, ne de selle ne le avoient pas remué, il dit bien a soi meïsmes que voiremant est m. Tristan tel chevalier con le monde tesmoingne, et voiremant est il le meillor chevalier dou seicle. Et dit qu'il ne vit a jor de sa vie nul chevalier que si bien ferist de lanse con il fait. Et quant li chevaliers dou pont se virent ensi abatus, et par un seul chevalier, il quident tot voiremant que ce soit m. Lancelot dou Lac. Lors paroule li un d'eaus, et dit: «Sire, vos avés aconplis l'aventure de ceste passajes, et avez delivrés trois des conpainz de la Table Reonde que nos avons e [n] notre prisonz. Et voz prions que vos noz diés votre nom, ou se vos est m. Lancelot dou Lac ou autre chevalier que vos soiez, por ce que l'en saiche mettre en cerit li queiz fu celui qui aconpli l'aventure». Atant respont m. Lancelot, et dit: «Sachiez qu'il ne est mie Lancelot, mais il est meudre de lui. Il est un estranges chevaliers, ne autres ne poés savoir de son estre. Mez faites venir li
[p. 245]
trois conpains de la Table Reonde que vos avés en votre prisonz <a tout leur chevalx et armes». Atant s'en vont li un d'eaus ver une tor qui pres d'eluech estoit. Et puis ne demore gramant qu'il fu revenus, et ot amenés li trois conpains. Et sachiés que li un estoit m. Yvain, le fiz roi Hurien, li autre Sacremor le Desereés, li tiers estoit Agravain, li freres m. Gauvain. Et quant il furent jusque a cus venus, il li saluent, et m. Lancelot et m. Tristan lour rendent le salus bien et cortoisemant; ne ne li connoissent mie, mais il le mercient assez de ce qu'il li avoient delivrés. Atant se partirent tuit et cinq, et se mistrent au chemin. Et quant il ont auques chevauchiés, et m. Yvain lour demande qu'il sunt. Et atant se trait m. Lancelot a repoust de m. Tristan, et li dit tot plainemant: «Sire, cist sunt des conpainz de la Table Reonde, et sont notre amis, et nos alons a cort; et por ce, c'il vos plet, nos faichonz eaus connoistre». «Soit a votre voluntés», fait m. Tristan. Lors respont m. Lancelot a m. Yvain: «Sire», fet il, «voz nos demandés de nostre estre. Or sachiez de voir que noz somes votre amis, et cestui chevalier que ci est, est m. Tristan, le fiz au roi Meliadus de Leonois, et je sui Lancelot dou Lac, votre amis ci votre conpains». Et quant li chevaliers ont seû que ce est m. Tristan, qui tant est prisez de chevalerie, il ne font nul deleament, ainz se hostent li hieume tout maintenant, ci autretel fait m. Lancelot et m. Tristan. Et se font grant joie et grant feste, et mout henorent tuit li trois chevaliers a m. Tristan, et mout se li offrent et dient qu'il sunt sez chevaliers, et m. Tristan fait eaus tout autretel. Et quant il se sont conjoié une pieces, il se mistrent au chemin, et chevaucent tant par lor jornees sanz aventure trover que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus a un recet qui propres estoit de Kamaaloth a deus liegues, et enluech desmontrent. Atant fait m. Lancelot monter un vallet pour fere savoir au roi Artus l'affer de m. Tristan, et de tot ce ne savoit rien m. Tristan. Atant se met a la voie un vallet a cui m. Lancelot avoit enchargiés la beiçonge; il s'en vail tot droitement a Kamaaloth, la ou il trueve li roi Artus a grant conpanie de chevaliers. Et quant li vallet fu devant li roi, il li dit: «Monseingnor roi, m. Lancelot voz salue, et vos mande qu'il est la hors a un recet, et vos ha moiné m. Tristan de Leonois, li buen chevalier, qu'il a avech lui». Et quant li roi entent ceste novelles, il n'a grant joie, et dit tot maintenant a m. Gauvain et a maint autres chevaliers: «Seingnor chevalier», fet il «or dou monter et de l'aler aprés cestui vallet pour convoier m. Tristan, qe a nostre hostiaus vient». Et messire Gauvain bien a cinqant chevaliers montrent tot maintenant, et s'en vont avech li vallet, et ont tant chevauchiés qu'il furent venus au recet la ou m. Tristan estoit. Et quant m. Lancelot li voit venir, il dit a m. Tristan: «Veés ci venir m. Gauvain, qui voz vieni convoier». Et m. Gauvain, et toz les autrez qui avech lui estoient, desmontrent, et s'en vont contr'aux, et m. Tristan, qe bien connosoit m. Gauvain, car m. Lancelot le l'avoit mostrés, il li cort les bras tandus; il s'acollent et baiçent, il se font grant joie, et tous les autres ausint. Et puis tuit montrent en lour cheval, et chevauchent tant qu'il furent venus a Kamaaloth, et desmontrent e [n] mi la cort, et s'en vont en la maistre sale. Et quant li roi Artus li voit venir, il se lieve et vait contr'aus. Et m. Tristan s'enjenoille a sez piés, mais li roi ne le souffre pas, ainz le drece heramant, et li dit: « Biaux doux amis, voz soiés li tres bien venu». Et m. Tristan li rent son salus bien et cortoisemant, come saige chevalier qu'il estoit, et li dit: « Monseingnor, veés ci Tristan de Leonis li vottre chevalier, et serai a tot mori vivant». Li roi li dit qu'il li plet assez, et li offre soi et tot son pooir. Atant es voz venir m. Kex li Seneschalc, ci li dit: «Sire, les tables sunt mises, ci hore est de mengier, c'il vos plest», et li roi li dit qu'il le veaut bien. Atant comande que l'aigue soit doné, et s'asierent a les tables, <et le roy fist asseoir> m. Tristan dejoste lui, et menuient a grant joie et a grant desduit. Et quant il orent mengiés, et les tables furent hostés, et m. Gauvain dit au roi: «Sire, donés nos pars de m. Tristan, car je vuoill qu'il veingne veoir madame la reïne Genevre». Et li roi li dit qu'il le veaut voluntiers. Atant s'en vont entre m. Cauvain et m. Tristan et maint autres chevaliers a la chanbre la reïne. Et quant la reïne voit m. Tristan, elle se drece en estant, et m. Tristan se ajenoille a sez piez, et li dit: « Dame, veés ci Tristan li votre chevalier». La reïne le drece tant tost, et li dit que bien soit il venus, et li fait joie et feste. Et quant elle l'ot auques regardés, elle dit bien a soi meïsmes que voiremant est m. Tristan bien taliés de toutes menbres, et que mout est biaus chevalier, «ne ne est grant chouses se il est buen chevalier, tant est bien fait de toutes menbres». Et m. Tristan priçe la reïne de mout
[p. 245]
grant biautés, et bien li senble dame de grant valorz. Et quant il furent demorés avech la reïne une grant pieces, il pristrent conjé, et s'en tornerent en la maistre sale, la ou li roi estoit a grant conpangnie de barons. Et mout en fait grant joie et grant feste li rois Artus, et toz les autres chevaliers et baronz, de la venue de m. Tristan. Et ensi demore m. Tristan en la cort dou roi Artus bien un mois a grant joie et a grant feste et a grant seulas. Et sachiez que ceste fu la primicre fois que m. Tristan vint a cort, et sachiez qu'il devint conpains de la Table Reonde et de l'ostiaus dou roi Artus. Que vos en diroie? Bien dure un mois la joie et la feste qui se fist par toute la cort dou roi, por ce que m. Tristan estoit devenus conpains de la Table Reonde. Coment, n'e [n] quel mainiere en devient conpains, ne fira ici memoire nostre livre, car bien le mentovra en avant. Et quant m. Tristan ot tant demorez en la cort dou roi Artus con vos avés oï, et qu'il fu devenus conpainz de la Table Reonde, il dit un jorz a m. Lancelot: «Sire, c'il vos plet je iroie voluntiers cherchent aventures parle roiames de Logres, carje en sui mout desirant». «Sire», fait m. Lancelot, «il me plest bien, et voz firai conpangnie en ceste queste ». «Sire», fait m. Tristan, «je voz pri qu'il voz place que je aille tot seul,car je ne demorai gramant que je revendrai, se Deu plest». «Sire», ce dit m. Lancelot, «quant il voz plest d'aler en tel mainieres, a moi plest». Atant s'en vait m. Tristan au roi, et li dit: «Sire, je ai a ffere une moie beiçonge, la ou il me convient aler astivemant, et revendrai tantost, se Deu plest, et por ce vos comande je a Damedeu». Et li roi li dit qu'il prent de sez conpainz que li faichent conpangnie, et m. Tristan le mercie assés. A l'endemain, bien por maitin, m. Tristan prent sez armes, et monte sour son chevaus. M. Lancelot l'acolle et baise assez, et le prie qu'il reveingne au plus tost qu'il poira, et qu'il li face savoir toute sa beiçonge. «A votre comandemant», fait m. Tristan, atant le comande a Deu. «Sire», dit m. Lancelot, «alés, que la douce Mere vos conduie!». Atant se part m. Tristan, et se met au chemin, ne ne moine conpangnie n'escuier. Il chevauce bien .VI. jornees sanz aventure trover que a mentovoir face en contes. Comant m. Tristan mist a desconfiture li .XXXVI. chevalier de la Fee Morgain. Or dit li contes que au septismes iors chevauchoit m. Tristan par une foreste grant et lees, qui estoit appellés la Periliuse Forestes, por ce que tot jorz i se trovoit aventures de granz perilz. Et quant il chevauchoit ensi seul, atant encontre bien .XXXVI. chevaliers qi estoient a la Fee Morgain, et moinent deus chevaliers pris, qui conpains de la Table Reonde estoient: li un estoit m. Dynadan, li autre estoit Dodinel le Sauvaiges. Et quant li chevaliers virent monseingnor Tristan, tot maintenant li vient un chevalier a l'encontre, et li crie: «Danz chevalier, gardés voz de moi, car a joster vos estuet!». Quant monseingnor Tristan se voit appeller de jostes, il n'a grant joie, car a pieces mais ne avoit fait d'armes. Il hurte chevaus de sporons, et vient les uns ver lez autres tant con il puent de lour chevaus traire. Il se trefierent de toute lour force. Li chevalier bliçe sez glaivies, et m. Tristan le fiert si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atomés qu'il ne a mestier de mire. Et atant es voz venir un autre chevalier, et laisse corre a m. Tristan, et le fiert sour l'escus de toute sa force, et bliçe sa lance. Et m. Tristan fiert lui si aspremant qu'il le porte a la terre enavrés a mort. Que vos en diroie? Sachiez que doçe chevaliers, les uns aprés les autres, bliçent tuit lour glaivies sour m. Tristan, ne de selle ne le remuent pas. Et m. Tristan li abati tuit et doçe d'un seul glaivies, et n'ocist trois. Et quant les autres chevaliers ont veû que lour conpainz sont si malemant atomés, et ont veû comant li chevalier a fait grant mervoilles d'armes, il distrent tot maintenant: «Cestui est m. Lancelot dou Lac, et por ce se noz alons ensi les un aprés les autres, il nos metra tuit a mort. Or li laissomes corre tuit a une fois, et le metrons a mort tot maintenant ou voir a outrance». Et a ce s'acordent tuit li chevaliers, ne ne font nul deleament, ainz laissent corre tuit a une fois sour m. Tristan. Et quant m. Tristan li voit venir ensi a une fois, il ne fait senblant qu'il soit de rienz esbaïs, ainz met main a l'espee, car le glaivies avoit il bliçés, et vait contr'aus mout hardiement au ferir de sporons. Et sachiez que quant il vienent au jondre des glaivies, bien .VIII. chevaliers le ferin tuit a une fois devant et de choste et d'eschin, et bliçent lour glaivies sour m. Tristan, ne de selle ne le remuent <ne> pou ne grant. Et m. Tristan fiert le primier chevalier qu'il atint desus l'ieume si duremant qu'il li met
[p. 246]
l'espee dedenz la teste plus de deus doie, si qu'il cheï a la terre. Atant comance m. Tristan a doner grandismes cous a destre et a senestre, et a trebuchier chevalier a la terre, et a [a] racier heume de teste et escus de cuel, et a fere la greingnor mervoille d'armes dou monde. Et qui li suen fait eûsse regardés, bien peûst dir seûremant que voiremant est m. Tristan li meillor chevalier dou seicle. Li chevaliers se penoient mout de lui mettre a mort, mes ce est noiant, que quant il ont esprovés la grant force de m. Tristan, et ont veû qu'il ne atint chevalier a droit coux qu'il ne l'ocie ou ne le maagne a mort, il le redouttent come tonoir. Il fait tant que de tuit li .XXXVI. chevaliers ne n'estoient remés a chevaus que quinge, et tuit lez autres estoient a la terre ocis et navrés a mort. Et Dynadan et Dodinel, que ont veû m. Tristan que si grant mervoille aloit faissant, il en sunt tuit esbaïs, et dient entr'aus: «Dex! Qui puet estre cestui chevalier? Car m. Gauvain ne m. Lancelot ne m. Palamidés ne peûst tant fere con cestui a fait! ». Et ensi se mervilient entre Dynadan et Dodinel de m. Tristan. Et mout i souffre grant poine et grant travaill m. Tristan. Et mout est chaut et tresués, et mout avoit sez armes maumises, mais il ne a cure de nulle rienz, ainz cort entr'aus con fait le leup entres les berbis. Il abat, il trebucie, il ocie, li atoene en tel mainieres que li chevalier que remés estoient a chevaus ne puent plus souffrir, ainz se mistrent a la fuie tant con il plus puent. Et m. Tristan, qui mout estoit lax et tresués, ne li vait pas enchauchant. Et Dnadan et Dodinel, quant il virent la desconfitture, et veont qu'il sont delivrés, il s'en vont tot maintenant a m. Tristan, et le saluent et mercient assés de ce qu'il sunt par lui delivrez. Et m. Tristan lour rent le salus bien et cortoisemant, et li demande qu'il sunt; et il dient comant il sunt de la maison li roi Artus et conpains de la Table Reonde. «Seingneur chevaliers», fet m. Tristan, «voz soiez li tres bien venus. Or dou monter et de l'aler a quelque leu, la ou nos peûssons herbergier. Et Dynadan et Dodinel ne font nul deleamant, mes tot maintenant <pristrent> des armes as chevaliers ocis, et se armerent et montrent en buen chevalz que enluech estoient, et se mistrent au chemins aprés m. Tristan. Et ont tant chevauchiez qu'il furent venus a une abaïe de nonain, la ou il fu receû henorablemant. Il li mistrent en une chanbre et le desarment, et truevent que m. Tristan estoit duremant enavrés. Et un freres que buen mire estoit, s'en prent garde, et bende et lave sez plaies mout bien, et dit qu'il ne ont garde de mort. Et quant Dynadan et Dodinel l'ont veû desarmés, et qui estoit un des plus biaus chevalier dou monde, ne ne l'avoient jamés veû, il n'ont mout grant mervoille, et le demandent maintes fois de son estre, mes m. Tristan ne li descovre nulle rienz. Il li firent conpangnie .VIII. jorz, et quant il vit qu'il n'estolt gharis, il le comandent a Deu, et se mistrent au chemin por aler a Kamaaloth. Mes atant laisse li contes a paller de m. Tristan et de Dynadan et de Dodinel, et torne li maistre a paller des chevaliers a la Fee Morgain. Li contes dit que li chevaliers que eschanpés estoient de le main m. Tristan, il chevauchent par grant hastesse tant qu'il furent venus a l'ostiaus la Fee, mout travailliés et navrés. Et quant la Fee li ot veû si malemant atomés, elle lour demande la ou il ont les autres lour conpainz. « Dame», font il, «un seul chevalier nos a tot ce fait, et portoit un escus blanc a une bende de belic au d'eschin. Et voz dionz qu'il n'estoit mie chevalier, mez diables. Car sachiés tot voiremant que .XXIIII. de nos li alames sovre tuit a une fois, ne de selle ne le remuames ne pou ne grant, et il nos aloit tuit ociant et abattant ausint con se nos eûssomes estés bestes menues!». « Ha, las! » fait elle, «je sai bien qu'il est, car je savoie bien qu'il estoit en cestui païs, car l'en le m'avoit fait savoir de l'ostel mon freres!». «Dame», font li chevalier, «nos vos prions que voz noz dites qui li chevalier est». «Seingnor», fet elle, «or sachiez qu'il est un estrange chevalier, et a nom Tristan de Leonois, et est niez au roi March de Comoaille, que novellemant est venus eu roiames de Logres, et est devenus conpainz de la Table Reonde qui est bien un des meillor chevalier dou monde». <«Dame», font il, «voirement est il .I. des meilleurs chevaliers du siecle,> et maleoit soit le jorz qu'il se pensé primieremant de venir eu roiames de Logres! ». Atant fist monter Morgain tot maintenant bien cinquant chevaliers, et lour dit qu'il alaissent heramant la ou la battaille avoit estés, et qu'il aportassent tuit li mors et li navrés qu'il i treuverent. Atant se mistrent au chemins tuit li cinqant chevaliers, et chevauchent tant qu'il furent venus la ou la battaille avoit estés, et ont truevés que .VI. n'i avoit mors. Et il firent maintenant .III. bieres, et hi mistrent li mors dedenz. Et li navrés montrent au miaus qu'il puent, et se mistrent a la voie, et
[p. 246]
chevauchent tant qu'il furent venus a l'ostel Morgain. Et quant li amis charnaus des morz les hont veû, il en font un duel si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant; et, que ce estoit une pitié a veoir, il li firent enterrer a grant plor et a grant lermes. Mais atant laisse li contes a paller de Morgain et de sez chevaliers, et torne a Dynadan et a Dodinel li Sauvajes. Or dit li contes que quant Dynadan et Dodinel se furent partis ù de m. Tristan, il chevaucent tant par lour jornés sanz aventure trover que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus a Kamaaloth. Et desmontrent e [n] mi la cort, et montrent eu maistre paleis, la ou il truevent li roi Artus et m. Lancelot, et maintes autres chevaliers et barons. Il saluent li roi et toz les autres qui enluech estoient. Et quant il les ont conneûs, il lour distrent que bien soient il venus, et lour font grant joie et grant feste. Et li roi lour demande comant lour estoit avenus puis qu'il se partirent de cort. Atant respont Dynadan: «Mon seingnor», fet il, «sachiez de voir que nos ne avons puis truevés aventures que a mentovoir face en contes, four une seulemant, qui est bien la plus mervillieuse dou monde! ». Et lorz comance a conter mot a mot tot l'afer, comant il truevent .XXXVI. chevaliers de la Fee Morgain, et collant il li pristrent. Et comant il encontrent puis un chevalier que li del [i] vre, et comant il mist a desconfiture tuit li .XXXVI. chevaliers. Et comant il firent puis conpangnie au chevalier a l'abaïe, et coment il ne puent savoir son nom. Et conte tot le fait comant il estoit avenus. Et quant li roi et toz lez autres ont entandus ce que Dynadan avoit dit, il le tienent a la greingnor mervoille dou monde. Et li roi dit: «Ha, Dex! Quel chevalier poroit il estre?». Et tuit respondrent qu'il ne savoient se ce n'estolt m. Tristan de Leonois. «Dynadan», fet m. Lancelot, «quel armes portoit li chevalier que vos ditez qui fist si grant mervoille d'armes?». «Sire», fet Dynadan, «il portoit un escus tot blanc a une bende de belic ». Et quant m. Lancelot l'ot entandus, il comance a sorire. Et li roi, que bien le voit, li dit: « Lancelot, au semblant que voz faites, vos connoissiez bien li chevalier! ». Et m. Lancelot li dit tot a conseill: «Sire, sachiez de voir que ce fu m. Tristan de Leonois, et je voz di que je li donai celui escus que Dynadan nos out contés qu'il porte. Et li roi li dit qu'il velt qu'il soit mis en ecrit entres les aventures de la Table Reonde. «Sire», fait m. Lancelot, «soit a votre voluntés». Atant paroule li roi, et dit: «Seingnor conpainz de la Table Reonde, sachiez de voir que li chevalier que Dynadan et Dodinel nos ont contés qui fist si grant mervoille d'armes est m. Tristan, le fiz au roi Meliadus de Leonois». Et quant il l'oïrent, il n'ont tuit grant joie, et distrent que voiremant est m. Tristan un des meillor chevalier dou monde. Lors fait li roi appeller un clergies, et fait mettre en ecrit tot de chief en chief comant Dynadan avoit contés. Et li roi et touz ceaus de son ostiaus en font joie et feste, por ce que il estoit conpains de la Table Reonde. Mez atant laisse li contes a paller dou roi Artus et de monseingnor Lancelot et de toz les autres, et torne a m. Tristan. Coment m. Tristan fu pris et jugiés a mort, et comant m. Palamidés l'eschanp de mort. Li contes dit que tant demore m. Tristan en l'abaïe qu'il fu bien gharis. Lors prent sez armes, et monte sour son chevaus, et acomande li freres a Deu, et li mercie assés dou grant henor qu'il les ont fait. Et se mist au chemins, et chevauce tot celui jor sanz aventure trovet que a mentovoir face en contes. La nuit le aporte aventure et mecianse a un chastiaus, et vail hosteller chiez un vauvassor que sire estoit dou chastel, a cui m. Tristan avoit ocis son fiz a la mellee qu'il fist avech li chevaliers de la Fee Morgain, et cestui chastel estoit a llui. M. Tristan desmonte a l'ostel dou vavassor, la ou il fu receû henorablemant. Li vallett le desarmerent et li donent un mantiaus par lui afibbler, et puis le moinent au vavassor, qui le rechoit assez sofisianmant. M. Tristan le salue, et cil li rent le salus mu bien. Les tables estoient mises, et li vavassor le fist asetter dejoste lui, et menuient et boivent aaiçement. Et quant il estoient ensi a le tables, et li vauvassor comance a getter grant souspir de cuer parfont, et plore et regratte son fiz, et dit: «Haï, Tristan de Leonois! Con grant doulors mez avés mis au cuer, qui m'avés tollue m'ame et ma vie, et la rienz dou monde queje miaus amoie! Haï, Tristan! Comant m'avés tollue le cuer de mon ventre!». Et aprés ceste parole, il comance a plorer mout tendrement, et tuit les autres qui hi estoient preurent ausint.
[p. 247]
Et quant m. Tristan voit demener si grant duel au vavassor, et hooit ce qu'il disoit, il n'a grant pitié. Il dit a soi meïsmes qu'il ne i voudroit estre hostellés avech lui. Et quant li vavassor et m. Tristan ont mengiés, il moinent m. Tristan en une mout belle chanbre par lui coucier. Et une damoiselle, qui avoit estés a la cort dou roi Artus quant m. Tristan devint conpainz de la Table Reonde, et quant elle le voit, si le connuit maintenant. Elle s'en vait tantost au vavassor, et li dit: «Mon seingnor, sachiez de voir que vos avés en votre hostiaus le votre enemis Tristan!». «Et comant», fait il, «est il done celui que a soupee avech moi?». «Sire», fet elle, «voiremant est il, car je le connois mu bien, por ce queje le vi a la cort dou roi Artus». «Amie», fait li vavassor, «or alés encore veoir, si me savrez miaus dir se il est m. Tristan». La damoiselle s'en vait a la chanbre de m. Tristan, et li offre la bone soir, et paroule avec lui de maintes chousez. Et quant elle l'ot bien conneûs, elle s'en torne au vavassor, et li dit: «Sire, voiremant est il m. Tristan!». Lorz fist armer li vavassor bien doçe serjenz, et lour comande tot maintenant qu'il aillent a la chanble la ou m. Tristan estoit, et le preïssent et meïssent en prisonz. Et ceaus s'en alent sanz nul deleament faire a la chanbre de m. Tristan, et le truevent en chamise et en braies. Il le pristrent tot maintenant con celui que ne se puet defendre, car il estoit despoilliés et desarmez. Il li firent mettre sez dras, et le moinent en une prisonz mout fellenesse et cruelz. Et quant monseingneur Tristan se voit ensi prendre et enprisoner, et voit qu'il ne se puet defendre, il n'a grant ire, et dit a soi meïsmez q'il est conneûs. Il demande li serjenz por coi il l'avoient ensi pris. Et cil li dient: «Vassalz, vos est a la mort venus, carvos ociestes le fiz notre seingnor!». Atant s'en tornerent a lour seingneur, et li distrent comant il l'avoient mis en prisons. Et quant m. Tristan se voit en si mal leu, el qu'il n'i a mestier proesse ne force d'armes, et voit qu'il estoit atint par si mauveis achaionz, il a grant duel et grant ire, et mout se deme [n] t et se delaingne, et dit qe mout ont eû tost fin sez chevaleries. « Hay5, m. Lancelot!» fet il, «que ne savés voz hore ceste mescianse qui m'est sourvenue, que voz me delivrast de si hentouse mort con je croi recevoir quant je ne me puis aidier! ». Mout se deme [n] t m. Tristan celle nuit. Et quant li jor fu venus, li vauvassor s'en vait a la prisonz de m. Tristan, et li dit: « Ha, mauveiz et traïtres, or me vengierai je de toi de si grant domajes que vos m'avés fait, car vos m'ociestes mon doux fiz desloiaument! Et je te farai morir ensi come traïtrez et desloiaus!». «Sire», fait m. Tristan, «vos ne dites pas verités, car desloiaus ne traïtres ne fui je onques que je saiche, et sul prest que je m'en defende encontre le meillor chevalier dou monde». «Vassal», fet li vavassor, «je te farai tot ce qu'il convendra». Lors se part de lui, et s'en vient en la maistre sale dou paleis, et mande par tuit li haut homes dou chastel, et lour dit: «Seingnor, voz savés bien comant m. Tristan de Leonois ocist mon fiz, et la Deu merci nos l'avons en tel leu que nos noz en peûssonz bien vengier. Et por ce <que> voz est mes homes, si vuoill que vos me consiliez de quel mort je le firai morir». Et li plusor distrent comunemant qu'il volent qu'il li face couper la teste. Et a ce s'acorde li vavassor et toz sez homes, et fait comander que l'endemain fussent la hors en la prarie pour veoir couper la teste a m. Tristan pour la mort son fiz. Et un serjenz, que a m. Tristan gardoit et donoit mengier, li dit: «Ha, sire, comant il est grant pechiez et grant domajes de voz, car sachiés que au maitin vos sera coupé la teste! ». Et quant m. Tristan l'entent, il n'a grant duel: « Ha, Damedeu! » fet il, «je vos pri par votre pitié que voz aiez merci de m'ame, car li cors alés est trop briefmant! Et si voiremant aiés vos merci de moi, con il me poise plus de ma fin qu'il est si tost venue, por ce que je ne ai peû mostrer ma chevalerie, qu'il ne faiz de ma mort!» Mout demoine m. <Tristan> grant duel et grant ire, il demande un preudomes, et se fait confés de tot ce q'il se sentoit coupables ver son Creator. Et puis comance son duel en tel mainieres: «Hay5, roy March et reïne Yçelt!» fet il, « comant vos avrés grant dolorz quant voz savrés que je sui mort si villainemant!». Mout atent m. Tristan l'endemain con grant doutte et con grant peor. Et quant l'endemain fu venus, atant es voz venir m. Palamidés. Et entre dedens le chastiaus, et desmonte a l'ostel dou vavassor. Et vallet le desarment et li doinent mantiaus par lui afibler, et le moinent a lour seingnor. Et quant li vavassor le voit venir, il le connuit tot maintenant, et li vait a l'encontre, et li dit: «Sire Palamidés, voz soiez li tres bien venus, car vos est bien venus a point de veoir morir le votre greingnor enemis que vos aiés en ceste monde.» «Sire», fait m. Palamidés, «li
[p. 247]
quelz est celui que vos dites, qui est ensi mo [n] nemis?». «Sire Palamidés», fait li vavassor, «ce est m. Tristan de Leonois!». «Et comant», fait m. Palamidés, «le verai je morir?». «Por ce» fet il, «que je l'ai e [n] ma prisonz chaienz, et li firai au maitin couper la teste, car il ocist un mori fiz en traïsonz». Quant m. Palamidés entent ce, il n'a grant joie, et dit a soi meïsmes que ce veaut il bien, mais ne i se voudroit estre troyés. Et puis dit qu'il se tendra si coiemant que nul ne le connoistra, ne savra qu'il soit estés. Grant feste et grant henor fait li vavassor a m. Paiamidés celle nuit. Et quant li jor fu venus, li vavassor fist venir devant lui m. Tristan, et li fait liet le main. Et il mont a chevaus, et moine o lui bien cinqant chevaliers armés de toutes annes. Et m. Palamidés prent sez armes, et se met son ieume en son chief, por ce que m. Tristan, ne nul autre, le peûst connoistre, et se met ausi avech li vavassor. Atant se mistrent a la voie a tuit sez chevaliers, et alent hors dou chastiaus, et moinent m. Tristan tot a pié, le main liez derieres le dos. Et toutes les jenz que voient m. Tristan ensi aler a sa mort, n'avoient tuit pitié, et disoient que mout estoit grant domajes de sa mort. Et quant il furent venus en la place, la ou il li doivient fere couper la teste, et m. Tristan qui ot veû m. Palamidés, connuit tot maintenant que cestui estoit chevalier herrant, et au contenemant li senbloit il voiremant que cestui estoit m. Palamidés. Lors li dit: « Sire chevalier, vos me senblés chevalier aventeuros, et por ce voz pri que quant voz verrés a la cort li roi Artus, et voz i troverés li roi, et madame la reïne Genevre, et m. Lancelot et m. Gauvain, et tous les autres conpainz de la Table Reonde, que vos li salués de pars Tristan de Leonois, et lour contés comant je muir hentousemant. Et priés que mon escus, que je lassai a m. Lancelot, qui le faichent pendre en la maistre sale, por ce que quant il le veront, qu'il aient remenbrance de moi». Et toute fois, quant m. Tristan disoit ce, il ploroit mout tendremant. Et quant m. Palamidés hoï ensi paller m. Tristan, et le voit ensi plorer, si li en prent si grant pitié qu'il en plore tendremant desout son ieume, et dit a soi meïsmes: «Hay5, Palamidés, chevalier mauveis! Coment soufre tu que devant toi receve mort li meillor chevalier dou monde? Certes tu es hunis a toz jorz, quant tot li monde savra que tu soies estés a la mort dou meillor chevalier dou monde, et tu ne met tot ton pooir en sa delivrance! Et, se m'aït Dex, tot soit il mo [n] nemis mortiaus, si ne garderai je ce, niais aille comant il pora aler, car je me metrai en aventure par sa delivrance». A ce s'acorde m. Palamidés li buen chevalier, ne ne i garde ne nimistié ne autre chouses. Quant li vavassor comande que l'en li coupe la teste, et m. Palamidés se met avant, et dit qu'il ne soit nul si hardis qu'il met main en m. Tristan par lui maux fere. «Et comant, sire Palamidés», fait li vavassor, «mez volés vos defendre e [n] mon ostiaus que je ne me vengie de mo [n] nemis mortielz? Certes se vos en pallerés plus, je firai couper la teste avoz et alui! ». Et m. Palamidés li dit qu'il sont tuit mort. Lors ne fait nul deleament, ainz laisse corre au vavasor, et li done, dou glaivies qu'il tenoit, si grant coux parmi le cors que le fer en pert pour derieres, dont li vauvassor cheï mort a la terre. Et quant li chevaliers au vavassor virent mort lour seingneur, il corrent tuit sour m. Palamidés, et m. Palamidés a eus, et comencent une mellee mout grant. Et m. Palamidés lour comance a doner grandismes coux a destre et a senestre. Il abat chevalier a la terre, il trebuce chevals, il comance a fere si grant mervoille d'armes que ce ne semble pas proesse d'omes, mais foudre et tenpestes. Il fait tant en pou d'ore qu'il est plus redoutés que tonoir. Il ne atint chevalier a droit cous qu'il ne l'ocie ou ne le maagne malemant. Et quant li chevalier dou chastel virent m. Palamidés qe ensi les aloit ociant, il ne i ot nul si ardis qu'il l'oçast atendre, ainz se mistrent a la fuie tant con il plus puent verz li chastiaus. Et quant m. Palamidés voit qu'il les a ensi desconfis, il ne li vait pas enchaucant, ainz s'en vait tot maintenant a m. Tristan, et li deslie le main, et li dit: «Sire, montés sour un de cist chevaus que vos ci veés hastivemant». Et quant m. Tristan entent ce que m. Palamidés li dit, il ne fait nul deleament, ainz monte tot maintenant. Et quant m. Palamidés le voit a chevaus, il li dit: «Sire, or dou chevauchier, car ce que voz estes desarmés vos poroit tost mescheoir; mes se vos fuissiés armés, ne nos partiromes sanz mellee». «A votre comandement», fait m. Tristan, «car voz estes les omes au monde que je miaus doie amer, car voz m'avés hostés de hentouse mori! ». Atant se mistrent a la voie et se mistrent au chemin. Quant li chevalier dou chastiaus virent que cil s'en aloient, il ne vont eaus pas derieres, ainz vont en la place ou la battaille avoit estés, et pristrent lour seingnor et lour amis que mort estoient, et le porterent eu chastel, et li firent enterrer a grant plores et a grant lermes.
[p. 248]
Et m. Palamidés et m. Tristan chevaucent tant qu'il furent alés entor de quatre liegues. Atant furent venus a un hostel d'un chevalier que de mout grant ages estoit, et avolt estés de l'ostiaus du roi Artus, et amoit mout tuit li chevalier de celui hostels. Et quant il i furent venus, et vallet l'aïdent desmonter, et puis le moinent au viel chevalier. Il le saluent, et il lor rent le salus bien et cortoisemant, et li demande dont il sunt. Et m. Tristan li dit qu'il sunt de l'ostiaus dou roi Artus. «Seingnor», fait il, «voz soiés li tres bien venus, car je voz di que je aime assez tuit ceaus de celui ostiaus. Et coment, sire», fait il a m. Tristan, «alés voz ensi desarmés?». Atant li conte m. Palamidés tot l'afer comant il avoit estés. Lors comande li hostes a sez vallet qu'il desarment m. Palamidés, et dit qu'il mettra buen conseill en m. Tristan, et li vallet le firent tot maintenant. Et quant monseingnor Tristan voit m. Palamidés desarmés, et connuit que ce estoit m. Palamidés, il li cort le bras tandus, et m. Palamidés a llui, et s'acollent et baisent cent fois. «Hay5, m. Palamidés!», fait m. Tristan, «beneoit soit le jorz que voz fust nes! Or apert bien vottre francise et votre jentilise, car quant tot li monde quidoit que voz me fuissiés enemis mortiaus, et que me voussiés mettre a mort, et vos voz meïstes en si grant perilz par moi hoster de si hentouse mort dont je estoie si prochain de recevoir, dont je voz di que je serai votre homes a toz jorz de ma vie, car jamés li mon cuer ne poroit avoir haïne ver voz, tant m'avés valus a cestui point». «Sire», fet m. Palamidés, «je vuoill estre votre amis et vottre bienvoillanz, et vos serverai et henorai de quanque je porai». Que voz en diroie? Mout fait grantjoie et grant feste les uns a les autres, et mout se offrent servis et henors, et mout se demostrent grant amistié. Li viel chevalier lour fait doner mantiaus par caus afibler, et mout lour fait grant joie et grant festes, et mout li demande de ceaus dou l'ostel dou roi Artus. Mes atant laisse li contes a paller de cist deus, que bien i savra retorner prochainemant, et pallera li maistre d'une autre matire que ne est pas d'une con cest. Et veaut paller li maistre de m. Galeat li tres buen chevalier, le fiz monseingneur Lancelot dou Lac. Ci comance des chevalerie de m. Galeat, comant il mist a mort et Dalidés. En cest partie dit li contes que mesire Galeat, li tres buen chevalier, le fiz monseingnor Lancelot dou Lac, chevauchoit par le roiames de Logres querant aventures en celui tenz que la queste dou saint Graalz fu comenciés. Or avint que une soir vait osteller chiez un vavassor, que avoit un fiz que avoit estés novel chevalier en celui anz, que Dalidés estoit apellés. Ne ne avoit plus de vins anz d'ages, et estoit un des meillor chevalier dou monde, et son pere ne avoit plus d'enfanz que cestui Dalidés. Et amoit pour amor une jentilz dames qui avoit nom madame Aleyne dou Chastel dou Plain, et estoit une des plus bielle dames dou mondes, dont Dalidés en fist maintes chevaleries et maint chevalier en mist a outrance. Et quant li vavassor et son fiz ont seû comant il avoient en lour ostiaus messire Galeat, que l'en tient au meillor chevalier dou monde, il li font grant joie et grant feste, et mout le onorent et servirent de tot lour pooir celle nuit. A l'endemain bien pour maitin se lieve m. Galeat, et prent sez armez, et monte sour son chevaus, et acomande li vavassor et son fiz a Deu, et li mercie assés dou grant henor qu'il li avoient fait, et se met son chemin aventure querant. Et quant m. Galeat se fu partiz, et m. Dalidés s'en vait a son pere, et s'ajenoille devant lui, et li dit: «Pere, je voz pri que vos m'otroiés un don que je voz demanderai». Et li pere, que ne avoit plus fiz, quant il le vit ensi a jenoilz, il le drece tot maintenant, et li dit: «Ha, doux fiz, que est ce que tu me dis? Il ne est rien au monde que je vos escondisse, et vos otroie debonairemant tot ce qu'il te plet». «Grant merci, biaus pere», fet Dalidés, «or sachiés que voz m'avés hotroiés que je m'esprove a m. Galeat de joste et de mellee! ». Et quant li pere hoï ce que son fiz li demande, il li dit: «Ha, biaus fiz, merci pour la douce Mere Deu! Et ne te place que je m'ocie! Or ne ses tu que messire Galeat est li meudre chevalier dou monde, et que nul poroit venir au desus de lui? Et se tu te esprove a eus, et il te mesceoit, je m'ocirai tot maintenant, car tu set que je ne ai plus d'enfanz de toi». «Pere», fait Dalidés, «sachiés de voir que je ne m'en remandrai pour rien dou monde que je ne m'esprove a mesire Galeat». Lorz s'en vait tot maintenant a sa chanbre, et se fait armer hastivemant au miaux qu'il puet. Et quant il est bien armés, il monte sour son chevaus que un vallet li avoit aparoilliés, et se met aprés m. Galeat pour melleer a llui. Et quant son pere voit que son fiz s'estoit mis aprés m. Galeat, et dit qu'il li departira. Atant apelle bien doçe
[p. 248]
chevalier, et montrent heuramant, et s'en vont aprés eaus par departir m. Galeat et son fiz. Et m. Dalidés, qui ot tant chevauciez qu'il vit m. Galeat, li crie tant con il puet: «Sire Galeat! Arestés vos, cara joster voz estuet!». Quant m. Galeat se oï ensi apeller, et voit que li chevalier venoit si grant alleûre aprés lui, il li torne la teste dou chevaus. Et quant m. Dalidés fu a lui venus, et m. Galeat li demande: «Qi est voz que de joste m'apellés?». «Sire», fet il, «je sui Dalidés, le fiz au vavassor avech cui voz herbergiastes anuit». «Ha, biaux doux amis Dalidés», fet m. Galeat, «por coi volés voz joster a moi?». «Sire», fet Dalidés, «ce vos conterai je tot maintenant: or sachiés que je aime pour amor une des plus vaillanz dame dou monde, dont je ne vuoill qu'elle se teingne a moi se je ne sui ausi le meillor chevalier dou monde; dont je ne puis miaus savoir la certaintés con de esprover a vos, car tot li monde voz tesmoingne au meillor chevalier dou seicle». Et quant mesire Galeat l'entent, il n'a grant mervoille, et dit que de grant cuer est li chevalier, et dit: «Biaus amis Dalidés, je te pri que tu me laisse aler tot quitemant, ne de joste ne m'apeller, car je ne poroie avoir voluntés de prendre moi a toi, por le grant henor que ton pere et voz meïsmes feïstes a moi en votre ostiaus». «Sire», fait Dalidés, «sachiez de voir que je ne m'en remandrai pour rien dou monde, et vos di que je ne le fais par haïne que je ai avoz, mais por celle esprove que je vos ai contés». Et quant m. Galeat voit qu'il ne se puet partir sanz jostes, il dit qu'il se jostera outre sa voluntés. Lors ne font nul deleament, ainz se trait les uns ensus de les autres. Il baissen lez glaivies, et hurten li chevaus de sporonz, et vient les uns ver lez autres tant con il puent de lour chevaus traire, et se trefierent sour l'escus de toute lour force. Dalidés bliçe sa lanse, et m. Galeat le fiert si roidemant qu'il li perce li escu et li auberz, et li met le fer dou glaivies parmi le cors, si qu'il li pert pour deriere le fer. Et le porte a la terre tiel atomés qu'il ne a mestier de mire, dont il fu grant domajez par tot li monde, car trop estoit buen chevalier. Quant m. Galeat voit qu'il les ha crisi abatus, il trait a soi son glaivies, et au t [re] re, il voit qu'il ne mue pié ne main; il croit bien qu'il soit mors, dont il est mout iriés, et s'en vait son chemins. Et puis ne demore gramant que un chevalier dou pere, qui avoit chevauchiés plus hastivemant, hi fu venus, et le trueve ensi gegir a la terre. Il desmonte tot maintenant, et le trueve qu'il estoit a sa fin venus. Li chevalier apelle Dalidés, et il ovri les iaux. Et quant il vit li chevalier, il li dit ausi con il puet: «Sire, je te en merci que voz mori cors feitez porter au Chastiaus dou Plain, et enluech me faites enterrer, et mettre en cerit sour la lame de ma tonbe con j'e sui mors pour madame Aleyne por la main Galeat, li tres buen chevalier. Et priés ma dame qu'elle ne doine son amor a pire chevalier de moi». Aprés ceste paroles ne dit nul mot, for tant qu'il bati sa coupe, et joint sez main sor son pis, et dit: «Biaus Pere et Fiz et saint Espirit, aiez merci de m'ame! ». Et atant se trapasse dou seicle. Et aprés ne demore gramant que li pere hi vint, et desmonte cramant, et voit son fiz geçir. Il le abrace, tot ensi sanglant con il estoit, et se pasme sour lui. Et quant il revint en sa memoire a chief de pieces, il dit: «Hay5, biaus Sire Deu, comant il voz est pleû que je voie devant moi mors le mori doux fiz, cui je amoie sour toute rienz, car il estoit m'ame et ma vie? Et quant je le voi ensi mors, je ne quier plus vivre aprés sa mort. Et voz pri, biaus Sire Dex, que aiez merci de m'ame». Et aprés qu'il ot dit ceste paroles, il prent sez espee, et se fiert parmi le cors en tel mainie [re] s qu'il cheï mort a la terre. Et quant sez chevalier virent ceste grant mescianse de lor seingneur que mort estoient, il en font grant duel. Et pristrent le cors, et le porterent a lour chastiaus, et enluech firent enterrer li vavassor a grant lermez. Et puis pristrent li cors Dalidez, et le mistrent en une biere, et se mistrent au cheminz, et chevauchent tant qu'il furent venus au Chastiaus dou Plain, la ou madame Aleyne estoit. Et quant elle soit que ce estoit li corz Dalidés, et l'achaionz por coi il estoit mort, elle en fait le greingnor duel dou monde. Il le firent enterrer tot crisi con il avoit requis. Et fu mis desus la lame de sa tonbe lettres que tesmoingnent l'achaionz de sa mort. Mais atant laisse li contes a paller de cestui fait, que plus ne en pallera, et torne li maistre a paller de m. Tristan et de m. Palamidés li Paienz. Comant m. Galeat se conbati a m. Tristan et a m. Palamidés durement. Li contes dit que quant m. Tristan et m. Palamidés furent demorés avech li viel chevalier bien quatre iorz, li chevalier fait doner a m. Tristan armes bonez et belles, et tot ce qu'il ot mestier. Et
[p. 249]
quant il furent bien annés, il montrent en lor chevaus, et comandent li viel chevalier a Deu, et le mercient assez de ce qu'il les ha tant serviz et henorés. Et se mistrent au chemin, et chevauchent tant qu'il estoit midi passéz sanz aventure trover que a mentovoir face en contes. Aprés midi ont tant chevauchiés qu'il ont auqez loingn veû un chevalier armés de toutes armes sanz nulle conpangnie, et avoit covert son escu d'une ouiçe vermoille. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit mesire Galeat, li tres buen chevalier. Atant parole m. Palamidés: «Sire Tristan», fet il, «veés la un chevalier aventeuros; et por ce qu'il a maint jorz que je ne fis d'armes vos pri que voz m'otroiés lajoste dou chevalier». «Sire», fait m. Tristan «quant il vos plest, et voz l'aiés!». Atant se met avant m. Palamidé toz aparoilliez, et li crie: «Danz chevalier, a joster voz estuct!». «Sire chevalier», fait m. Galeat, «je ne ai ore voluntés de joster ne a vos ne a autrez». Et sachiez que m. Galeat estoit mout iriés, por ce qu'il avoit le jor meïsme mis a mort m. Dalidés. Et quant messire Palamidés voit que cil li refuse la joste, il li dit autre fois: «Sire chevalier, votre escondire ne voz vaut rienz, car vos ne poés passer sanz joste!». Et quant messire Galeat voit qu'il ne puet passer sanz joste et mellee, il ne font nulle demorance, ainz se esloingne les uns da lez autres, il baissen les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz, et vienent si grant alleûre qu'il senblent que la terre se deûst fondre desout caus. Il se trefierent sour l'escuz de tote lor force. M. Palamidés bliçe sez glaivies, et m. Galeat fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant, et de tant li avint bien qu'il ne ot autre mal four que le cheoir seulemant. Et m. Galeat s'en vait outre parfomir son poindre, et dit a soi meïsmes que de grant pooir est li chevalier, et que a piece mais ne truevé que si duremant l'encontrast. Et quant m. Tristan voit m. Palamidés aleralatem en tel mainiere, et si asprement, et qu'il le priçoit tant de chevalerie, il en devient tout esbaïs, il dit: «Sainte Marie! Que puet ce estre quant je voi un des meillor chevalier dou monde estre si portés a la terre par l'encontre d'un seul chevalier?». Lors s'en vait tot mai [n] tenant ver monsegneur Galeat et li dit: «Sire chevalier, vos avés abatus mon conpangnons, por ce me seroit tornés a coardie se je ne vengiasse sa honte a mon pooir. Et voz gardés de moi, car a joster vos estuet!». Et quant m. Galeat voit que encore li convient joster, il ne fait nul deleament, ainz se trait les uns ensus de les autres, il baissen les glaivies, et se vienent au ferir de sporonz tant con il puent de lor chevaus trere. Li chevaus estoient fort et isniaus, et li chevaliers que desus estoient sunt preus et puissant. Il venoient si grant allegre con se la foudre le chachast. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escu de tote lour force. ' M. Tristan bliçe sez glaivies, et m. Galeat fiert lui si roidemant qu'il met en un mont lui et li chevaus, et s'en vait outre parfomir son poindre. Quant m. Tristan se voit a la terre, il n'a si grant ire car pou qu'il ne rage de duel. Il se lieve mout hastivemant, et dit bien que de grant pooir est li chevalier. Et m. Palamidés, que ja s'estoit relevés, dit bien a soi meïsmes que puis qu'il porté armes primieremant, ne truevé chevalier que si duremant l'encontrast con cestui fist. Et quant il voit encore m. Tristan a la terre, il dit: « Ha, Damedeu! Que est ce que je voi? Car m. Tristan, qui est le meillor chevalier dou monde, est ensi fellenessemant portés a la terre par l'encontre d'un seul chevalier! Par foy, ce est grant mervoille, et de grant pooir est li chevalier! ». Et m. Tristan s'en vait tot droit verz m. Galeat, et li dit: «Sire, voz noz avés bien mostrés que voz estez meillor chevalier de lanse que nos ne somes, et por ce me vuoill je esprover a vos a l'espee, si vengierai ma honte se je onques porai!». «Sire chevalier»,respont m. Galeat, «sachiez de voir que je ne ai ore voluntés de melleer ne a voz ne a autres, car je ai mout aillors a ffere». «Sire, fait m. Tristan, «il voz convient a moi esprover as brand, si veron conbien voz noz savrés mostrer de votre bontés». «Et comant, sire», fait m. Galeat, «done me volés fere a force melleer a l'espee?». «Nenil», fait m. T., «mes voz savez bien que quant li chevalier se sunt esprovés de jostes, qu'il s'esprovent encore a l'espee». «Oïl voir», fait m. Galeat, «se il sunt andeus en veluntés d'esprover eaus!». Que voz en diroie? Tant li dit m. Tiistan bones paroles et orguelieuses que m. Galeat li dit: «Sire chevalier, quant voz avés si grant voluntés de melleer, a la battaille est venus tot maintenant!». Il ne fait nulle demorance, ainz desmonte herament, et atache son chevaus a un harbrez. Et puis se met l'escuz devant, et met main a l'espee. Et m. Tristan fait tot autretel, et vait les uns verz les autres l'espee droite contremont, et se tredonent grandismes coux, et comencent une mellee mout dure et pesmes et aspre. Or puet l'en veoir grant coux doner et recevoir.
[p. 249]
Quant m. Tristan ot auques esprovés la grant force de m. Galeat, il dit bien que voiremant est cestui li plus puissant chevalier qu'il trovast a jor de sa vie. Et m. Galeat dit bien tot autretel de lui. Mout se tredonoient grant coux. Et m. Palamidés, que la battaille regardoit, n'a grant mervoille, car il voit tot apertement que m. Tristan est tant travailliés qu'il ne pooit gramant en avant, et voit li chevalier que si mantient plus asprement et miaus que au comencemant de la battaille. Et por ce dit il a soi meïsmez qu'il ira seucorre m. Tristan. Atant se met l'escus devant, et met main a l'espee, et s'en vait tot droit la ou li chevaliers se conbattoient, et se met au devant de m. Galeat. Et quant m. Tristan voit ce que m. Palamidés avoit fait, il li dit: « Hay5, sire conpangnons! Mout me priçés petit, quant voz ne creés que je me peûsse defendre dou cors d'un seul chevalier. Mout quidiés que je soie travailliés?». M. Palamidés ne li respont pas, ainz cort sus a m. Galeat, et il ne le refuse pas, come celui que de grant cuer estoit. Lors done les uns a les autres grant coux. Or puet l'en veoir li buen Palainidés au chanp encontre le meillor chevalier dou monde. Mout la fait bien m. Palamidés, et bien mostre a cestui point qu'il est puissant chevalier. Et m. Galeat dit bien que voiremant sunt andeus de grant pooir. Que voz en diroie? M. Palamidés mantient tant le primier asaut con il plus puet, mes ce est noiant qu'il se peûsse mantenoir longemant encontre la grant aspresse de m. Galca [t] . Quant m. Tristan voit m. Palamidés tant travailliés, et qu'il ne pooit plus en avant, il s'aparoille de la battaille, et se met au devant de messire Galeat. Et quant m. Galeat voit cestui fait, il paroule atant, et dit: « Ha, maveis chevaliers et fallis! En quel mainieres vos conbatés voz a moi? Certes vos ne faites ensi con chevalier herrant et loiaux font, carje voz di loiaumant que se vos feïstes come chevalier herrant font, que quant li un est au chanp o moi, et il feïsse tot son pooir jusque a outrance, et vos fuissiés tiel vins chevaliers con vos estes deus, si vos quideroie je bien tuit mener a outrance en un jorz». Et quant m. Tristan hoï paller si hautemant li chevalier, il dit a soi meïsmes qu'il ne puet estre qu'il ne soit chevalier de tres grant puisance, et por ce dit il qu'il le veaut connoistre, se il onques puet. Atant li dit: «Sire chevalier, je vos ai oï paller si hautemant que je ai voluntés de savoir qui voz est, et porce vos pri que voz mes diés votre nom». «Sire», fet m. Galeat, «or sachiez bien que je ne voz ai dites chouses que je ne creoisse mantenir, et voz me priés que je voz die mon nom, et je le vos dirai tot maintenant. Or sachiez que je sui apellés Galeat, fiz sui monseingnor Lancelot dou Lac, ne sai se onques oïstes paller de moi». Et quant m. Tristan entent que cestui est m. Galeat, li tres buen chevalier, les homes au monde a cu'il s'avoit greingnor voluntés d'esprover, il n'a grant joie, et dit contre son cuer: «Hay5, Tristan de Leonois, or es tu au chanp encontre le meillor chevalier dou monde, a cui tu ai eû si grant desirier d'esprover toi a eus! Or convient a cestui point que tu demostre tot ton pooir et ta chevalerie! ». Atant dit a m. Palamidés: «Biaux doux conpainz», fet il, «je te pri pour amor que vos me laissiés ceste battaille fornir jusqe a outrance». Et quant m. Palamidés voit la voluntés de m. Tristan, il li respont: «A votre comandemant!». Lors ne font m. Tristan ne m. Galeat nul deleament, ainz enbracent li escus, et drecent l'espee contremont, et cort les uns sour les autres mout hardiemant. M. Tristan gette tot primieremant sour m. Galeat, et li done li greingnor coux qu'il puet amener de haut a la force dou bras. Li coux fu ferus pour grant vertus, et li abat un grant chantel de son escuz, et desmaille de l'aubers, mais la chars ne li touchie il mie. Mais en rechoit tantost le guerardon, car messire Galeat li done parmi l'ieume si grant coux qu'il i met dedenz la spee bien deus doie, mais la charz ne li touchie il pas, jusque la teste. Mes m. Tristan en fu si estordis qu'il dit que «voiremant est cestui li buen chevalier dont tot li monde en parole». <Mout tient li uns l'autre court, et> mout se mantient miaux m. Tristan a cestui point u'il ne avoit fait devant, et mout s'esforce et mout i met tot son pooir. Il se mantient si bien que m. Galeat n'a grant mervoille, et dìt contre son cuer: «Par foy! Je puis bien dir seûremant que cestui est le meillor chevalier a cui je me conbattisse dou primier jor que je portai armes primierement, et je ai doutance qu'il ne soit dou lingnajes monseingnor mon pere». Que voz en diroie? Il avoient tant feruz et mailliés les uns sour les autres que ce estoit une pitié a veoir, car sachiez q'il s'avoient tot l'escuz despieciés, les auberz desmailliés, et l'ieume maumenés, si que la place la ou il se conbattoient estoit toute coverte de pieces d'escus et de maille d'auberz. Et li chevalier estoient si las et si travailliés qu'il ne puet gramant en avant, mes sanz doutte m. Galeat avroit ancois assez souffert
[p. 250]
au grant beiçonz. Et m. Palamidés, que la battaille regardoit, et l'affer de l'un et de l'autre, dit bien a soi meïsmes que voiremant sunt andeus li meillor chevalier dou monde, et li plus puissant, et « si voiremant m'aït Dex con je ne vi ne hoï paller a jor de ma vie d'une si dure battaille con cest a estés de deus chevalier. Et mout puet plus m. Tristan au grant beiçonz que je ne quidoie jusque a cestui point qu'il tant peûst! Mes de l'autre chevalier di je bien tot hardiemant qu'il est li meillor chevalier qui soit en trestous ceste monde». Ensi disoit m. Palamidés a soi meïsmes des deus chevaliers. Et quant m. Galeat et m. Tristan onttant mantenus lour mellee con je voz ai contés, et m. Galeat voit que m. Tristan veaut mener la battaille a outrance, il dit bien a soi meïsmes qu'il le croit bien mettre au desout. Mais ensi con je voz ai contez ca arieres, il avoit doutance qu'il ne fust aucun dou lingnajes son seingnor son pere, et pour ce dit il qu'il velt savoir qui li chevalier est. Et atant parole il a m. Tristan, et li dit: «Sire, je voi apertemant que vos volés mener ceste battaille a outrance, dont je voz pri que voz me diés votre nom.. Car se voz ne estes dou lingnajes au roi Band ou des conpains de la Table Reonde, je irai avant de la battaille. Mais se voz estes d'aucun de cestui, je ne me contatterai a voz e [n] nulle mainiere dou monde». Et quant m. Tristan entent m. Galeat, il connuit apertemant que pour raisons il ne poroit mener la battaille a outrance, puis qu'il sunt andeus des conpainz de la Table Reonde, se l'appel ne fust de traïson. Et ancois qu'il set qu'il est fiz monseingnor Lancelot dou Lac, que ensi est son amis, il dit a soi meïsmes qu'il firoit grant malz se il alast plus avant de la battaille, et por ce se fait il connoistre a mesire Galeat. Atant li dit: «Sire Galaaz, vos m'avés priés que je vos die mon nom, et je le voz dirai hore [n] droit: or sachiez que je sui Tristan de Leonois, votre amis et de votre pere! ». Et quant m. Galeat entent que ce est m. Tristan, il li dit: « Hay5, merci, sire Tristan, je voz pri que vos me pardonés de ce que je me sui conbatus a voz; et prenés mon espee, que je me teingne pour houtrés!». «Hay, sire Galeat», fait m. Tristan, «que est ce que vos dites? Ne place Deu que je la doie prendre! Mais voz prennés la moie, ensi con li ineudre chevalier dou monde». Que voz en diroie? Mout offre les uns a les autrez sez espee, mes nul ne la velt prendre. Ainz se hosterent li hieume de chief, et s'acollent et baissent assez, et m. Palamidés ausint. Et mout se font grant joie et grant feste li trois chevaliers. Et quant il se sunt conjoié une pieces, m. Tristan lour dit: «Seingnor, noz somes hui travailliés assez, por ce je croi qu'il seroit buen que noz alon a aucun recet, la ou nos noz peûssons auques repouser». «A votre voluntés», distrent m. Galeat et m. Palamidés. Lors montrent en lour chevaus, et se mistrent a la voie, et chevaucent tant qu'il furent venus a un mostier, la ou m. Galeat avoit maintes fois repairiés. Et li freres lour font grant henor, et li moinent en une chanbre, et le desarment, et auques de bleceûres qu'il avoient font caus laver et bender. Ensint demorent laiens li trois chevaliers bien une semaine a grant joie et a grant feste et a grant seulas, et mout demande les uns les autres de lour estre, et mout font grant joie dou grant asaut qu'il s'avoient fait le jor de la battaille. Et un jor dit m. Galeat a m. Tristan: «Sire, je voz pri que voz me contés comant et en quel mainieres voz vos conbatistes primieremant a monseingnor mon pere le jor de la battaille dou Peron Merlin, et l'achaionz por qoi». Quanti m. Tristan entent ce, il comence maintenant a sorire, et li dit. «Sire, or sachiés que de celle battaille me sovendra a toz jorz de ma vie. Et quant vos le volés hoïr, et je le vos conterai ore [n] droit». Lors li comance a conter tot le fait comant avoit estés. Et quant m. Galeat l'ot entandus, il comance a sorire, et puis dit: «Par foy! Tiel fu l'sventure! Con gostés chieremant l'aïne de voz et de m. Palamidés a monseingnor mon pere! ». Assés se seulacentet desduient ensenble. Ci devise comant m. Galeat et m. Tristan et m. Palamidés et Banis desconfirent m. Elis li Ros et .C. chevaliers. Or avient que une soir q'il se seoient a les tables et soupent, atant es voz venir un chevalier armee de toutes armes, que Banis estoil appellés. Et estoit dou lingnajes au roi Band, et estoit venus novellemant eu roiames de Logres, et ne connoisoit gramant des chevaliers de son lingnajes four que pour hoïr. Et quant il fu venus devant le tables, il li salue, et cil li rendent le salus cortoisemant. Et comandent a lour escuierz qu'il le aïdent desarmer. et il le font maintenant, et li doinent l'aigue et le font asetter a les tables. Et lr demandent de son estre, et il lour conte toute
[p. 250]
la verités. «Et en quel pait alés voz?» fet m. Tristan. «Sire», fet Banis, «je m'en vais tot droitemant a Kamaaloth, au roi Artus, et li aport novelles que ne sunt mie bones, mais sunt mauveis a tuit li preudomes dou monde». «Sire», ce dit m. Galeat, «contés les nos, se Dex voz doint bone aventures». «Sire», fait Banis, «je le vos conterai voluntierz. Je croi que vos savés comant Elis le Rous, li niez a Taulas de Rojemont, ha un son chastiaus en la Foreste Periliuse, la ou il fait son repaire, et a avec lui bien cent chevaliers, tuit preudomes et hardi duremant. Et pour ce que son oncle Taulas fu ocis par les homes dou l'ostel dou roi Artus, et il pour vengier celle mort, tuit li chevalier qu'il puet prendre, puis qu'il soient de l'ostel dou roi Artus, il li fait tuit mettre a mort. Or avint que hui maitin passé par devant li chastiaus m. Lamorat de Gales et m. Blioberis de Gaunes. Et m. Elis se mist caus devant bien a soisante chevaliers, et li pristrent a fine force, et li moinent dedenz le chastel. Et sai tot voiremant que se il ne sont seucorrus prochainement, qu'il mettra a mort angoisieusemant, dont il sera grant domajes au roi Artus et a toz li preudomes dou monde, car il sont andeus des meillor chevaliers de la Table Reonde!». «Hay5, sire», fet m. Palamidés, «et comant le savés vos?». «Sire», fet il, «je le sai par lour escuiers meïsmes, qui estoient avech eaus quant il furent pris et moinés dedenz le chastiaus». Et quant li trois chevaliers ont hoï ce que Banis lour avoit dit, atant parole m. Tristan, et lour dit: «Seingnor, c'il voz plest, je voz loeroie que noz alonz seucorre ceaus preudomes, car trop noz seroit grant honte quant nos li savon a si grant beiçonz, se nos ne li alomes seucorre». «Sire», ce respondirent m. Galeat et m. Palamidés, «il nos plet bien!». «Or alon au maitin», fa [i] t m. Tristan. «Seingneur», fait Banis, «je irai avee voz, c'il vos plet». « Bien soiés vos venus », font il. Que voz en diroie? Il se dormirent jusque a l'endemain. Et quant il fu ajomés, il se lievent, et alent hoïr la messe, et puis se armerent au miaux q'il puent. Et quant il furent bien aparoilliés, il montrent en lour chevaus, et acomandent ceaus de laienz a Deu, et se mistrent au chemin pour aler seucorre li deuz chevaliers. Et chevaucent tant qu'il furent venus auques propres dou chastel. Atant hoïrent soner un cor par maintes fois, et aprés ce ne demore gramant qu'il virent venir une conpangnie de chevaliers, que bien puent estre jusque a cent. «Seingnor», ce dit m. Palamidés a m. Tristan et m. Galeat, «or paira que voz feites; ensi convendra mostrer notre pooir». «Sire Palamidés», fet m. Tristan, «de quoi voz esmaiez? Vos veés ci m. Galeat que vos prie que voz ne i donés coux de lanse, ne ne faites four que le regarder! ». Ensi se desduient li trois conpangnons entr'aus. Et atant es voz venir m. Elis li Ros, a tel conpangnie con voz avés hoï. Il estoient en une mout belle prarie. Et quant il fu a eus venus, et un chevalier parole, et lour dit: «Seingneur chevaliers, estes vos de la maison li roi Artus?». «Vassal», fet m. Tristan, «voiremant somes nos de celui ostiaus, et conpangnons de la Table Reonde». «Done voz defendés», font cil, «que nos ne voz aseûron four de la mort!». Atant ne i ot plus pallemant, ainz baissent les glaivies tuit li quatre conpangnons. Il hurten chevaus de sporons, et se trefierent entr'aus mout hardiemant. Mesire Galeat fiert le primier chevalier qu'il encontre si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atomés qu'il ne a mestier de mire. Il ne s'areste pas sour lui, ainz en fiert un autres de celui poindre meïsmes qu'il le flatiz a la terre mout fellenessemant. Il fiert puis li tiers et le quart, il fait tant dou glaivies et de soi meïsmez qu'il abati en son venir douçe chevaliers mout aspremant. Et m. Tristan mostre bien a celui point que voiremant fu il fiz au buen roi Meliadus de Leonois. Car sachiés qu'il hi vint si aspremant qu'il abati en son venir .VI. chevaliers tiel atomés qu'il ne avoient pooir de lour relever. Et m. Palamidés, li puissant chevalier, hi vint si ardiemant qu'il mostre bien apertemant qu'il est bien un des buen chevalier dou monde. Car sachiés qu'il ne fist mie moin a celui poindre que m. Tristan, car il abati en son venir .VI. chevaliers mout cruelmant. Et Banis la fait si bien endroit soi qu'il ne fait pas a blasmer. Et li chevaliers dou chastel fierrent sour li quatre conpangnons plus asprement qu'il puent, et bliçent tuit lour glaivies sour eaus, ne de selle ne li remuent mie. Quant li quatre conpangnons ont bliçés lour glaivies, il mistrent main a l'espee, et lour comencent a doner grandismes cous. Or peûst veoir grant mervoille fere as trois conpangnons, et mauveisemant sunt deceûs li chevaliers dou chastiaus qu'il ont a ffere a trois li meillor chevaliers dou monde. Il li vont abattant et ociant ausi con c'il fussent bestes menues. Il font tant en pou d'ore qu'il sunt plus redoutés que tonoir.
[p. 251]
Et m. Elis, que voit sez homes si malemant atomés, il n'a grant ire si que pou qu'il ne rage de duel. Il tenolt un buen glaiviez cort et gros, il laisse corre a m. Tristan et le fiert au d'eschin si roidemant qu'il le porte a la terre, mais de tant li avint bien qu'il ne fu enavrés. Et quant m. Tristan se senti a la terre, il se lieve mout vistemant, et se met l'escus devant, et drece l'espee contremont, et se defent hardiemant, car sez enemis li corrent sus trop mauveisemant par lui mettre a mort. Qant m. Galeat voit m. Tristan a la terre a si grant meschief, il n'a grant ire, il ne fait nul deleament, ainz laisse corre celle part l'espee droite contremont, et se fiert entr'aus ausi con fait li lyons entres les bestes menues. Il fiert le primier chevalier qu'il encontre si fort qu'il le porte a la terre enavrés a mort. Il comance a doner grandismes coux a destre et a senestre, et a [a] rachier escus de cuel et heume de teste, et a [a] battre chevalier a la terre. Il li vait departant or ca or la, or a destre or a senestre. Il fait tant par fine force qu'il le remonte malgré trestous sez enemis. Et m. Palamidés, qe bien avoit veû comant m. Elis avoit abatus m. Tristan par grant desloiautés, il s'en vait tot droitemant, et li done si grant coux parmi l'ieume qu'il li mette la spee dedenz la teste plus des deus doie, si que m. Elis ne puet le coux sostenir, ainz chiet a la terre enavrés a mort. Et quant sez homes virent a la terre lour seingnor, et veont li quatre conpangnons que li aloient ensi ociant, il ne puet plus souffrir, ainz convient qu'il voident la place, se il volent lour vie sauver. Et atant se mistrent a la fuie, et se tornerent ver le chastiaus tant con il plus puent. Et li quatre conpangnons li vont auques enchauchant et ociant malemant. Et quant il ont auques mantenue lour chacie, il ne li chacent plus, ainz se tornerent en la place la ou la battaille avoit estés. Et m. Galeat paroule a ceaus que a la terre estoient abatus et navrés malemant, et dit: «Est entre voz Elis li Ros? Et se il i est, et il veaut sauver sa vie, il veingne paller moi!». Et m. Elis, que bien l'ot entandus, s'en vait a llui tot maintenant au miaus qu'il puet, con celui qui enavrés estoit duremant, et li dit: «Je sui Elis, que demandés voz? Et que vos plest?». «Elis», fait m. Galeat, «je te di: se tu vuois sauver ta vie, il convient que tu delivre tot maintenant messire Lamorat et m. Blioberis, et que tu nos creant loiaumant sour li Sainz que jamais ne metrais main en chevalier dou roi Artus. Et se ce ne veaut faire, il te convendra morir tot inaintenant! ». Et quant m. Elis entent m. Galeat qui velt que face sa voluntés c'il veaut gharentir sa vie, li respont: «Je farai quanque vos me enchargierés». Atant dit a un de ceaus qui avech lui estoient, qu'il s'en aille eu chastiaus, et qu'il les amoine li deus chevaliers qe laienz sunt. Et cil s'en vait herament, et ne demore gramant qu'il fu revenus, et ot amenés avech lui m. Lamorat et m. Blioberis. Et quant il furent la o li quatre conpangnons estoient, il se font connoistre les uns a les autres, et se font grant joie et grant feste. M. Galeat fist jurer m. Elis sour li Sainz, qu'il avoit fait aporter, que jamés ne arestront nul chevalier de l'ostiaus dou roi Artus. Et puis se mistrent au chemin tuit ensenble, et chevauchent tant qu'il furent venus au mostier dont il estoient le maitin partis, la ou il herbergient celle nuit aaiçemant. A l'endemain bien pour maitin se lievent, et alent hoïr la messe. Et puis pristrent lour armes et montrent en lour chevaus, et acomandent ceaus de laienz a Deu, et se mistrent tuit au chemins, et chevauchent tuit ensemble jusque a hore de none. Lors se partirent les uns da les autres. Messire Galeat se met son cheminz ver Noberlande, en la conpangnie d'un escuier seulement. Et monseingneur Tristan et messire Palamidés s'en alent ver la Joioçe Garde, la ou madame la reïne Yçelt estoit. Et messine Blioberis de Gaunes, et m. Lamorat et Banis se mistrent a la voie pour retorner a Kamaaloth. Mes atant laisse li contes a paller de tot cestui fait, et torne li maistre a m. Lamorat et a m. Blioberis et a Banis, pour conter une bielle aventures que lour avint en celui chemins. Coment m. Herce, le fiz Lac, se conbata a m. Lamorat de Galles par madame Enide. Or dit li contes que quant m. Lamorat et m. Blioberis et Banis se furent partis de lour conpangnons, il se mistrent a la voie por aler a Kamaaloth, et chevauchent maintes jornés sanz aventure trover que a mentovoir face en contes. Or avint qu'il chevauchoient par une grant foreste, qui estoit a l'antree de la Marche de Gallone. Atant encontrent un chevalier qui conduisoit une dame mout richemant acesmés, et avoit en sa conpangnie un escuiers seulemant, qui portoit li escus et les glaivies au chevalier. Et se aucun me demandoit qui estoit li chevalier
[p. 251]
et la dame, je diroie que ce estoit messine Herech, le fiz Lac, et la dame estoit madame Enide, sa feme, qui venoit de l'ostiaus au pere. Et s'en aloient droitemant dou chastel de Belloé, qui estoit a m. Erech, que li roi Artus le l'avoit donés novellemant. Et quant messire Erech voit venir li trois chevaliers herrant, il prent son escus et son glaivies, et s'aparoille de la jostes. Et quant li trois conpangnons virent li chevalier que la dame conduisoit, atant paroule Banis a sez conpangnons: «Je vos pri que vos m'otroiés la joste dou chevalier que ca vient, car je voudroie gaaignier la dame, se je onques porai». Et m. Blioberis et messire Lamorat, que grant bien voloient a Banis, et le savoient a buen chevalier, le l'otroient debonairemant, et <il> li mercie assez. Et puis prent son escus et son glaiviez, et s'aparoille de la joste mout bien. Et quant il furent venus jusque a la dame, il la saluent, et Banis tot maintenant la prent au frain, et dit qu'il la veaut avoir par soi par le costume dou roiames des Logres. Qant messire Erech voit ensi prendre la danze sa feme, il li dit tot maintenant: «Vassal, laissiés la dame, que voz troverés bien qui la dame voz defendra! ». Aprés ceste paroule ne font nul deleament, ainz se trait les uns ensus de les autres, il baissen les glaivies et hurten chevaus de sporon, et vient les un ver les autres tant con il puent dou chevaus traire, et se trefierent sour l'escus de toute lour force. M. Banis bliçe sa lanse, et m. Herec fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre tel atomez q'il ne mue pié ne main, ainz giçoit a la terre ausi con c'il fust mors. Et m. Erech s'en passe houtre parfomir son poindre. Quant m. Blioberis voit Banis, que son parenz chamaus estoit, geçir a la terre en tel mainieres, il n'a grant ire. Il se met tot maintenant les glaivies baissiés, et li vient au ferir de sporonz tant con il puet dou chevaus traire. Et m. Erech, qui voit que encore li convient joster, et il avoit encore sez glaivies entiere, il ne le refuse pas, ainz li vient a l'encontre mout hardiemant. Et quant il vieneni au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force, mais tel fu l'aventure que mesire Blioberis bliçe sa lanse, et m. Erech fiert lui, con celui que de grant force estoit, si roidemant qu'il porte a la terre lui et li chevaus en un mont, et s'en passe houtre parfomir son poindre. Et quant m. Lamorat voit sez deus conpainz a la terre, il en devient tot esbaïs si qu'il ne soit qu'en doie dire. Il dit bien a soi meïsmes que de grant pooir est li chevalier que tiel deus preudomes ha mis a la terre, et dit: «Or aille comant il pora aler, que je vengierai la honte mez conpangnons, se je onques porai». Il s'en vait ver m. Herech, et li dit: «Sire, voz avez abatus mes deus conpainz, mais je vengierai lour honte, se je onques porai ». Et m. Erech, qui mout estoit buen chevalier et puisant, li respont: «Sire, vos en serés a l'esprove prochainemant!». Lors apelle son escuier, et se fait baillier son glaivies, car les autres avoit il bliçés. Et quant il ont recovrés glaiviez, li chevaliers ne font nul deleament, ainz se trait les uns ensus de les autrez. Il baissen les glaivies, et hurten chevaus de sporonz, et vient les un ver lez autres si grant alleûre qu'il sembloit que la terre se deûst fondre desout caus. Que voz en diroie? Li chevaus sunt fort et isniaus, et li chevaliers que desus estoient sont preus et puissant; il ne est pas geu de lour venir. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent si fort qu'il font andeus les glaivies voler en pieces. Et aprés le bliçemant des glaivies, il se treûrterent d'escus et de cors si duremant ensemble que andeus volent a la terre tiel atornés qu'il ne savent c'il estoit nuit ou jorz, ainz giçoient a la terre en tel mainieres con c'il fussent andeus mors. Et m. Blioberis et Banis, que relevés estoient, ont veû le dure jostes des chevaliers; il distrent que a piece mais ne virent une si dure et cruel jostes con ceste ha estés. «Par foy! » ce dit m. Blioberis, «de grant valor est li chevalier et, se Dex me saut, je ai grant doutte qu'il ne soient andeus mors!». Qant madame Enide voit son baron geçir a la terre en tiel mainieres, elle a grant doutte q'il ne soit mort. Elle comance a crier et a fere le greingnor duel dou monde, et voloit aler a son baron, mez sez escuier ne le laisse mie, ainz la conforte tant con il plus puet. Et quant li deus chevaliers furent geû a la terre une grant pieces, tel atomés con je vos ai contés, il tornerent en lour memoire. Il se lievent andeus au miaus qu'il puent, il aloient tuit chancelant ausi con se la terre se fremuast desout eaus. Et quant il furent bien revenus en pooir et en force, il ne font nul deleament, ainz mistrent main a l'espee, et se gettent l'escus devant, et cort les uns sour les autres mout hardiement, et se tredonoient grandismes coux. Or puet l'en veoir la battaille dure et cruel et fellenesse, et sachiez tout voiremant que cist deus chevalier
[p. 252]
qui se conbattoient sunt andeus des meillor chevalier dou monde de lour ages. Que voz en diroie? Il ne s'aloient pas espraingnant les uns les autres, ainz se tredonoient grandismes cous sovent et menus. Il ne semblent pas proesse d'omes, mes foudre et tenpestes. Et m. Blioberis et Banis, que l'afer de l'un et de l'autre regardoient, distrent bien qu'il sunt andeus des meillor chevalier dou monde. Mout donent les uns a les autrez grant lox et grant pris. Et m. Erech, qui se voit en si grant perilz con de perdre sa feme, cu'il amoit plus que soi meïsmes, se ne est mie geu, il s'esforce de tot son pooir. Il cort sus messire Lamorat mout aspremant, et li done tant a ffere qu'il n'estoit tot engonbrés. Mes sachiés tot voiremant que m. Lamorat estoit si buen chevalier et si puissant qu'il ne pooit estre mis a desconfiture si ligiermant par le cors d'un seul chevalier; il se defent mout hardiemant. Et mout greve les uns les autres, et mout mantienent la mellee dure et pesmes, si qu'il n'estoit nul si dur cuer que pitié n'en aûsse. Et ceaus mesimes que la battaille regardoient, n'avoient grant pitié. Et quant madame Enide voit son baron, cui elle amoit plus que soi meïsmes, en si grant perilz, elle n'a si grant duel et ire car pou qu'elle ne muert. Elle ne puet plus souffrir, ainz desmonte tot maintenant de son palefrois, et s'en vient mout hastivement a m. Blioberis et a Banis, et lour dit mout en plorant: «Hay, jentilz chevalier», fait elle, «je voz pri et voz claime merci que vos departois la battaille de cist deus chevaliers, car il ne bont si grant haïne entr'aus qu'il deûssent tant aler avant de la mellee». Quant m. Blioberis et Banis ont veû madame Enide, qui estoit si bielle qui sembloit une deesse, il en devienent tuit esbaïs, et de ce qu'il la voient enci plorer, il n'ont grant pitié. Atant parole Banis: «Dame», font il, «qui est li chevalierqui vos conduisoit?». «Sire», fet elle, «sachiez tot voirement qu'il est m. Erech, le fiz Lac, et je sui Enide, sa feme. Et quant m. Blioberis entent que ce est m. Erech et madame Enide sa feme, il ne atent plus, ains s'en vait tot maintenant la ou li deus chevaliers se conbattoient, et lour dit: «Seingneur chevaliers, gardés que ne i ait plus coux donés, car votre mellee ne puet plus alér avant, car vos estes andeus conpangnons, et d'un hostiaus». «Comant», fait Lamorat, «qui est li chevalier?». «Sire», fet il, «ce est m. Erech, le fiz Lac, et la dame est madame Enide, sa feme». Et quant mesire Lamorat entent ce, il gette tot maintenant l'escus a la terre, et son ieume ausint, et li cort le bras tandus. Et m. Erech, qui avoil li chevalier conneûs, fait tot autretel. Que voz en diroie? Mout fait grant joie et grant feste les uns a les autres, et aprés s'en vont tuit ensenble a madame Enide, et se humilent mout ver li, et mout li font grant henor. Et quant il <se> sont conjoié une pieces, atant paroles m. Erceh, et dit: «Seingneur chevaliers, nos avons hui assez travailliés, et il seroit buen que noz alons en leu la ou nos peûsson repouser». Et ceaus distrent q'il le volent voluntiers. Atant ne font nul deleament, ainz montrent madame Enide sour son palefrois, et il montrent en lour chevaus, et se mistrent au chemin. Et chevauchent tant qu'il furent venus a un recet d'une a [n] tan de madame Enide. Et enluech desmontrent, et la dame li rechuit henorablemant. Et quant li chevaliers se furent desarmés, il truevent qu'il avoient auques de bleceûres. Il le font laver et bender au miaus qu'il puent. Au soir la dame fist aparoillier, et soupent aaiçemant. Et quant il seoient a lez tables, atant es voz venir un vallet, et s'en vient tot droit devant li chevaliers. Et quant il out veû messire Blioberis, il le connuit tot maintenant, et s'ajenoille devant lui. «Hay5, monseingneur», fet il, «comant il m'est bien avenus de ce que je voz ai ici trovés, car je m'en aloie a la cort dou roi Artus pour quere messire Lancelot, ou vos ou M. Beord, ou des autres de celui lingnajes, qui alaissent seucorre messire Lyonel, car il est a grant beiçonz». «Et quel beigons ha il?» fait m. Blioberis. «Monseingneur», fait li vallet, «or sachiez tot voiremant que Marganor le tient en prisons eu Chastel as Deus Pont, et dit qu'il le fira morir hentousemant pour vengier soi de la grant honte que m. Hestor de Marés li fist jadis. Et pour ce m'envoie il que vos et ceaus de son lingnajes les alaissent seucorre. Et se je ne treuvasse des chevaliers de celui lingnajes, qu'il prie monsegneur li roi Artus qu'il les envoie des chevaliers son ostiaus, ou des conpains de la Table Reonde, qu'il les alaissent seucorre. Et pour ce, la Deu merci, que je vos ai trovés! Ci ne est mestier que je aille plus avant». «Amis», fait m. Blioberis, «or soiés tot aseûr qu'il sera prochainemant delivrés, se Deu plaist. Et Marganor en mora hentousemant, car je ne connois nul si baut bomes en ceste monde qu'il meïsse a mort aucun chevalier de celui lingnajes qu'li ne il convenist morir avant gramant de
[p. 252]
tens! ». Lors paroules monsengneur Blioberis a sez conpangnons, et li prie qu'il aillent avech lui. Et il respondirent qu'il le volent voluntiers. Et mesire Erech meïsmes dit qu'il ira avech caus. Que vos en diroie? La nuit furent serviz et henorés assez, et se dormirent jusque a l'endemain. Et quant le jor fu venus, il pristrent lour armes, et montrent en lour chevaus, et acomandent madame Enide a Deu, et la veille daine ausint. Et se mistrent a la voie pour aler seucorre messire Lyonel, que mesire Marganor tient en prisonz. Mes or se taist li contes a paller de monseingneur Blioberis et de tuit sez conpangnons, que bien i savra retorner li maistre prochainement, car li maistre veaut parler de monsegneur Tristain de Leonois et dou buen Palamidés li Paiens, li puissant chevalier et li vaillanz, et dou buen Chevalier a l'Escus Verinoill, que venus estoit novellemant eu roiames de Logres, ensi con vos porés oïr en avant. Ci comance le chevalerie dou buen Chevalier a l'Escu Vermoille, et coment m. Tristan et m. Palamidés se mistrent en sa queste. En cest partie dit li contes que quatre mois aprés li riche tornoiemant que fu tenus devant Loveçerp, vint cu roiames de Logres un des meillor chevalier dou monde, qui aloit faisant trop grant mervoille d'armes. Ne nul savoit son nom, ne qu'il fust. Et portoit un escu vermoill a un lion d'arjent ranpant, et pour l'entreseigne de l'escus estoit il apellés li Chevalier a l'Escu Vermoill. Or avint que un vallet vint a la Joioçe Garde, la ou il trueve m. Tristan et m. Palamidés et un chevalier de Leonois que avech m. Tristan demoroit en la Joioçe Garde. Et ne le connoisoit mie, car m. Tristan s'aloit celant ver lui . Et quant li vallet fu jusque a lui venus, il s'en vait tot droitement a m. Tristan, et s'ajenoille devant lui, et li dit: «Sire, novelles voz aport de ce por coi voz m'envoiastes. Or sachiez que li buen Chevalier a l'Escu Vermoill est herbergiés propres de et a quatre liegues. Et voz di que je sai de voir qu'il s'en vait tot droitemant a Audeburc, au duc, pour fere une battaille par un chevalier qui de traïsonz est appellés». Et quant m. Tristan entent ceste novelle, il n'a grant joie, et dit a m. Palamidés et au chevalier de Leonois: «Seingneur», fet il, «je ai novelles de ce dont je estoie mout desirant, ce est dou buen Chevalier a l'Escu Vermoill. Et voz di qui je vuoill aler aprés lui tant que je saiche qu'il est». «Sire», font il, «nos vos firon conpangnie en ceste queste, c'il vos plest», et il dit eaus que ce veaut il voluntiers. A l'endemain bien por maitin se lievent, et pristrent lour armes, et montrent en lour chevaus, et acomandent madame Yçelt a Deu, et se mistrent au chemin en la conpangnie de trois escuiers. En tel mainieres chevauchent li trois conpangnons, et mout aloient parlant entr'aus dou buen Chevalier a l'Escus Verinoill au lyon d'argent ranpant, tant que lour chemin li aporte cu roiames de Norgalles. Et enluech oïrent novelles dou buen Chevalier a l'Escus Vermoill, qui chevauchoit elz devant ne gramant, et avoit en sa conpangnie m. Yvain, le fiz au roi Hurien, et m. Givret de Lanbelle, et chevauchoit devant m. Tristan entor de .VI. liegues. Mes or laisse li contes a paller de m. Tristan et de sez conpains, que bien i retornera prochainemant, et pallera li maistre dou buen Chevalier a l'Escu Vermoill et de sez conpainz. Coment li buen Chevalier a l'Escu Vermoille et missire Yvain et m. Givret de Lanbelle desconfirent li chevalier Arpinel. Li contes dit que li buen Chevalier a l'Escus Vennoill et m. Yvain et m. Givret de Lanbelle chevauchent tant que lour chemin li aporte devant un chastiaus, que Arpinel estoit appellés. Il s'en aloient droitemant a [A] udebure, pour fere la battaille. Et sachiez que en cestui chastiaus repairent bien jusque a .LX. chevaliers que mauveis homes estoient, et fasoient tot jorz grant honte et grant domajes a tuit li chevalier herrant qui par devant le chastiaus trepassoient. Et sachiez qu'il estoient preudomes d'armes mervillieusesmant. Et quant il furent venus devant li chastiaus, atant es voz venir jusque a douçe chevalier armés de toutes armes. Et quant il furent venus a eus, il li demandent s'il sont chevalier herrant. «Seingneur», fait li Chevalier a l'Escus Vermoill, «voiremant somes nos chevalier herrant! ». «Donc vos gardés de nos», font cil, «car a votre mort estes venus! ». Atant ne i ot plus deleament, ainz laissent corre les uns a les autres. Et li trois conpangnons ne font demorance, ainz baissent les glaivies, et vont ver eaus mout hardiemant. Li Chevalier a l'Escu Vermoill fiert le premier chevalier qu'il encontre si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atornés qu'il ne a mestier de mire. Et quant
[p. 253]
il voit qu'il a celui abatus, il ne s'areste pas sour lui, ainz laisse corre a un autre chevalier de celui poindre meïsmes, et le fiert si roidemant dou glaivies qu'il tenoit qu'il le porte a la terre enavrés a mort. Et sachiés qu'il abati de celui poindre meïsme quatre chevaliers. M. Yvain et messire Givret ne li vont pas esparaingnant, ainz abatirent chascuns d'eaus en son venir deus. Quant li chevaliers dou chastiaus virent lour amis ensi a la terre, si il sont doulens et corruciés, ce ne fais pas a demander. Il laissent corre sour li trois conpains, et fierent sour eaus mout hardiemant, et bliçent tuit lour glaivies, ne de selle ne li remuent ne pou ne grant. Et li trois conpainz, que lour glaivies avolent bliçés, mistrent main a l'espee, et laissent corre sour li chevaliers dou chastiaus l'espee droite contremont, et donent eaus grandismes coux. Et li chevalier dou chastel ne li vont pas esparaingnant. La mellee comance entr'aus dure et aspre et cruels. Mais qui veïstes le tres grant mervoille que li Chevalier a l'Escus Vermoill fasoit, bien peûst dir qu'il est un des buen chevalier dou monde. Sachiés que li Chevalier a l'Escus Vermoill fist tant a l'aïde de sez conpains qu'il les ont tiel atornés en pou de terme que de tuit li doge chevaliers harpinaus ne n'estoit remés nul a chevaus, ainz estoient tuit abatus a la terre tiel atornés q'il ne avoient pooir d'eaus relever. Et si n'i avoit tiel quatre atornés que jamés ne porteront escu a cuel. Et quant les autres chevaliers dou chastel ont veû comant lor amis sont atornés, il ne font nulle demorance, ainz hoissirent hors dou chastelz heramant armés et bien montés. Il vindrent si grant alleûre con il puent de lour chevaus traire, et laissent corre sour caus sanz lour desfier. Et quant li trois chevaliers, qui se creent estre delivrés, et que nul li arestassent plus, virent venir une si grant conpangnie de chevaliers, que bien puent estre jusque a cinquant chevaliers, il veoent que a la battaille sont venus. Il ne font pas semblant qu'il soient de rien esbaïs, ainz vont contr'aus mout hardiemant l'espee droite contremont, que toute estoient tintez de sanc des chevaliers qu'il avoient ocis et navrés. Et quant ceaus vindrent au ferir des glaivies, il fierent sour li trois conpangnons plus aspremant qu'il puent. Et sachiez que tote lour glaivies bliçent sour li trois chevalier, ne de selle ne li remuent pas. Et quant il les hont bliçés, il mistrent main a l'espee, et comancent la mellee mout dure et pesmes. Et quant li Chevalier a l'Escu Vermoill se voit a si grant meschief con est de trois chevaliers encontre tant, il dit a soi meïsmes qu'il convient qu'il s'esprove si a cestui point qu'il face paller a tot li monde de sa chevalerie. Atant oblie toute peor, et se met entr'aux si abandoneemant con c'il ne li chausist rien de sa mort. Lors comance a doner grandismes coux a destre et a senestre, et a fere la greingnor mervoille d'armes dou monde. Il fait tant que sez conpainz que le regardoient en sont tuit esbaïz, et distrent que voiremant est il le meillor chevalier dou monde. Li Chevalier a l'Escus Vermoill li vait abattant et ociant ausi con c'il fuissent bestes menues. Il ne atint chevalier a droit coux qu'il ne l'ocie ou ne le maagne et le porte a la terre. Il les a tiel atornés et si espaontés qu'il n'i a nul si hardis qu'il l'oçast un seul coux alendre. Il fiert, il abat, il arache heume de teste et escus de cuel, il trebuce chevalier a la terre; il fait tant qu'il est plus redoutés que tonoir. Et quant li chevalier harpinaus ont veû que li Chevalier a l'Escus Vermoill li aloit ensi ociant et abattant, et la grant mervoille qu'il aloient faisant, il en sunt si esbaïs et si espaontés qu'il n'i a nul si hardis qui l'oçast atendre eu chanp, ainz se tornerent en fuie ver li chastiaus enavrés et blivés duremant. Et quant li Chevalier a l'Escus Vermoill et sez conpangnons virent que li chevaliers arpinaus se sont tornés en fuie ver li chastiaus, il ne li vont pas enchaucant, ainz s'en vont en lour chemins, car sachiés voiremant qu'il estoient las et tresués assez plus que mestier lour ne fust. Et quant li chevaliers harpinaus ont veû comant li trois chevaliers que lour avoient fait si grant domajes s'en estoient partis, il se tornerent la ou la battaille avoit estés. Et treuvent que .VIII. de lour chevaliers gisoient mort a la terre, qui avoient estés ocis par li Chevalier a l'Escus Vermoill et par sez conpains. Il li pristrent et portrent dedens li chastiaus, et li firent enterrer a grant deulors. Car sachiés qu'il hi estoit si grant le plorer et la crie qe l'en ne hoïst le Deu tonant. Ensint demorent li chevalier arpinel doulenz et courruciés de lour amis, que oci avoient estés. Mes or se taist li contes des chevaliers harpinaus, et torne au Chevalier a l'Escus Vermoill et a sez conpainz. Coment m. Yvain et m. Givret de La [n] belle furent abatus au Pin Reont.
[p. 253]
Li contes dit que <quant> li Chevalier a l'Escus Vermoill et m. Yvain et m. Givret de Lanbelle ont fait la desconfiture des chevaliers arpinaus, chevauchent puis tant que lour chemin li aporte devant a la Tor au Pin Reont. Et sachiés que cest tor estoit si grant et riche que en tot le païs ne avoit plus belle, et avoit au devant un des plus biaus pin dou monde. Et dedenz la tor manoit un chevalier, le meillor josteor dou monde. Et ce qu'il se sentoit a si buen josteor, mantenoit il un tel costumes, que il fasoit pendre [son] escus au pin. Et tuit li chevalier errant qui par enluech trepassoient, el il abattissent l'escu a la terre, il venoit maintenant, et jostoit a llui. Et se li Chevalier a la Tor le meïsse a la terre, il li tolloit l'escus, et i fasoit iscrivre le nom dou chevalier cu'il avoit abatus, et puis le fasoit prendre as quernaus de la tor. Et dit qu'il mantendroit tant ceste costumes qu'il hi venist chevalier que a la terre le meïsse. Et sachiez qu'il avoit mantenus ceste costumes bien .XVI. mois, dont il avoit abatus plus de .CC. chevaliers, que tuit lour escus pendoient as quernaus de la tor, ne encore ne avoit trovés chevalier que a la terre le peûsse mettre. Tel estoit la costume de ceste tor, con vos avés hoï. Et quant li trois chevaliers furent au devant de la Tor au Pin Reont, et il virent l'escu pendre, et ont seû le costumes por lettres qui le tesmoingnent, qui estoient entaliés en un marbre que dejoste le pin estoit mout bielle et elers, atant paroule m. Yvain, et dit: «Li qel de noz abatira l'escus?». «Sire», fait li Chevalier a l'Escus Vermoill, «je ne le abatirai paz, car je ai mout aillors a ffere, dont il me targe duremant que je i fust la venus, car hautremant, se Dex rues saut, ie m'esprovasse voluntiers a cest aventures». «Sire», ce dit m. Givret, «je l'abatterai et me josterai au chevalier tot primieremant». Quant li Chevalier a l'Escus Vermoill voit que sez conpainz se volent esprover au chevalier a la tor, il lour dit: «Sengneur, je ne puis ici demorer, ancois m'en convient aler, car mout m'ahaste ma beiçonge». Atant li comande a Deu, et se met au chemin. Messire Givret ne fait nul deleamant, ainz s'en vait tot droit a l'escu, et l'abati a la terre. Et aprés ce qu'il ot abatus l'escus, il ne demore gramant que li chevalier a la tor vint hors armés de toutes armes, et mout bien montés. Et quant il fu la ou li chevalier estoit, et il vit son escus a la terre, il prent son escus, et puis dit: «Sire chevalier, que voz avoit fait mon escus, que ensi l'avez abatus? Certes petit me priçes, mais je vengierai la honte mon escu, se je onques porai, prochainemant sour celui qui les a abatus!». «A l'esprove en serés hore [n] droil », ce dit mesire Givret, «car je sui celui que l'escus ai abatus! ». « Donc voz gardés de moi », fet li chevalier, «que a la jostes estes venus!». Atant ne font nul deleament, ainz se trait les uns ensus de les autres, il baissen les glaivies et mistrent chevaus a sporons, et vient les uns verz les autres tant con li chevals porent aler, et se trefierent sour l'escus de toute lour force. Mesire Givret bliçe sa lanse, et li chevalier a la tor le fiert si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant. Mes de tant li avint bien qu'il ne fu enavrés, ainz se lieve inout vistement, et li chevalier s'en passe houtre parfornir son poindre. Quant m. Yvain voit messire Givret a la terre abatus, il n'est doulenz et corruchiez duremant. Et s'en vait verz li chevalier heramant, et li dit: «Sire, voz avés mon conpainz abatus, mais je la vengierai, se je onques porai». Atant ne i ot plus deleament, ainz se esloingnent andeus li chevaliers, et vient les uns ver les autres si grant allegre qu'il senbloit que la terre se deûst fondre desout caus. Et quant il vienent au jondre des glaivies, m. Yvain bliçe sa lanse, et li chevalier fiert lui si roidemant qu'il met a la terre lui et li chevaus en un mont, et s'en vait houtre parfornir son poindre. Et puis revint as deus chevaliers qu'il avoit abatus, et lour dit: «Seingneur, voz savez bien la costume, car il convient que vos me laissiés votre escus, et que voz me diés votre nom». Et m. Yvain et messire Givret, que bien savoient qu'il disoit verités, et que ne puent escondire, il li baillent lour escus, et li distrent lour nom, et se partirent, et <se> mistrent lour voie. Et ne ont gramant chevauchiés qu'il ont atint li Chevalier a l'Escu Vermoill. Et sachiez qu'il vit tot apertemant abattre li deus chevaliers, mais tant li astoit sa beiçonge, qu'il dit qu'il ne se trametra de ceste aventure. Et quant il vit li deus chevaliers sanz escuz, il lour dit: «Sire, je voi que l'aventure ne faut en vos!». «Sire», fait m. Yvain, «ensi vait des aventures». Atant se mistrent a la voie, et chevauchent tant qu'il furent venus a une meison d'une vielle dame, la ou il recovrent escus buen et biaus, et se mistrent au chemin lour voie. Mes atant laisse li cuntes a paller dou Chevalier a l'Escus Vermoill et de sez conpangnonz, que bien i savra retorner prochainemant, et torne li maistre a m. Tristan et a m. Palamidés et au chevalier de Leonois.
[p. 254]
Coment m. Tristan et m. Palamidés et le chevalier de Leonois desconfirent li chevalier dou Chastel Arpinelz. Or dit li contes que celui jorz meïsmes que li Chevalier a l'Escus Vermoill et mesire Yvain et m. Givret de Lanbelle firent la desconfitture des chevaliers harpinaus, il ne demore gramant que m. Tristan et sez conpainz furent venus devant li Chastiaus Harpinaus. Et quant li chevaliers dou chastel ont veû li trois chevalier herrant, il distrent que sour cist vengieront il le grant domajes que les autres trois chevaliers lour avoient fait. Atant s'en vont tuit ensenble sour li trois chevaliers. Et quant il furent a elz venus, il li demandent se il sunt chevalier herrant: «Voiremant somes nos chevalier herrant!» fait m. Palamidés. « Donc voz gardés de nos », font cil, «car voz est a votre mort venus!». Et sachiez qu'il estoient bien cinquant chevaliers. Aprés ceste paroule ne font nulle deleanse, ainz laissent corre li chevaliers arpiniaus sour li trois conpainz mout abandoneemant. Et quant li trois chevaliers virent qu'il sont a les jostes venus, et que ceaus corrent sour caus mout aspremant, il ne font autre deleament, ainz baissent les glaivies et mistrent chevaus a sporons, et vont contr'aus mout ardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, li chevaliers arpinaus ne vindrent les uns aprés les autres, ainz vindrent tuit a une fois; et maint d'eaus bliçent lour glaivies sour li trois conpangnons. Et monsengneur Tristan fiert le primier chevalier qu'il encontre si roidement qu'il le porte a la terre enavrez a mort. Et aprés en fiert un autre de celui poindre meïsmes qu'il le porte ancois a la terre tel atomés que jamés ne ferra de lanse. Que voz en diroie? M. Tristan abati a la terre de celui poindre quatre chevaliers, et m. Palamidés, li tres buen chevalier, hi vint si roidemant qu'il flatiz ancois a la terre quatre chevaliers. Et li chevalier de Leonois la fait si bien qu'il mostre apertemant qu'il est bien chevalier de grant valors. Et quant li chevaliers ont bliçés lour glaivies, il mistrent main a l'espee, et comencent a doner grandisme coux a destre et a senestre. Or puet l'en veoir fere grant mervoille d'armes au buen Tristan et au buen Palamidés, li puissant chevalier; il ne senble pas proesse d'omes, mais foudre et tenpestes. Il arachent escu de cuel et heume de teste, et a trebucier chevalier a la terre. Il font tant en pou d'ore qu'il sunt plus redoutés que tonoir. Et quant li chevalier harpinaus ont esprovés la grant proesse de m. Tristan et de m. Palamidés, et voient la grant mervoille d'armez q'il fasoient, et des chevaliers abattre et ocire, il en sunt mout esbaïs et corruciez. Il corrent mout a sprermant sour li trois chevaliers, et mout est grant la presse entor eaus, et mout i est grant li chappelleis et li ferreis de l'espee, et mout i est grant le en et la noisse. Et quant m. Tristan voit si grant la presse entor eaus, il en est tot esragiés, il enbrace son escus pour grant ire, et drece l'espee contremont, et se met entr'aux mout hardiemant, et comance a doner grandismes coux a destre et a senestre. Il li vait abattant et ociant ausi con c'il fuissent bestes menues. Il font tant que de male hore li virent primierement li chevaliers harpinaus. Et quant li chevaliers dou chastiaus virent la grant mervoille que monseingnor Tristan fasoit, il en sunt tuit esbaïs si qu'il ne savoient qu'il en deûssent faire. Et m. Palamidés meïsmes et li chevalier de Leonois en sunt ausi esbaïs. Que voz en diroie? M. Tristan fait tant a l'aïde dou buen Palamidés que li chevaliers harpinaus ne puent plus souffrir, ainz lour convient a fine force voidier la place et torner en fuie ver le chastiaus. Quant li trois conpangnons virent que ceaus sunt tornés en fuie, il li chacent, il li vont abattant et ociant, et en font mout grant maux. Et sachiez que m. Tristan se voloit mettre dedenz le chastel, se ne fust m. Palamidés qui ne le laisse aler. Et quant il ont lour chacie mantenue tant con je vos ai contés, il se tornerent arieres, et se mistrent au chemins. Et li chastel remest en grant deulors et eu grant plores et en grant lermes, car il ont receû a ceste desconfiture greingnor domajes qu'il ne firent a celle devant, car il i morent a ceste desconfiture doct6e chevaliers. Et ensint furent desconfis li chevaliers dou Chastels Harpinaus par deus fois en un jorz, et hi morent tant de chevaliers, con vos avés hoi6, dont il ne sera li chastel jamés sanz lermes et sanz plores. Et bien hont achattés chieremant en celui jor tot le desnor et le domajes qu'il firent onques as chevaliers herrant, et ne sera jamés <jor> que lour ne sovengna dou buen Chevalier a l'Escus Vermoill et de sez conpainz, et de m. Tristan, et dou buen Palamidés et dou chevalier de Leonois. Coment m. Tristan veaut fere corrucier m. Palamidés qant li herbergerent avech un vauvasor.
[p. 254]
Que vos en diroie? M. Tristan et sez conpains se partirent d'eluech lax et travailliés, et se mistrent au chemins, et chevauchent tant que lour chemin li aporte devant une grant tor. «Sire», fet m. Palamidés, «devant ceste tor fis je ja un biaus coux de glaivies». «Certes sire», fait m. Tristan, «il ne puet estre que voz aiés fait et aucune chouçe dont voz ne soiez acostumés, ensi con il m'est avix, car plus avant ne poés vos aler, a mon quidier». «Certes sire», fet m. Palamidés, «je ne le dit pas par ma vantance, ne por qoi je m'en donasse lox ne pris, mais par vos seulacier et desduire. Et sachiés que de celui fait ne savrés rien par moi, mais vos le porés demander a celui a la tor». «Et comant le demanderai je?» fet m. Tristan, «enseingné les moi!». «Sire»,fet m. Palamidés, «demandés le sire a la tor que fist li chevalier a l'escus blane aprés le tornoiemant de Loveçerp, quant il rescoucé la dame devant lui des douçe chevaliers, si savrés qu'il vos respondira. Et se il ne vos dit qu'il fist assés d'un glaivies, ne me tenés pas as chevalier!». Et m. Tristan, que corrucier voloit m. Palamidés, li dit: «Et se il ne dit que voz feïstes celui coux dont vos pallés, comant le crerai je? Car il sont parmi le monde d'ausi buen chevalier con voz est, et poroit estre que voz vos vantés de choçes dont voz ne estes coupables. Car celui fait dont voz pallés poroit bien estre qu'il le fist aucun buen chevalier, et or le me dites por ce que je soie en peor et en doutance de vos. Biaux amis, con je connois bien votre follie! ». Et m. Palamidés est mout courruciés de ceste response qu'il i a donés, si dit a m. Tristan par corrus: «Sire, c'il vos plest croire, si le croiés, et se non, remaingne a tant! ». Et m. Tristan, que toute fois voloit plus courrucier m. Palamidés, li respont: «Sire Palamidés», fet il, «dites vos come loiaus chevalier que vos feïstes celui coux dont voz pallés?». « Or sachiés», fait mesire Palamidés, «que je ne voz en dirai hore plus, et se voz savoir le volés, si le demandés a autres que a moi, car il m'en poise de ce que je voz en dist rienz!». Et li escuierz, que devant lour seingneur estoient alés, battent la porte de la tor, et comencent a crier: «Ovrés, ovrés!». Et ceaus que la porte gardoit, car li chastiaus n'estoit sanz garde de nuit et de jor, car ceaus de celui païs sont tot jorz en gherre par un chastel que Arpinaus estoit appellés, que trestous le païs tenoit en gherre, il lour respont: «Qui est vos, qui chaiens volés hosteller?». « Il sont trois chevaliers», font il. La garde, que bien set que son seingnor en seroit liés de la venue des chevalier herrant, il s'en vait maintenant devant son seingneur, que en sa chanbre estoit. «Sire», fet il, «la hors sunt trois chevalier herrant que chaienz volent herbergier, c'il vos plest que la porte soit [o] verte». «Vais tost», fait li sire, «et li faites venir avant, que bien soient il venus». Li sire a la tor estoit un chevalier qui assez avoit demorés en la maison li roi Artus et avoit estés chevalier herrant longemant. Mes par une plaie qu'il avoit receû a un tornoiemant, dont il avoit, ausi con trestous, le bras senestre perdus, et por ce avoit il laissiés a porter armes, car de celle plaie fu il maagnés longemant. Atant es vos venir li trois chevaliers, qe ja estoient descendus trestouz armés four que de lour glaivies et de lour escus, que lour escuier avoient encore. «Sire», fait li vauvassor, «bien soiés voz venus, et mout avés chevauchiés de soir». «Bones aventures aiés voz», fait m. Tristan et sez conpains, «et se nos tart chevauchomes, ne le tenés a mervoille, car il convient tart chevauchier li chevalier que a fere ont». «Voir est», fait li vauvassor. Li hoste comande a sez vallet qu'il desarment li chevaliers. Et il le font aaiçemant et, por ce qu'il sunt escaufé des armes porter, comande li vauvassor que l'en afiblast a chascuns un riche mantiaus, et il le font. Et puis le menent en son palais, que biaus estoit a mervoille. Li vauvassor comande que l'en adast le mengier, et il lour respondirent qu'il sunt a son comandemant. Laiens avoit assez clers de chiergies que a plantee n'i avoit. Et m. Tristan dit au vavassor: « Sire, veïstes vos par et passer trois chevalier herrant?». «Oïl voir», ce dit li vauvasor, «il vindrent de biaus jor elers, et assés li priai dou remanoir, mais li un d'eaus dit qu'il avoit tant a fere qu'il ne voloit sojorner, et cil portoit un escu vermoill a un lyon d'arjent ranpant». «Biaus hostes», fait m. Tristan, «savés vos noz asenner la ou il giçeront anuit?». «Nenil», fait li hostes, «car assez villes et chastiaus i a la ou il poront berbergier, et por ce ne vos en sai dir rienz». « Biaux bostes », fait m. Tristan, «or mes dites: repairent gramant li chevalier herrant par cestui païs?». «Oïl», fait li preudomes, «voiremant i repairent il, mes de ce sont il assés mesceant, car maintes fois i recevent il honte et domajes. Et ce lor font ceaus de cestui païs que grant mal lour volent, car ca arieres ha un chastiaus que Harpinaus est apellés, ou l'en lour fait grant
[p. 255]
honte et desnor plus qu'il ne recevent en tot li roiames de Sorelois. Et ceaus chastel fu fermés de male hore par li chevalier herrant, car il ne oçent passer sanz honte. Et je croi que se li roi Artus seûst li domajes qu'il rechoit la de sez chevalier, il n'avroit jamés repous devant qu'il avront dou tot li chastel destruit». «Biaus hostes», fait M. Tristan, «or li laissiés fere tout li mal qu'il poront, que, pour la foy de Damedeu, il hi vendra encore chevalier herrant que vengiera la desloiautés qu'il ont tant mantenus». «Biaus sire», fait li hostes, «ce ne poroit estre, qu'il sont tiel .LX. chevalier si preus d'armes et si puissant qu'il ne poront estre desconfis par venue de chevalier herrant. Voiremant, se il vennissent m. Galeat, que l'en tient au meillor chevalier dou monde, et aûsse en sa conpangnie jusque a quatre si buen chevalier comant seroit m. Tristan de Leonois, ou m. Lancelot dou Lac, ou m. Palamidés, tiel cinq chevalier ou tel .VI. poroit eaus faire domajes, se aventure li aportast la ensemble; mes ensint come chevalier herrant vont, un ou deus ne i poront jamés avoir onor, ensi con je croi». «Biaux hoste», fait m. Tristan, «or sachiez voiremant que de celui chastiaus dont voz pallés, hoïrés voz tel novelles prochainemant, que vos dirés sanz doutte qu'il sont bien vengiés li chevalier herrant». «Se m'aït Dex», fait li preudomes, «je voudroie qu'il fust ja avenus, car il ont maintes fois fait hontes et domajes as chevalier herrant et a maint preudomes, et toute ceste contree en seroit de miaus, se grant mesceance lour avenist». «Biaux bostes», fait m. Tristan, «itant me dites, se Dex vos doint bone aventures, me porés vos fere certain d'une chouçe que je voz vuoill desrainier?». «Dites ce que voz plest», fet li preudomes. «Sire», fet m. Tristan, «il ne a encore gramant de tens que un chevalier chevauché avech moi par ceste contree, que me dist que aprés le tornoiemant de Loveçerp, quant il fu departis, vit fere un biaus coux de glaivies a un chevalier qui portoit un escu tot blanc». «Ha», fet li hostes, «de celui coux me sovient et sovendra a toz jorz que je avrai la vie eu cors! Car je ne vi onques tant fere d'un glaivies con celui fist a celui tens dont voz pallés. Et sachiés que celui coux doivent escouter voluntiers tuit li preudomes dou monde, et je vos conterai comant il avint. Il fu voir que aprés le departiment dou tornoiemant de Lovçerp que voiremant ca vient hosteller un chevalier, et il estoit enavrés sanz faille, et jut chaiens quatre jor si iriés et plain de corrus qu'il ne voloit onques a nos seulacier, ne entre nos paller, et il ne souffroit que nul aûsse sa contance. Au quint jorz avint que chaiens vint un chevalier osteller, et moine en sa conpangnie une mout bielle dame. Et quant il hoï paller dou chevalier enavrés que chaienz giçoit, il l'ala veoir. Que vos en diroie? Il se treconneûrent et se firent grant joie. Li chevalier enavrés ne se movoit nulle fois de chaienz de ceste chanbre, ne nul voloit que nul le veïsson. Tant voiremant savoie je bien de lui qu'il fasoil duel assez sovent, et disoit que m. Tristan l'avoit hunis, et pour le duel qu'il menoit sovent et menus, ne me voloie je sour lui mettre q'il ne le tenist a [a] nui. Et celui soir que li chevalier se firent si grant joie con je voz cont, avint que chaienz vindrent jusque a douçe chevaliers, tuit renomee de chevalerie, et assez priçés. Et estoient tuit mes parenz chamaus et mes cousin germains, et entr'aux avoit un chevaliers noviaus, et l'avoit fait li roi Artus. Et de la cort dou roi Artus venoient il trestous droit. Ceaus novelz chevalier estoit mon niés, et avoit nom Elias de Lin, et de sa venue fis je si grant feste con il convenoit a moi. Et quant mori niez vit la dame dou chevalier, il li cheï si envaïe qu'il dist qu'il la voloit avoir par soi, puis qu'elle n'estoit feme au chevalier qui la conduisoit. Et quant li chevalier oï que mori niez voloit la dame, il li dit: 'Querés un autre chouse, que ceste ne poés vos avoir, que bien troverés qui la vos defendra!' Tiel paroles furent chaienz celui soir devant moi meïsmes, et devant li chevalier qe enavrés estoit. Qant il fu l'endemain ajomés, li chevalier enavrés dist qu'il voloit chevauchier, si se fist aparoillier. Et quant il fu armés, il prist conjé de moi, et me comande a Deu, et enmoine avech lui li chevalier et la dame. Et quant il se furent issus de chaienz, mes parens me comandent a Deu. Et maintenant qu'il furent issus de chaienz, li chevalier noviaus se mist au devant de la dame que li deus chevaliers conduisoient, et la prist au frain, et dist qu'il la voloit avoir par soi par le <costume dou> roiames de Logres. Ensi comencent le jostes dou chevalier que la dame conduisoit et de mon neveu. Mes de tant torne la honte sour li chevalier qe la dame conduisoit qu'il fu abatus, si que mon niez prist la dame, et la voloit mener avech lui. Et quant li chevalier que chaienz avoit geû enavrés, voit son conpangnons abatus, il se mist
[p. 255]
en la baratte, et laisse corre maintenant au chevalier que la dame quidoit avoir gaagniés, et le feri si fort qu'il li fait voidier andeus les archons, et avech ce li fist il une grant plaie. Ensint comencent les jostes dou chevalier enavrés a ecus de mon lirignajes, que doçe estoient, et avint ausint que li doçe chevaliers furent abatus devant de ceste tor meïsmes, et avint voiremant si grant mervoille con je vos dirai; il abati le primier, et puis le segont, et puis li terz et li quart. Que voz en diroie? Il les abati tuit et doçe les uns aprés les autres que ne en falli nul, et trestuit d'un glaivies! Et quant il les ot trestous abatus, il prist la dame pour la main, et dist: 'Madame, il mes est bien avix que je vos ai delivrés de main de cist chevaliers, qe bien voz quident avoir gaaigniez!', et puis la rendi maintenant a son conpangnons. Et puis se torne ver li doçe chevaliers qu'il avoit abatus, et lour dist: 'Seingneur chevalier, il m'est bien avix que je vos ai mostrés a cestui point que je sui meillor chevalier de lanse que voz ne estes. Et c'il i a nul de voz que conbattre se vuoille a moi a l'espee, je li mosterai quel chevalier je sui!' Et il ne ot mie bien finee son conte, que un chevalier se mist avant, et dist qu'il se conbateroit a lui a battaille des brand. Ensi comance la mellee as brand. Mais elle fine maintenant que li chevalier que chaienz avoit geû enavrés, feri li chevalier si duremant desus l'ieume que cil en fu si estordis qu'il s'enbrache sor les archons devant, et puis cheï a la terre. Et quant il ot fet celui coux, il remist sez espee cu froure, et s'en ala son chemins entre lui et son conpangnons et sa dame. Et <quant> les autres chevaliers qui estoient en sa contense virent comant il estoit preudomez des glaivies et d'espee, ne l'arestent plus, ainz le laissent aler tot quitemant. Biaus sire, tout ce que je vos ai contés, vit je avenir devant ceste tor de celui chevalier a l'escu blance dont vos pallés». «Biaux hostes», fait m. Tristan, «et savés vos qui estoit li chevalier?». «Certes nenil onques ne puet son nom savoir, et si le demandai je a sez escuierz». «Et se vos le veïstes», fait m. Tristan, «ne le conneûrest voz?». «Nenil», fait li hostes, «car je ne le vi gramant se armés non. Et tant con il fu chaienz, ne le vi je a descovert, por ce ne le poroie je connoistre». M. Tristan se rit de celle novelles encontre m. Palamidés. Et li vauvassor li regarde, et le voit rire, si li dit: « Por noiant ne riés voz mie, et je croi que voz me savrés miaus conter novelles dou chevalier que je ne sai a vos, et, se Dex vos doint bone aventure, sire, dites moi qu'il fu, se vos le savés». «Certes, biaux hostes», fet il, «ce ne vos dirai je mie son nom, mes je vos dirai ce que je sai, bien qu'il ne m'en savra nul gré. Or esgardés, selonc votre avix, se li un de nos trois est celui dont vos pallés». Et li hoste comance a regarder tuit et trois: m. Tristan avant, li chevalier de Leonois aprés, et puis m. Palamidés. Et quant il les ha assez regardés, il li dit: «Sire, ne sai que voz die. Se m'aït Dex, il ne m'est avix que nul de voz trois peûst avoir tant de bontés con il avoit en celui dont vos pallés». «Por qoi», fet m. Tristan, «ne avon nos assez grandesse de cors por quoi nos deûsson fere un grant esfors?». «Certes», ce dit li preudomes, «voz est assés grant chevalier, et bien talliés de cors et de menbrez, mais je ai tant fois veû des biaus chevaliers et de granz qui estoient mauveiz et fallis selonc lour grandesse et droiture, que je ne avrai jamés fianse en trop grant et biaux chevalier». «Hostes», fait m. Tristan, «encore me venist miaus estre telz! Car je sai bien que vos l'avés dit par moi qui sui granz; et je voz dirai un autre couçes: que li uns de nos trois abati li votre doçe parenz!». «E [n] non Deu!» fait li hostes, «quel qe il soit, bien soit il venus, que puis qu'il est e [n] mon ostiaus, bien puis dir seûremant qu'il i soit un des buen chevalier dou monde. Et certes je croi qu'il ne n'ait nul meillor au seicle ». La ou il parloient en telz mainiere con je vos ai contés, atant es vos venir un vallet que dit au seingnor de laiens: «Sire, novelles vos aport assez mervillieuses. Or sachiez que li chevaliers a chastiaus Harpinaus sont hui estés desconfis par deus fois! Primieremant hi vindrent trois chevaliers que ocistrent de laienz .VIII. chevaliers, ne sai li quelz, et s'en passent houtre par force d'armes. Et de cist trois s'esprove li un d'eaus mout hautemant. Et cil portoit un escus vermoill a un lion d'argent ranpant. Et quant ces trois furent passés houtre, aprés ce ne demore gueires que autres trois hi vindrent. Et ceaus dou chastiaus istrent hors maintenant qu'il virent li chevalier errant venir, car il quident lour honte vengier dou grant domajes qu'il avoient maintenant receû. Mais il le recevent assez greingnor, car de lour chevaliers hi furent assés plus mors qu'il ne avoit estés devant, et furent a ceste fois si villainemant desconfit que c'il ne fussent ferus en lour chastiaus, ja de toz n'en fust un seul eschanpés, que il seront trestouz
[p. 256]
estés mors. Mes tant sachiés bien qu'il n'i a tant de mors car a piece mais ne sera li chastels sanz lermes». Quant li hostes entent cestui contes, il tent sez mainz verz li ciel de la grant joie qu'il n'a, et dit: «Sire Dex, beneoit soiés voz, que avés volus que soit abatue la fellenie de ceste contree! Et desormais hi vendront seûremant li chevalier herrant par cestui païs! ». « Sire», ce dit m. Tristan, «ne vos dit je bien qu'il ne demoroit gramant que vos hoïrés novelles d'eaus?». «Biaus sire», fait li hostes, «vos le me diestes bien, et je quit que vos i fuissiés auques pres a celui point que ceaus furent desconfis». «Sire», fait m. Tristan, «il hi a tiel de nos que ne i fu mie trop loingn, et de ce ne vos dirai ore plus». Li hostes appelle li vallet et li dit: «Quel harmes portoient li trois chevalier que firent la dereaine desconfitture?», et il le le dit. Et li oste connuit que ce sont sez hostes, si li priçe hore plus qu'il ne fasoit devant. Et dit bien a soi meïsmes qu'il ne puent fallir qu'il ne soient chevalier de grant esfors, quant il ont si grant beiçons menés a fin, et ne furent que trois seulemant! Et por ce se humile il assés ver eaus. « Seingnor», fait il, «quant vos venistes chaiens, je ne vos connossoie de rienz, et encore ne vos conneûsse je, se ne fust cestui vallet que m'a doné connoissance de vos, et tant me dist que je connois par votre arines que vos estes li trois chevaliers que dereanemant feïstes la desconfitture. Por ce sui je assés desirant de voz connoistre que je n'estoie devant. Por ce vos pri je tant con je poroie prier mon seingneur et mon amis, et vos requier, en tot le serviçe que je vos poroie faire, que voz me dites qui voz est. Et savés vos por qoi je le demant? Par votre honor, et por ce que je saiche conter as chevalier que par ci passent qui furent caus que si grant chevalerie firent». Monseingnor Tristan, quant il entent la priere son oste, il li respont: «Biaux hoste, je ne sai mie la voluntés de mes conpangnons, por ce ne responderai se par moi non. Or sachiez que je sui un chevalier herrant qe voudroie estre meillor que je ne sui, et maintes fois ai trovés greingnor faut de chevalerie en moi que je ne vousisse. Et, se Dex mes doint bone aventures, je ne sai onques chevalier de cui je aûsse si grant anui con je ai de cestui chevalier dejoste moi. Ne je ne trovai onques, se Dex mes saut, que si me courruciast con il mes a maintes fois corruciés. Et au dereain nos somes entracordés que nos veon que nos ne peons miaus fere, ne onques ne prochachai le onor de lui devant que je soie voiremant qu'il estoit meillor chevalier de moi, et plus fort. Or voz ai dit de mon estre ce que je vos en dirai a ceste fois, et si voz pri qe voz ne le tenés a mal». «Non firai je», fait li hostes, «puis que vottre voluntés est tel». Lors se torne verm. Palamidés, et li dit: «Biaux hostes, ne me ferés vos greingnor cortoisie que votre conpangnons de dir vottre nom?». «Biaus ostes», fait m. Palamidés, «ce qu'il vos dist de lui, voz di je de moi. Un chevalier errant sui, ensi con il est, et sachiez que assez ai souffert poine et travaill por chevalerie, ne puis que je fui chevalier errant je vos promet loiaument que je ne vi chevalier cui je haïsse plus mortiausment. Et se ne est pas mervoille, car il seulemant mes a fait plus d'anui et de contraire qui ne firent trestous les autres chevalier de cestui monde. Et que vos en diroie, biaus cier amis? Se Dex mes dont bone aventures, cestui amor que je ai hore a llui le me fist faire force et peor, et Dex le set que je ne pooie miaux faire. Et se je le peûsse amender, encore fust la gherre entre nos con elle fu jadis». Quant li hoste entent ceste paroles, il comance a rire, et respont: «Ce ne est pas bone pes, quant elle est par force avenue; au dereain en para le feu, car ce est la pes de renalt!». «Hoste», fait m. Tristan, «se m'aït Dex! Vos dites voir: je voi que je ne puis miaus faire a cestui point, et je me teingne la pes de la moie part, et il autresint». Et lour parole li hostes au chevalier de Leonois, et li dit: «Et vos, biaux sire, me dites qui vos est, et, se Dex vos dont bone aventures, ne le me celés ausint con hont fait votre conpainz». Li chevalier respont atant et dit: «Biaus sire, qui petit tresor garde, il ne fait mie grant force de mostrer les, ainz le mostre legiermant. Mais ceaus que grant les a, en devient plus orgueillieus, et si ne le mostre mie voluntierz. Biaux hoste», fait il, «je ne sai en ceste monde si riche trreçor q'il est bontés con ceaus deus que et sunt sont de cist riche treçor garniz, si en sunt orgueillieus con voz veés. Et ce ne est mie grant mervoille, car hautemant en sont garnis, si ne le volent onques mostrer, se trop grant force lour ne le fait faire. Et je endroit moi, que rien ne puis, ne rien ne vaill, ne doi mie fere contense de mostrer le petit que je ai: or sachiés que un chevalier sui de povre afere <et> de povres ovres. Eu roiames de Leonois fui nes, homez sui de m. Tristan, li tres buen chevalier et li puisant. Morés ai nom; encore ne a gramant de tens que je veingn eu roiames de Logres pour aprende chevalerie. Hostes, or voz
[p. 256]
ai contés tout mon estre». «Dex vos doint bone aventures», fait li preudomes, «et aprés que voz m'avés fait tant de cortoisie, or m'en feites encore plus, que vos mes diés li nom de votre conpangnons». «Hostes», fait li chevalier de Leonois, «se Dex me saut, quant voz tant m'en priez de ceste chouse, je voz en dirai ce que je en sai. Or sachiez tot voiremant qe cist chevaliers andeus que ci sunt, sont si preudomes mervillieusemant, selonc ce que je n'ai veli, qu'il ne m'est pas avix que je en toute ma vie veïsse deus meillor chevalier qu'il sont. Et, se Dex m'aït, je ne sai autre chouses de lour estre, et je ai estés plusor fois avech eaus et chevauchiés en lour conpangnie. Mes, se Dex me dont bone aventure, je ne puet onques enprendre de lour estre autre chouçe que je dit voz en ai, ne pour eaus ne par lour escuiers. Et quant il ver moi se vont celant si fieremant, ne le dovés tenir pas a mervoille se il se covrent ver voz». Et quant li hostes entent ce, il se seingne de la mervoille qu'il n'a, et dit: «Par foy! Biaux sire, or sachiez qe ce est une des plus estranges aventures que je veïsse a piece mais! Estranges conpangnie tenés, et estranges conpangnons voz sont cist deus chevaliers que ensi se vont celant ver vos». «Hostes», fait li chevalier, «or vait ensint, puis que lour plet, et je m'en soufrai tant con lour plaiera. Je vuoill miaux chevauchier en tel mainieres avec eaus que je me deceve de lour conpangnie. Et se je ne le puis hore savoir, je le savrai autre fois pour aventures. Et les hautes chevaleries que je voie en aus me done voluntés de sivir les la ou il aillent jusque atant que aventure nos face departir». «Se m'aït Dex!» fait li hostes, «d'estranges voluntés estes, et se je fusse en votre leu, et je me fosse mis en lour conpangnie ausi con vos estes, et il s'alassent celant ausi con il font ver voz, se m'aït Dex, je ne peûsse avoir cuer de lour conpangnie tenir». «Or est ensint», fait li chevalier de Leonois «je ne vuoill ore faire autremant». Tiel parlemant tindrent li trois chevaliers celui soir. Il menuient et boivent envoieusemant, et furent couciés aaiçemant; mout furent servis et henorés. Et en celle nuit, quant m. Tristan se dormoit, adonc li avint une aviçion mout mervillieusemant: qu'il li estoit avix qu'il estoit a la rive de la mer, et gardoit ver Cornoailie, et lor veoit de Cornoaille venir un auçel grant et mervillieus, qui venoit cu roiames de Logres, et comance fort a voler par une contree et par hautre. Et portoit cel auçel feu, et destruioit tot le païs ou il voloit, et s'en aloit en la Joioçe Garde, et la destruioit, et prenoit la reïne Yçelt, et la portoit a la mer. Et aprés s'en aloit a Kamaaloth, et corroit sus au roi Artus, et li ostoit la corone de la teste, et bien a pres qu'il ne l'ocioit. Et aprés venoit m. Tristan, et disoit a soi meïsmes qu'il voloit aler contre lui, si s'en aloit aprés lui tant qu'il le venoit at [a] ingnant. Et li auçel li venoit sus et le ferroit, et le mettoit a mort d'un seul coux. Tiel avision, con je voz al contés, avint a m. Tristan celle nuit en dormant, dont il en fu espaontés et pensif une grant pieces. Et quant il se fu esvoilliés, il en fu duremant pensif de ceste avisionz qu'il ne puet dormir en toute la nuit jusque au jors. Et quant il voit qu'il estoit ajomés, il se lieve et esvoille sez conpainz, et dit: «Or sus, seingnor chevaliers, il est ore de chevauchier». M. Palamidés se lieve adonc, et sez conpangnonz, et maintenant demandent lour armes et se font aparoillier, et montrent et se mistrent a la voie, et prenoi [en] t conjé de lour hoste. «Seingneur», fet li preudomes, «puis que je voie que voz vos en alez, je ne sai se je vos verai a pieces mais; je vos comande a nostre Seingnor Jesucrit que vos conduie sauvemant la ou voz alés ». «Biaux hostes», fait m. Tristan, «Dex voz doint joie, mais or me ditez: cestui chemin que nos dovons hui chevauchier, troverons nos aventures que nos face arester? ». «Certez», fait li hostes, «je ne sai tres bien, car de ceaus chastel sa avant oïssent tous jors chevaliers, quant il volent venir chevalier herrant, car il se volent esprover en aus de joste et de mellee; por ce ne sai se vos i troverois rienz. Mez tant vos sai je dire que sa avant, a l'entree dou bois, ha une torre grant et riche, con vos verois, et fermés novellemant. Et devant celle tor ha un des plus biaus pin et des greingnor que je veïsse en tote ma vie. Et por cel pin est elle apellés la Tor au Pin Reont. Et dedenz celle tor maint il un chevalier mout preus et mout puissant, et si est il li plus biaus josteor et li meillor de tot li monde. Et pour la grant bonté que li chevalier sent en lui, se vant il a une grant feste que fu en cestui païs plus ha d'un an entierz, car il dit qu'il pendroit son escus au Pin Reont, et tuit li chevalier qui par devant la tor passent, ou soient de cestui païs ou d'autre, et il abattissent l'escus a la terre, il jostoit a llui, et tant mantendroi ceste costume qu'il troveroit meillor de lui. Et ceste costume a il mantenue .XVI. mois, qu'il
[p. 257]
ne i vint chevalier que l'escus abattissent qu'il ne fust mis a la terre. Et par celle tor que je voz di passerés vos, et si verois l'escu pendre, por coi plus .II.C. chevaliers en sunt estés mis a la terre et hunis. Et se voz au chevalier volés esprover, et voz les abattissiés, voz hi conquisterois grant henor. Or vos ai je contés de ce que voz me demandastez; or vos voudroie je prier, ausi con je fiz harsoir, que vos me diés votre nom». «Sire», fait m. Tristan, «un chevalier sui; autre chouse ne poés ore savoir de mon estre». De ceste responee se corrucie esforciemant li hostes, si respont par corrus: «Sire, vos <poés> bien dir que vos est li chevalier moin cortois que je onques trovasse, que de chouçe que petit vos goste m'avés escondit par tant fois. Certes, se je ne le sai ore, si le savrai je encore hui, et par ceste chouse vuoill je chevauchier ore [n] droit avech vos». «Et comant le porés vos savoir», fet m. Tristan, «se noz dir ne le volons?». «Certes», fait li hostes, «si savrai, et vos dirai comant par voz plus corrucier: je sai que cestui chemin voz merra devant a la Tor au Pin Reont, et je croi que vos voudroiz joster au chevalier a la tor. Et tot soiés voz buen chevalier, si sai je bien qu'il est si tres buen josteor qui vos abatira. Et quant il voz avra abatus, il convendra que votre escus i remaingnent, et qui i soit escrit dedenz votre nom, et qu'il soit pandus as quernaus de la tor, ausi con sont les autres. Adonc savrai je votre nom, et si ne fi mie par votre cortoisie!». «Hostes», fet m. Tristan, «ne savrés, car je, ne mon conpainz, ne abatiron mie l'escus au chevalier, ainz noz ironz tot quitemant!». «Et se vos a cestui point me gabbés», fait li hostes, «si ne me gabberés voz en autre leu!». En tel mainiere vont parlant par le cheminz. Coment missire Tristan et m. Palamidés mistrent a desconfiture le Sire de la Roche. Quant il ont chevauchiés une grant pieces, bien une lieguez englesces, ensi con je vos ai contés, il avint qu'il encontrent un vallet qui chevauchoit un roncin. Quant il vit li vavassor qui chevauchoit avech m. Tristan, il le connuit, assez miaus que li hostes ne fait lui. Il li vait adonc au devant, et li dit: «Sire, comant, alés voz?». «Comant», fait li hostes, «vaiz je donc malz?». «Or sachiés», fet li vallet, «que vos ne alés mie sajemant, se cist que avech voz sont ne vos conduient». «Comant»,fait li hostes, «dites les moi!». «Sire», fait li vallet, «se Dex mes doint bone aventures, je lassai ore [n] droit sa avant li Sire a la Roche en la conpangnie de .VI. chevaliers tuit armés, et tant apris je de sez escuier qe il s'en vait en la maisonz li roi Artus, ne <sai> por coi. Et voz savez qu'il est bien le plus mortiaus enemis que voz aiés en ceste monde, et c'il voz trueve, vos est mort. Por Deu, retornés voz arieres! ». «Et qui es tu», fait li hostes, «que tel novelles m'aportes? ». «Sire», fait li vallet, «je sui un votre parenz! », et si se nome. Et il le connuit maintenant, mes il est tant duremant espaontés qu'il ne soit qu'en doie dire ne fere. «Danz chevalier», fait li hostes a m. Tristan, «or es tu delivré de ma conpangnie. A retorner m'en convient, ou vuoille je ou non, car sa devant est li plus mortiaus enemis que je aie eu monde. Car il me bet si mortielmant qu'il ne laieroit por rien dou monde qu'il ne m'ociestes se il me peûst ici trover. Et por ce m'en convient retorner hastivemant a monn ostiaus ». Quant monsengneur Tristan entent ce, il gette la main au frain de son oste, el l'ahert et li dit: «Dans chevalier, or sachiés que vos ne poés retorner; a retorner voz estuet avech nos. Vos aloies ore disant que voz estoies desirant de veoir ma honte et ma desnor, que je ne n'ai mie oblié vottre pallemant! Or vuoill je veoir votre domaies, et seûremant sachiez que voz ne poés retorner, et se votre enemiz voz asaillent, si voz en defendés au miaus que vos poés! ». Et ce disoit pour veoir con grant peor il poroit mettre a son oste. «Gaufres! » fet li chevalier, «que est ce que voz alés disant? Tu vois que je sui desarmés, puis dis que je me defende de mes enemis que armés sunt; tu ne puis miaux prochachier ma mort!». «Hostes», fait m. Tristan, «je vos rent bontés par bontés; or sachiés que je sui de votre corrus ausi desirant con vos desirois ore [n] droit le moi. Et por ce vos vuoill retenir, pour veoir comant il voz avendra». Li hoste se tient a plus qe mort quant il entent cest response: «Hay5», fet il, «fellum et mauveis et traïtres! Por qoi me velt tu a mort mettre? Ja te fis je servis et henors, si con tu sez». «Ce que voz volois de moi, vuoill je de vos», fait m. Tristan, «veoir ore [n] droit; et por ce ne vos parterois vos de nos! ». Et toute fois le tenoit au frain, et fait senblant qu'il soit duremant corruciés. Et m. Palamidés s'en rit, car bien savoit la voluntés de m. Tristan. Quant li chevalier se voit pris en tel mainiere, il croit bien morir de duel. Et quant il voit qu'il ne puet trover merci en aus, il met
[p. 257]
main a l'espee, et dit a monseingneur Tristan: « Danz chevalier, se Dex mes saut, ou vos mon frain guerperés, ou je vos trincherai la main!». «Hor soiés <si> hardis», fet m. Tristan, «que vos le traiés, si verois que vos en avendra». Et il a peor et doutte grant, quant il entent cest pallement, et qu'il voit m. Tristan corruciés par sembiant. Et bien sachiés que li hostes estoit chevalier de grant proesse, et bien quidoit que m. Tristan li vousist maus de mort. Il ne set que doie faire: se il vait avant, il truevera sez enemis mortiaus, que herament le voudront ocire. Por ce retornast il voluntiers, mais il ne puet, car m. Tristan le tient toute fois au frain, et fait semblant qe trop li vousist maus. Et quant il se voit ensi sorpris, il croit heramant morir se il demore plus avech lui. Et por ce dit il a m. Tristan mout doucemant, si que le lermes li corrent as leaus: «Chevalier, pour Deu merci, se voz onques eûstes pitié de chevalier, aiés pitié de moi a cestui point, et ne <me> metez en tel mainieres entres les main de mes enemis. Et se je vos dit couses que vos despleûst, ne me metez a mort, mais pardornés moi come a chevalier de povre senz». M. Tristan s'en rit desout son ieume quant il vit que son hoste ha pris si grant peor. Mes il ne respont a rienz que cil li die, ainz la tient toute fois au frain, et le menoit toute fois avant. Et il ne ont gramant alés qu'il virent sordre d'un vausel jusque a .VI. chevalier armés <de toutes armes>. Et ce estoient sanz nulle doutte li enemis dou vavassor. Et quant li hostes voit li chevaliers, il li connuit maintenant, et lors est tant espaontés qu'il ne set que doie dire. Devant avoit il grant peor, mes orendroit les a il assés greingnor. «Sire », fet il a m. Tristan, «huimés puis bien dir seûremant que maveis amors m'avés randus de la cortoisie que je vos fis e [n] mon ostel». «Hostez», fait m. Tristan, «se voz me feïstes henors, et vos me volaves puis fere honte selonc vottre pensee, car je connoisoie bien votre voluntés, et je ne m'en puis miaus vengier de vos que de voz metre e [n] main de votre enemis». «Que voz en diroie?» fait li vauvassor, «voz m'avés mort, et Dex voz en rendra tost le guerardon. Et autretel bone aventures vos aveingne cestui soir comant il m'est avenus par vos ore [n] droit». Et la ou il parloient en tel mainieres a sez hostes, atant <es> voz venir ceaus qui estoient enemis au vavassor, qui chevauchoient le grant chemin ferrés. Il ne connoisoit mie m. Tristan, ne sez conpangnons, mais li vavassor connoisoit il mout bien, et por ce s'areste il. Et li Sire a la Roche, quant il voit celui qu'il avoit a sez enemis mortlaus, il se mist avant a sez conpangnons, et dit a m. Tristan: «Biaux sire, itant me ditez, c'il voz piest: cestui chevalier que vos menez en tel mainieres, est il votre prisons? ». « Nenil », falt m. Tristan, «mais je le moine en tel mainieres par envoiesure et par desduit». «Puis qu'il ne est votre prisonz», fait li Sire a la Roche, «je le desfi. Garde soi de moi, car je l'ocirai maintenant, car il set bien qu'il est mes enemis ja ha grant tens». «Comant», fet m. Tristan, «ne estes vos chevalier herrant?». «Oïl», fet li chevalier a la Roche. «Et li quelz amés vos miaus: ou henor ou desnor?» fet m. Tristan. « Or sachiés, biaus sire», fait li Sire a la Roche, «que honte ne voudroie je gaaignier tant con je m'en poroie defendre». «Donc voz di je», fait m. Tristan, «que vos en cestui fait ne mettés main a ceste fois, car puis qu'il est desarmés, et vos estes armés, vos ne le poés touchier qe vos ne soiés desoronés, se voz est chevalier herrant. Et vos savés <bien> que je di verités». Et li chevalier de la Roche dit maintenant: «Se il est mes enemis, je le doie asaillir en quelque leu que je le trueve, et mettre le a mort, se je onque puis». «Ne ferés, sauve votre gracie», fet m. Tristan, «car se aucun chevalier herrant voit qe chevalier armés asaille chevalier desarmés pour achaionz qu'il soit, il devroit le desarmés aidier, et vos desoroner». «Or voz dirai que voz ferois», fait li chevalier a la Roche, «car je voi que voz estes chevalier herrant. Or le delivrés, se vos poés, car je vos di loiaument que je l'ocirai, se je onques porai». «Comant», fait m. Tristan, «si ferois si grant fellenie que vos ocirés chevalier herrant desarmés, la ou voz soiés annés? ». «Voir», fet cil, «puis qu'il est mes enemis mortiaus, mais pour hautre choçe ne le firoie je mie». « Certes», feites m. Tristan, «ice ne est mie loiautee, ainz est mauvestié grant! Et quant je truis desloiautés en vos, je ne voz teingn mie a chevalier. Et por ce di je bien que cestui chevalier defendrai je bien contre voz, se voz volés mettre main a cestui point». «Or sachiez», fait li chevalier, «que adonc est voz venus a la mellee!». «Et a la mellee soit, puis que autremant ne puet partir!», fait m. Tristan. Lors laise son oste atant, et li dit: «Hostes, or soiés aseûr que ne avrés ja engonbrer sanz nos, et votre enemis seront bunis maintenant», et dit: «Aportés moi mon escus!», et il fu fait maintenant. M. Palamidés reprent le suen, et ausi fist li chevalier de Lenois. Quant il sunt
[p. 258]
aparoilliés de lour armes, m. Palamidés parole au Sire a la Roche, et li dit: «Danz chevalier, se Dex mes doint joie, je vos loeroie en droit conseill que vos laissiés ceste battaille. Vos estes .VI. chevalier, et nos somes trois. Je vos promet loiaumant que vos en serés repentis, et au dereain porés veoir li quel partie n'avra le peior». «Se m'aït Dex», fait li Sire a la Roche, «se vos fuissiés m. Tristan de Leonois, que l'en tient au meillor chevalier dou monde, si avés vos pallés trop hautement, mais pour aventures vos nos quidiés esmaier par votre parole! ». Aprés cestui pallemant il ne font deleamant, ainz laisse corre les uns sour les autres. Monsegneur Tristan abati li un en son venir, et cil fu enavrés durement. M. Palamidés abati les autres, et li chevalier de Leonois porte le tiers a la terre, et au cheoir qu'il fist se desloie le bras senestre, que aprés ne portera escus ne lanse. Et quant il ont ceaus trois abatus, pour ce qu'il ne voloient flaltir lour glaivies sour les autres trois, rendirent il lour glaivies a lour escuierz, et mistrent main a l'espee, et laissent corrent a eus. Et m. Tristan fiert le primier si durement qu'il le flatiz a la terre. M. Palamidés ne vait li suen espraingnant. Et que voz en diroie? Trop sont andeuz preuz et puissant, et ceaus ne puent avoir duree; en pou d'ore sont inis au desout. Li chevalier de Leonois se travaille tant a celui point qu'il conquist li suen chevalier. Quant il les ont a ce menés qu'il les ont outree dou tot, m. Tristan dit a son oste: «Hostes», fait, «que volés voz que nos faichons de votre enemis?». Cil, que tant est liés et joianz duremant que a poine soit que doie respondre, dit, si con il puet: «A votre voluntés en soit, no [n] pas a la moie». «Toute fois», fait m. Tristan, «que volés voz que nos en faichons?». «Certez», fet il, «puis que je voie que vos tant n'avés fait par moi assés plus qe je n'avoie deservis, je voudroie, c'il voz plest, que voz mettés pes entre nos, ensi que nos remansomes amis, et l'aïne que loingnemant a estés entre nos fust apaiés, que somes tuit d'une contree, et por ce que je ne sui mie aiçiés de porter armes con je ai estés maint jorz, et il ot amis assés que tost me peront fere contraire, la ou il me troveront aprés ceste desconfiture». M. Tristan, que auque connoit qe son oste ne dit se verité non, prie tant li Sire a la Roche qu'il li jure loiaus pes et droite amistié atenir a toz li jors de sa vie contre toz homes, se n'estoit encontre li roi Artus ou contre li roi de Norgalles, car de ceaus deus estoit il homes liges. Quant il se sunt si acordés con je vos ai contés, il se trebasoient andeus en pes. M. Tristan dit au Sire a la Roche: « Sire, encontrastes vos trois chevaliers herrant? ». «Nenil », fait il, «noz ne encontrames hui chevalier for que vos, dont je sui assez iriés. Sire», fet il a m. Tristan, «je vos voudroie prier pour henor de chevalerie et por cortoisie que voz me diés votre nom, car je sai que cestui fait sera seû en la maison li roi Artus, ou je m'en vai tot droitemant. Car il ne poroit estre pour rien dou monde qu'il ne me conveingne la connoistre ma honte, si que je saiche dire devant li roi qui fu cil que m'a mis a outrance. Et savés vos por qoi je le demande plus a vos que a vottre conpainz? Por ce que je ai veû que voz noz feïstes plus domajes que ne firent votre deus conpangnons, et ce me vait mostrant votre chevalerie, por ce sui je plus desirant de voz connoistre! ». «Certes», fet m. Tristan, «a ceste fois ne poés savoir autre chouçe de mori estre for que chevalier herrant sui. Et cist deus sunt chevalier herrant ausint, et somez tuit et trois conpains d'armes». Et quant il ha dites ceste paroles, il s'en vait houtre, et puis dit: «Sire Palamidés, metto [n] nos a la voie! ». «Voluntiers», fet il, et s'en vont houtre tuit et troiz. Ensi s'en vait m. Tristan entre lui et sez conpangnons, et assés li mercie li hostes de la grant bontés qu'il les ont fait. Ensint s'en vait monseingnor Tristan et sez deus conpains. Et la ou il chevauchoient ensint, et m. Tristan regarde ensus de lui, et voit un biaus chevaus qui aloit paissant par le bois, et avoit encore la selle eu dos. «Sire», fait m. Palam'ldés, «veez la un chevaus de chevalier herrant?». «Voz dites voir», fait m. Tristan, «ou li chevalier dort, ou il se repouse pres de ci. Alons, et, si le querons, si nos dira pour aventure aucune chouçe. Or nos partons: les uns aille la, et les autres sa, celle part dont li chevaus vient». Et tot ensi con il le devise le font il, car il se partirent maintenant, et vont querant a destre et a senestre tout ensint con il estoient a chevaus. M. Tristan, qui devant chevauchoit, ne ot mie gramant chevauchiés qu'il trueve desout un arbre li chevalier, qui dormoit armés de toutes armes, for que d'eume et d'escus. Et quant m. Tristan le voit, si connuit maintenant que ce est m. Lancelot dou Lac.
[p. 258]
Et por ce dit il qu'il l'atendra tant qu'il soit esvoilliés. Et atant fu m. Lancelot esvoilliés. Et quant il voit li chevalier a chevalz cu'il ne connoisoit mie, il saut sus en estant, et li dit: «Sire chevalier, qe demandés vos? ». Monseingnor Tristan se lance maintenant a la terre, et li dit: «Sire, je sui li votre chevalier, et se je m'arestoie par vos regarder, ne le tenés pas a mervoille, car maint jors sont que je en sui estés desirant de voz veoir. Que voz en diroie? Je sui Tristan, li votre chevalier!». Et a ce se lieve m. Tristan son ieume, et se trefont grant joie et grant feste. «Sire», fet m. Tristan, «quelz afere vos moine ensint seul con vos alés?». «Sire», fet m. Lancelot, «je ai grant beiçons a fere, si ne voudroie estre conneûs par cestui païs, dont il m'aaste formant». «Sire», fait m. Tristan, «se vos avés mestier d'un tel chevalier con je sui, je verrai avech voz». M. Lancelot le mercie assés. Que vos en diroie? Il ne font autre deleament a celui point, ainz se partirent. Et en ce qu'il se partirent, es voz venir celle part m. Palamidés et li chevalier de Leonois. «Sire Tristan», fait m. Lancelot, «je vos pri que voz ne diés a nelui qe je soie en cestui païs». «A vottre voluntés», fait m. Tristan. Atant s'en ala m. Lancelot son cheminz, et m. <Tristan> s'en torne a sez conpangnons. Et assés li demandent qui estoit li chevalier, mais il lour dit qu'il ne savoit for que un chevalier estoit. Et la ou il aloient ensint, m. Palamidés dit a m. Tristan: «Sire, [re] cordés vos de ce que vos me creantastes, que voz me promeïstes que voz me conterois une bielle aventures que voz veïstes de mesire Givret de Lanbelle avenir, et, ce que voz me promeïstes, m'acenés de ce que voz en veïstes de lui?». «A votre voluntés», fait m. Tristan, «or sachiez qu'il ne a encore un an que m. Givret de Lanbelle me fist une tres grant bontés, la greingnor que chevalier me feïstes a piece mais, et si voz dirai comant. Or sachiez qu'il fu voir que je chevauchoie, ne a encore un an entierz, par une contree que l'en appelle Terre Foraine. Et je estoie a celui point si corruciés a vos que je ne demandoie four que vos trover, par vos mettre a mort, se je onquez peûsse, que je ne haoie a celui point for que vos seulemant. Et sanz faille je n'estoie mie alés en Terre Foraine par vos, ainz i estoit alés par une dame que priés m'en avoit. Et quant je fui la venus, la dame avoit sa beiçonge afinee, et je m'en tornoie tant con je pooie eu roiames de Logres. Car l'en m'avoit contés que mesire Lancelot estoit enprisonés en un chastiaus, dont il ne pooit estre delivrés sanz grant force de chevalerie. Je, que baoie a delivrer le, se je pooie, chevauchoie a celui point a tres grant jornés, et baoie que je petisse tant faire que m. Lancelot fust delivrez par ma chevalerie. Et a celui terme que je chevauchoie ensint, avint que aventure m'aporte devant un chastelz, ou l'en fasoit ne sai quel feste. Et chevauchoie adonc en la conpangnie d'un escuier, qui portoit mon escu seulemant covert d'une oue vermoille. Li chemin que je tenoie aloit par devant la porte dou chastel, si que l'en ne entroit mie dedens li chastiaus, c'il ne voloit. Et je, que eu chastel ne voloie entrer, car mout avoit aillorz a fere, m'en alai par devant la porte, que laienz ne entrai je mie. Et un en se lieve maintenant, et dient: 'Par ci passe li chevalier herrant!' Heramant que cist en fu finee, hoissi de laienz un chevalier armés de toutes armes, et bien montés. Et s'en vient aprés moi grant aleûre, criant a aute vois: 'Sire chevalier, arestés voz!' Et quant je l'entendi, je m'arestai maintenant. Et por ce que a joster me convient, voussise ou non, li adrechai la teste de mon chevaus. Et quant ce vient au ferir, je le feri si tres grant coux, et li mis les glaivies parmi le cors, si qu'il cheï a la terre enavrés a mort, et m'en alai tantost, car je quidai que plus ne me fust demandés, et li chaut estoit grant, car il estoit dou mois d'aoust. Quant je me fui partis de celui cui je avoie ocis, etje veingn droitemant a une fontaine auques travailliés duremant, et dou grant chalor qu'il estoit descendi je devant une fontaine, et me fis alegier de mez armes, et m'e [n] dormi maintenant, et mon escuier s'e [n] dormi avech moi. Et la ou nos dormions ensint, il avint que sour nos vintjusque a .VI. chevaliers armés, que parens estoient dou chevalier cui je avoie ocis devant le chastelz. Et quant il furent aprés moi venus par moi ocire ou prendre, se il peûssent, quant il me virent dormant, et il furent venus jusque sour moi tuit a chevaus, il m'escrient. Et je fui esfree, si sailli sus, et li un d'eaus me feri maintenant d'un glaivie, si qu'il m'abati. Que voz en diroie? Je vuois prendre mon espee, mais il fu noiant, car il me pristrent, car je estoie a pié, sanz mes armes, et ceaus estoient a chevaus. Il me pristrent maintenant, car je ne oi defense se petit non, et m'enmenoient au pere dou chevalier mort, qu'il feïsse sa voluntés de moi. Et la ou il m'e [n] menoient ensint, et nos estions ja hors de la foreste, et aprochoie dou chastiaus, atant veïmes nos aprochier un chevalier qui portoit un escu tot blanc sanz entreseingne nulle. Et
[p. 259]
sachiés qu'il venoit tant con il pooit dou chevaus traire qu'il senbloit bien que la foudre le chachast. Et quant il aproche de nos, il comanance a crier assez haut: 'Laissiés li chevalier, jenz mauveis et fallie, que voz ne estes mie doingne de touchier si preudomes con il est!' Et quant il ot ce dit, il se feri entr'aux les glaivies baissiés, et n'ocist li uns dou primier coux. Et sachiés qu'il n'ocist a celle encontre deus. Que vos en diroie? Il fist tant en petit d'ore de celui glaivies qu'il tenoit que tuit li .VI. chevaliers en abati .Et li deus furent ocis, et li quatre remistrent en la place tiel atornés qu'il ne horent pooir de relever. Et cil me delivre maintenant, et me rendi mon chevals et mes annes, et m'enmoine a une abaïe qui estoit en la foreste ou je sojomai puis tant que je fui gharis de nies plaies que je avoie receû quant je fui pris. Et il ne demora pas avech moi, ainz s'en ala maintenant son afer, ne sai quel leu. Et je demandai le nom de lui a ceus de laienz, et il me distrent que ce estoit messire Givret de Lanbelle. En tel mainiere me delivre de mort par sa gran bonté, et ce fu une bielle aventure, et bien fu fait de preudomes». Coment m. Palamidés mist a mort le buen chevalier de la Tour au Pin Reont. En tel mainieres chevaucent parlant de celle aventures et d'autre tant que lour chemin li aporte devant au Pin Reont. Il conneûrent bien que ce estoit la tor que lour avoit contés lour hostes. «Sire», fait m. Tristan, «or savroie je voluntierz se nostre Chevalier a l'Escus Vermoill est par ci passés ». «Certes», fait m.Palamidés, «je ne sai, mais je sai bien que par ci passent chevaliers, que encore poés veoir les [es] clos des chevaus». «Vos dites voir», fait m. Tristan. Atant es vos venir un vallet a pié, que bien senbloit messajer. «Seingneur», fait li vallet, « estes vos chevalier herrant?». «Hoïl», fait m. Tristan, «mais por quoi le demandé vos?». «Por ce» fet il, «que je voz voudroie asenner d'une choçe que voz ne savés mie pour aventures. Et savés vos por coi je le di? Veés voz celui pin que est la devant celle tor?». «Hoïl», fait m. Tristan. «A celui pin», fet li vallet, «pent un escu qui est au seingneur a la tor. Et se vos abbatterés, a la meslee est venus; tot maintenant voz asaudra le sire a la tor, et voudra vengier la honte son escuz. Et je voz ai dit ce por ce que voz v'en gardés». «Comant ses tu cest?», fet m. Palamidés. «Je le vos dirai comant», fait il, «je me posoie orendroit desout cel harbre, car toute nuit avoit veilliés et alés par ceste forestes. Et atant que je me posoie, estes vos venir chevalier herrant, et s'arestrent desout celz arbres, et comenecrent a regarder l'escuz. Et li un d'eaus, qui portoit un escuz vermoill a un lyon d'arjent ranpant, cil dit que ne abatira mie l'escus a ceste fois, car trop avoit a ffere, si s'en ala outre. Mez sez deus conpains que remés estoient, dit li un qu'il l'abatteroit, car il avoit voluntés de joster au chevalier a la tor, si l'abati maintenant. Et quant il l'ot abatus l'escus, de laienz hoissi un chevalier sour un grant chevaus et fort, armés de toutes armes. Et prist son escus qui a la terre estoit, et laisse <corre> au chevalier que l'escus avoit abatus, et le fiert si duremant en son venir q'il le porte a la terre enavrés a mort mout fellenessemant. Et li chevalier que remés estoit avech celui, veaut vengier la honte son conpangnons, et se mist avant pour joster. Mez de tant li mesfait adonc qu'il fu abatus ausi con son conpangnons. Et, se Dex me conselt, biaus seingnor, ceaus deus chevalier que abatus furent, sont assés prisés en la maison li roi Artus pour buen chevalier! Et por ce vos lou je que vos vos gardés de l'escu abattre, que bien voz poroit avenir ceaus meïsmes que avint a celz deus preudomes». «Di moi», fait m. Tristan, «qui furent ceaus deus chevalier que vos tant loés?». «E [n] non Deu!» fait li vallet, «li un fu m. Yvain, et li autre m. Givret de Lanbelle. Chevalier sont de haut affere, et je voz ai dit ce par votre bien». «Or di», fait m. Palamidés, «quant ceaus deus chevalier furent abatus que tu dis, li Chevalier a l'Escus Vermoill estoit il avec elz?». «Il ne i estoit», fait li vallet, «mais il ne i estoit mie gramant loingn. Et li li vit abattre ausi con vos me veés, mais il ne fist semblant, ainz s'en ala outre». Quant li vallet ot ce dit, il s'en ala atant sa voie. M. Tristan paroule adonc a sez conpangnons, et dit: « Li quelz de noz abatira l'escus? ». «Sire», ce dit li chevalier de Leonois, «je le vuoill abattre, et laissiés sour moi ceste joste ». « Et voz l'aiés! » fait m. Tristan, «Or paira que voz ferés». Li chevalier ne atent plus, ainz hurte chevaus de sporonz, et s'en vait au pin, et abati l'escus ctui hi pendoit a la terre. Quant li escus fu abatus, maintenant fu en la tor sonés un cor. Aprés ce, ne demore gueires es vos venir li chevalier a la tor aparoillés
[p. 259]
de toutes armes. Et la ou il voit li escus qui abatus estoit a la terre, il le prent, et dit a cellui qui l'avoit abatus. «Danz chevalier, se Dex vos saut, que vos avoit mon escus fait, que l'avés abatus a la terre? Certes petit me pricés, car honte m'avés fait, mais je la vengierai prochainemant, se je onques porai. Et que voz en diroie? Voz est venus a la mellee: ou voz m'abatterés, ou je voz». Aprés cestui pallemant ne i ot deleanse, ainz laisse les un corre a les autres tant con il puent de lour chevaus trere. Mais li chevalier de la tor, qui fort estoit et de grant pooir, fiert li chevalier de Leonois si aspremant qu'il li perce li escuz et lez aubers, et li fait une grant plaie e [n] mi le pis, et le porte a la terre si fellenessemant que cil ne a pooir q'il se relieve en estant. Messire Palamidés, que assez prisoit li chevalier de cortoisie, quant il le voit cheoir a la terre, il n'est iriés duremant. Il ne fait deleament, ainz hurte chevaus de sporons ver li chevalier a la tor. Et quant li sire a la tor voit que autre fois li convient joster, il fait senblant que petit li en chaille. Il se trefierent si roidemant con cil que de grant force estoient. Li chevaus, que bien senblent vent, venoient si roidement et si droit con c'il fussent [a] filés, et assés plus droit et plus ardant que mestier n'estoit, car il se treûrterent si roidemant et de teste et de pis ensenble si qu'il trecient andeus mors a la terre. Li chevalier que desus estoient se treûrterent que a pieces s'en sentiront il. Li chevalier de la tor, que de grant renomee estoit, et qui tant chevalier avoit abatus, fu mors de celle encontre. Tot ot la teste esquartellés, ja li est l'arme dou cors partie. M. Palamidés est si duremant estordis dou dur cheoir qu'il avoit pris, qu'il ne set c'il est nuit ou jorz. Il ne remue pié ne main, ainz gist ausi con c'il fust mors. Li sanc li saut parmi la bouche et pamii le nez et par les oreilles. Il ne set ore [n] droit c'il est Palamidés ou non; il gist come mors. Onques puis qu'il porté arme primierement ne fu si duremant hurtés. Quant m. Tristan voit ceste joste, il en devient si esbaïs qu'il ne set qu'en doie dire: «Or voi je bien que li chevaliers [sunt] mors ». Et quant il voit li deus chevaliers que ensi giçoient a la terre qu'il ne fasoient senblant dou relever, il a doutanse qu'il ne soient mors. Si hurte et s'en vait a m. Palamidés, et descent mout hastivemant, et s'enjennoille devant lui, et li dist: «Amis, comant voz sentés voz? ». Cil ne respont rienz, car il ne sentoit mie. « Hay5, Dex! » fait m. Tristan, «que est ce qe je voi? Est donc mort m. Palamidés, le meillor chevalier dou monde? Chevalerie est morte, se cist est mors! ». M. Tristan plore mout tendremant, et ens [i] plorant con il estoit, il deslaice l'ieume a m. Palamidés, et li hoste bors dou chief. Et quant il voit le foisonz dou sanc qui li salloit par toz parz, et quide adonc qu'il soit mort. Il en plore mervillieusemant a pou qu'il ne creve de duel qu'il a. « Hay5! » fait il, «que puet ce estre? ». Con si a deulors et domaies, il le comance a baissier, si ensanglant con il estoit. Grant duel a m. Tristan a pou qu'il ne rage de duel. Il plore formant, il souspire, il maudit l'ore qu'il fu nes, quant tiel deulor li est avenus que tel chevalier est mors. Et la ou il demenoit tel deulor tot en plorant si duremant qu'il ne se quide jamés conforta, m. Palamidés, que en pasmession estoit geû longemant, revint en pooir et en force, tiel con il avoit. Adonc gette un souspir de cuer parfont et un plaint, et dit: «Sire Dex, aïde moi!». «Amis», fait m. Tristan, «comant voz sentés? Voz porois voz gharir?». Quant il entent le paroules de m. Tristan, et le voit plorer si fort que tot li cuer li fondoit, il s'esfo [r] ce tant con il puet, et dit: «Sire, je ne ai mal que je ne gharisse assés tost, et nepourquant trop me done fellenesse encontre li chevalier». Monsengneur Tristan li asue les iaux, et le demande autre foiz comant il se sent. «Certes», fait m. Palamidés, « ci ne vaudroit rien le celer noiant. Or sachiés que a jor de ma vie ne trovai si dur encontre con je ai trovés a ceste fois, a pou que je ne ai estés mors. Que vos en diroie? Ensi est avenus, mes cil que si duremant m'encontré, comant l'a fait il? ». «Certes ce vuoill je veoir», fait m. Tristan. Lors se met en son estant, et s'en vait au chevalier, que encore giçoit. «Hay5!» fait m. Tristan, «je ai douttanse qu'il ne soit mors». Lors li hoste l'ieume de teste. Adonc trueve qu'il estoit mors. Il torne a m. Palamidés, et li dit: «Amis, mors est li chevalier». M. Paiamidés dit qu'il li en poise assés chierement, «mais puis qu'ilest desviés, dir poez seûremant que un des meillor chevalier dou monde, ne que je onques treuvasse, est mors. Et, si voiremant m'aït Dex, con il me poise de sa mort duremant!». «Amis», fait m. Tristan, «puis qu'il est mors, le suen fait dou tot leissiés ester, de voz gharir pensés tot adés. Or mes dites: porés voz chevauchier?». «Nenil», fait m. Palainidés, «car trop son grevés de ceste jostes». «Et que firon nos?» fait m. Tristan. «Ce voz dirai
[p. 260]
je bien», fait m. Palamidés, «je demorai en ceste tor tant que je soie gharis, et avech moi demora cest chevalier de Leonois, qui est enavrés, ce sai je bien, et me fira conpangnie, et je a llui. "Et vos n'irois en votre affere aprés li Chevalier a l'Escu Vermoill, ensi con voz l'avés enpris, puis repariés a la Joioçe Garde, et verois madame la reïne Yçelt, que vos ne veïstes ja sunt maint jorz». «Amis», ce dit m. Tristan, «ce est noiant que voz demandés, je ne voz laieroie, ainz serai avech voz tant que voz soiez ghariz». «Je vuoill que voz le faichois ensint», fet m. Palamidés, «alés a celle tor, et veés qui est dedenz». «A votre voluntés», fet m. Tristan. Lors s'asist l'escu a cuel et les glaivies eu poingn, car bien quide laienz treuver genz armés. Mais il ne fist, car il ne i trueve for une dame de grant biautés, et assés damoiselles qui la servoient, et quatre vallet ausint, car li chevalier avoit demorés laienz a moin de jenz et de conpangnie qu'il pooit, pour avoir plus privés le seulaz de sa dame. Et quant il voient venir entr'aus m. Tristan, qu'il ne connoissent mie, il quident de voir qu'il soit laienz venus par caus ocire. Maintenant s'en fuierent, et se mistrent en une chanbre. M. Tristan s'en vait aprés, et lour mostre l'espee nue, et dit qu'il sont mors se il ne font sa voluntés. Et cil dient qu'il la firont tuit voluntiers. Et m. Tristan, qui connoisoit la dame entrez les autres, s'en vait a li, et li dit: «Dame, Dex voz saut, et se vos ne faites ma voluntés, voz ne poés eschanper». Celle, que de peor trenble, respont: «Sire, il ne est chouçe que je par voz ne face, se vos me volés sauver la vie». «Je vos dirai», fet m. Tristan, «que voz firois: il est voir que li sire de chaienz est morz, et en lui ne aiés voz esperance». «Sire», fet la dame, «or sachiez qu'il n'i a plus liez de moi c'il est mors, car il ne a pas un an aconplis qu'il ocist mori pere, que buen chevalier estoit, et <a> celui point ocist il ancois un mon freres charnaus, que bien estoit un des plus biaus chevalier de cestui païs! Et quant il me fist si grant domajes, ne quidés voz qu'il me soit biaus de ceste mescianse qui li est avenue? Se Dex me saut, si sui, car ce estoit l'ome au monde que je plus haoie mortiaumant!». «Dame», fet m. Tristan, «voz en estes bien vengiez, et je vos dirai, dame, que voz feroiz: il sont la hors deus chevaliers qui sont enavrés. Il verront chaiens pour sojomer en ceste tor tant qu'il solent a aiçe de chevauchier. Et je voz pri que voz me creantés que voz li servirois de tot votre pooir tant con il seront chaienz». «Sire», fet la dame, «je le vos creant voluntiers et loiaument. Or sachiez que je li servirai de tot mon pooir tant con il seront chaienz, et tant conje meïsmes i demorai, car gramant ne i serai, puis que li chevalier est mors, car a force me tenoit o lui. Or sachiez que je sui mout liez de lour venue ». Et a ce s'acordent tuit les autres de laienz. Lorz se torne m. Tristan, et revient a m. Palamidés, et tant fait qu'il li moine laienz andeus. Et se coucierent andeus en une chanbre, et quant il sunt desarmés, il truevent que li chevalier de Leonois estoit duremant enavrés, et m. Palamidés est tel atornés qu'il voit que a piece mais ne avra pooir de chevauchier ne de porter armes. Quant il sont asiz en biaus lit, tant richemant con la dame le pooit miaux faire: «Sire Tristan», fait m. Palamidés, «puis que noz somez en leu ou noz noz peonz reposer, desormais vuoill je que vos montés, et vos alés aprés li Chevalier a l'Escu Vermoill, car je ne voudroie pour achaions qui soit qe voz ne l'[aler] leissiés devant que voz aiés sa conpangnie. Et vos v'en dovés bien travaillier, que de haut proesse est il garnis ». Que vos en diroie? M. Palamidés prie tant m. Tristan qu'il se parti atant, et s'en ala en sa queste. Ensi se part m. Tristan de sez conpangnons, plorant tendremant de ce qu'il les a ensi laissiés, et mout li tarde forinant qu'il ait atint li Chevalier a l'Escu Vermoill. Et se par lui trover ne fust, il n'aûsse laissiés sez conpangnons tant qu'il fussent gharis. Car ce le fist partir, car il ne voudroit pour rien dou monde qu'il ne veïsse la battaille que li Chevalier a l'Escu Verinoill doit faire. Ensi chevauche m. Tristan et sez escuierz, et de tant se tient a bien paiés qu'il trueve toute fois les [es] clos des chevaus qui devant s'en aloient. Et chevauchent tot celui jors jusque a hore de prime nonet. Atant ont veû li trois chevaliers q'il aloit querant, et comance aprochier a un chastel qui li estoit contés autre fois que tuit ceaus dou chastel fasoient ne sai que feste. Et la ou il regardoit li chastiaus, qui estoit fermés en un grant tertres, si biaus que en tot le païs ne l'avoit si biaux ne plus riche, il regarde devant lui, et voit li trois chevaliers qu'il tant desiroit. De ceste chouçe est il joiant mout duremant. Lorz s'ahaste plus de chevauchier, et tant fait qu'il les a atint. Et cil li dient: «Bien vengnant, sire chevalier». «Bone aventures voz doint Dex», fet il, «seingneur», fait m. Tristan, «quel part alez vos?». «Et voz», font ceaus, «ou alés». «Seingneur», fait il, «je vuoill chevauchier par
[p. 260]
cestui païs aventure querant, ensi con font li chevalier herrant. Et vos qui est», fait m. Tristan, «que ensi chevauchiez? Il m'est avix que voz soiez de cestui pais!», et ce disoit il, por ce que cil quidassent que ne li conneûst de rienz. «Nos somes», fait m. Yvain, «chevalier herrant con voz est». «Seingneur chevalier», <fet Tristan, «je me metroie volentiers en votre compaignie, se je cuidoie qu'il vous pleûst». «Certes>»,fait m. Yvain, «a moi plet elle bien <mes je ne scay s'il plest a mes compaignons». «Certes», fet Gaheriet, «il me plest moult bien».> Le Chevalier a l'Escu Vermoill, quant il entent cestui pallemant, il se torne ver m. Tristan: «Sire», fet il, «se vos estes par cestui païs ostellés, et avés oï conter aventures?». «Sire hoïl», fait m. Tristan, «et je voz en dirai aucune choçe: or sachiez que ceaus de cestui païs m'ont contés que a ceste feste d'ui sont asemblés tuit li buen chevalier de ceste contree a ceste chastel sa devant. Et pour ce que a ce meïsmes jors firent eaus li chevalier herrant domajes, hont il establi une costume si mauveis con je vos conterai: que se chevalier herrant passe par devant li chastel tant con ceste feste dure, il est mestier, ou voille ou non voille, qu'il joste avant a un chevalier, le meillor qu'il puent eslire. Et si li chevalier herrant abat li chevalier dou chastel, il convient puis qu'il se joste a .X. chevaliers. Et se il les abatira trestous, aler s'en puet, que [plus] ne li sera demandés. Mais c'il chiet pour aventure, il pert sez chevaus et sez armes, et l'en convient aler a pié, et ce est la costume de cestui chastiaus et de cestui passajes que nos avons ore [n] droit a passer». Li chevalier pense un petit, et puis dit: « Ceste costume est anuiuse as chevalier herrant que sa vienent, que ne soient sain de lour menbre. Et, se m'aït Dex, de cestui affere ne sai qu'en doie dire, car a cestui point ne ai je mestier de cestui afere». «Sire», fait m. Tristan, «de quoi avés vos douttance? Ensi voiremant m'aït Dex, se je estoie ausi buen chevaliercon voz est, je avroie petit peor, carde greingnor fait que cestui ne est voz en quitast voz harsoir devant Harpinaus». «Sire», fait li chevalier, «de celui fait encore me dueill je. Et je ne aûsse beiçonz a cestui point de joster, car je ai enpris tel afere que assez me fait le cuer pensif, et Dex mes doint venir a buen chief ». «Sire, Dex le face», fait m. Tristan. Lors paroule li chevalier, et dit: « Seingnor, que dites voz de ceste enprise?». «Sire», fait m. Yvain, «l'aventure est periliuse duremant qui la peûsse passer henoreemant. Il ne seroit mie geu d'enfant d'un chevalier encontre .X.! ». «Certes», fait li chevalier, «se je pooie cestui passajes eschifer, je passase par hautre leu. Car se aventure m'estoit si contraire que je fusse plus enavrés que je sui, je m'en tendroie a plus que mort. Et, se Dex mes dont bone aventures, se je estoie de mes menbres sain, et je ne aûsse enpris la battaille que je ai, il ne me grevast aventures que je trovasse. Certes ces deus chouses m'espaontent: une, que je sui enavrés, l'autre, que je ai enpris une battaille, et ce me font a force retraire de ceste enprise et de maintes autres». «Sire», fait m. Tristan, «il ne est mie chevalier que refuse aventure». «Sire», fet li chevalier, «vos pallés ore de saine teste. La Deu merci voz est sain, ne ne sentés pas ce que je sent. Or sachiez que ceste aventures me grevast assez petit, ce ne fust ce que je sent et ce que je voz ai dit. Mez quant je ne la puis eschifer, or vait comant il pora aler, que je me metrai en aventure. Et chascun se gart a henor de chevalerie, car autrement poroit il recevoir honte».Et quant il a dites ceste paroules, il fait regarder son chevaus que ne i faille rien, et autresint font lez autrez conpangnons. Et lorz chevaucent parmi la prarie le grant chemin tant qu'il sunt venus a un flum mout grant et parfont. Et desus celle aigue avoit un pont mout grant de fust, que bien i poent passer quatre chevaliers jostés. Coment m. Tristan mist a mort li .II. chevalier que gardoient un point. Et de la dou pont avoit deus chevaliers armés, qui estoient delés arbres, et avoient devant caus lour chevaus tuit ensellés et tuit aparoillés de monter, et lour glaivies et lour escus estoient joste elz. Maintenant qu'il virent li chevaliers aprochier dou pont, il connoissent que ce estoient chevalier herrant. Maintenant saillent par desus le pont, et dient haut con il puent.:«Arestés voz, seingnor chevaliers! Li deus chevalier de voz veingnent joster, et les autres deus remaingnent tant qu'il veront que sera». «Seingnor chevalier», fait li Chevalier a l'Escus Vermoill, «somes nos arestés?». «Sire oïl», fait m. Tristan, «et por ce que voz estes enavrés, et que avés a faire, ne vuoill je que nul de voz de ceste joste se entremette, ainz le laissiés sor moi. Puis
[p. 261]
qu'il ne sont que deus, je ne vuoill que nul de vos en preingne escus, ainz li vuoill andeus sour moi». Quant il a dit ce, il ne atent plus, ainz se lanse verz le pont et crie as deus chevalier: «Or avés lajostes que voz demandés, seingnor chevaliers! ». Lors hurte chevaus de sporons, et s'en vait grant cours houtre ausi con c'il fust en plaine terre, si qu'il semble a ceaus que le regardent qu'il deûst le pont fondre desout caus. Et fiert le primier chevalier qu'il encontre si roidemant qu'il le fait chcoir en l'aigue, et li chevaus s'en oissi hors, mes li chevalier i remest en l'aigue noiés, por ce qu'il ne ot seucors, et sez armes li grevent. Et quant li Chevalier a l'Escus Vermoill voit celui coux, il dit bien a soi meïsmes que bien fiert de lanse, et de grant force est li chevalier, et ardis duremant, que tiel coux done. Et m. Tristan quant a celui abatus en l'eve ensi con je voz di, il ne le regarde onques, ainz s'adrece ver les autres, et li vient les glaivies baissiez au ferir de sporons, et le fiert en son venir si roidemant qu'il fist de lui et de son chevaus ausi con il avoit fait de les autres, car il le porte en l'aigue noiés. Quant m. Tristan ot ce falt, il s'en passe outre qu'il ne atent plus. Li Chevalier a l'Escus Vermoill paroule adonc a sez conpangnons, et dist: «Que voz senble de notre chevalier a l'escu noir?» Car m. Tristan avoit sanz faille a celui point armeûre noire. «Sire», dient li conpangnonz, «il nos mostre bien qu'il est poissant chevalier et ardis». «Sire», fet li Chevalier a l'Escu Vermoill, «quant il en prist a desconfire si hardiemant li deus chevalier, peon nos veoir qu'il se sentoit bien en soi, le qoi, c'il ne fust de tres grant poissance, il ne li aûst enpris si hardiemant». «Sire, vos dites voir», font li conpangnons, «et li deus chevalier que le pont gardoient ont chieremant achattés sa chevalerie». Et atant se mettent sour le pont, et passent houtre. Et quant il sont de la, il mercient assés m. Tristan de cest avantures qu'il a lour fait a cestui passajes. Et il lour ne respont rien for qu'il dit: «Ceste bonté ne est mie grant! ». Et quant il ont tant chevauchiez qu'il sont pres des pavilons, il voient que li un et li autres s'aparoillent, que volent les jostes comancier tot maintenant. Comant m. Tristan et m. Yvain et li Chevalier a l'Escus Vermoille desconfirent li .LX. chevalier des pavilons. Quant monseingnor Tristan voit celui aparoill, il s'areste, et dit a sez conpangnons: «Ceste aventures est periliuse, et Dex nos doint partir henorablemant. Et por ce queie comenchai ore le fait de le jostes, vuoill je comencier ceste par votre comandemant. Et por ce que Dex me poroit tost ici mander une bielle aventures, vos pri que voz onquez ne voz tramettés de jostes devant que vos me verois abattre». Et quant li Chevalier a l'Escu Vermoill oï ce, il dist: «Sire, vos est hore travailliés. Je locroie que aucun de noz comeneastes cest jostes». «Sire», fait m. Tristan, «li mien fait sera prochainemain aconplis, car je sui un chevalier de povre afere. Pour ce ne voz puet gramant chaloir se je comance lejostes, car pormon cors ne plus ne moin en si grant afere con cest est». Quant il ot dit cest, il ne atent plus, ainz hurte chevaus de sporonz, et dit a scs conpangnons: «Or voz arestés, tant que voz verois que avendra de moi, et aprés porés de vos penser». Lors prent sez escuier, et li dit: «Vaz tantost a celz chevaliers que la sunt arestés devant ces pavilonz, et lour dit que je lour mant tiel paroles», et li dist quelz. Li escuier s'en vait parfornir le comandemant son seingneur, et lour dit: «Seingnor chevalier, veés la mon seingnor que jostes vos demande si come chevalier herrant. Et por ce qu'il ne se voudroit esprover se ne fust en preudomez d'armes, vos requiert il que vos eslissiés trestuit li meillor chevalier et li plus sain que entre voz soient, et li mandés ». Et quant ceaus l'entendoient ce, il dient entr'aus que «de grant quer et de grant afere est li chevalier que tiel paroulez noz mande». Adonc eslissent .X. li meillor chevalier que enteaûs estoient pour envoier li. Li escuier paroule ancois eaus, et dit: «Chevaliers, encore voz mande celui chevalier, qe mon seingnor est, que de tant con voz i manderés, pius de tant en sera plus vostre duel. Et sachiez que voz ne estes ici tant de chevaliers que voz peûssiés avoir duree encontre ceaus quatre chevalier que la sunt a chevaus, ainz en serés hunis ». Li escuier se parti atant qu'il ne dit plus. Ceaus qe hoïrent ceste messajes en devienent tuit esbaïs. Et m. Tristan ne atent plus, quant il voit que ceaus venoient a le jostes, ainz laisse corre et se fiert entr'aus. Il ne demande pas la joste
[p. 261]
d'un seul chevalier, ainz se laisse tot envaïr, et fiert le primier qu'il encontre si qu'il li met le glaiviez parmi le cors, et le porte a la terre enavrez a mort. Et au trere qu'il fist dou glaivies, il gette un grant cri con cellui que voisin se sentoit de mort. Et m. Tristan qui fu feru de trois glaivies a celui poindre, mes de rien ne le grevoient, ne de selle ne le remuent. Et il fait tant de celui glaivies que sez conpangnons que le regardoient dient entr'aus q'il ne quidassent pas que chevalier peûst tant faire d'un glaivies, dont il se mervillent que ce puet estre. Et quant m. Tristan ha sez glaiviez bliçés, il ne mostre mie qu'il soit de rienz esmaiés, ainz mist main a l'espee dont il avoit ja maint grant coux donés, et se fiert entr'aus, et lour comance a doner grandismes coux a destre et a senestre, et a desmaillier auberz, et a despiecer escus. Que vos aleroie disant? En pou de tenz les a si atomés et maumenés, et si forment enavrés, que cil voient apertement qu'il sont trestous mors se il i demorent plus avech eaus. Et por ce furent trestuit mors et desconfis li .X. chevaliers qui s'en vont fuiant, ceaus que porent par lour vie gharentir; trop ont treuvés dur coux et poissant. Quant monseingnor Tristan voit ce, il ne li vait plus enchauchant, ainz laisse corre sor les autres qui estolent plus de .LX. chevaliers. Si se fiert entr'aus l'espee droite contremont, que ja estoit toute tinte de sanc, si feri le primier desus l'ieume, que cil ne ot pooir de soi tenir en selle. Que voz en diroie? Il fiert or ca or la, or a destre ora senestre, il ne senbloit proesse d'omes mortiaus a le grant mervoilles qu'il aloit faisant. Quant li Chevalier a l'Escus Vermoill voit ce, il se seingnie cent fois por le tres grant mervoille qu'il n'a, et dit: «Par foy! Or voi je mervoille la greingneur que je ne peûsse croire de chevalier. Cestui a fait la greingnor mervoille et hardiment qe onquez feïsse nul chevalier! 'Or tost», fait il a sez conpangnons, «alons seucorre notre conpainz, et ne le [laissons plus] seul a tel beiçonz». Et il ne atent plus, ainz hurte chevaus de sporons, et s'en vont la ou m. Tristan estoit. M. Yvain deserre formant, con buen chevalier qu'il estoit. Mesire Guivret de Lanbelle, celui fiert bien, il semble bien qu'il doie valoir con buen chevalier qu'il estoit. Li chevaus aloient forment. Chascuns abat en son venir un chevalier. Bien lour vendrent celle venue chierement. Il ne truevent gramant que si malement li menast, et que lour feïstes si grant domajes. Et qui adonc eûsse veû m. Tristan l'espee [toute nue] et tinte de sanc, et adonc verras comant il deparioit le renz a destre et a senestre, bien peûst seûremant dir que ce estoit le buen Tristan de Leonois. Li Chevalier a l'Escu Vermoill s'esprove en tel mainieres que ce estoit une mervoille a veoir. Si bien fiert et si bien la fait que tuit ceaus que le voient le tienent que voiremant est il un des meillor chevalier dou monde. Que voz en diroie? Li trestous li quatre conpangnons s'esprovent a celui beiçonz si bien qu'il fait bien a loer de lourgrant mervoille. Tant i fait le buen Tristan a l'aïde de sez conpainz que ceaus dou païs s'en fuierent con cil que tuit sont esbaïs et enpirés de coux recevoir et des mervoille de Tristan. Granz est li cri, granz est la noisse que ceaus dou païs fasoient, quant il voient que lour chevalier sont si maumenés et tornés a desconfitture, et il avoit .X. chevalier en la prarie liel atomés qu'il ne avoient pooir d'eaus relever. La noisse i estoit tiel que l'en ne hoïst le Deu tonant, car cil que voient lour amis mort, [lievent] le cri formant. Et li quatre conpangnons, que chaus estoient et [iriés] de maltalent, quant il voient que ceaus dou païs que s'en fuient ensint, il li chacent aprés con ceaus que les haoent de mortiel haïne par le mauvaise usance qu'il mantenoient en celui païs de fere anui as chevalier herrant. Lorz lour vendrent celle haïne mout cruelmant, car il li vont abattant et ociant. Bien lour vendrent cier lour fellenie, car ceaus dou païs sont hunis et desoronés duremant, car il sunt ensint destruit par le cors de quatre chevalier seulemant. Onques mais ne virent si grant mervoille ne si estranges aventures come lour est avenue en celui jor. Celui jorz fu ferus m. Yvain parmi le cors d'un glaivies, et mesire Givret n'estoit mie moin enavrés. Ceaus deus ne avront a piece mais pooir de chevauchier, et nepourquant, por ce qu'il sunt orendroit chaut et tresués dou gront travail qu'il avoient souffert, ne s'e [n] sentent il si fonnant. Quant m. Tristan voit qu'il ont assés mantenue lour chacie, il s'areste, et dit a sez compainz: «Nos avons assés mantenue notre chacie. Huimés nos en peonz aler henoreemant, et que a piece mais ne sera jorz que lour ne soveingne nostre venue! Alons huimés notre affere». Li autre i's'acordent bien. Lorz laissent de chacier, et s'en vont au grant chemins.
[p. 262]
Et quant il furent partis d'eluech, et m. Tristan, que derieres chevauchoit, voit m. Yvain et m. Givret que fasolent tel foison de sanc qui paroit par le chemin dont il aloient, il n'a grant doutance, car assés les amoit. Et por ce paroule il a eus: «Sire», fet m. Tristan, «comant voz sentés voz? Vos est enavrés, ce m'est avix». «Sire», fet m. Yvain, «vos dites voir, mais je ne al bleceûres dont je ne garisse se je fusse a sojors». M. Givret dist tot autretel. Ensint chevauchent jusque a hore de vespre. Et lor virent une maisons de relegion, qi estoit en un vausel, devant une fontaine. «M. Givret», fait m. Yvain, «je ne porai aler avant que trop ne me grevast». «Sire», fait m. Givret, «ensi voloie je sojomer ici, car trop sont afeblis et navrés duremant». Quant li Chevalier a l'Escus Vermoill, que duremant priçoit li chevalier de proesse et de [de] bonarités, quant il voit qu'il voloient remanoir enluech, il lor dist: «Seingneur chevalier, or soiés certain qu'il me poise cieremant de ce que vos est enavrés. Et certes se je ne fusse si duremant enbeiçognés con je sui, se Dex mes doint joie, je voz firoie conpangnie a votre gharisonz. Mais Damedeu le set que je ne ai pooir de remanoir ne ci ne autre leu, tant que je soie la ou je aie assés a ffere. Et por ce vos comande je a Deu, car aler m'en convient maintenant». Atant se drece li chevalier ver m. Tristan, et li dit: «Sire chevalier, que voudrois vos faire? Voudrés vos ici demorer ou aler avant?». «Sire», fait m. Tristan, «or sachlés que je ne puis ici demorer, car je ai aillors a fere, et voiremant la ou vos alés». «Donc chevauchomes ensemble», fet il. «Sire», fet m. Tristan, «de votre conpangnie sui je joiant». Lorz comandent a Deu lour deus conpainz et s'en vont lour chemins, doulens et corruciés de ce que ceaus sunt si durement enavrez. Au departir dit m. Yvain au Chevalier a l'Escus Vermoill: «Sire, assés nos somes travailliés par savoir votre nom, ne encore ne le savons nos. Or sachiez qu'il noz en poise durement de ce qu'il nos convient ensi departir devant que nos seûssons votre nom. Mais ensint fait beisonz, noz ne peons hautre: Dex vos conduie». Quant il ont ce dit, il s'en vont ver l'ermitajes. Li Chevalier a l'Escu Vermoill, que assés priçoit li chevalier de chevalerie, il disoit voiremant qu'il estoit li meillor chevalier qu'il veïsse onque mais. Atant li comance a paller, et li dit: «Sire chevalier, se Dex voz dont bone aventure, dites moi qui vos est». «Sire», fait m. Tristan, «or sachiez que je sui un chevalier herrant d'estranges païs». «E [n] non Deu!» fait li chevalier, «de quelque leu que vos soiés, vos est preudomes et puissant de tel mainieres que l'en vos puet l'en bien tenir a preudomes et asprovés. Mais or me dites: reparaistes voz onques en la maisonz li rois Artus?». «Sire», fait m. Tristan, «je i fui, mes ce fu pou de tens, car a jor de ma vie entre chevalier de celle maison ne m'oçai je entremettre». «E [n] non Deu!» fet li chevalier, «je ne sai se voz pallés a gas, mais je al veû en voz tel mervoille de chevalerie que je vos di voiremant que se vos fuissiés en la maisons li roi Artus conneû, l'en i troveroit poy d'ausi buen chevaliers con voz est!». «Sire», fait m. Tristan, «vos me loés a votre plaiçir, car ensi voz plet a dire. Mes il m'est avix que se je estoie en celle maissons, que je ne i seroie tenus mie a chevalier de pris, <por ce> que je ne sui mie chevalier esprovés, ne jentilz homes con sont ceaus de celui ostiaus, et a ce que je croi que li povre i soient assez petit priçés, por ce ne quier je estre entr'aus». «Par foy» fet li chevalier, «de ce ne avés voz pas droit, car tot soient il de tres grant noblessce, si vos faiz je certain qu'il henorent plus li povres que li riches. Et por ce voz loeroie je, biaux sire, que voz vos faichois connoistre en celui ostiaus, car il voz en vendra grant henor, et vottre affere, si con je croi, en sormontroit en grant pris. Mais or me dites: veïstes voz onques m. Tristan de Leonois?». «Je le vi voiremant», fait m. Tristan, «mais poy l'ai veû». Li chevalier souspire, et dit: «Ha, Deu! Comant il ha en lui un preudomes a mervoilles! Je ne quit pas qu'il ai orendroit en ceste monde meillor chevalier qu'il est, ne nul si dur, ensi con je croi. Et sour tot ce a il plus bien que.autre chevalier, ne je le vi gramant se annés non». «Certes», fait m. Tristan, «je vos voudroie prier que voz me diés votre nom». «Sire», fait li chevalier, «mon nom ne poés voz savoir devant que je saiche li votre! ». «E [n] non Deu! » fait m. Tristan, «donc m'en tarai je, car mon nom ne poés vos savoir. Mes tant me dites, c'il vos plet: est voz conpains de la Table Reonde?». «Sire», ce dit li chevalier, «conpains en sui je voiremant, neporquani tant i ai petit repairiés en la maison li roi Artus que petit connois li conpains de la Table Reonde. Se je ne li veïsse en lour propes armez, desarmés ne li connoistroie je pas. Que vos en diroie? En la maisonz li roi Artus ne fui je se petit non: je hi fui une fois, quant li roi Artus
[p. 262]
me fist chevalier, [une autre] fois quant <je recus l'ordre de la Table Reonde et une quant> li roi [Artus tient] la noble cort a Kamaaloth quant la queste dou saint Graalz fu comenciez et jurés. A jor de ma vie ne i fui que trois fois». «[Or me dites]», fait m. Tristan, «a celle grant cort que li roi Artus tient la ou tuit li conpainz de la Table Reonde furent aenblés, ne veïstes voz Tristan? Car il hi vint!». «Certes», ce dit li chevalier, «bien i fu, mais je estoie alour enavrés d'une battaille que je fis celle semaine, si qu'il ne me venoit voluntés d'autre chouçe for que de gharir de mez plaiez, et por ce ne m'en pris je garde». «Sire», fait m. Tristan, «celle battaille ou voz alés, est elle enprise pour grant choçes?». «Certes», fait li chevalier, «de ce vos conterai je la certaintés. A celui chastiaus la ou noz alonz, n'i a encore trois mois qe deus chevalier, que conpainz avoient estés longemant, et li un des chevalier estoit dou lingnajes au roi Band, et li autre n'estoit mie de si petit lingnajes qu'il ne fust fiz de roi, il s'en aloient droitemant au chastel. Et quant il furent pres dou chastel, il descendent devant une fontaine, et se dormoient, car travailliés estoient. Et un chevalier de celui païs, qui haoit mortielmant li chevalier qui estoit dou lingnajes dou roi Band, le trueve ensi dormant con il estolent, il li fu avix qu'il ne vendroit jamez en leu ne en tel point par metre a mort sez enemis con il estoit a celui point. Et por ce le feri il d'un glaivies parmi le cors, et s'en ala tantost. Et atant se lieve le en parmi le chastiaus. Et celz dou chastel s'en alent tot maintenant devant la fontaine, et truevent cil giçant, que mort estoit. Et pour ce qu'il ne virent aprés eaus nul forz que li chevalier que son conpangnons avoit estés, il le pristrent, et distrent qu'il l'avoit ocis, et le moinent en lour chaustel. Et quant li chevalier se vit pris, il lour dist qu'il fasolent grant houtrajes, car il ne avoit mie li chevalier ocis. Et un vallet qui estoit au chevalier se mist avant, et dit que si avoit, et qu'il le le firoit prover a un chevalier dou lingnajes au roi Band qu'il l'avoit morz en traïsonz. Et prist un mois de terme a prover le. Et li chevalier fu mis en prisonz maintenant. Et je, que sai toute la verité et l'ovre ensi con il mes a contés, vai tot droitemant par lui defendre de ce dont il est appellés. Or vos ai contés toute la verité de ma battaille». «Or me contés», fait m. Tristan, «deus chevalier que soient conpains de la Table Reonde, porent eaus battaille prendre ensemble por achaionz? ». «Sire hoïl», fait li chevalier, «puis que l'appel soit de traïsonz, et por qoi il se volent esprover de chevalerie. Mais pour autre achaionz ne poient il battaille enprendre ensenble». «Et savés vos », fait m. Tristan, «por ce je le di et vos en ai demandés?». « Nenil », fait il. «Et je le voz conterai», fait m. Tristan, «vos m'avez contés que li chevalier que fu ocis fu dou lingnajes au roi Band, et que chevalier de celui lingnajes doit faire ceste battaille. Or ai je doutte que m. Lancelot meism [e] s ne face celle battaille contre vos! ». « Por coi n'avés voz doutte? » fait li chevalier, «car il ne est pas en cestui païs, que l'en me conte qu'il est eu roiames de Sorelois». M. Tristan ne dit rienz, ainz baisse la teste; tot maintenant li ciet eu cuer que m. Lancelot s'en aloit a ceste battaille, et qu'il la fira de son cors; et por ce qu'il ne voloit mie que l'en le saiche, chevauce il si priveement! Quant li chevalier le voit penser, il li dit: «Sire, a quoi pensés vos? contés le moi, se Dex voz doint joie!». «Et je le vos conterai», fet m. Tristan, «puis que voz le demandés. Je <ai> tant regardés a votre afere, et tant en voi, que je di voiremant que voz avrés a l'encontre m. Lancelot dou Lac. Et por ce, se voz porez, si feites pes, car ce est bien mortiel perilz que de conbattre soi encontre m. Lancelot, qu'il est bien un des meillor chevalier dou monde». Et li chevalier respont assez ardiemant: «Certes sire, je di de voir qu'il est priçez et poissant d'armes, et, se Dex mes dont joie, se m. Tristan de Leonois, qui est ore [n] droit le meillor chevalier dou monde et a cui je me conbatteroie a la greingnor henvie, que je sent la droiture si dever moi que je le quideroie rendre en celle battaille mort et recreant, se il ne le laissase atant la battaille! Sire chevalier, sire chevalier! Voz devez savoir que cil que a la raison et a la droiture de sol, si a Dex avech lui. Et celui qui a tiel Sire a conpainz, ne poroit for avoir benor et victoire, car il fait d'un coart hardis et preus, et d'un <poissant> fiebles, et d'un hardis vil et recreant! Sire, ceste response voz ai je mis devant, por ce que vos me diestes que m. Lancelot seroit contre moi; et c'il hi vient, bien soit il venus! Car je me sent en si droite querelle que il ne a home au monde que je doutasse». Comant missire Tristan harpe et chante avec la belle damoiselle.
[p. 263]
Ensint parlant chevaucent tant li deus chevalier qu'il estoit la vespree et ore de repoz. «Sire», fait m. Tristan, «noz avons hui chevauchiez tant con voz savez, et il seroit huimés tenz d'erbergier, c'il voz plasoit». «Sire», fet li chevalier, «noz hostelleronz anuit prez de ci, la ou voz seroiz serviz et henorés a votre plaçir, si con je croi. Si porés veoir une des plus belle damoiselle de cestui païs, a mon escient, et celle qui est plus vaillanz que autre pucelle: de sa bonté en toute chouse en seroit gamis un regnismes. Et avech ce, harpe si bien, et chante si mervillieusemant, que ce est une melodie de l'oïr; certes m. Tristan, que plus set de l'arpe si con li monde teismoingne, il ne seroit [de gueres] plus priçés qu'elle en [estoit]». «Que voz en diroie?» fait m. Tristan, «Vos la m'avés tant loés que je ne sai qu'en doie dire, for qu'il me targe que je soie la venus». Ensi parlant chevaucent tant qu'il virent devant caus une riche tor. «Sire», fait li chevalier, «en celle tor hostellerons noz anuit. Et sachiez que li sire de la tor sera joiant de notre venue, car il fait voluntierz henor as chevalier errant». «Sire», fait m. Tristan, «la tor est bielle et riche, mes avés vos gramant repariés en cestui païs? ». «Sire nenil, je ne i fui forz deus foiz». Ensint pallant ont tant alés qu'il sont au devant la tor venus. Il truevent la porte overte, si entrerent dedenz et descendirent e [n] mi la cort. La paroule fu contés au sire a la tor comant laienz estoient venus chevalier herrant. Il est joians et liez, si lour vient a l'encontre, et lor dist: «Seingnor chevalier, voz soiez li tres bien venus, que je me teingne a bieneurés quant je ai e [n] mon ostel chevalier herrant». Li deus conpangnons le mercient assés. Atant li moine le sire eu paleis, et li fist desarmer a grant onor, et lour fait afibler deus porpraus. Et la ou il s'estoient asiz, li sire de laienz, qui vait regardant sez hostes, connuit tot maintenant li Chevalier a l'Escus Vermoill, si en fu joiant duremant. « Hay5, sire», fait il, «vos soiés li tres bien venus, et ensi voiremant m'aït Dex con il ne a orendroit home au monde de cui venue je ne fusse tant joiant con je sui horendroit de la vostre. Et beneoit soit Dex que ceste pari vos a moiné, que je me teingne a bien heurés de ce que voz est e [n] mon ostiaus». Li Chevalier a l'Escus Vermoill le mercie en soriant et li dit: «Sire, ne feites mie festes de moi, mais de cestui. Car je voz di voiremant qu'il est un des buen chevalier dou monde, ne que je veïsse a pieces mais». «Sire», fet li vauvassor, «et a voz et a llui la Deu merci firai je henor, et a cel chevalier farai je ce que vos comanderés». Lors se drece a m. Tristan et li dit: «Sire, ne le tenés mie a desdoingne se je ne vos fis tant d'envoiesure con je fis a votre conpains, car piece est que je l'acontai, et sai auquant qu'il est. Et par le valor que je sai en lui, et pour l'aute chevalerie qu'il est gharnis, me travaill je voluntiers de lui henorer, et vos, cui je ne connoisoie mie. Ne m'en travailloie je si duremant, mais puis qu'il le mes ha comandés, vos offre je primier moi, et puis quanque je pooie fere a henor de vos». «Sire», fet m. Tristan, «je voz en merci a mon pooir». La feste et la joie comance par laienz grant a mervoilles, car le sire de laienz le comande por le amor dou Chevalier a l'Escu Vermoill. Que voz en diroie? Tuit se penoient de lui henorer et joïr. Il s'asient e [n] mi le paleis sour une coucie de samit, ci comencent a paller ci a seulacier de paroules. «Hostes», fet li Chevalier a l'Escus Vermoill, «ou est la damoiselle de chaiens? Se Dex mes dont bone aventures, je la veroie voluntiers. Car certes, sauve le onor de la dame, je ne en vi onques nulle si plaisant, ne tant cortois». «Sire», fet le sire, «ma fille est laienz, ci vendra maintenant, car je ai mandés a li». Et atant es voz entr'aux venir la damoiselle. Et l'en li aportoit luminaire devant por ce qu'elle fust miaus veûe, et estoit aparoilliés si richemant con s'elle fust fille de rois. Et moine avech li quatre damoiselles que li fasoient toute fois conpaingnie. Que vos en diroie? Tant estoit bielle et riche ci cointe que ce estoit mervoille de li veoir. Elle ne semble pas dame mortiaus, mais chouses espiritiaus. Tot ce que li chevalier n'avoit contés, estoit noiant a ce q'elle semble. Et quant li chevaliers la virent entr'aus paroir, il se drecent contre li, et chascuns li dit qu'elle soit la bienvenue. Et elle tour rendi debonairement lour salus. «Fille», fait li vauvassor, «veés ici li chevalier que ja me delivré de mort, la soe merci. Et la vie, [et] quanque je ai, teing je devant de Damedeu et aprés de lui». «Sire», fet la dame, «a sa bonté et a sa cortoisie nos mostre il bien sa jentilisse et sa francise et sa haute proesse, et je pri notre Sire Damedeu que li doint joie et henor», lors s'asiet devant eaus. Et quant il se sunt asiz, li Chevalier a l'Escus Vermoill li dist: « Dame, or vos faites aporter votre harpe, et puis nos mostrés de votre chanter. Et sachiés que je vos en
[p. 263]
savrai buen gré, et cestui chevalier que et est, est mout desirant de l'oïr». «Sire», ce dit la dame, «a votre comandemant! ». Et maintenant se fist aporter ses harpes, que richemant est ovrés; la dame la prent, et quant elle l'ot en sa main, m. Tristan la regarde, que a mervoille li plaçoit l'arpe. La dame, que ce voit, s'en prent garde, si dit a soi meïsmes: «Cestui chevalier regarde si l'arpe qu'il ne puet estre qu'il ne en saiche! ». Et por ce li dit elle: «Sire, se voz de l'arpe savés, je voz voudroie prier que voz harpissiés avant, et je vos mosterai aprés ce que je en sai». «Dame», fait m. Tristan, «or comenciés, et quant voz avrés harpés un lay ou plus, c'il vos plaiera, je vos mosterai aprés ce que je en sai». Lors prent la dame le pretiron, qui estoit d'or, et comance a [a] corder sa arpe. Et quant elle ot ce fait, elle comance adonc a harper si mervillieusemant, et chantoit si doucemant, qu'elle senbloit un angle. Et quant elle ot son laï fince, li Chevalier a l'Escus Vermoill dist a m. Tristan: «Sire, que vos semble de ceste daine?». «Sire», fait m. Tristan, «voz la me loïstes assés avant que je la veïsse, mes orendroit di je bien que l'en la poroit bien loer de toutes bontés devant toutes les jentilz dames dou seicle». «Sire», fet li chevalier, «vos semble elle de savoir bien le laï que fist ja le plus cracieus <chevalier> dou monde de toutes bontés? Ce fu m. Tristan de Leonois, qui passe tuit li chevalier dou seicle, beneoit soit Dex et Amor que fait tiel don!». «Ce m'aït Dex», fait m. Tristan, «con elle ne set mie moin celui lay que celui que li fist, si con je croi». Ceaus de laienz, que a mervoille regardoient m. Tristan, car san faille m. Tristan estoit un des plus biaus chevalier dou monde, por ce regardoient il mervillieusemant m. Tristan. Le Chevalier a l'Escus Vermoill le regarde volontierz, con celui que ne avoit jamés veû un si biaux chevalier con il estoit m. Tristan. Le sire de laienz se trait pres dou Chevalier a l'Escus Vermoill, et li dit: «Sire, je voz pri que voz me diés qui est li chevalier que vint chaienz avech voz». «Sire», ce respont li chevalier, «se Dex mes doint joie, je l'ai assez demandés, mais noiant en puis enprendre de Son estre». «Or voi je mervoille», fait li hostes, «que voz alés avech celui que vos ne connoissiés de noiant». «Ensint est», fait li Chevalier a l'Escus Vermoill,«je ne sai son estre, ne il ne set le moi».' «Certes», fet li hostes, «quel qu'il soit, il semble preudomes a mervoille, et c'il ne fust buen chevalier, ce seroit domajes grant! ». «Se m'aït Dex! » fait li Chevalier a l'Escu Vermoill, «de tant con je n'ai veû, di je bien qu'il est li plus poisant chevalier et li plus hardis que je veïsse onques mais, et se il fust acontés en la maisonz li roi Artus, je croi que tot li monde lo leoroit a tresmervillieus chevalier». Et lorz li comance a conter a mot a mot tot ce qu'il n'avoit le jor veû. Li hoste se seingne de la mervoille qu'il n'a. Et lorz s'en vient droit a m. Tristan, et li dit: «Sire chevalier, je voz prisoie avant que preudomez senblés, mes or voz prix je assez plus, car auques hai hoï de votre bontés. Et por ce voudroie je savoir votre nom, c'il voz plest». «Sire», fait m. Tristan, «je sui un chevalier herrant; plus ne poés aprendre de mon estre, et je voz pri que ne voz en poist». Li hoste s'en remaint atant, quant il voit la voluntés de son oste qu'il ne est sa voluntés. Quant la dame ot son lay linee, elle dist a m. Tristan: «Sire, ai je fait chouse que vos soit plaçir?». «Certes dame», fet il, «je di bien que vos dovés avoir le onor de toutes pucelles que je hoïsse harper». «Or voz pri», fet la dame, «que voz noz mostrés de vostre bontés et de votre lay, c'il vos plest». «A votre comandemant», fait m. Tristan. Lorz prent l'arpe, et l'adrece a sa matire, et puis comance a soner et a chanter ensi con il estoit acostumés. La dame, et tuit ceaus qui i estoient, s'en mervillent. Et en ce que m. Tristan harpoit si bien, et chantoit si mervillieusemant, atant es voz venir un chevalier armez. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit Dinas, li seneschalc li roi March, qui s'estoit partis de Cornoaille por quere monseingneur Tristan. Et quant il voit m. Tristan, il ne fait autre deleance, ainz se hoste son ieume, et s'en vait droit a lui et s'ajenoille et li dist: «Sire, bone aventure voz doint Dex». M. Tristan, quant il voit Dinas, il laisse l'arpe et cort a lui, et l'adrece: «Amis», fait il, «bien soiés voz venus! ». Et puis le tret a une part, et le prie qu'il ne die son nom pour aventure qui soit». «Sire», fait il, «a votre plaçir» . Puis se fist Dinas desarmer, et puis li hoste le fist asire a les tables, et menuient henorableinant, et puis se lievent. Mes la dame ne pooit mie oblier de regarder m. Tristan, car a l'arper q'elle ha hoï li est avix que ce soit m. Tristan san faille; elle l'a miaux conneûs a l'arper que cil de laienz ne quidassent mie. Li autre ne i mistrent mie lor pensee, ne ne s'en prenoient garde que ce fust m. Tristan. Nepourquant il disoient bien qu'il ne pooit estre for de grant affere. A grant joie et a grant
[p. 264]
feste demorent celui soir. Et atant se traist la dame a repoust de son pere, et li dist: «Biaux pere, et savés voz qui est cestui chevalier que chaienz harpe hore [n] droit?». «Nenil », fet il, «for que un chevalier herrant est, et li chevalier meïsmes qui chevauche avech lui ne en set plus avant de moi». «Pere», fait la dame, «or sachiés de voir que ce est m. Tristan de Leonois, dont tot li monde en parole de sa mervillieuse chevalerie!». «Haï, fille, ne dites, que ce ne est il mie! Mauvaisemant l'avés reconneûs, car c'il fust m. Tristan il ne s'alastes mie tant celant». «Pere», fait la dame, «or sachiez que ce est il de voir; je l'ai miaus conneû a l'arper que nul autre de voz ne peûst faire, a ce que je n'ai veû devant voz». Lors se trait li hostes pres dou Chevalier a l'Escu Vermoill, et li dit: «Sire, savés voz que ma fille m'a contés? Que cestui chevalier que vint chaienz avech voz si est m. Tristan de Leonois, li tres buen chevalier!». «Biaux hostes», fet li chevalier, «ne le quidés, que ce ne est il mie. Car m. Tristan ne se celeroit ensi con cestui fait, nepourquant il est buen chevalier mervillieusemant». Ensint parlent entr'aus de maintes chouses, et Dinas avech eaus. Et atant li hoste li fist coucier assez henorablemant, et il se dormirent tant qu'il fu ajornés. Et il se lievent, et pristrent conjé au vauvassor, et se mistrent en lour chemin entre m. Tristan et le Chevalier a l'Escu Vermoill et Dynas. Adonc paroule Dynas a m. Tristan et li dit: «Savés voz comant ha nom cestui chevalier que chevauce avech vos?». «Nenil», fait m. Tristan, «et assez m'en sui travailliés de savoir son estre, mez encore ne en puis savoir noiant, for que a mervoille est preudomes et gharnis de haute chevalerie. Et pour la grant proesse que je ai veû en lui, me travaill je assez de lui connoistre, car a mervoille en sui desirant; et por ce me mis je en sa conpangnie». «Sire», fait Dynas, «et set il qui voz est?». «Nenil», fait m. Tristan, «et voz, Dynas, savés qu'il est, que ensi m'en alés demandant? ». « Sire nenil, for tant seulemant que je sai de voir qu'il est preudomes d'armes a mervoilles, a ce que je ai ja veû de lui, car je le vi en grant prove de chevalerie, ne a encore grament de tenz, car je le vi en Cornoaille, et se conbati un jor en la maisonz li roi Marz encontre trois chevaliers, que un autre chevalier avoient apellés de traïsonz, et cist se conbati a trois chevalier, et li moine jusque a outrance. Et puis si l'agaiterent un jorz .XX. chevaliers de la maison li roi March, et voiant tuit li baron de Cornoaille. Et estoit celui agait par lui ocire en une grant forestes. Et por la foy que je voz doi, il n'ocist li doçe, et s'en delivre en tel mainieres qu'il s'en parti quitemant et a grant henor. Mez il fu enavrés, si s'en ala sojorner a un hermitajes qui estoit en la foreste. Si ne i fu pas demorés plus de doçe jorz que li rois March, qe grant mal li voloit par le domajez qu'il avoit fait de sez homes, et por ce qu'il ne voloit mie qu'il s'alast gabbant des chevaliers de Cornoaille parmi le monde, il le fist prendre dedenz l'abaïe ou il giçoit, et le fist mettre en prisonz, dont il ne fust jamais issus, se ne fust ce que je n'oi pitié por la haute chevalerie de lui. Car il m'estoit bien avix qu'il seroit domajez a tot li monde se il moroit, si preudon con il estoit, et por ce le delivrai je de prisonz, que li roi March meïsmes ne le set mie, ne ceaus que le gardoient. Je le fis puis conduire jusqe a la mer, et eu roiames de Logres; ensi le delivrai je de mort». «Et done, puis que voz ceste bontés li feïstes», fait m. Tristan, «comant fu ce qu'il ne voz connuit harsoir?». «Sire», fet Dynas, «il ne me vit onques en Cornoaille, ne n'autre leu, for que une, seule fois, si con je croi. Et quant je le delivrai, ne me vi il mie, ne ne set qui le delivré devant qu'il fu eu roiames de Logres, mes lors li distrent li mariner comant je l'avoie delivrés. Et sachiez que tout ensint con il vait or celant son nom a voz, le cela il toz jorz en Cornoaille en tel mainieres que onqes ne puet'son nom enprendre». «Certez», fait m. Tristan, «ce est grant mervoille, mais puis que je me sui mis en sa conpangnie, je ne m'en parlerai devant que je le savrai; mez je en deveingn de jor en jor plus desirant de lui connoistre». Coment m. Lancelot se conbati au Chevalier a l'Escu Vermoill devant le duc de Audeburc. Ensint vont celle maitinee pariant dou Chevalier a l'Escu Vermoil plus que d'autre choçe. Dynas li done grant lox, et m. Tristan ausint. Si ne entent rien li chevalier, car il chevauchoit tot adés la teste encliné ver terre, car il pensoit bien que ce n'estoit mie geu d'enfant de conbatre soi encontre m. Lancelot dou Lac. Neporquant il soit de voir qu'il est la droiture dever lui, si li rent si grant seûrté qu'il pense que se m. Lancelot fust encore meillor chevalier qu'il n'estoit, si le mettroit il a mort ou a outrance. Ensint parlant et pensant chevaucent tant qu'il fu la vespree, et tant qu'il vindrent au chastel la ou la battaille
[p. 264]
dovoit estre, auques tart, por ce que l'endemain estoit le jor només de la battaille, et hi estoient asemblés eu chastel tuit li chevalier dou païs por la battaille veoir. Et li dux de Audeburz, le sire dou chastel et de la contree la ou la battaille dovoit estre, estoit ja venus eu chastel, et avoit amenés avech lui grant plantee des chevaliers. Li Chevalier a l'Escus Vermoill, que autre fois avoit repairiés eu chastel, ala osteller o tuit sez conpainz avech un vauvassor que grant [bien] li voloit. Et cil li fist desarmer, et quant il li a reconneû, il lor fist si grant joie que ce fu une mervoille a veoir. «Hay5, sire», fait li vauvassor, «voz soiez li tres bien venus, et votre conpainz ausint! Et quant je voz voi bien haitié, je m'en teingue a bien paiés. Et sachiez, sire, que dou corrus de votre frere et de sa prisonz, sui je corruciés assez pour le amor de vos. Mais puis que Dex voz a ci amenés, je sui aseûr qu'il sera delivrés par votre proesse, se Dex plest. Et quant cil de cestui païs le pristrent, se il l'aûssent conneûs, il l'aussent delivrés por le amor de vos. Mes quant il l'orent enprisonés, il ne ont puis pooir de lui gharentir pour doutte de monseingnor le duc». «Or me contés», fait li Chevalier a l'Escus Vermoill, «est mon freres sain?». «Sire hoïl, la Deu merci, et se voz ne fuissiés venus a cestui point, le duc le voloit conjugier a mort». «Or me ditez», fait li chevalier, «cil que se doit demain conbattre a moi, est il encore venus?». «Sire oïl, de voir le sachiez; il vint a hore de none, et moine en sa conpangnie deus chevaliers et deus escuierz ». « Et savez q'il est? ». « Sire nenil, et si fui je e [n] son ostels par lui veoir, car maintenant qu'il fu venus entra en une chanbre et se fist desarmer, et ne souffri mie que l'en l'alast veoir. Mes je quit que ore [n] droit le poroit l'en veoir apertement». «Hay5, sire», fait li chevalier, «pour Damedeu! Alés veoir ou il est, et comant il a nom!». Li chevalier ne atent plus, ainz s'en ala maintenant a l'ostel ou li chevalier estoit herbergiez, celui que la battaille dovoit contre lui aprendre. Li chevalier avoit amenés en sa conpangnie deus chevalier pour la battaille regarder. Et le dux de Audeburc, que avech li chevalier estoit, avoit ja apris que li buen chevalier que dovoit l'appel defendre estoit ja venus. Si le conte as trois chevalier, car il voloit lour grant bien, car il connuit que li un estoit m. Lancelot dou Lac, li autre m. Blioberis de Gaunes, li tierz m. Hestor de Marés. Il lour fist si grant joie que ce est mervoille. Il li enore de quanqu'il puet, et lour dit qu'il offre dou tot soi et tot son pooir, et dit que mout li greve de ce que li chevalier de lour lingnajes fu ocis en sa terre. «Sire duc», fait m. Lancelot, «leissiés ester celle mort, car elle sera prochainemant vengiés, se Dex plest». Grant joie fasoient entr'aus. Quant li hostes qui hi estoit venus entent et soit que ce estoit monseingnor Lancelot dou Lac a cui son ami se doit conbattre, il en devient tout esbaïs, il n'a grant desconfort. Nepourquant il se reconforte, car il dit a soi meïsmes qu'il a ja veû si grant mervoille en son oste qu'il ne doutte pas par le cors d'un seul chevalier. Il se torne maintenant a son ostel. Et quant li Chevalier a l'Escus Vermoill le voit venir, il li dit: «Sire, quel novelles?». «Certes», fait li hostes, «non tel con je voussise: sachiés que demain voz estuet conbattre encontre m. Lancelot dou Lac! Il est venus par ceste battaille desrainier contre voz! ». Li Chevalier a l'Escus Vermoill respont et dit: «Biaux ostes, et ne voz semblent ceste bone novelles? Certes si sunt, car je puis bien dir qu'il m'est avenus le greingnor henor que m'avenist a jor de ma vie, car demain me convient conbattre encontre un des meillor chevalier dou monde. Cestui ne tient l'en pas a garsonz, ainz est priçés d'armes plus que li buenz. Et tout soit il mo [n] nemis mortiaus, si di je bien que tot li monde le redoutte». Atant se torne a m. Tristan, et li dit: «Sire, avés hoï ces novelles, car ce est m. Lancelot dou Lac contre cui je me doi demain conbattre, et bien le me diestes voz ja que ce seroit il. Mez or me puis je bien avanter qe contre un des meillor chevalier dou monde me doi demain conbattre; grant henor mes a Deu donés, se je m'en acuit henorablemant». «Sire», fait m. Tristan, «que voz en diroie? De ce poise moi, se Dex me saut, duremant, que a l'esprove de lui vos estuet conbattre, car je ai grant doutte de voz, por ce qu'il est si poissant d'armes con voz savés». «Sire», fet li chevalier, «ne aiés doutte de moi, que, por la foy que je doi a la rien que je plus aime, puis que noz seronz miz eu chanp, je li quit doner tant a fere que ce aventures ne me velt estre trop contraire, qu'il avra ausi grant voluntés de repos con je ou plus, a ce que je soi qu'il est moi le droit». «Or m'asennés», fait m. Tristan, «estes voz bien afennés de votre plaiez?». «Je ne sui mie si bien garis», fait li chevalier, «con je voudroie, et neporquant je me sent si bien de moi». «Ce me plest», fait
[p. 265]
m. Tristan, «mais c'il avenist pour achaionz qui soit ou pour travaill, que votre plaie voz escrevassent, ensi con il est avenus a maint chevalier que ferés voz?». «Certes», fait li chevalier, «ici ne savroie je conseill mettre, for tel con Deu plaiera, et puis que nos seromes ensenble a la beiçonge, aille comant aventura voudra». Ensint se confortoit li chevalier. Monseingneur Lancelot, que avec li duc estoit doulenz de ce qe li chevalier de son lingnajes avoit estés ocis, quant il ot entandus que li chevalier que a lui se dovoit conbattre estoit venus, il ne atent plus, ainz prent un son vallet, et li dit: «Vaiz tost la ou li chevalier est erbergiez que conbattre se doit contre moi, et espies son nom!». Et cil se part maintenant, et fait tant qu'il est venus a l'ostelz la ou monseingnor Tristan et li chevalier herbergierent. Il estoient ja asiz a le tables, et li vallet vient devant eaus, et demande a un de ceaus de laiens et dit: «Sire, li quelz est celui que doit demain fornir la battaille?». Et cil respondi que quidoit voirement que m. Tristan fust cil, si li mostre m. Tristan. Si le connuit maintenant, car autrefois l'avoit il ja veû. Si torne maintenant a monseingnor Lancelot dolenz et courruciés de ceste aventures, car duremant li poise que son sire se doit conbattre encontre monseingnor Tristan, que l'en tient au meillor chevalier dou monde. Et aucune fois l'avoit oï dire a m. Lancelot qu'il ne douttoit le corz de nul chevalier dou monde, for seulement m. Tristan de Leonois. «Sire», fet li vallet a monsengneur Lancelot, «novelles vos aport non mie tel con je voussise, mais mauvaise duremant, car demain vos estuet conbatre encontre m. Tristan de Leonois. Vos le tenés a vottre amis, mes a cestui point poés voz connoistre qu'il est votre enemis mortiaus! ». Et quant monseingnor Lancelot entent ceste novelles, il en devient tot esbaïs, et dit au vallet: «Et set m. Tristan que je doie conbattre contre lui porla mort mon cousin desrainier?». «Sire hoïl», fait li vallet, «car il ne parloient par laienz for que de vos». M. Lancelot [en devient] si esbaïs qu'il ne set qu'en doie faire. Il pense bien que aucun haie mis aïne entre m. Tristan et lui, et ce est une choçe dont il ne est mie joiant, car, a ce qu'il a autre fois esprovés [a] m. Tristan par maintes fois en tornoiemant et n'autre leu, il n'a grant doutte et grant peor que la honte, ne le peior, ne tornast sour lui. De nul autre chevalier qu'il saûst ne prez ne loingne ne aûst il doutte, puis qu'il venist cors a cors, se ce ne fust m. Tristan. Et si n'a mout bone raisons, que auques connoisoit li suen fait. Et quant il a une pieces pensés a ceste choçe, il prent m. Blioberis et m. Hestor de Marés, et li mo [i] ne en une chanbre de laienz. Et quant il sunt tuit et troiz asiz desus un lit, m. Lancelot paroule, et lour dit: «Freres», fet il, «en cestui jor ai apris novelles que ne sunt mie plaisant, ne a moi ne a vos, si con je croi; savés vos encontre cui je ai enpris ma battaille?». «Nenil», font il. «Or sachiez», fait il, «que se je vuoill mon [on] or sauver, il me convendra demain conbattre encontre le meillor chevalier dou monde, et a cui je plus dot. Et se je le dot, ce ne est mie mervoille, car esprovés l'ai par maintes fois». «Sire», font il, «dites nos qui est celui» «Sire», fet il, «ce est m. Tristan de Leonois; vos savés bien quel chevalier il est, car e [n] maint grant beiçonz l'avés ja veû». Quant il entendent ceste novelles, il en sunt tuit esbaïs, si qu'il ne dient mot d'une pieces. Et puis respont Hestor, et paroule avant, et dit: « Que est ce que vos dites? Je sai qu'il ne est chevalier au monde que charnausment ne vos atensist que de greingnor amor voz amast que fasoit m. Tristan. Or se velt a voz conbattre! Sire, comant poroit estre? Il ne set donc que vos doiés ceste battaille faire?». «Sire», fait m. Blioberis, «il le set bien, si con je croi. Or esgardés que noz firon; Dex, comant il a fait grant mauvestié celui que entre vos et lui ha mis haïne!». «Seingnor», fait m. Lancelot, «puis qu'il est ensint avenus qe conbatre me doi contre li, je me conbatterai encontre ma voluntés, a ce que je seroie hautremant hunis. Et se je le dot, ce ne est pas mervoille, car je le sai a dur et aspre et asajés en battaille plus que autre chevalier, et Dex le set qu'il ne est chevalier au seicle de la cui chevalerie je aie peor for de celle de m. Tristan. Car quant plus fiert, plus enforce, et au dereain de la battaille, quant il devroit alaissir, et il enforce plus et plus! Mes or aille l'affer comant il pora aler; quant conbattre me doi, je me contatterai. Dex, et la droiture, en sera de la moie part, et le droit que je ai dever moi me rent seûrté que Dex m'en gardera d'onte ». Ensi tenoient lour pallemant li trois cousins, et grant mervoille s'en font comant monseingnor Tristan, qui soloit passer toz lez autres de cortoisies, a enpris battaille contr'aus. Mout en sunt doulenz et corruciés, et grant doutte n'ont, mais m.
[p. 265]
Tristan ne est mie moin corruciés della soe part, a ce qu'il amoit mout m. Lancelot de tres grant amorz plus que nul autre chevalier. Et il savoit que li Chevalier a l'Escus Vermoill estoit si tres buen chevalier, et fort et endurés d'armes, por qoi il ne est mie tres bien aseûr de m. Lancelot, ancois n'a grant doutte. Et d'autre part il a doutte que m. Lancelot ne croie qu'il soit a conpainz dou chevalier a contraire de lui, maiz toutes voies, puis qu'il est mis en sa conpangnie, <il ne le laissera, ains lui fera compaignie> demain au chanp. Mes grant doutte a que m. Lancelot ne li en port haïne. Et por ce dit il qu'il ne set qu'en doie fere: ou de l'aler a m. Lancelot, con de fere conpangnie au Chevalier a l'Escus Vermoill. Mais au dereain s'acorde il a ce qu'il fira ce que plus henor li sera, car il tendra conpangnie au chevalier, car autremant le le poroit l'en torner a coardie et a villenie. Mais il ira demain si coiemant et covertemant qu'il ne sera reconneûs ne da un ne da autres, ne ne aidera a m. Lancelot ne au chevalier avech cu'il est, et a ce pense assez m. Tristan. Et li Chevalier a l'Escu Vermoill, que le voit penser, li dit: «Sire, a quoi pensés voz?». «Je ne pens» fait m. Tristan, «se a bien non». «Sire», fet li chevalier, «je vos pri, come a mes conpains et a mon amis, que voz me prestissiés a ma battaille votre hieume et votre escus et vottre espee, car elle me plest assés, car je i ai bone esperance». M. Tristan li dit qu'il fira son plaiçir. Li chevalier le mercie assez, et puis li dist: «Sire, se Dex mes dont joie, votre espee me semble si bone, qu'elle me done quer qu'il ne m'en poroit venir se bien non et henor tant con je l'aûsse e [n] ma main». Monseingneur Tristan baisse la teste, et ne dit mot, fors qu'il pense qu'il est chevalier de grant valors. Et quant il orent mengiés a lour plaiçir, li chevalier ala veillier a une ygliçe celle nuit. M. Tristan ala avech lui, et Dynas ausint, et ne souffrent pas que avech eaus alast for que lor escuiers. A l'endemain, quant il ajorna, il se tornerent a lour ostiaus. Et se coucierent, et dormirent jusque a prime, et lors alerent hoïr la messe dou saint Espirit. Et puis se font harmer, et sachiez que monseingnor Tristan fu armés si deviseemant que nul ne le peûst connoistre, et por ce fasoit ce, qu'il ne voloit pas que nul le conneûst, ne saûst qu'il fust venus en conpangnie dou Chevalier a l'Escu Vermoill, qui dovoit conbattre encontre monseingneur Lancelot dou Lac. Et atant hi vint un vallet, et dist eaus: «Huimés poés voz bien chevauchier, que monseingneur Lancelot est eu chanp, et toutes les genz dou chastel i sunt ja asenblee, qui i sont venus pour la battaille regarder; il i sunt plus de .II.C. chevaliers!». Et li Chevalier a l'Escus Vermoill, quant il entent ce, il se seingne de la verais Crois tot en plorant, et dit: «Ensi voiremant, con je entre en chanp par ceste battaille desrainier, et ensi con la droiture en est de la moie partie, biaus Pere et Fiz et saint Espirit, ensi veraiemant me soiés voz en ai en cestui jor d'ui!». Quant m. Tristan entent ce, si li dit: «Sire, or soiés confortéz: puis que la droiture est de votre partie, Dex vos en aldera». «Sire», fet il, «ausi veraiemant m'aït il con je n'ai le droit con moi!». Atant se mistrent a la voie, et vont tant qu'il sont venus la ou la battaille dovoit estre. Et sachiez qu'il i avoit tant de poples asemblés con se li roi Artus i deûst tenoir cort. Le dux de Audeburz, que seingnor de celui païs estoit, fist cloire d'une lices le leu la ou la battaille dovoit estre, et de chief le licez fist tendre un pavilons, la ou il seoit le dux et li plus haut homes dou païs por garder la battaille et pour giujer la. Et m. Lancelot, qui estoit au chanp, dist devant tuit les haut barons dou païs que li chevalier qui estoit enprisonés avoit ocis li chevalier dont il avoit estés appellés, et qu'il le proveroit a celui qui par lui doit fere la battaille. Et li duc li avoit fait tant de cortoisie qu'il ne l'avoit fait jurer. Atant virent venir li trois chevaliers. Il dient entr'aus: « Veés venir li chevalier que doit conbattre encontre m. Lancelot dou Lac. Certes grant follie li a ce fet faire, car il ne li poroit venir se domajes non. Mais quant il se partira dou chanp, il ne avra mie voluntés de fere autre fois tiel follie!». Li chevalier entent bien ce que cil vont disant, qu'il tienent a grant follie ceste enprise qû'il ma [n] tenoit, et bien veoit qu'il loent mout monseingnor Lancelot dou Lac. Et li chevalier ne dit mot, ainz s'en vont tout droitemant as pavilonz, car il set bien que la est le duc de Audeburs. Et quant il est as pavilons venus, il descendi, et le duc se drece contre lui, et ausi font tuit les autres. Li Chevalier a l'Escus Vermoill paroule et dit: «Sire, joie vos doint Dex». «Bone aventures aiés vos», fet le duc, «sire chevalier». Et li Chevalier a l'Escus Vermoill li dist: «Sire, voz tenés en votre prisons un chevalier qui est appellés de traïson, et l'i a mis l'en sus qu'il ocist un autre chevalier qui estoit son conpangnons d'armes». «Sire», fet le duc,
[p. 266]
«l'en m'a fait entendant qu'il fu pris par ceste achaions, et m. Lancelot dou Lac est venus a prover que li chevalier enprisonés ocist son conpangnons en traïsons. Et se vos contre lui volés defendre ce, si en feltes a votre voluntés. Et se vos ne le volés defendre, il fi giujés ensi con par traïsons. Or esgardés ce que vos en voudrés faire, que ce ne est pas petite chouçe de conbatre soi encontre m. Lancelot». Et quant le duc a ensi pallés, li chevalier respont hardiemant, et dit: «Sire, je connois bien que m. Lancelot est jentilz homes et puissant a mervoilles, mez certes c'il fust eneore assés meillor, si me conbatteroie je hardiemant contre lui par ceste querelle desrainnier dont il appelle li chevalier enprisonés. Et si di je, volant trestuit cist jentilz bomes et cist baronz, qu'il apelle fausemant et par mauveis conseill. Et c'il saûst la verités de son appel ausi con je le sai, je le connois a si tres loiaux chevalier qu'il ne se mettroit en ceste querelle pour gaaignier toute la terre dou roi Artus». »Sire chevalier», dit le duc, «veés la m. Lancelot e [n] mi le chanp aparoilliés de prover que li chevalier enprisonés ocist les autres en traïsons». «Et je sul aparoilllés dou defendre!» fet li Chevalier a l'Escus Vermoill. «Or n'i a» fet le duc, «plus dou demorer, for que de comencier la battaille». «Sire duc», fet li Chevalier a l'Escus Vermoill, «c'il voz plaçolt, je voudroie que voz faichois venir avant li chevalier enprisonés». «Sire chevalier», fait li duc, «il ne istra de prisonz devant qu'il sera delivrés ou engonberés». «Soit a votre comandemant», fet li chevalier. Atant monte li chevalier, et quant il est montés et il a pris son escus ci son glaivies, il <dit> a m. Tristan: «Sire, je vos comant a Deu» . Et m. Tristan li met au chanp tot en plorant con cil que pitié n'avoit, et voluntierz voudroit que pes fust entr'aus deus, ensi que li un ne li autre ne n'aûsse honte. Quant li chevalier fu eu chanp entrés, il se fist le seingn de la verais Crois e [n] mi son vix, et s'acomande a nostre Seingnor Jesu Crist et a sa douce Mere la Virgen Pucelle que li [doient estre en] aïde a sa droiture mostrer. Et monseingnor Lancelot estoit ja montés, car il n'estoit mie aseûr, car quant il regarde li chevalier, il li semble bien au contenemant que ce soit m. Tristan, li tres buen chevalier. Or cuide il bien de voir que ce soit m. Tristan, et ce est une chouçe que en grant doutte le met; a jor de sa vie ne l'ot si grant. Et nepourquant, por ce qu'il voit que ci ne vaut rien [peor], hurte il chevaus de sporons ci se [met] tot primieremant, por ce qu'il fasoit l'appel. Et li buen Chevalier a l'Escu Vermoill li vient les glaiviez baissiez ausi fort con se la foudre le chachast. Andeus vienent hardiemant les uns encontre les autres, et ce ne est pas geu de lour venir, car ce semble tenpestes. Que voz en diroie? Garnis sunt richement andeus de grant force, et preus et hardis sunt fieremant. Il ne se vont pas esparaingnant, ainz i mettent force encontre force. Et se trefierent si roidemant que li escus ne li auberz ne lor vaillent qu'il ne se mettent as charz nue le fer dou glaiviez auques en parfont. Et plus se fussent entrenavrés, mez lez glaiviez bliçent andeus. Et aprés le bliçemant des glaiviez, por ce que chascu [n] s voudroit abatre son nemis, se treûrterent d'escus et de cors et de viçajez si duremant ensemble qe grant mervoille est qu'il ne sunt mort andeus. Que vos en diroie? Il se treûrterent si durement qu'il se treporterent a la terre tiel atornés qu'il ne sevent c'il estoit nuit ou iorz. Et quant li chevaus se virent delivrés de lour seingnor, il se tornerent en fuie tot maintenant, mes si tost li pristrent ceaus que dehors le lices estoient. Et quant li dux et les autres baronz qui li regardent virent les dure jostez dez chevaliers, et que ne fasoient senblant de lour relever, il en devienent tuit esbaïs, car doutte ont qu'il ne soient mors andeus. Et monseingnor Tristan, que ce regardoit, est si corruchiés estrangemant qu'il ne set que fere. Il paroule a Dynas tot en plorant: «Dynas», fet il, «or poés veoir grant deulors et grant domajes, car je al grant doutte qu'il ne soient andeus escrevellés, et il a grant tenz qe je ne vi une si aspre joste, et bien hont mostrés lour tres grani force. «Sire», fet Dynas, «bien mostrent lour chevalerie andeus, mais bien sachiez qu'il ne sont morz. Mes il se treûrterent de cors si aspremant qu'il en sunt andeus estornés». Ensi parole Dynas a m. Tristan par conforter le, car bien veoit qu'il n'estoit a malaise. Li chevaliers giçoient andeus a la terre; si durement sunt estordis et estornés qu'il ne sevent c'il sunt vif ou morz. Chascuns gist la teste sour la terre, et ne avoient pooir qu'il se relievent. Et quant il sunt en lour memoire, il drecent la teste andeus, et vont entr'aux regardant or sa or la, ausi con c'il fussent forsenee. Il ne dient ne ce ne quoi, car il ne poent. M. Lancelot le regardoit, avix li estoit que tote la terre se frumast, ne ne s'amemoire de jostes ne dou chevalier a cu'il avoit jostés. De l'autre chevalier estoit tot autretel: il n'estoit mie moin
[p. 266]
grevés que monseingnor Lancelot estoit, il ne a menbre qui ne se doillent. Il ha grant doutte qu'il ne soit enchantez, il dit bien a soi meïsmes que puis qu'il porté arme primierement, ne fu si durement encontrés. Il se drecesent voluntierz, car ja aloit regardant les uns les autres, mais il ne se puent drecier. Quant m. Lancelot fu bien revenus en sa memoire, il dit contre son cuer que a jor de sa vie ne truevé nul chevalier que si durement l'encontrast con cestui fist, et «voirement est cestui poissant chevalier, et bien por voir est il Tristan de Leonoïs! ». Et quant li chevalier furent geû ala terre si grant pieces que l'en poroit bien avoir alés trois lieguez, si que ceaus que dehors li regardoient quident bien qu'il soient si maaignez qu'il ne se peûssent drecier, et quant il ont jeû si grant pieces, m. Lancelot fu relevés, mes encore estoit si estornés que tot vait chancelant. Et quant li autre chevalier le voit en estant, il dit a soi meïsmes car or poroit il trop demorer, il se drece au plus vistemant qu'il puet, les uns ne puet pas escharnir lez autres. M. Lancelot met main a l'espee, et li chevalier fist tot autretel. Il ne se vont pas atardant, chascuns s'aparoille de lour feit. En tel mainieres comencent la mellee entre li deus chevalier dure et aspre. Il ne se vont pas esparaingnant, por ce q'il voient bien que l'affer d'eaus sera encore contés en la maison li roi Artus. Si se vait chascuns esforcant endroit soi, car qui orendroit sera hunis ici, jamés ne avra henor a jor de sa vie. Et por ce dit m. Lancelot que tot soit il ensi qu'il se conbat encontre li meillor chevalier dou monde, si velt il avant morir qe m. Tristan se peûsse gabber de lui, c'il onqes puet. Et li Chevalier a l'Escu Vermoill dit bien que jamés ne velt plus vivre, se il ici ne mantient bien le onor de soi, et se il rafreine ici la chevalerie de m. Lancelot que tot li monde le redoutte, il se terra a riche home d'onor. Il ne qiert plus vivre aprés, car en greingnor onor ne poroit il morir. Et por ce dit il a soi meïsmes que quant il a dever soi la droiture, qui est si poissant choçes, il ne doit jamés voloir henor se il ne moine en le jor d'ui ceste battaille a honor de soi, si que tot li monde le redoutera. En tel pensament, con je vos di, comencent andeus la mellee. Li chevalier gette tot primieremant sour m. Lancelot, concil que de grant cuer et de grant aspresse estoit, et chevalier que l'en ne peûst pas espaonter de chouses que li avenist, done a m. Lancelot un si grant coux qu"il li abat un grant chantiaus de son escus. Mes que vos en diroie? Il rechoit tantost le guerardon, car m. Lancelot ne le respraingne noiant. Ensi comencent andeus la mellee fort et aspre a mervoille, chascun s'esforce outre pooir de mantenoir le onor de soi. Bien fiert m. Lancelot, et bien mostre sa baute chevalerie ici, et li chevalier ne est pas enfant qui contre lui se conbat, ainz est chevalier esprovés et gharnis de haute chevalerie, et set bien autretant de celui mestiers et de tot les avantajes de la battaille come set m. Lancelot. Mes avant que li primier asaut remansist, m. Tristan, que ce regardoit ententivemant, dit bien a soi meïsmes que a mervoille est preudomes li chevalier: trop puet et trop set de celui mestier. Il ne est pas jeu de sa proesse, et c'il en avant se puet mantenoir si hautemant l'affer coment il falt ore [n] droit, jamais m. Lancelot ne avra le onor de ceste battaille. Et autretel dient tuit ceaus que la battaille regardoient. Ensint mantienent la mellee; de grant force et de grant ardoir sunt andeus li chevaliers. Il ne se vont pas esparaingnant, ainz se tredonoient si grant coux la ou il se puent ataindre, que a mervoille estoit qu'il ne se mettoient a la mort. Li chevalier que de battaille savoit tant con je vos ai contés, et que de son cuer estoit si buen, se mantenoit si aspremant que ce estoit mervoille a veoir. Et m. Lancelot, que tot estoit esragiés d'ire et de maltalent, et toutes les fois qu'il vait regardant l'espee que cil tient, et por ce dit il bien que ce est m. Tristan li buen chevalier qui contre lui se conbat, et ceste espee connuit ausi bien con il fait le suen. Et ce est ce que en grant doutte et grant peor le tient et met. Dure et cruel est la battaille que li deuz chevalier mantenoient e [n] mi le chanp. Il ne se vont esparaingnant, ainz se mostrent bien qu'il sont mortiel enemis. Et lour espee tesmoingnent bien qu'il ne sont estés osieuse, car elle sont toute tinte de lour sane. L'escus sont tiel atornés et eschantellés et especiez qe a la terre en gist grant partie, et petit vaudront desormais quant il se partiront d'eluech. Et lez auberz, que assez estoient entierz quant il comencent la mellee, sont ore [n] droit taliés, et despiecés sour le bras, et sour les espaules desmaillés, qu'il en gist grant partie a la terre, et l'ieume sunt tiel atornés qu'il apert bien que bone sunt l'espee, et qe grant coux hi est donés. Et quant les armez sunt si maumise con je vos di, que quidiez vos des cors des chevalier? Quidés vos qu'il sunt sain? Non, sain ne [puent estre, puis] que les
[p. 267]
armes sunt si maumise. Li chevalier se trefierent menus et sovent jusque as charz nue, si qu'il en font le sanc saillir aprés li coux de l'espee, dont l'en pooit veoir tot apertemant lour espee toute tinte et vermoille de lour sanc. Ensint se mantienent li chevalier en la praerie, et male merci a les uns de les autres. Sovent et menus se tredonoient si grant coux que mervoille estoit comant il puent tant souffrir. Et une choçe que a m. Lancelot greve plus a cestui point si est ce qu'il entent adés que enver la fin de la battaille et ver la fin dou fait bien savoit que m. Tristan avoit si grant aleine et tant souffroit estrangemant, que puis que ce vient a utrer sez enemis et que l'en quidoit qu'il fust travailliés outre meçure, adonc le veoit l'en prover si aspremant que tuit ceaus que le regardoient estoient esbaïs estrangemant. M. Lancelot, que m. Tristan a ja veû e [n] maint grant beiçonz, que a celui point que so [n] nemis comenchoit afebler, et il aloit recovrant force si duremant con c'il fust au comencement de sa battaille. Et quant il li sovient de ceste chouçe, il trenble tot de peor, et c'il avoit doutte, ce n'estoit pas mervoille, car bien quidoit veraiemant que ce fust m. Tristan encontre eu'il se conbat! Et por ce se vait il espraingnant et soufrant et endurant, adés que grant peor a qu'il ne voie de cestui ce q'il a ja maintes fois de m. Tristan. Et la ou li chevalier se conbattoient en la place, en tel guide con je vos conte, et en tel mainieres que li plus de ceaus que la battaille regardoient disoient que m. Lancelot ne n'avoit mie le meillor, et hooit dir de toutes parz que tuit disoient qu'il n'avoit le pis, et que li chevalier que defendoit n'avoit le meillor jusque a hore, et encore n'avoit le plus biaux. Et monseingnor Tristan, que voit le fait et hooit le paroules dez autres, en est tant iriés pour m. Lancelot qu'il ne set qu'en doie dire, car il amoit m. [Lancelot] de si tres grant amorz que se il le veïstes mettre au desout, il n'aûsse jamés joie. «Dynas, biaux amis», fait m. Tristan, «que voz senble de ceste afere?». «Sire», se respont Dynas, «por coi le demandés voz? Ausi bien le veés con je fais, et miaux le savés jugier. Et se m. Lancelot ne la fait miaus a la fin de la battaille qu'il n'a fait jusque ci, dir poés qu'il est unis. Et ce veés voz apertemant que cist chevalier fiert plus aspremant et miaus se mantient endroit soi que ne fait m. Lancelot Et se l'aventure de cest battaille ne se remue, mors <est> mesire Lancelot, et seûremant le poés dir». «Dex!» fait monseingnor Tristan, «que dirai je? Se je voie ceste aventures ensi con voz me dites, je sui mors». Ensint se mantienent li deus chevaliers que la battaille font. Et tuit ceaus que la battaille voient, et que en la place estoient, que assés amoient le lingnajes au roi Band, en sont doulens et corruciés, car bien voient apertemant que m. Lancelot estoit au desout de ceste battaille, et a ce se vont tuit acordant. Et ceaus meïsmes que se conbattoient l'entendent bien. Li chevalier que se conbat, quant il entent ceste novelles, il en vaut assez de miaus que devant. Horendroit a il plus de force et de pooir qu'il ne avoit au comencemant, et son ardiment li estoit doblés, et ces novelles lez ont amendés, et miaus le font orendroit valoir, et orendroit done greingnor coux qu'il ne soloit doner. Et ce ne fais pas m. Lancelot: cil souffre et endure jusque au dereain, et ce le vait auques desconfortant qu'il veoit que li chevalier estoit amendés a mervoilles de force et de pooir. Or dit il a soi meïsmes que ce est li buen Tristan. A celui point que li chevaliers se conbattoient en tel mainieres, et qe tot li pople disoient que m. Lancelot n'avoit le piz d'aisez, et que trop n'estoit au desout, atant es voz venir un chevalier mout bien montés, tot desarmés for que de sez espee. Et s'en vient, tot ensi montez con il estoit, jusque devant le duc de Audeburc, et li dit: «Sire, je voz pri que vos faichois ceste battaille remanoir jusque atant que je aie pallés a vos. Et je voz dirai orendroit tel paroules q'elle remandra, et par raisonz». «Sire», fait le duc, «je voudroie avoir donés tot la meillor cités que je aie, et je la peûsse fere remanoir par raison, car il sont preudomes duremant, car ce seroit domajes trop grant se aucuns d'eaus moroit». «Dex!» fait li chevalier, «donc li feites atant remanoir qu'il ne i ait plus coux donés devant que je aie pallez a voz». Lors s'en entre le duc eu chanp, et lour dit: «Seingneur chevaliers, traiés vos arieres, et gardés que ne i ait plus coux donés devant que je le comant!». Et il s'arestrent maintenant, et se trait les uns ensus de lez autres, car le comandement dou duc ne oçent il trepasser. Atant se torne le duc ver li chevalier, et li dit: «Sire, que volés
[p. 267]
vos dir?». «Certes» fet li chevalier, «je vos di que cist chevaliers ne se doient mie conbattre, car il ne sevent mie la verités de cestui fait. Mais je le sai bien, car je i fui tot pres la ou li chevalier fu ocis por qoi il se conbattoient. Et porce vuoill je ceste battaille, mais non pas que je me conbat a nul d'eaus, car je ne me i doie conbattre, ainz me conbaterai a celui que li chevalier ocist devant moi meïsmes». Et quant le duc oï ceste novelles, il s'asient, et puis dist au chevalier: «Veïstes voz ce que vos me dites?». «Hoïl voiremant le vi je ocire, ausi con veés hore moi». «Et quant ocire le veïstes», fet le duc, «por qoi avés voz tant demorés que vos a ma cort ne venistes et le m'aûssiés fait savoir?». «E [n] non Deu», fait li chevalier, «ce vos dirai je bien, si m'osterai adonc de cestui blasmes. Verités fu que noz chevauchavamez par cestui contré entre moi et un chevalier de cestui païs, tant que noz trovamez la devant sout une fontaine deus chevalier que se dormoient. Et mon conpainz li regarde, et ot reconneûs li un, et dit qu'il estoit so [n] nemis mortiaus, et qu'il ne poroit jamés venir a si buen point par lui mettre a mort. Et il ne fist nul deleament, ainz tout maintenant li done, d'un glaiviez qu'il tenoit, si grant coux parmi le corz que cil morut maintenant, et en tel mainiere que son conpangnons, qui dejoste lui estoit et dormoit, ne le senti ne pou ne grant. Mon conpains, quant il ot celui mis a mort, il ne ala pas ver li chastiaus, ainz s'en vait hastivement verz la forestes. Et quant je vi cestui fait, je fui tot esbaïs, et por ce que je avoie estés longuemant sez conpainz d'armes, ne laissai je a celui point sa conpangnie, ainz m'en alai aprés lui, tant que je l'atint. Et dit qu'il avoit fait la greingnor desloiautés et la greingnor fellenie dou monde, et le blasmai mout duremant de ce qu'il avoit fait, et il ne me respondi ne ce ne qoi. Que voz en diroie? Nos chevauchamez tant que noz fumes venus a un son repaire, et enluech desmontamez, et noz feïmes desarmer. Et li chevalier, qui ot peor que je ne descovrisse sa fellonie, me fist prendre et enprisoner, et me dist que jamés ne istroie de celle prisonz a jor de ma vie. Or avint que une damoiselle que me donoit mengier n'ot pitié, et me delivre, la soe merci. Et quant je fui delivrez, je ne i demorai plus, ainz m'en sul venus et tot droitemant. Et ce est l'achaionz que je sui tant demorés que je ne sui venus avotre cort». «Et qui est celui traïtres?» fait le duc. «Ce voz dirai je orendroit», fait li chevalier, «or sachiez», fet il, «tot de voir qu'il est cestui!». Et li mostre un chevalier qui enluec estoit devant le duc, et estoit ome de mout grant lingnee. Et quant le duc entent ce, il en devient tot esbaïs, et le tient a grant mervoille, et li dit: «Comant, sire, ne entendés voz ce que cestui voz met sus? Feïstes voz celle grant fellenie que il dit?». Et quant li chevalier, que de ceste chouçe se sentoit coupables, se voit de ce atint, li vient un si grant trenble con c'il eûst fievre. Et ne puet respondre d'une grant pieces, si que li duc, et tuit ceaus que enluech estoient, s'apercevent bien qu'il estoit coupablez. Et a chief de piece respont au mielz qu'il puel, et dit: «Sire duc, sachiez de voir que je ne l'ocis mie, ne ne sai qu'il se die, ainz en ment, ensi con perjure qu'il est!». Atant se met avant l'autre chevalier, et dit: «Sire duc, sachiez de voir qu'il ocist desloiaumant, ensi con je vos ai contés, et veés et mon gajes qu'il ocist!», et tent son gajes au duc. Et quant li chevalier qui se sentoit coupables voit celui que si hardiemant se profre de prover le, il li faut si li cors qu'il ne puet respondre ne ce ne quoi, ainz tremble plus que devant. Et le duc li dit: «Haï, mauveis et fellun, je voi apertemant que tu es coupablez!». «Hay5, merci, sire duc!» fait li chevalier, «car se je l'ocis, je le dovoie bien fere, car il avoit ocis un mon freres chamelz! ». Quant le duc entent ce, il le fait tantost prendre, et dit qu'il en fira ce que sa cort esgardera. Et atant s'en vait maintenant la ou li deus chevaliers se conbattoient, et lour dit: «Seingnor chevaliers, votre battaille est finee, car sachiés de voir que je ai trovés celui qui li chevalier ocist. Et li chevalier enprisonés n'estoit coupables, ainz le lairai aler tot quitemant!». Quant li Chevalier a l'Escus Vermoill entent que son freres est delivrés, il n'a grant joie dedenz son cors. Si dit: «Sire duc, par votre paroules me faites voz entendant que li chevalier qui estoit enprisonés, et qui estoit appellés de ceste traïsonz, est delivrés?». «Hoïl», fait le duc. «Donc m'en puis je aler?» fait li chevalier. «Hoïl bien», fait le duc, «mes je vos pri par amor et par francise que vos demorés avech moi en mon chastiaus une semaine, car je voz voudroie servir et henorer ensi con l'en doit fere au meillor chevalier dou monde qui voz est». «Sire duc», fet li chevalier, «sachiez de voir que je ne demorai avech voz pour rien dou monde, car je ai tant aillors a ffere que je ne puis demorer». Quant le duc voit qu'il ne vel remanoir, si li dit: «Sire, quant vos ne me volés fere bontés de remanoir avech moi, or me faites tant de cortoisie que vos mez dites votre
[p. 268]
nom et votre estre». «Sire», fet li chevalier, «je voz pri pour amor que vos voz souffrés a cestui point de savoir mon estre, car je voz di que je ne le dirai ne a voz ne <a> autres a cestui point ». Quant le duc entent et voit qu'il ne puet enprendre l'estre ne le nom dou chevalier, il n'a grant ire, mais il ne puet autre chouse. Atant hi vint m. Tristan et Dynas, que veont que <la battaille est remese, et li amainent son cheval ei lui distrent: «Montez, et nous en alonz notre voie». Et le chevalier monte erramment. Et quant il est montez, Tristan lui dist: «Sire, or atendons le chevalier emprisonné, et l'emmenons avecques nous». «Sire», fet le chevalier, «nous ne l'atendrons mie, ains nous en yrons notre chemin ». «A volare volenté», fet Tristan. Atant se commandent a Dieu, et au departir dist le chevalier: «Sire duc, je vous pri que vous diez au chevalier que je ay delivré que s'il me veult trouver, que il viengne aprés moï a la Joyeuse Garde, car yllec l'attendray je». Et le duc lui dist: «Ce lui diray je bien ». Atant sen partirent, el se mistrent au chemin entre Tristan et le Chevalier a l'Escu Vermeil et Dynas. El quant il furent a la fontaine qui pres d'ilec estoit, il descendirent, pource que le Chevalier a l'Escu Vermeil y estoit moult navrez. Et quant il furent descendus, Tristan demande au chevalier comment il se sentoit, et il respondi: «Bien, la Deu merci, mes moult sui traveilliez plus que mestier ne me fust», si deslaca son heaume por lui reposer. Et quant Tristan le voit, si le regarde moult, pour ce qu'il lui veoit le sanc saillir parla bouche et parle nez. «Comment» fet Tristan au chevalier, «vous est avenu de volare bataille? Car tous li peuples disoit que vous aviez le meilleur de la bataille ». «Sire», ce dist le Chevalier a l'Escu Vermeil, «il ne sentoient mie les grans coups que Lancelot me donnoit souvente fois! Et, si m'aït Diex, s'il fust a aler avant en la bataille, je estoie en doubte de recevoir honte. Mes Diex et la droiture que je y avoie la fist si tost departir». Ainsi chevauchierent tant par leurs journees que il furent venus a la Joieuse Garde, la ou il demourerent. Mes de ce que il leur advint en celle voie ne feray ore mencion, pour ce que trop seroit longue matiere, mes bien sachiez que Dynas fu avant a la Joieuse Garde bien .XII. jours avant, et dist a la roïne Yseult nouvelles de Tristan. Et quant Tristan et le Chevalier a l'Escu Vermeil furent venus a la Joieuse Garde, il descendirent et sen alerent en la maistre sale, et s'affublerent de riches pourpres. Et quant la roïne voit son ami, elle lui fait grant joye et grant feste, et au Chevalier a l'Escu Vermeil fet elle aussi grant joye, pour ce que Tristan lui avoit commandé. Que vous diroie je? Il ne demoura pas .IIII. jours que Palamedés vini [et] Dynadam, qui estoit frere charnel au Chevalier a l'Escu Vermeil. Car le Chevalier a l'Escu Vermeil estoil appellez Brunor le Noir, et cellui, qui estoit appellez le Chevalier a la Cotte Mautailliee, estoit frere Dynadam meïsmes. Moult fui grant la joye et la feste que li chevalier fesoient el moult demourerent a grant joie et a grant deduit, il alotent tous jours enforest et en chace. Mes atant lesse ores li contes a parler de Tristan el du Chevalier a l'Escu Vermeil et de Palamedés et de toute leur compaignie, el retourne a parler de Lancelot du Lac el de tous ses freres. Comment Lancelot demoura au chastel de Audebourc tant que ses plaies qu'il avoit parmi son corps feûssent gueries et sanees. Or dit li contes que quant Lancelot ot fait la grant bataille a Audebourc contre le Chevalier a l'Escu Vermeil - c'estoit le Chevalier a la Cotte Mautailliee -, que il creoit avoir a l'éncontre Tristan de Loonnois, il avoil veû comment il sen estoit partis, et comment il ne voult demourer avecques le duc, ne ne li voult dire son nom ne son estre, ceste chose lui donna ferme creance que ce ail esté Tristan. Monseignor Lancelot s'en tourne vers le chastel, et sefait desarmer, et truevent qu'il est navrez moult durement, si lui laverent ses plaies et banderent bien. Et le duc fist copper la teste au chevalier qui avoit occis le chevalier en traïson. Et quant Lancelot fu bien gueris, il monterent sur leurs chevaulx entre lui et ses compaignons, et commanderent le duc a Dieu, et se mistrent au chemin. Et tant chevauchierent par leurs journees sans aventure trouver qui a ramentovoir face en compte que il vindrent a Kamalot, la ou il trouverent le roy Artus a grant compaignie de barons et de chevaliers qui leur firent grant joie el grant feste. El quant il orent sceû que entre Lancelot et monseignor Tristan avoit eû si grant bataille a Audebourc, si en font tous la greigneur [merveille] du monde, encore avoient il oy dire que Lancelot n'en avoit pas eû le meilleur de la bataille. Et quant la royne Genievre ot sceû l'affaire, elle en ot dueil dessus tous les autres. Pour ce se taist ores li contes a parler de madame la royne Genievre.
[p. 268]
Comment Lancelot et ses freres s'a [r] merent et alerent en la forest de la Joieuse Garde pour occirre Tristan. En ceste partie dist li contes que quant madame la royne Genievre ot sceû comment entre Tristan et Lancelot avoit eû si grant bataille a Audebourc, et comment Lancelot eû ot la pieur partie, elle en ot si grant dueil que a bien pou que elle n'en mourut. Elle ne puet plus reposer, ains mande Lancelot qu'il aille parler a lui. Et quant le varlet qui la royne ot enchargié la besoigne et dist a Lancelot qu'il alast parler a la royne, il n'y fait autre delaiement, ains prent Blioberis, et s'en vont la chambre a la royne, et la saluent moult humblement. Et la royne leur rent leur salut bien et courtoisement, et les fet seoir sus une couche devant lui. Et puis ne demoura mie gramment que la royne leur parla en tel maniere: «Sire, comment est ce verité que Tristan a esté contre vous en bataille mortel a Audebourc?». «Dame, sachiez de voir», fet Lancelot, «qu'il est tout ainsi comme il vous est compté». «Et comment», dist elle, «est ce la grant amistié et la grant amour que vous n'avez tous jours moustré, puis qu'il vint ou royaumes de Ugres?». «Dame», fet il, «ainsiva, car grant hay5ne m'a moustree a cestui point!». «Sire», fet elle, «ce n'est mie bien ne bel, et quant il est ainsi nostre ennemi, je vouldroie que il fust destruit du tout. Il demeure en la Joyeuse Garde, et maine grant bobant, el fet grans chevaleries par la contree, dont il ne m'est pas bel». «Dame», fet Lancelot, «sachiez que puis qu'il est devenus notre ennemi et la hay5ne est venue par devers lui, je ne cuit que il s'en loe gramment au derrenier, et de ce oirés vous nouvelles prochainement». Atant ne demeurent plus Lancelot ne Blioberis, ains pristrent congié a la roy5ne, et s'en vindrent a leur hostel. Et quant il furent venus, il trouverent Boort et Hettor. Et Lancelot les maine en sa chambre, et s'assistrent tous .IIII. sus une couche. Et quant il orent la une grant piece esté, Lancelot parole et leur dist: «Beaux freres et cousins, vous savez bien comment tous ceulx de nostre lignage > avon toz jorz servis et henorés m. Tristan de tot notre pooir. Or avés veû comant il a mostrés grant haïne ver noz, car voz veïstes qu'il entré en chanp contre moi, et de tiel choçes come de battaille mortiaus. Et ce est bien une chouçe qu'il nos mostre qu'il noz het mortiausmant. Et por ce voz met je devant que noz en faichonz ce que lui convient». Et atant se taist, qu'il ne dit plus. Aprés ce ne demore gramant que m. Beord paroule, et dit en tel mainieres: «Monseingnor», fet il, «je voi tot certainemant que m. Tristan voudroit la destrusion de nostre lingnajes. Et quant il ce velt, et la coupe est venue de sa partie, je voz loy que noz le mettons a mort. Et ne que m. Tristan, qui est ore un seul chevalier, mais je ne connois nul si haut omes eu monde que contre nostre lingnee en preïstes haïne que au dereain s'en peûst loer gramant. Et por ce vos en dirai ce que je vuoill que nos en faichonz: je sai qu'il est a la Joioçe Garde en la conpangnie de messire Palamidés et de m. Brunor li Noir, et de Dynadan son freres. Et vont tous jors en bois en chacie. Et por ce qu'il sunt quatre, vuoill je que noz hi alonz quatre de nos tuit ensi con nos somes [ici, et] que au maitin preno [n] s armes deviçeemant, si que nul en peûst connoistre, et nos mettonz au cheminz, et nos alons tot droit a la Joioçe Garde et enluech le poron truever. Et a cui Dex [voudra donner le onor, si l'ait; et ce est tot ce qe je vos en loy et conseill». Atant se taist qu'il ne dit plus. Aprés ce, mesire Hestor de Marés et m. Blioberis distrent bien que s'acordent a tot ce que m. Beord avoit dit, et qu'il volent bien que m. Tristan soit mis a mort, et m. Lancelot i s'acorde bien. Et distrent qu'il inovrent l'endemain. Et a ce furent acordés tuit li quatre freres et cousin: de mettre a mort m. Tristan de Leonois de couses dont il n'estoit coupables. Et a l'endemain bien pour maitin se lievent tuit li quatre freres, et pristrent armes deviçeemant. Et montrent en lour chevaus, et se mistrent au cheminz sanz nul escuier ne nulle autre conpangnie, si priveement que ne fu seû de nul la ou il fussent alés. Et quant il furent mis au chemins, il chevauchent tant par lour jornés sanz aventure trover que a mentovoir face en contes qu'il furent venus en une foreste qui estoit pres a la Joioçe Garde. Et enluech demorent et atendoient que m. Tristan hi venist, ou aucuns hautres. Atant es vos venir deus chevalier de la Joioçe Garde, armez de toutes armes, et s'en aloient tot droitemant au chastelz. Et quant il furent venus jusque a eus, il li saluent, et cil lour rendent le salus bien et cortoisemant, et li demandent [s'il] sunt de la Joioçe Garde, et se m. Tristan est dedenz le chastel. «Sire», font cil, «voiremant somes nos
[p. 269]
de la Joioçe [Garde, et encore vos dions] que m. [Tristan est dedenz le chastel. Et quant] li quatre freres ont oï qu'il sunt de la Joioçe Garde, atant se met avant m. Beord et m. Hestor, et lour distrent: «Seingnor chevalier, deffendés vos, car a la jostes estes venus tot maintenant! ». Et quant ceaus virent que ceaus l'apelloient de jostes, et voient qu'il ne la puent refuser, il ne font nulle deleance, ainz se esloingnent les uns da les autres, il baissen les glaivies, et hurtent li chevals de sporonz, et vient les uns ver les autres mout hardiemant, et se trefierent sour l'escus de toute lour force. Li chevaliers de la Joioçe Garde bliçent lour glaivies, et m. Hestor et m. Beord, que mout estoient preudomes et puissant, fierent eaus si roidemant qu'il le portrent a la terre mout fellenessemant, et s'en vont outre parfomir son poindre. Et quant il virent qu'il les ont ensi abatus, il desmontrent tot maintenant de lour chevaus, et mistrent main a l'espee, et se gettent l'escus devant, et s'en vont ver li deus chevaliers que ja s'estoient relevés vistemant, et avoient ausi mis main a l'espee, et s'avoient gettés l'escus devant. Que vos en diroie? Il comencent la mellee dure et aspre et fellenesse, mes sachiez de voir qu'il ne demore gramant que m. Beord et m. Hestor les ont tiel atornés que c'il ne puent plus en avant ne plus souffrir. Ainz convient que c'il volent sauver lour vie, qu'il se tienent pour houtrés, et ensi le font. Et quant il se sunt tenus pour outrés, il lour tollirent l'escuz et l'ieume et l'espee et li chevaus, et distrent caus: «Seingnor, noz vos faichonz ceste onte et cest desnor par despit de m. Tristan, et li ditez, se il velt vengier votre honte, qu'il nos trovera ici a tel conpangnie con vos poés veoir». Et atant li lairent aler. Quant cil se virent delivrés en tel mainieres, il se mistrent a la voie, tot ensi a pié con il estolent. Et alerent tant qu'il furerit venus a la Joioçe Garde, et s'en alent tot droitemant en la maistre forteressce, la ou il trovent <Tristan et> trois sez conpainz. Quant monseingnor Tristan li voit si malemant atornés, il li demande heramant que ce estoit: «Sire», font cil, «sachiez de voir que noz chevauchavames orendroit par la forest la hors. Atant eûmes treuvés quatre chevaliers, et noz distrent se noz fuissons de la Joioçe Garde, et noz respondimes que hoïl, et il noz desfierent maintenant, et comenchames jostes et mellee, et nos ont tel atornés, con voz poés veoir. Et puis noz distrent qe tot ce noz avont il fait par vottre despit. Et ancois vos mandent que se vos volés vengier ceste honte, que vos li troverois la horz en la foreste tuit et quatre, et en vos atendent». Et quant m. Tristan entent ce, il n'a grant ire, et cuide tot maintenant que ce soit estés Breûz Sanz Pitié, car il estoit acostumés de venir en tel mainieres maintes fois. M. Tristan demande sez armes mout ireemant, et se fait harmer hastivemant. Et m. Palamidés, et li Chevalier a la Cotte Maltaliés et Dynadan distrent qu'il li firont conpangnie. «Seingneur», fait m. Tristan, «le fiz au roi Meliadus de Leonois ne velt conpangnie pour quatre chevaliers». Et quant il fu bien armez, il devalle dou paleis, et monte sour un bon chevaus, et se met a la voie grant alleûre pour aler celle part la ou li deus chevaliers li avoient mostrés. Et m. Palamidés et li Chevalier a la Cotte Maltaliés et Dynadan ne lairent por ce que m. Tristan avoit dit, ainz pristrent lour armez, et montrent en lour chevals hastiveniant, et se mistrent au cheminz aprés m. Tristan, et chevaucent tant qu'il ont atint m. Tristan, qui chevauchoit mout hastivement. «Sire», fet Dynadan, «cuidés vos fere ceste battaille a Breûz San Pitié sanz noz? Certes non, car nos le savon a si preudomes que trop dottavames de voz». M. Tristan ne respont a tot ce que Dynadan dit, car il estoit tant iriés qu'il ne entendoit a celui point a geu. Que vos en diroie? Il chevauchent tant qu'il furent venus en la foreste, la ou m. Lancelot et sez freres estoient. Et quant m. Lancelot li voit venir, il dit contre sez freres: «Seingnor», fet il, «veés venir m. Tristan et sez conpainz, qui sont bien des meillor chevalier dou monde. Et por ce, biaus freres, cestui ne sera geu ne tornoiemant, ainz sera bien mortiel battaille, dont je pri a chascuns qu'il pense de bien fere. Et voz veés qe noz somes quatre ausi con il sunt, et li connoisonz tuit a lour armes. Et por ce chascun se preingne a li suen, et je firai la partie comant je me prent tot primierement a m. Tristan, et m. Blioberis se preingne a m. Palamidés, et m. Hestor au Chevalier a la Cotte Maltailliés, et m. Beord a m. Dynadan». Et tuit dient que ce firont il bien. Et atant qu'il parloient entr'aus, es vos venir m. Tristan et sez conpangnonz. Et quant il furent a eus venus, m. Tristan ne le salue pas, ainz lour dit en tel mainieres: «Vassal», fet il, «vos avés fait grant honte a mes deus chevaliers, et me mandastes pour grant orgueill que vos le feïstes par mon despit. Et encore me mandastes car se je voloie vengier ma honte,
[p. 269]
que je vos troveroie ici. Et la Deu merci trevés voz ai, dont je vos firai achatter chieremant votre sorcuidanse!». «Vassal», ce dit m. Lancelot, «sachiés que voiremant le feïmes par votre despit, et ne somes venus ci por autre chouse que par vos mettre a mort. Et vos en defendés, se voz poés, car nos vos desfions de la vie! ». Aprés ceste paroles ne font plus palment, ainz s'esloingnent li chevalier plus d'un arpant; il estoient en une mout belle praerie. Il ne font tant deleament, ains baissent le glaivies et hurten li chevaus de sporonz, et vient les uns vers les autres mout hardiement. M. Tristan et m. Lancelot venoient de si grant alleûre qu'il sembloit que la terre se deûst fondre desout eaus. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sor l'escus de toute lour force, si qu'il font andeus les glaivies voler en pieces. Et aprés le bliçemant des glaivies, il se treûrterent d'escus et de cors si duremant ensemble qu'il se treporterent a la terre tiel atornés qu'il ne savoient c'il estoient mort ou vif, ainz demorent sour la terre en tel mainieres con se il fuissent [mors]. Et m. Palamidés li Paiens, li puisant chevalier, et m. Blioberis de Gaunes, cist deus sunt bien chevalier de granz valorz. Il vienent les glaivies baissiés, ausi fort con se la foudre li chachast. Il se trefierent sour l'escus de toute lour force, mes tiel fu l'aventure que m. Blioberis bliçe sa lance, et m. Palamidés fieri lui si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant, mes tant li avint bien qu'il ne fu enavrés. Et m. Palamidés s'en vait outre parfornir son poindre. Et le buen Chevalier a la Cotte Maltaliés et m. Hestor [de Marés cist ne sunt pas enfant], ainz sunt tot voiremant deus des meillor chevalier [dou mondel, ci propremant [des lances]. Que voz en diroie? Il [baissen les] glaivies, et mistrent chevaus a sporonz; li chevaus sont fort ci bien corrant, li chevalier que desus estoient sunt preus et poissant. Il venoient si grant alleûre qu'il senblent foudre et tempestes, et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force si roidemant qu'il font andeus les glaivies voler en pieces. Et aprés le bliçement se treûrterent d'escus et de cors si roidemant qu'il se treporterent a la terre tiel atornés qu'il ne sevent se il estoit nuit ou jorz, [ainz] giçoient a la terre tuit estordis. Et m. Beord et m. Dynadan, que au [dereain] mourent, cist mostrent qu'il ne sunt de rienz esbaïz ne espaontés, ains vienent les uns verz les autres au ferir de sporons si hardiement qu'il mostrent bien qu'il sunt de tiel affere acostumez. Il venoient de si grant aleûre qu'il semblent vent. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sour l'escus de toute lour force. M. Dynadan bliçe sez glaivies, et m. Beord fieri lui si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant, et s'en vait outre parfornir son poindre. Ensint avindrent des jostes de tuit cist chevaliers con vos avés hoï. Li chevaliers que a la terre avoient estés abatus, il se lievent, et mistrent main a l'espee, et se gettent l'escus devant. Et m. Palamidés et m. Beord, que a chevaus estoient, quant il virent que lour conpangnons fasoient senblant de mellee, il ne volent pas demorer a chevaus, ainz desmontrent tot maintenant, et se mistrent l'escus devant, et drecent l'espee contremont. Et quant il furent tuit aparollliés de la mellee, il ne firent pas senblant qu'il soient esbaïs, nepourquant m. Tristan dit bien a soi meïsmes que cestui n'estoit mie Breûz Sanz Pitié, ainz dit bien qu'il ne truevé a piece mais que si duremant l'encontrast. Que vos en diroie? Li chevalier, quant il ont mis main a l'espee et furent bien aparoilliez, il ne firent nul deleament, ainz vait les uns ver les autres tot ensi con il avoient jostés, car il connoisoit chascu [n] s li suen. Et se tredonoient grandismes coux de lour espee trinchant, et comencent lour mellee mout dure et pesmes. Or puet l'en veoir doner et recevoir grandismes coux; il ne se vont pas esparaingnant, ainz se vont bien mostrant qu'il sunt mortiel enemis. Et m. Tristan, que grant haïne avoit sour m. Lancelot, cu'il ne connoisoit mie, li cort sus mout ireemant. Et m. Lancelot, que bien connoisoit m. Tristan, et que le heoit de mortiel haïne, cort ausi sour lui mout fieremant. Cist deus chevaliers mostrent bien qu'il sunt mortiel enemis, car il se tredonoient grandismes cous sovent et menus. Il se despiecent li escus et desmaillient les auberz, il se font sovent foiz sentir lour espee en lour charz nue. Il ont male merci les uns de les autres, et qui aûsse regardés l'affer d'andeus, seûrement peûst dir qu'il sont li meillor chevalier dou monde. Et m. Palamidés et m. Blioberis, que ensenble se conbattoient a mellee des brand, il mostrent bien que voiremant sunt il chevalier poissant, et mout maintienent lour affere asprement. Et tout soit m. Palamidés un des meillor chevalier dou monde, si a il a fere a tiel homes que bien li dora assez a ffere, si qu'il ne puet grament gabber les uns les
[p. 270]
autres, ainz a tant a ffere chascuns, que bien se tienent a engonbrés. Et m. Hestor de Marés et li buen Chevalier a la Cotte Maltaliés, que a la beiçonge estoient bech a bech, il mostrent bien qu'il sunt acostumés de tiel afferre. Il se tredonoient grandismes coux, il la font de tel mainieres que ce estoit una pitié a veoir. Il sunt mout pre [u] domes et poissant, il sunt hardis come lyonz, et qui lour affere eûsse regardés hardiemant li peûst tenir a preudomes. Et Dynadan et m. Beord, que ensemble font la mellee, cist ne sunt pas da blasmer, ainz sunt chevalier preuz et poissant. Et sachiez de voir que Dynadan s'esprove si bien qu'il se mantient mout hautemant a cestui point, car tot soit m. Beord un des meillor chevalier dou monde, si li done tant a fere Dynadan que nul ne aûsse conneûs li quel eûsse le meillor de la battaille; mout sont andeus preudomes et poissant. Ensint se mantienent tuit cist chevaliers as brand con voz avés hoï. Et mout mantienent lour mellee dure te pesmes et cruelz, si se desmaillent les auberz et despiecent li escuz, et maumenent li heume en tel mainieres que bien monstrent que bone sunt l'espee, et que ne sunt pas estez osieuse. Il ont atornés lour armes, que bone et fermes estoient au comencemant, que pou vaudront au departir. Et que voz aleroie disant? Sachiez que la battaille estoit si dure et cruels et fellenesse qu'il n'estoit si dur cuer que li veïsse que pitié ne n'aûsse. Et sachiez sanz nulle faille que [en [ce] lle place se conbattoient a celui point la flor de [toz] li chevalier dou monde que a celui point fussent en terre, ne onques mais ne fu veûe une si dure battaille con celle estoit de si pou de jenz. Et m. Lancelot et sez frerez, que bien connoisent ceaus a cui il se conbattoient, dient entr'aux qu'il volent avant morir qu'il ne vennissent au desus de ceste battaille, et proprement de mettre a mort m. Tristan. Et m. Lancelot, que a m. Tristan se conbattoit, dit bien contre son cuer que tot ait il a ffere au meillor chevalier dou monde, si convient qu'il moine sa battaille a outrance, et vait l'aventure comant il pora aler. Et quant monseingnor Tristan ha bien esprovés le grant pooir de m. Lancelot, il en devient tot esbaïs, il dit a soi meïsmes: «Par foy! Cestui ne est pas Breûz Sanz Pitié, mais puis bien dir seûremant qu'il est li plus poissant chevalier a cui je me conbattisse a jor de ma vie. Et mauveisemant estoit deceûs quant je quidoie que ce fust Breûz Sanz Pitié, et si voiremant m'aït Dex comant je ne puis quidier qu'il soit. Mais aille comant il pora aler, et soit quel que il veaut, si vuoill je mener a ffin l'afer, car je voi tot apertemant qu'il est mo [n] nemis mortel». Ensit disoient m. Tristan et m. Lancelot con je voz ai contés. Et aprés le pensement, il cort les un sour les autres ausi hardiement con c'il fuissent lyonz ou leoparz. Et male merci ha les un de les autres, et male [amis] sunt hore a cestui point. Et mout est fellenesse chouse a regarder lor afere, car sachiés tot voiremant que la mellee estoit si paroille, et l'affer si ygal, car qui aûsse bien jugiés a droit, ne seûssent li quelz eûssent l'avantajes de cestui fait. Mout se mantienent hautemant les une partie et les autres; cist ne sunt pas enfant, mais sunt bien tielz que assez hi veaut avoir coux donés et receû que nulle de le partie fussent menés a outrance. Que vos en diroie? Tuit mantenoient l'afer de tel mainieres con voz avez hoï, et chascun s'esforce houtre pooir de mantenoir le onor de soi, et chascuns ameroit mielz morir que estre hunis a cestui point. Et quant la battaille estoit de tel mainiere con vos avez hoï, et que tant avoient a ffere que ne puent gramant en avant - ne nul d'eaus ne se volent trere ensus de les autres par recovrer aleyne et force, tant baoit les uns les autres mener a outrance -, et li escuier de m. Tristan, que enluech estoient, qui voient l'afer qui aloit si mauveisemant, il ont grant doutte et grant peor de lour sengneur. Il ne font nulle demorance, ainz s'en vont a gran coutie de sporonz tot droitemant a la Joioçe Garde, et desmontrent en la maistre forteresse, et s'en vont a un chevalier, que sire estoit dou chastel, car m. Lancelot le l'avoit bailliés en garde, et mout grant bien voloit a m. Lancelot et a tout ceaus de celui lingnajes. Et m. Tristan voloit il ancois grant bien pour le amors de m. Lancelot, qui priés ne l'avoit. Li escuier, quant il furent devant lui, il li distrent: «Sire, sachiez de voir que m. Tristan et sez conpangnons se conbattent la horz as chevalier herrant, et sunt a tiel meschief que je vos di tot voiremant que, c'il ne sunt seucorrus prochainemant, qu'il sunt tuit mors, et lour enemis ausint, car nos voz doinz tot voiremant qu'elle est la plus cruel battaille et fellenesse que fust jamés veûe». Et quant Golistan entent ceste novelle, il ne fait nulle demorance, ainz prent ses armes, et avech lui bien doçe chevaliers, et montrent en
[p. 270]
lour chevaus. Et chevauchent tant qu'il furent venus en la place ou la battaille estoit. Et quant mesire Lancelot et sez freres li veïrent venir ensint, il ont doutte qu'il ne se meïssent en aïde de m. Tristan. Mes tot maintenant que m. Golistan et sez conpangnonz furent venus en la place la ou la battaille estoit, et il le trueve tel atornés qu'il ne puent gramant en avant, il n'a grant pitié, et se voloit mettre entr'aus. Mes tel fu l'aventure qui se avint a m. Hestor, si le connuit tantost a sa contenanse, car sachiés de voir que m. Golistan et m. Hestor estoient li greingnor conpainz et amis dou monde, car il estoient noris d'enfans ensenble, et por ce le connuit tantost q'il le vit. «Et comant», fait Golistan, «biaus doux amis, ne est voz m. Hestor?». «Voiremant sui je!» fait il. «Et coment, biaus sire, vos conbattés vos a m. Tristan, qui est ensi amis de m. Lancelot votre freres? Car sachiez tot voiremant que quant il le savra, qu'il n'en vos en savra nul gré». «Sire Golistan», fet m. Hestor, «veez la monseingnor mon freres que se conbat a m. Tristan, et voz pri que voz noz laissiés mener notre battaille a ffin, et que vos ne voz entremettés de noiant!». Quant m. Golistan entent ce, il n'a si grant ire car pou qu'il ne rage de duel. Il ne fait nul deleament, ainz esmonte tot maintenant, et s'en vait tantost, et se met entre m. Lancelot et m. Tristan, et lour dit: «Sire, arestés voz, et gardés que ne i ait plus coux donés, car ce est mout mauveise chouçe! Comant, biaus seingnor, ne voz conneûs voz? Ha, m. Tristan, que est ce que voz faites? Car sachiez que voz vos conbattés a m. Lancelot, vottre chier amis, qui tant vos a serviz et henorés toz jors! ». Et quant m. Tristan entent que ce estoit m. Lancelot a cu'il se conbat, il a si grant ire qu'il voudroit estre mort. Il gette tot maintenant tant d'escus con il avoit a la terre, et cort a m. Lancelot par lui acoller. Mais il ne puet, car m. Lancelot ne le souffre mie, ainz le jenquist. Et m. Tristan s'enjenoille, et li rent sez espee, et li dit: «Sire, prenés mon espee, carje me teingn pour houtrés; car je sui Tristan, li votre chevalier et chier amis!». «Sire Tristan, sire Tristan!», fet m. Lancelot, «maveisemant le me mostraste avant ier devant le duc de Audeburc, quant vos entrastes en chanp contre moi en battaille mortiaus pour contredire la mort d'un chevalier de mon lingnajes!». «Hay5, sire», fait m. Tristan, «sachiez tot voiremant que je ne fui mie celui que se conbati a voz a Audeburc! Et ja Dex ne me laist tant vivre que je me conbat a vos a mon saichant! ». «Et comant, sire, ne fust vos celui que a moi se conbati?» fait m. Lancelot, «car je connuit tot apertemant vottre armes! ». «Sire», fait m. Tristan, «sachiez que de ce vos firai je certain tot maintenant, et vos dirai l'achaions de celle armes. Et ancois vos nomerai le nom dou chevalier que a vos se conbati, por ce qe je sai qu'il est votre amis et votre conpains, et por ce qu'il n'estoit coupables de celle battaille, ainz le fait pour defendre son freres. Et sachiez de voir qu'il fu m. Brunoir le Noir, que ci est, qui est votre conpainz et vottre amis; et je li prestissiés mez armes, dont vos quidiés que je fust estés! ». Lors li comance a conter comant il vint en la conpangnie dou chevalier, et pour quel achaionz, et li conte tot l'afer comant avoit estés, si que Lancelot connuit tot apertement que m. Tristan dit verités. Et quant m. Lancelot voit que m. Tristan n'estoit coupables de celle battaille, et voit la grant debonarités de m. Tristan, il ne demore plus, ainz gette tot maintenant l'escus, et s'ajenoille ausint. Et rent sez espee a m. Tristan, et li dit: «Sire, prenés mon espee, car je sui li houtrés, et ne vos, et vos cri merci de ce que je me sui conbatus a vos, et de ce que je avoie mal pensament a vos. Car de ce estoie je bien forsenee, quant je quidoie que li vottre cors feïstes nulle faille». Que vos en diroie? Mout offre les uns a les autres le henor de la battaille, mais <nul> ne la velt prendre. Il se lievent lour heume, et s'acollent et baisent assés, et se font la greingnor joie dou monde. Et quant les autres chevaliers virent que m. Tristan et m. Lancelot se sunt entrecordés, et qu'il font joie et feste, et ensi se sunt tornés en pou d'ore de grant nimistié a grant amistié; et ensi set fere notre Sire Deu, qui est plein de tote beneûrté. Et quant il se sunt conjoié une piece, m. Tristan lour dit: «Seingnor, or dou monter et de l'aler en chastel, la ou nos noz repouseron, car travailliés somes hui duremant». Et M. Lancelot, et toz lez autres, distrent qu'il le volent voluntierz. Atant montrent en lour chevaus, et se mistrent au chemins, et chevauchent tant qu'il furent venus a la Joioçe Garde, et desmontrent en la maistre forteresse. Et vallet li desarment heramant, et auques de bleceûres que aucun avoit, lavent et bendent bien. Et quant il se furent desarmés, il s'afiblent riche mantiaus, il s'en vont tuit ensemble en une chanbre la ou madame la reyne Yçelt estoit. Et quant m. Lancelot et sez freres la virent, il la saluent mout
[p. 271]
hunblemant. Et la reïne lour rent le salus bien et cortoisemant, ensi con saige dame q'elle estoit. Et li fait asetter sour une coucie de samit devant li, et parlent de maintes chouçes, et se desduient entr'aux de la jornee d'ui. Et quant il furent tant demorés que soir estoit venus, et le mengier estoit aparoilliés et les tables estoient mises, atant comande m. Tristan que l'aigue soit donés, et s'asient a les tables. Et m. Tristan fist tant par le amors de m. Lancelot qu'il fist mengier la reïne Yçelt a celle table, et propremant dejoste m. Lancelot. Et menuient et boivent aaiçemant. Et m. Tristan, qui veoit Dynadan que tot le vi [ç] aje avoit enflés, et voit qu'il ne menuioit se petit non, il dit a soi meïsmes qu'il dira aucune chouçe a Dynadan por veoir ce qu'il voudra respondre, car il le savoit a meillor chevalier dou monde. Et por ce li dit il: « Sire Dynadan, por qoi menuiés vos si pou? Par foy! Vos dovés bien mengier a plantee, car je di tot voirement que se li votre cors seulemant ne fust - car nos avés valus et mantenus -, je di tot voiremant que m. Lancelot et sez freres noz avront maintes fois mis a la voie. Et beneoit soit Dex que vos fist estre e [n] nostre conpangnie! ». Et quant Dynadan entent ce que monseingnor Tristan li dit, il n'est tot courruciés, et respont: «Sire Tristan», fet il, «vos voz quidiés trover Breûz San Pitié, et ancois noz diestes que li fiz au roi Meliadus de Leonois ne voloit conpangnie por quatre chevaliers! Mes bone aventures dont Dex au fiz au roi Band de Benuic, car bien vos ha hui tenus en frain, et que voz fist tant que li seucors vos estoit mestiers par le cors d'un seul chevalier, ne que pour quatre». «Sire Dynadan»,fait m. Palamidés, «je di bien que voiremant estes sajes chevalier, et sajemant feïstes quant vos envoiastes quere Golistan qui vos venist seucorre, car autremant je veoie que votre affere seroit alés, et a moi meïsmes estoit si grant heiçons». «Sire Palamidés», fait Dynadan, «bone aventures doint Dex a m. Blioberis, que bien vos a tenus amaistré, et bien vos a mostrés de sa bontés, si que je croi que un autre fois vos en savrez miaus garder». De ceste paroule que Dynadan dit, s'en rit mout madame la reïne Yçelt, et tous les autres que enluech estoient. Et mout se seulacent et desduient ensenble de maintes chouses. Et tuit li plusor dient sour m. Dynadan, mais il s'en savoit bien defendre, et parloit mout hautement. Et quant il ont mengiés, et les tablez furent hostés, il se lievent. Et quant il fu ore de coucier, li vallet li coucierent par le comandemant la reïne mout hautemant et henorablemant. Et se dormirent jusque a l'endemain, qu'il se lievent et alent hoïr la messe. Que vos aleroie disant? Sachiez que m. Lancelot et sez freres demorent bien un mois en la Joioçe Garde a grant joie et a grant seulas, et toz jorz aloient <en bois> en chacie, et avoient totes les bone aventures dou monde. Et quant il i furent tant demorés con voz avés hoï, et m. Lancelot dit qu'il velt aler a Kamaaloth. Et m. Tristan et ses conpangnons distrent qu'il li firont conpangnie, et qu'il vuelent venir veoir li roi Artus, et il lour dit qu'il le veaut voluntierz. Atant se aparoillent, et a l'endemain bien pour maitin se lievent, el alent oïr le servise nostre Sire. Et puis pristrent lour armes, et montrent en lour chevaus, et acomandent madame la reïne Yçelt a Deu, et se mistrent au cheminz. Et chevauchent tant par lor jornés sanz aventure treuver que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus a Kamaaloth. Et desmontrent e [n] mi la cori, et montrent en la maistre sale, la ou il treuvent li roi Artus a grant conpangnie de barons et de chevaliers. Il saluent li roi, et tuit lez autrez qui enluech estoient. Et quant li roi et touz les autres ont connetis que [ce] estoit m. Tristan, et m. Lancelot et m. Palamidés et li buen Chevalier a la Cotte Maltaliés, et touz lez autres lour conpangnons, il lour rendent le salus bien <et> cortoisement, et lour font grant joie et grant feste. Et li roi comande que le l'en lour donent riche mantiaus por eaus afibler, et il firent tantost son comandemant. Que voz en diroie? L'ore estoit de mengier, et les tables estoient mises. Atant fu donés l'aigue, et s'asient a les tables, et menuient et boivent aaiçement. Et quant il ont mengiés et les tables furent ostés, et li roi lour demande qeles aventures li avoit ensi aportés ensemble. Et m. Dynadan, que mout estoit buen parleor, parole atant, et dit: «Mon seingnor, sachiés que m. Tristan et m. Palamidés et mon freres que ci est et je, ne prenavames garde de voz. Mes huimés connoissonz votre voluntés, si noz savron miaus garder de vos». Li roi, quant il entent Dynadan, il comance a sorire, et dit: «Dynadan, se Dex vos doint bone aventures, dites moi comant il voz convient garder de moi». «Sire», fet il, «ce vos conterai je tot maintenant. Il est voir que m. Tristan et noz trois eravames a la Joioçe Garde, et noz desduivames en bois en chacie tot jorz, et avavames toz les bien dou monde. Et voz envoiastes les homes de votre hostel par noz mettre a mort!». Et li roi li dit en riant: «Et li quelz mes homes voz volent ocire?». «Certes» fait
[p. 271]
Dynadan, «ce furent cist quatre que ci sunt: ce fu m. Lancelot et m. Blioberis, et m. Beord et m. Hestor, cist quatre nos asaldrent mout mortielmant! ». Lorz li comence a conter tot l'afer de chief en chief, et la dure mellee et aspre que firent entr'aux. Et tot l'affer li conte qu'il ne i faille rienz, et l'achaionz por qoi il se conbattoient. Et encore li cointe l'affer de la battaille de Audeburc: comant m. Tristan ne avoit fait celle battaille, ainz la fist m. Brunor li Noir. Et quant il ot contés toz l'affer bien et sajemant con celui que bien le savoit faire, il se taist qu'il ne dit plus. Et quant <li roi> Artus et toz les autres que enluech estoient ont entandus ce que Dynadan avoit dit et contés, il en font tuit joie et feste, et mout se seulacent ensenble de ceste novelles qu'il avoient hoï dire a Dynadan. Et quant il voient que m. Lancelot et m. Tristan sont devenus buen amis, et ont seû comant il ne avoient conbatus ensemble a Audeburc, de ce ont tuit grant joie, et mout se fait par tuit grant feste de cist .VIII. preudomes qui sunt venus a cort. Mes atant laisse li contes a paller de ciste matire, et pallera li ma [is] tre d'une mout bielle et riche aventure qui avint en celui tenz en la cort dou roi Artus, ensi con vos porés oïr en avant. Ci devise la bataille que fu entre m. Percevalz li Gallois et Argondrés. Ci endroit dit li contes qe messire li roi Artus estoit a Kamaaloth a grant conpangnie de baronz et de chevaliers. Atant hi vint une dame sour un palefrois, que mout senbloit qu'elle eûsse ire et deulor. Et avoit devant li une charrette atornés mout richement, que deus palefrois menoient, et estoit la charrette toute coverte de dras de Soie. Et dedenz la charrette avoit un chevalier ocis de noviaus, et giçoit en un mout riche lit, et li chevalier senbloit bien que fust estés chevalier de grant valorz. La dame, tantost qu'elle fu venue devant li paleis, elle desmonte de son palefrois, et quatre vallet, que estoient avech li, desmontrent ausint, et montrent le degré dou paleis, et s'en alent en la maistre sale, la ou li roi Artus estoit a si grant conpangnie con je vos ai contés. Et quant la dame fu devant li roi venue, elle s'enjenoille maintenant, mais li roi ne le soufre mie qu'elle fust a jenoilz, ainz la fait drecier en estant tantost, et li dit qu'elle die ce que li plet. La jenz i estoit mout grant, car il voloient hoïr ce que la dame voudra dire. Et quant la dame fu en estant, elle dit: «Monseingnor roi, toutes les genz de ceste seicle voz tienent au plus preudomes dou monde, et toz jorz consiliez tuit celz que mestier n'ont. Et toz lez monde vos tesmoingne que mantenés miaus droiture que tuit les autres rois et baronz qui vivent en terre. Et por ce sui je venue a voz, que deûssiés mettre conseill en si desconsiliés feme con je sui. Et si voz vuoill fere savoir tot mon afer, et puis voz demanderai je ce que je ai mestieri. Or sachiez que je fui fille a un riche quenz dou roiames de Norgalles, et ma mere fu seuror dou roi Bandemagus de Gores. Et quant mon pere se coucie en lit mortiaux, et il veoit qu'il ne pooit eschanper, et il ne avoit plus fiz de moi, et je estoie bien d'ages de doçe anz, et mon pere dit qu'il me voloit doner baronz avant qu'il se trepassastes dou seicle. Si ot conseil a sez homes, et cil li loent qu'il me deûsse doner a un chevalier dou païs, que mout estoit preudomes, que avoit nom Namant de Lin. Et mon pere, tot ensi con sez homes li loent, le fist il, q'il me done a baron celui Namant, dont je me tenoie a bien paiés, car je di tot voiremant qu'il estoit homes de grant valor. Or avint que quant mon pere fu desviés, mon baron tient toute la terre mon pere bien quatre anz quitemant. A chief de quatre anz vindrent trois mois cousin, que li un fu Meliagant, le fiz au roi Bandemagus de Gores, li autre fu Argondrés li Roz, li tierz Elis, qe frerez charnaus estoit de celui Argondrés: cist trois chevaliers sunt mes cousinz. Il vindrent a mon baron, et li distrent qu'il ne volent qu'il aûsse toute la terre qu'il tenoit por moi, et que de mon pere fu, ainz li volent lever l'une moitié. Et li distrent qu'il n'estoit homes qu'il deûst avoir tant de terre con il avoit. Et mon baron, que tel chevalier estoit que poy n'avolt de meillor en tot li roiames de Norgalles, quant il ont entandus ce que mon cousinz li dient, le tient a grant desdaingne, et lour dit qu'il estoit [meillor homez] de tenir terre qu'il n'estoient. [Et atant] montrent en grant [paroules et en grant] haïne, dont li trois mes cousinz [coururent] sus mon baron, et l'ocistrent tot maintenant, car il estoient trois, et mon baron ne i se truevé [mes que] il seul a celui point. Et quant il ont ocis mon baron, il pristrent toute ma terre, et la tienent ensi con il ne doivent. Et quant je vi [cest maveis] fait, je li apellai devant li rois de Norgalles de ce qu'il ont ocis mon baron desloiaument, et de ce qu'il tienent ma terre ensi con il ne doivent, et a ce prover me fu donés de respit .XL. jorz. Et je dit contre mon cuer que je ne pooie trover meillor conseill de cestui fait que en votre cort. Et encore dist a moi meïsmes, por coi je fusse miaux creûe
[p. 272]
de ma beiçonge, que aporteroie le cors mon baron a votre cort. Et la Deu merci je sui venue devant vos, et ai amenés sour celle charrette la aval le cors mon baron, car je l'ai ensi atornés q'il ne en vient nul mal odor. Or vos ai dit ma beiçonge, et sachiez que, tot ensi con je voz ai contés, est il veritez, dont je vos pri et en merci come a mon seingnor que vos mettés conseill e [n] mon afer, et que voz me bailliés un chevalier que por ma querelle entre en chanp, et que face ma battaille. Et ce est ce que je vos demant el que je vos en merci qe vos me fachois». Atant se taist la dame que ne dit plus. Et quant li roi Artus et toz les autres rois et barons et dames et damoiselles qui enluech estoient, ont entandus la dame que si pietusemant ot dit sa beiçonge, il n'ont tuit grant pitié, et li plusor lermoient des iaux. Et atant respont li roi, et dit: «Dame, de votre mecianse me poise duremant, et a votre beiçonge [achever] vos dorai quelque chevalier que vos [demanderés, car] je voi que vottre [querelle est] si loiaux et droite que [tous li chevalier] dou monde [i se deûrent mettre».] «Mon seingnor», [fet la dame, «je ne demanderai] chevalier que [ci soit] jusque atant qué je voie se il en a en votre hostel chevalier que sor soi prenne debonairemant ma querelle». A ceste mot se met avant m. Percevaus li Gallois, que en celui an meïsmes avoit estés chevalier noviaus, et estoit un des meillor chevalier dou monde de son ages. Cestui dit: «Dame, veés ci Percevaus li Gallois qui prent vottre querelle sour soi, et verrai avech voz, et farai votre battaille». La dame dit que ce velt elle voluntierz. Atant envoie li roi la dame a la reïne, et la reïne la rechuit henorablemant. Et li corz son baron firent mettre en une maisonz. Que vos en diroie? La nuit demore la dame avech la [reïne]. Et a l'endemain, quant il fu ajornés, la dame se lieve, et m. Percevaus ausint. Et s'aparoillent et montrent en lour chevaus, et comandent li roi et la reïne et toz les autres a Deu. Et se mistrent au chemin, et moinent avech eaus la charrette, la ou li cors son baron estoit, car elle avoit jurés sour li Sainz de ne fer le enterrer devant qu'elle eûsse fait fere sa battaille. En tel mainieres con vos avés oï se mistrent au chemin entre la dame et m. Percevaus li Gallois. Il chevauchent tant par lour jornee sanz aventure trover que a mentovoir face en contes, qu'il furen venus en une grant forestes que estoit dou roiames de Norgalles, que mout estoit desvoiables leu. Et quant il chevauchoient parmi celle foreste, il lour avint qu'il encontrent quatre chevaliers armés de toutes armes. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoient, je diroie que ce estoient des chevalier Meliagant, que li avoit propemant envoié pour la dame mettre a mort, et li chevalier que por sa querelle venoit ausint. Et por ce li avoit mandés en celle foreste qu'il la savoient au plus desvoiables leu dou païs, et que pour autre cheminz ne se pooit aler e [n] Norgalles. Et quant li quatre chevaliers Meliagant virent venir la dame et li chevalier, il la conneûrent maintenant. Et quant il furent a eus venus, il ne li saluent pas, ainz s'en vont a la charrette, que bien sevent que ce estoit. Et ostrent les dras dont la charrette estoit coverte, et puis distrent qu'il ne puent aler plus en avant, et qu'il sunt tuit mors, «car vos avez bien fait chouse de morir, car vos portés li cors mors par la terre notre seingnor! ». «Seingnor chevalier», fet m. Percevaus, «laissiez nos aler tot quitemant, car nos alons por bien et non pour maus». «Vassalz», font cil, «sachiez tot voiremant que nos ne voz lairons aler plus avant, ainz vos metrons a mort tot maintenant, et vos desfions de mort». Et quant m. Percevaus voit qu'il ne puet passer sanz jostes, il se fait baillier a son escuier son escus et son glaivies. Et quant il est bien aparoilliés il ne fait nul deleament, ainz dit: «Vassalz, quant vos de jostes avés si grant voluntés, trovés l'avés!». Aprés ceste paroule ne font nul deleament, ainz se esloingnent, il baissen les glaivies et hurten chevaus de sporonz, et vient ver eaus mout hardiement. Et li un des quatre chevaliers li vient les glavies baissiez tant con il puet dou chevaus trere. Et quant il vienent au jondre des glaivies, li chevalier bliçe sa lanse, et m. Percevaus fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atornés qu'il ne a mestier de mire. Et quant il ha celui abatus, il ne s'areste pas sor lui, ainz en fiert un autre de celui poindre meïsmes si fort qu'il li fait andeus lez archonz voidier, et le flatiz a la terre mout fellenessemant. Et quant les autrez chevaliers ont veû ces deus cous, il en sont tuit esbaïs. Il ne font andeus deleament, ainz laissent corre andeus a une foiz sour m. Percevaus. Et quant il li voit venir a une fois, il ne fait semblant qu'il soit de rien esbaïs, ainz vait contr'aus mout hardiemant, car il s'avoit fait baillier un autre glaivies a son escuier. Et quant il
[p. 272]
vienent au jondre des glaivies, li deus chevalier le fierent de tote lour torce il bliçent lour glaiviez, ne de selle ne le remuent ne pou ne grant. Et m. Percevalz fiert li un si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atornés qu'il ne mue pié ne main. Et quant il ha ceaus trois abatus en tel mainieres con voz avés hoï, li quarz chevalier que remés estoit a chevaus ne a tant de pooir ne de ardemant qu'il l'atent plus coux, ainz se met a la fuie tot maintenant. Et m. Percevaus ne li vait pas enchauchant, ainz baille a son escuier son escus et son glaivies. Et puis se mistrent au chemin entre lui et la dame et son escuier. Et quant la dame voit la grant proesse que m. Percevaus avoit fait, elle le prise assez plus que devant. Elle n'a grant joie dedenz son cuer, car elle quide bien qu'il achevera sa beiçonge. Que voz en diroie? Il chevauchent tant par lour jornez sanz aventure trover que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus a la cort dou roi de Norgalles, qui estoit a celui point a un mout biaux chastel qui estoit appellés li Orguelicus Chastel. Et quant il furent venus en ceste chastel, la dame et mesire Percevalz s'en vont hosteller chiez <un> vauvassor que grant amis avoit estés dou pere a la dame. Il la rechoit henorablemant, et firent desarmer m. Percevaus, et li fait tant d'onor con il plus puet. La charrette a tot li cors Namant firent mettre en une maisonz, et la fait garder mout bien. Et quant la dame fu demorés non gramant, mais li jor meïsmes, fist savoir au roi comant elle est venue, et qu'elle a amenés li chevalier qui doit fornir la battaille. Et li roi dit qu'il li plet bien, et qu'il li mantendra bien sa droiture, et qu'il ne laica pour rien dou monde. «Mais je vos fais savoir», fait li roi au vauvassor que la dame hi avoit mandés, « que au jor només a encore trois jorz, et noz atenderon tant que celui jor sera venus. Et se Meliaganz vient, ou sez cousinz, noz firon fere la battaille, et se il ne vienent, nos firon fere tot ce que a droiture aportera. Mes or me dites, se Dex vos saut», fet li roi, «qui est li chevalier que la dame ha amenés?». «Mon seingnor», fait li vauvassor, «ce est m. Percevaus de Galles, le fiz au roi Pelinor». «Par foy!» fait li roi, «de lui ai je ja maintes fois hoï paller, et mout ha renomés de preudomes! ». Atant se torne li vauvassor a son ostel, et conte a la dame tot ce que li rois li avoit dit. Ensint demorent entre m. Percevaus et la dame avech li vauvassor, et atendoient le jor només. Et quant li jor només fu venus, m. Percevalz et la dame se lievent bien por maitin, et alent hoïr la messe dou saint Espirit. Et puis se fait confés m. Percevaus de tot ce qu'il se sentoit coupables ver son Creator. Puis se tornerent a lour ostel, et se fait armer m. Percevalz au miaux qu'il puet, et puis monte sour son chevaus, que mout estoit fort et isniaus. La dame monte ausi sour son palefrois, et li vauvasor et maint vallet montrent ausint, qui portoient li escus et li glaiviez a m. Percevalz. Et s'en vont tuit ensenble en la maistre place dou paleis dou roi. Et enluech s'arestrent, et alendoient lour battaille. Que vos en diroie? Sachiez que toute la place estoit coverte de pople qui estoient venus pour la battaille regarder. Et li roi a grant conpangnie de barons et de dames et de damoiselles estoient a le fenestre dou paleis por veoir la mellee. Et quant il estoient en tel mainieres, atant es voz venir li chevalier que l'appel dovoit defendre. Et sachiez qu'il avoit en sa conpangnie jusque a vins chevalier armés de toutes armes. Et sachiez qe entr'aus estoient li ttois cousinz a la dame, ce est Meliagant et Argondrés et Elis. Mes san nulle faille il avoient esleûs que Argondrés dovoit fere la battaille, car il le savoient au meillor chevalier dou païs. Il estoit si grant et si corsus que pou s'en faut qu'il n'estoit jeant, et pour le meillor l'avoient il esleûs. Et quant il furent venus en la place dou roi, et li roi i fist mettre bone garde, car il i mist plus de cent chevaliers armés de toutes armes. Et quant li chevaliers que conbattre se doivent furent bien aparoilliés, et li roi dist a la dame qu'elle die tot ce qu'elle met sour Argondrés. «Mon seingnor», fet elle, «sachiez de voir que je di tot voiremant que Argondrés et Elis et [Meliagant] ocistrent desloiaument m. Namant mon baron, et qu'il m'ont tollue et ensiliés de ma terre, ensi con il ne doivent!». Et ensi la fist li roi jurer sour li Sainz. Atant se met avant messire Argondrez, et dit que ce n'estoit mie verités, et le jure et creant ausint. Et quant l'appel fu jurés d'andeus pars, li roi paroule adonc et dit: «Dame, veez, je voz di que se messire Argondrés sera menés a utrance, je firai la justice sor lui, et non sour les autres deus, por ce qu'il s'a mis le fait sour soi. Car vos savez que pour [la mort] d'un chevalier ne peons mettre a mort plus d'un a [u] tre chevalier, mais je voz firai bien rendre tote vottre terre». «Mon seingnor», fet elle, «je sai que vos est droit seingnor, et je vuoill tot ce que a voz plet».
[p. 273]
Et quant li roi voit que la garde estoient aparoilliés et <que li chevalier estoient> esloingnés, et que lour ne falloit rien, il comande que li cor soit sonés. Et un chevalier qui l'avoit, quant il ot le comandement son seingnor, il le suone maintenant. Et quant m. Percevalz et m. Argondré hoïrent le cor soner, il ne font andeus nul deleament, mes tot maintenant baissen les glaivies, et hurten chevals de sporonz, et vient les uns ver les autres mout hairdiemant, car li chevals estoient fort et isniaus, et li chevaliers que desus estoient sunt preuz et puissant. Il ne est pas geu de lour venir, il venoient de si grant alleûre qu'il senbloit que la terre se deûst fondre desout eaus. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent de tote lour force si qu'il font les glaivies voler en pieces. Et aprés le bliçement des glaivies, il se treûrterent d'escu et de cors et de viçajes si duremant que andeus volerent a la terre en tel mainieres q'il semblent mort, car nul d'eaus ne remuent pié ne main. Et tuit ceaus que dehors estoient, avoient doutte et peor qu'il ne fussent morz. En tel mainieres se josterent li deus chevaliers con vos avés hoï, ne a piece mais ne fu veûe une si aspre jostes. Et quant il furent demorés a la terre bien tant que l'en peûst bien avoir alés deus lieguez, li chevaliers se lievent andeus au miaus qu'il puent, et aloient chancelant ausi con se la terre se fremuast desous caus. Et quant il furent bien revenus en lour memorie, il ne font nul deleament, ainz se gettent l'escu devant, et mistrent main a l'espee, et cort les un sour les autres mout hardiemant, et se tredonoient grandismes coux de lour espee trinchant. Il comencent une mellee mout dure et aspre et pesmez, et mout sunt andeus preus et puissant, et mout se mantienent bien andeus, et bien apert qu'il sunt acostumés de tiel afere. Que voz en diroie? Il ne se vont pas espraingnant, ainz se vont bien mostrant qu'il sunt mortiel enemis. Il voient bien que ce n'estoit jeu ne tornoiemant, ainz est bien mortiel battaille. Il se vont donant grant cous sovent et menus, il se despiecent l'escus et desmaillent les auberz, et il se ont tel atornés lour armes que pou vaudront au departir. Il mantenoient lour afere de tel mainiere et si aspremant et si cruelmant qu'il ne estoit cuer d'omes au monde que li veïssent que pitié ne n'aûsse, car sachiez que andeus estoient chevalier de grant valorz. Mez tiel fu l'aventure, et ensi come a droiture plet toute fois, que, quant il ont mantenue lour mellee jusque a midi si fellenesse con voz avés hoï, et Argondrés estoit tel atomés qu'il ne pooit gramant en avant, ainz venoit greppent place. Quant m. Percevals voit celui senblant, il ne le resparaingne mie, ne ne n'a nulle pitié, ainz li cort sus plus aspremant qu'il ne avoit fait nulle fois. Il le tient si cort, et li done tant coux sovent et menus qe Argondrés en fu si chargiez qu'il ne puet plus souffrir. Ainz estoit tel atornés qu'il ne se pooit sostenir en estant, ne ne fasoit nul senblant for que le soufrir seulemant. Et quant m. Percevaus voit qu'il les a tiel a tornés, il se hurte en lui si duremant q'il le flatiz a la terre tel atornés qu'il chiet tot estandus, et li cort sus tot maintenant, et li arache l'ieume de teste, et li voloit couper le chief. Et quant m. Argondrés se voit si prochain de mori, il a grant doutte. Il li dit: « Ha, franch chevalier, ne m'ociés mie, mais aiés pitié de moi! Et je me teingne pour houtrés, et prenez mon espee que je voz rent». Et quant m. Percevalz voit ce, il dit que ne l'ocira mie, et prent sez espee, et le drece en estant. Et li moine devant li roi, et li dit. «Sire, ai je bien tot achevé ce que a la querelle de ceste dame convient?». «Sire hoïl», fet li roi. Lorz fist li roi prendre Argondrés, et le fait enprisoner. Mes ensi come la verais estoire le tesmoingnera en avant, ne le jugie a mort, car li roi Bandemagus l'eschanp. Et li roi de Norgalles mande un chevalier avech ceste dame, et la fait retorner en sasine de toute sa terre. Mais m. Percevalz ne vait mie avech la dame en son païs, mes la dame au departir li offre soi et quant qu'elle tient au seicle. Atant se part m. Percevaus, et prist conjé dou roi et de la dame, et se mist au cheminz entre lui et sez escuierz. Et chevaucent tant par lour jornés sanz aventure trover que a mentovoir face en contez, qu'il furent venus a Kamaaloth. Et desmonte e [n] mi la cort, la ou il trueve li roi Artus a grant conpangnie de baronz et de chevaliers. Li roi, quant il voit m. Percevalz, il li fait grant joie et grant feste, et le demande comant il avoit achevez la beiçonge de la dame. «Mon seingneur», fait il, «je l'ai achevé mout bien». Mais ne li conte mie comant. Atant se mist avant un de sez escuier, et conte tot l'affer comant avoit estés, dont li roi et toz lez autrez n'ont grant joie. Mes atant laisse li contes a paller de cestui affere, et pallera li maistre d'une des plus bielle aventures dou monde et des greingnor, ensi con vos porés hoïr en avant.
[p. 273]
Ci devise la grant bataille que fu entre rm. Lancelot et m. Tristan qant li rois d'Irlande et li rois de Norgales assenblent. En cest pairtie dit li contes que entre li roi d'Yrlande et li roi de Norgalles ont ensenble une grant escorde. Et ce estoil avenue par un chastiaus qui marçesoit a les un et a les autres, et chascunz le voloit avoir par soi. Or avint qu'il se desfierent, et comencent gherre. Et chascun fait son esforz pour aler prendre le chastiaus, et chascuns mande pres et loingn a toz lour amis qu'il les aillent seucore et aidier a ceste beiçonge. Il mandent a la cort li roi Artus, car sachiez que li roi de Norgalles estoit nez pour mere dou lingnajes au roi Band de Benuic, et por ce mande il a m. Lancelot qu'il les aille adier a tot son pooir. Et li roi d'Irlande - qe Morolt avoit nom pour amor dou buen Morolt d'Yrlande que m. Tristan ocis jadis, cestui estoit niez a la reïne Yçelt -, mande a m. Tristan qu'il ne laist pour rien dou monde qu'il ne li vait aidier a tot son pooir. Et ensi mandent par tot li monde chascuns a tous lour amis qu'il les aillent aidier. Et m. Lancelot et sez frerez et cousins a grant conpangnie des chevalier s'aparoillent pour aler en l'aïde dou roi de Norgalles, car sachiez qu'il furent bien cinqant chevaliers de grant renomés. Et quant il furent aparoilliés, il se mistrent au cheminz pour aler en l'aïde dou roi de Norgalles. Et quant m. Tristan voit que m. Lancelot estoit alés atant de chevaliers en l'aïde dou roi de Norgalles, il prie tant de sez amis qu'il aillent avech lui pour aler en l'aïde dou roi d'Irlande. Et sachiez voiremant que m. Tristan avoit grant haïne ver m. Lancelot, et ce est avenus por ce qu'il avoit hoï que m. Lancelot avoit dit paroules non bien convenables de la mellee que avoit estés entr'aus a la Joioçe Garde. Et por ce dit il a soi meïsmes qu'il convient a cestui point qu'il li mostre apertemant qu'il ne li velt nul bien. Et sachiez que m. Tristan fait bien autant de chevalier con m. Lancelot enmoine, car il fist bien cinquant chevalier tuit preudomes et de grant renomee, et voz e [n] nomerai ici auquanz: il i fu primieremant m. Palamidés li Paienz, li puissant chevalier, et m. Lamorat de Galles; et le buen Chevalier a la Coutte Maltaliés et Dynadan son freres; et m. Sagremor le Desireés et m. Ghariet, li freres m. Gauvain; et m. Givret de Lanbelle et m. Erech, le fiz Lac; et tant des autres chevaliers preudomes que bien furent cinquanta tuit vaillanz d'armes. Quant il furent bien aparoilliés, il se mistrent au cheminz. Et chevauchent tant qu'il ne s'arestrent, sanz aventure treuver que a mentovoir face en contes, la ou li roi d'Yrlande <estoit, et> non pas en Irlande, car il ne i se pooit aler se non pour mer, mais il estoit a un chastel, qui estoit a la isue de la Marche de Norgalles. Et quant li roi d'Yrlande voit m. Tristan a si bielle conpangnie, il li fait grant joie et grant feste, et a toz lez autres ausint. Et quant li roi d'Yrlande ot tot son effors asenblé en celui chastiaus, il s'aparoille a toute sa jenz, et se mistrent au chemin, et chevaucent tant qu'il furent venus en une grant plaingne qui estoit devant le chastiaus dont la scorde estoit. Et enluech drecent lour tref et lour pavilonz, et mistrent lour chanp, et atendoient que li roi de Norgalles et sez homes venissent. Et quant li roi de Norgalles et m. Lancelot ont seû comant li roi d'Yrlande a tot son esfors estoit venus en la praerie dou chastel dont la scorde estoit, il ne demore plus, ainz s'aparoillent au miaux qu'il puent, et se mistrent au chemin. Et chevaucent tant qu'il furent venus en la grant plaingne dou chastiaus, et drecent lour tref et lour pavilonz a dimi liegues propres au roi d'Irlande. Et enluech mistrent lour chanp bien et ordreemant. Quant il furent repousés quatre jorz, li roi de Norgalles envoie sez messajez au roi d'Yrlande, et li envoie tel paroules con voz hoïrés. Li messajes furent deus chevaliers: li un fu m. Blioberis de Gaunes, et li autres fu un chevalier de Norgales, que mout estoit sajes. Cist deus s'en alent tot droitemant au chanp lour enemis, et desmontrent e [n] mi la tref dou roi, la ou il le truevent a grant conpangnie de chevaliers et de barons, et hi estoit m. Tristan. Et quant li messajes furent devant li roi, il le saluent bien et cortoisemant. Et li roi lour rent le salus bien et sajemant come saje roi qu'il estoit, et li fait seoir dejoste lui. Et quant il furent demorés auques, m. Blioberis se lieve en estant, et dit en tel mainieres: «Sire roi», fait il, «li roi de Norgalles voz mande qui est la hors en son chanp a toute sa jenz, et se voz avrés tant de hardiemant que voz voussiés demain hoissir au chanp, qu'il voz vendra a l'encontre a touz sez homes, et vos quide herament mener a desconfitture. Et ancois vos mande qu'il voz vendroit miaux que voz li quitastes le chastiaus que vos voz mettisiez en ceste affere». Et atant se taist qu'il ne dit plus, et s'asiet en son leu.
[p. 274]
Et aprés ne demore gramant que m. Tristan se drece en estant, et respont par le comandemant dou roi a tot ce que m. Blioberis avoit contés pour pait dou roi de Norgalles. «Sire», fait il, «noz avons bien entandus ce que li roi de Norgalles noz mande, a qoi nos respondons hardiemant que nos li vendrons a l'encontre plus avant que dimi voie, et nos trovera demain au chanp aparoilliés de la battaille. Et au soir pora veoir, se il noz vient a l'encontre, comant le fait alera. Et ansois vuoil je que voz faichois savoir a m. Lancelot comant je li mant qu'il pora demain au chanp trover le fiz au roi Meliadus de Leonois. Et li contés que je ne sui venus ne pour autre choçe se non pour esprover le mon cors encontre li suen. Et li contés encore qu'il noz vient asaillir jusque a la Joioçe Garde, sanz ce que je en saûsse rienz; mes or li contés con je li fais savoir que je le desfi, et que demain laierai toz lez autres por lui, et demain pora veoir comant Tristan set ferir de lanse et d'espee». Et a ce se taist m. Tristan qu'il ne dit plus. «Sire», fet m. Blioberis, «vos dites ce que voz plest, mes demain porés apertemant veoir l'esprove!». Lorz se part m. Blioberis et sa conpangnie, et s'en vienent au pavilonz dou roi de Norgalles, la ou il estoit a grant conpangnie de barons. Et m. Lancelot, et grant plantee des chevaliers de son lingnajes, hi estoient ausint. Atant lour conte m. Blioberis comant li roi d'Yrlande oissira demain au chanp, aparoilliés de la mellee. Et ancois conte a m. Lancelot tot ce que m. Tristan li mande, dont m. Lancelot le tient a grant despit, et dit qu'il ne quiert jamés vivre ne voloir henor, se il ne met a bas le grant orgueill de Tristan, et que demain est mestier qu'il le met a mort, ce il onques puet. Mout li a m. Lancelot le cuer enflés de ce qe m. Tristan li a mandés. Que voz en diroie? Quant la battaille fu acreantés de les une partie et de les autres, les jenz s'aparoillent de tot ce que a battaille mortiaus convenoit. Et quant celle nuit fu alés, et li jorz fu venus, li rois et li barons et chevaliers se lievent, et armerent au miaux qu'il puent. Et li roi d'Yrlande fist quatre battaille por le conseil m. Tristan, et en chascune avoit .III.C. chevaliers, et en chascune mist buen conduiseor. Et enluech avoit li roi son cors, ce est en celle de son regnismes. Et m. Tristan fist une banieres des chevaliers qu'il avoit amenés avech lui, que bien puent estre jusque a cinquant chevaliers, tuit preudomes, et enluech avoit m. Tristan son cors. Et quant il ont ensi ordrés et atiré lour battaille, atant oissirent hors dou chanp, et m. Tristan et ceaus de sa banieres chevauchoient tot primieremant. Et aprés vont battaille aprés battaille bien et ordreemant, et vont plus avant que dimi voie entres les uns chanp et les autres, et atendoient que li roi de Norgalez et sa jenz vennissent a la mellee. Et quant li roi de Norgalles et m. Lancelot ont seû que li roi d'Yrlande ot fait quatre battaille, il font ausi quatre battaille, car sachiez qu'il n'avoit gramant avantajes de les une jenz et de les autres, et ausint mistrent en chascune .III.C. chevaliers et buen conduiseor. Et m. Lancelot et ceaus de son lingnajes firent une banieres. Et quant il out ordree et atiré lour affere bien et sajemani, il se mistrent a la voie, tot en tel mainieres comant avoient fait lour enemis, car m. Lancelot et celz de sa banieres venoient tot primieremant <et> aprés venoient battaille aprés battaille. Et chevauchent tant qu'il furent venus a une abaletrie pres a ceus d'Yrlande. Et quant les une jenz et les autres furent au chanp aparoilliés, m. Tristan ne fail nul deleament, ainz comande a ceaus de sa baniere qu'il laissent corre, et propremant a ceus dou lingnajes au roi Band de Benuic. Et atant ne i ot plus deleament, ainz baissent lez glaivies et mistrent chevaus a sporonz, et vont ver eaus mout hardiemant. Et m. Tristan venoit tot devant les autres armés et acesmés mout richemant. Et quant m. Lancelot voit venir ensi m. Tristan, cu'il bien connoissoit et ceaus de sa banieres, il ne i demore mie, ainz se met tot maintenant les glaivies baissiés, et comande a ceaus de sa banieres que il le sivent. Et il le font maintenant, car il hurten tuit ensenble, et vont ver lour enemis si grant alleûre qu'il senbloit que la terre se deûst fondre desout eaus. Et m. Tristan et m. Lancelot, qui venoient devant toz les autres, ne le refusent pas, ainz vont les uns verz les autres come mortiel enemis. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il se trefierent sor l'escu de toute lour force si roidemant q'il font andeus les glaivies voler en pieces, mes de selle ne se remuent ne pou ne grant. Et les autres chevaliers se trefierent ensemble. Or peûst veoir grant esfrocier de lanse, or peûst l'en veoir maint chevaliers verser a la terre, car sachiez sanz nulle faille que en toutes les autres jenz ne avoit tant de preudomes con il avoit en cist cent chevalier. Et quant il ont froissiés lour glaivies, il mistrent main a l'espee, et se tredonoient grandismes coux. Or peûst l'en veoir fere grant mervoille au buen Palamidés et a m. Tristan et a m.
[p. 274]
Lamorat de Galles et au Chevalier a la Cotte Maltaliés, et a maint des autres de lout partie. Et m. Lancelot et Hestor son freres, et maint des autres de lour partie la font ausi mout bien. Que voz en diroie? M. Tristan et m. Lancelot sunt bech a bech et front a front. Il ont laissiés toz les autres, et se conbattoient ensenble duremant. Or puet l'en veoir grant coux doner et recevoir, or puet l'en veoir tot apertemant deus des meillor chevalier dou monde en battaille mortiaus, or ne puet l'en dir qu'il ne connoisse les un les autres. Ce ne est pas jeu ne tornoiemant, ainz sunt bien por ocire les uns les autres, et mout est cruelz et aspre et fellénesse a veoir la battaille. Et li roi d'Irlande et ceaus de Norgalles comande chascuns a sa primiere battaille qu'il laissent corre sour lour enemis, et il font le comandemant lour seingnor. Il vienent les une jenz encontre les autres les glaivies baissiés tant con il puent de lour chevaus trere. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il i fu si grant l'esfrocier des lances que ce fu une grant mervoille a veoir. Or peûst l'en veoir maint chevaliers verser a la terre que ne avoient pooir d'eaus relever. Que vos en diroie? Il ne demore gramant que toutes les battailles estoient pour ygal eu chanp. La crie et la noisse i estoit si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant, car sachiez que la battaille estoit mout cruelz et pesmez, que de male hore fu comenciez, que maintes preudomes hi morent, et maintes dames en seront a toz jorz mais en plores et en lermes. M. Tristan et m. Lancelot ne entendent a autre chouçe se non a melleer entr'aus deus. Et sachiez tot voirémant que nulle foiz ne se conbattoient si duremant come a cestui point, car la battaille dou Peron Merlin et celle de la Joioçe Garde fu noiant enver ceste, car il ne abandone les uns les autres, ainz sunt toz jorz front a front. Il ne se vont pas esparaingnant, ainz se mostrent bien qu'il sunt mortiaus enemis. Il mantienent lour affere de tel mainieres que ce est une cruel chouçe a veoir. Il se desmaillent les auberz, il se font sovent fois sentir lour espee en lour charz nue. Il dit chascuns en son cuer qu'il aiment miaux morir que perdre ici son [on] or, car chascuns connuit bien que celui que sera ici vencus, sera <hunis> a toz jorz. Mais por ce que ce ne est pas jeu ne tornoiemant, ainz est bien mortiaus battaille, por ce doit croire chascuns qu'il s'esforcent outre pooir de mettre a mort les uns les autres. Et la ou il se conbattoient en tel mainieres con voz avés hoï, et m. Tristan, que grant haïne avoit sour m. Lancelot, li dit par grant corrus: «Sire Lancelot, sire Lancelot! Or avés au devant Tristan, ne ne voz a pas asailli en repoust ensi con voz feïstes moi a la Joioçe Garde, maiz voz ai fait savoir par mai [n] tes fois comant je voz vendrai a l'encontre en ceste battaille mortiaus. Et voz en defe [n] dés tant con voz poés, car Tristan voz mettra a mort, se je onques porai». «Sire Tristan, sire Tristan!» fet il, «veés ci le fiz au roi Band, que petit priçe votre menace. Mais vos farai achater chieremant la grant fellenie de voz! ». Aprés ceste paroles ne font nul deleament, ainz cort les uns sour les aultres mout aspremant, et mout se tredonoient grandismes coux sovent et menus. Il font bien tant qu'il est grant mervoille comant il avoient tant durés qu'il n'estoient mort. Et sanz faille se il ne fussent si poissant con il estoient qu'il seront a piece mort. Il se sunt tiel atornés qu'il ne puent grament en avant. Et sachiez dé voir qu'il ne puent gabber les uns les autres, car ensi come la verais estoire le tesmoingne, qui aûsse regardés l'affer de les un et de les autres ne saûst li quelz eûsse le meillor de la battaille, si estoit ygal. Et quant il estoient si lax et si travailliés qu'il ne puent plus en avant, et chascuns ne atendoient for la mort, et sachiez de voir qu'il seront mors andeus avant qu'il fussent partis d'eluech. Mais m. Hestor de Marés, et m. Blioberis, et maint autres de celui lingnajes qe voient m. Lancelot a si grant meschief, il lairent tuit les autres beiçonz, et s'en vont mout hastivemant celle parte. Et quant m. Palamidés et m. Lamorat et li buen Chevalier a la Cotte Maltaliés, et maintes chevalier de lour partie, virent venir ceaus dou lingnajes au roi Band que aloient si sour m. Tristan, il ne li refusent, ainz vont contr'aus mout hardiemant. Or peûst l'en veoir doner grandismes coux de lour espee trinchant. Il ne se vont pas esparaingnant, ainz s'en vont bien mostrant qu'il sont mortiel enemis. Male merci a les uns de les autres, et de male hore fu comenciez ceste battaille, car maintes preudomes hi recevent mort et honte et domajes. Que voz en diroie? D'andeus parz hi vindrent li chevaliers, et hi estoit si grant li chappelleis et li ferreis de l'espee qûe l'en ne hoïst le Deu tonant. Il se ocient, il se abattoient, il se menoient de tel mainieres que ce estoit un grant pechiez a veoir. Ce ne est pas jeu ne torneament, ainz est bien mortiel battaille, la plus que jamés fust veûe.
[p. 275]
Et m. Lancelot, et m. Tristan et m. Palamidés, et m. Lamorat, et m. Hestor, et li buen Chevalier a la Cotte Maltaliés, et les autres buen chevalier qui i estoient, qui aûsse veû li granz coux qu'il se tredonoient et recevent, et les granz mervoille qu'il fasoient, seûremant peûst dir qu'il sunt li meillor chevalier dou monde. Que voz aleroie disant? Il ne i gaaingne gueres ne l'une partie ne les autre, ainz i morent maint preudomes, et mout i sunt batus et maumenés li chevaliers, d'andeus parz. Il ne i avoit nul si ardis que ne aûsse grant doutte et grant peor. Et quant li soleil tornoit au declin, et la nuit aprochoit, il convient a fine force de partir, et se tornerent chascuns en lour chanp, et chascuns enportrent li suen mors, et li firent enterrer en terre beneoit. Et quant il furent desarmés, li baronz et chevalier dou roi d'Yrlande s'en alent a la tref dou roi, et mout tenoient grant pallemant de la jornee, et mout treuvent qu'il avoient receû grandismes domajes, car sachiez tot voiremant qu'il lour falloient plus de cent chevaliers, dont il n'avoient grant ire et grant courrus. Et quant li baron et chevaliers dou roi de Norgalles furent desarmés, il s'en aloient au pavilon dou roi, et treuvent encore qu'il avoient receû grandismes domajes, bien ausi granz con ceaus d'Yrlande. Que voz en diroie? Li navrés se firent laver et bender lour plaies, et se coucierent et dormirent jusque a l'endemain. Et quant l'endemain fu venus, il se lievent si lax et si travailliés et batus qu'il ne i avoit nul si hardis que voluntés aûsse de mellee. Il se repousent quatre jors, qu'il ne entendoient a autre chouçe for que a lour repouser et sojorner. Au quint jor li roi de Norgalles, que mout estoit preûdomes, dit contre son quer que trop seroit grant domajes se il asemblent plus gent encontre gent, car trop i porent morir de les une partie et de les autres. Et por ce dit il qu'il le veaut desrainier li son cors encontre ceaus d'Yrlande. Et por ce i mande il quatre chevaliers a cui li roi avoit enebargiés la beiçonge. Et quant il ont entandus le comandemant lour seingnor, il montrent en lour chevaus, et chevauchent tant qu'il furent venus eu chanp lour enemis. Et s'en vont tot droitemant au pavilon dou roi d'Yrlande, la ou il treuvent li roi a grant conpangnie de baronz et de chevaliers. Et m. Tristan et m. Palamidés et lour conpangnons hi estoient ausint. Et quant li quatre chevaliers furent devant li roi, il le saluent bien et sajemant. Et li roi lour rent le salus bien et cortoisemant, et li rechuit henorablemant, et li fait asetter dejoste lui. Et quant il i furent demoré auquanz, atant se lieve en estant li un des quatre chevaliers, et dit: «Sire roi, li roi de Norgalles, que nostre seingnor lige est, voz mande par nos qu'il dit qu'il est trop grant domajes d'asenbler gent encontre gent, car trop preudomes i porent morir avant que l'affer fust aconplis. Et por ce voz mande il qu'il le veaut desrainier li vottre cors encontre li suen en battaille chanpiaus. Et celui qui sera menés a outrance quitera li chastiaus debonairemant. Et ce est ce que nostre seingnor vos mandi par noz ». Atant se taist qu'il ne dit plus, et s'asiet en son leu. Aprés ce ne demore gramant que li roi respont, et dit: «Seingnor, je connuit tot apertemant que tot ensint con votre seingnor me mande, est il verités, car grant domajes sera se nostre gens se asenblent ensenble. Et sai bien qu'il est le meillor qu'il se desraine par son cors et par [moi]. Mais Dex le set que je ne porai si prochainement, car je sui encore si enavrés que je ne poroie porter armes. Mais quant je porai je le firai voluntierz». Atant se taist li roi qu'il ne dit plus. Et quant m. Tristan hoï ensi paller li roi, il se met avant tot maintenant, et dit. «Seingneur chevalier, vos veés que li roi est si navrés qu'il ne poroit fere ceste battaille, mais il mettra au chanp un son chevalier par sa querelle defendre, et ce sera li mon cors meïsmes. Et vos di que je ne me vuoill conbattre au roi de Norgalles, mes je me contatterai encontre m. Lancelot dou Lac, et encontre son cors le vuoill je desrainier. Et je firai creanter a monseingnor li roi que ci est que se je saroie menés a outrance, qu'il quitera li chastiaus, et ausi se m. Lancelot sera vencus, volon nos que li roi de Norgalles quit ausi li Chastel». Et atant se taist m. Tristan qu'il ne dit plus. Quant li quatre messajes hoïrent ce que m. Tristan avoit dit, il demandent au roi se il le veaut ensint con m. Tristan dist. Et li roi dit qu'il le veaut voluntierz, puis que a m. Tristan plet. Atant se partirent li quatre messajes, et se tornerent en lour chanp, la ou il desmontrent a la tref dou roi, la ou il treuvent li roi et m. Lancelot, et maint autres barons et chevaliers. Et quant il furent demorés auquanz, et li roi de Norgalles li demande se li roi d'Yrlande veaut «ce que je li ai mandés». Atant se
[p. 275]
drece en estant li un de ceaus quatre chevaliers, et dit: «Mon seingnor, sachiés tot voiremant qe quant nos fumes devant li roi d'Yrlande, et nos li diemes tot ce que voz noz enchargiastes, et il noz respondi qu'il le voloit voluntierz, mes il noz dist qu'il estoit si enavrés qu'il ne poroit entrer en chanp pour porter annes jusque a un mois. Mais tot maintenant qu'il ot dit cest paroles, atant se miste avant m. Tristan de Leonois, et dit qu'il veaut fere ceste battaille, mais non pas encontre vos, mais nos dit qu'il se veaut conbattre encontre m. Lancelot, que ci est. Et veaut que celui roi que li suen chevalier sera menés a outrance, quit le chastiaus a les autres. Et ce est ce que li roi d'Irlande et m. Tristan voz mande par noz». Et atant se taist qu'il ne dit plus. Quant m. Lancelot ot entandus ce que m. Tristan li mande, il n'a tot le quer enflés et plein de maltalent. Il se met avant tot maintenant, et dit: «Sire roi, puis que m. Tristan ha ensi devisés l'affer, je le vuoill voluntierz, et farai ceste battaille, c'il vos 'lest». «Sire Lancelot», dit li roi, «a moi plet il bien, se a vos plest». «Donc alonz tot maintenant», fait m. Lancelot, «et si acreanterés la battaille entre li roi d'Yrlande et voz», et li roi li dit qu'il le veaut bien. Atant montrent entre li roi et m. Lancelot bien a vins chevaliers sanz nulle armes for que de lour espee seulemant. Il se mistrent a la voie, et chevauchent tant qu'il furent venus a dimi voie entre les un chanp et les autres, et enluech s'arestrent. Et mandent au roi d'Irlande qu'il veingne pour creanter la battaille. Et quant li chevalier a cui li roi avoit enchargiés la beiçonge fu venus devant li roi d'Yrlande, il li dit: «Sire, sachiez de voir que li roi de Norgalles voz atent entre lui et m. Lancelot, et sunt venus a dimi vo je sanz nulle arme for que de lour espee, et vuelent acreanter la battaille, et vos mande que voz hi alés a tel conpangnie con voz plest, sanz nulle armes for que d'espee». Et quant li roi d'Yrlande et m. Tristan ont entandus ce que li roi de Norgalles et m. Lancelot lour ont mandés, et comant il estoient venus pour creanter la battaille, il ne font nulle demorance, ainz montrent bien autant de chevaliers con li roi de Norgalles estoit venus, et se mistrent a la voie. Et chevauchent tant qu'il furent la ou li roi de Norgalles et m. Lancelot estoient, et lour conpangnons; il saluent les uns les autres bien et cortoisemant. Aprés ce ne demore gramant que messire Lancelot se met avant et dit: «Sire Tristan, vos m'avés mandés que vos volés desrainier toz l'affer de cist deus rois contre moi en battaille chanpiaus, et celui roi que li suen chevalier sera vencus et menés a outrance, quitera li chastel a les autres. Et por ce vuoill je savoir de vostre bouche se il est ensi veritéz». «Sire Lancelot», fait m. Tristan, «je vos di qu'il est ensi veritez, et voiremant vuoill je entrer contre voz en chanp par ceste querelle desrainier, le mon cors encontre le vostre en battaille chanpiaus». «Tristan,Tristan!» fet m. Lancelot, «l'en vos a serviz et henorés jusque a cestui point, mes d'ore en avant soiés aseûr que je sui votre enemis mortiaus, et je, et touz ceaus de mon lingnajes. Et de ce que voz dites, que volés entrer en chanp contre moi en battaille mortiel, ce me plet bien, et je ne quier autre chouçe de voz for que la battaille. Et si vos di que je vuoill que andeus cist rois le creantent ore [n] droit». «Sire Lancelot», fait m. Tristan, «sachiez que se vos avés voluntés d'estre au chanp o moi, et je vos di que je ne desir autre chouçe tant con je fais la battaille de voz. Et a l'endemain vuoill je voiremant qu'elle soit». Lors paroles m. Hestor de Marés, et li dit: « Sire Tristan, vos avés grant desirierz de melleer a monseingnor mon freres, mais sachiés que quant vos avés ceste voluntez, et que avés enpris ensi haïne contre noz, il convient que voz en soiés mis a mort prochainemant». «Hestor, Hestor! » fet m. Tristan, «je vos di que je ai petite peor et doutte de votre lingnajes, car je vos fais savoir que je sui bien d'ausi grant lingnajes con voz estes». Atant veaut respondre m. Hestor, mais m. Lancelot ne le laisse, ainz li dit qu'il soit en pes. Lorz paroles li roi de Norgalles, et dit contre li roi d'Yrlande: «Sire, je croi que nos somes bien en une voluntés de ce que vos volés mettre au chanp par votre partie m. Tristan, et je i metrai pour la moie m. Lancelot. Et celui qui sera li suen chevalier menés a outrance, quitera li chastel a les autres». «Ce vuoill je bien», fet li roi d'Yrlande, «et ensi le creant je et ottroie devant tuit cist jentilz homez que ci sunt». «Et je le creant et ottroie ausint», fait li roi de Norgalles. Atant se mistrent avant m. Tristan et m. Lancelot, et donent li gajes de la battaille, et distrent qu'il volent qu'elle soit l'endemain. Et ensi fu acreantés la battaille d'andeus parz con voz avés hoï, entre deus li meillor chevalier dou monde. Et quant il ont ce fait, il se partirent les uns da les autres, et tornerent chascuns en son chanp. Et mout est tenus ceste
[p. 276]
chouçe a la greingnor mervoille dou monde, et mout en parloient, les une partie et les autres, de ce qu'il sunt devenus ensi enemis m. Tristan et m. Lancelot, que soloient estre si granz amis. Or avint que celui jor meïsmes que la battaille fu acreantés, hi vint monseingnor Gauvain, que li roi Artus hi avoit mandés por mettre pes entr'aus. Et avoit en sa conpangnie jusque a .II.C. chevaliers armés de toutes armes. Et s'en vient entre les uns chanp et les autres, et fait comander a li un roi et a les autres qu'il aillent paller a llui. Et aprés ne demore gramant que li roi d'Yrlande et li roi de Norgalles, a grant conpangnie de chevalier, hi vindrent. Et m. Gauvain lour dit comant li roi Artus lour mande sour perdre lour terre, qu'il ne i ait plus coux donés, et qu'il soient devant lui de celui jorz a quatre mois. Et celui que avra le droit dou chastelz, le fira doner. Et li deus rois distrent qu'il firont le comandemant lour seingneur li roi Artus, con de lour seingnor lige qu'il est. Que vos en diroie? Atant se partirent li deus rois, et chascuns se torne en son païs a toute lour gens. Et m. Gauvain dit mout maus a m. Lancelot et a m. Tristan de ce qu'il avoient enpris battaille ensemble. Atant s'en vait m. Gauvain dedenz le chastel, et le fait garder par le roi Artus, et puis s'en torne a Kamaaloth. Car m. Gauvain et sa conpangnie chevauchent tant par lour jornés sanz aventures trover que a mentovoir face en contes qu'il furent venus en la maistre ville de Kamaalot, la ou il treuvent li roi Artus a grant conpangnie de barons et de chevaliers. Et <quant le roy vit son nepveu, il lui fist grant joye et grant feste,> [et a chief de pieces li demande [com] ant il avoit achevé la beiçonge dou roi d'Yrlande et dou roi de Norgalles. Atant li conte m. Gauvain tot l'affer comant avoit estés, et encore conte comant m. Tristan et m. Lancelot avoient enpris battaille mortiaus ensemble, dont li roi et tous les autres qui la estoient le tienent a grant mervoille, et mout en parloient les uns et les autres de ceste chouçe. Mez atant laisse li contes a paller de cestui fait, que plus ne en pallera a cestui point, et pallera li maistre de mesire Percevaus li Gallois. Comant m. Percevalz se conbati a m. Separ, li frere m. Palamidés, Or dit li contes que m. Percevalz li Gallois estoit en la maistre ville de Kamaaloth, en celui tenz qu'il estoit retornés de Norgalles, quant il fist la grant battaille avech m. Argondrés li Ros. Il dit a soi meïsmes qu'il velt aler querant aventures por le reiames de Logres. Et une domence, bien pour maitin, se lieve, et prent sez armes, et monte a chevaus mout priveemant, car il ne voloit que nul le saûst qu'il fust mis en queste. Il ne moine nulle conpangnie for que un escuier seulemant, qui li portoit son escus covert d'une ouçe vermoille. Il chevauce maintes jornés sanz aventure treuver que a mentovoir face en contes. Or avint que un jor qu'il chevauchoit par une grant foreste, atant fu venus en une granz place mout bielles, et mout environés de biaux arbres. Et enmi leu de celle place avoit un pavilons tandus, le plus biaus et le plus riche dou monde a veoir. Et quant m. Percevalz aproche dou pavilons, atant hi vint un vallet que li dit: «Sire chevalier, arestez vos, car vos ne poés passer sanz jostes, ne vos ne chevalier errant que par ci passent. Car un chevalier a cui je sui, que eu pavilons est, vendra tot maintenant joster a voz». «Vallet», fait m. Percevaus, «de ce que votre sire m'appelle de jostes, me plet assez, car maint jorz sunt que je n'ai estés desirant. Et por ce di a ton seingnor que je l'atendrai ci tant qu'il vendra». Atant se part li vallet, et se met dedenz le pavilonz, et trueve li chevalier que se fasoit armer hastivemant. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je li diroie que ce estoit Separ le Mesconneûs, li freres de m. Palamidés. Et sachiez san nulle faille que cestui Separ estoit un des buen chevalier dou monde, et des plus poissant, et avoit avech lui un des plus bielle dames dou seicle. Et demoroit en celui leu por ce que toz jorz i trepassoient chevalier herrant. Et a la dame qu'il avoit avech lui voloit il grant bien, et par son amor aloit il faisant maintez chevaleries. Et por ce que sa dame veïsse sa grant proesse, l'avoit il amenés avech lui en celui leu. Et quant il fu armés mu bien, il monte sour son chevaus, et la dame monte sour un riche palefrois acesmés mout richemant. Et hoissirent hors des pavilons, et s'en vienent la ou m. Percevaus estoit tot aparoilliés de la jostes. M. Percevalz salue la dame et li chevalier mout sajemant, et il li rendent le salus bien et cortoisemant. «Sire», fait messire Percevalz, «sui je arestés, ou alerai je quitemant avant?». «Sire», fet cil, «il vos convient a moi
[p. 276]
joster, si verons li quelz est meilor chevalier de noz deus ap [ertemant] ». Aprés ceste paroule il ne> font nul deleament, mes tot maintenant se esloingnent andeus bien une harpant. Il baissen les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz, et vient les uns ver les autres mout hardiement. Que vos en diroie? Li chevaus sont fort et isniaus, et li chevaliers que desus estoient sunt preuz et poissant. Il ne est jeu de lour venir, car sachiez qu'il venoient de si grant alleûre qu'il [senbloit] que la terre se deûst fondre desout eaus. Et quant il vienent au [joindre] des glaivies, il se trefierent sour l'escuz de toute lour force, si qu'il font andeus les glaivies voler en pieces, mes de selle ne se remuent ne pou ne grant, car li chevaus aloient si large que li chevaliers ne se trehurterent ensemble. Ainz vait chascunz houtre parfornir son poindre. Andeus avoient ire de ce qu'il ne avoit abatus les uns les autres. Et aprés ce ne demore gramant qu'il revint les unz verz les autres. «Sire», fet li chevalier dou pavilons, «encore ne peonz veoir li quelz de noz est meillor chevalier de lanse». «Sire», fait m. Percevalz, «je croi que vos avés en votre pavilons grant piantee des glaivies, et por ce preno [n] s tant de lanse que nos veons li quelz de noz se tendra miaux a chevaus». « Sire», fait li chevalier dou pavilons, «ce me plet bien! ». Lors comande tot maintenant que l'en li aport des glaiviez assés. Li vallet fait tantost le comandemant son seingnor, car il s'en vait tantost et revint, et ot aportés glaivies assez, et en baille une a chascuns chevalier, cort et gros et li fer trinchant. <Quant les chevaliers ont recouvré> les glaivies, <il n'y font nul delaiement, ains s'entreesloignent tantost et murent chevaulx des> sporonz. Et vient les uns verz les autres si grant alleûre qu'il senblent foudre et tenpestes. Et quant il vienent au jondre dez glaivies, si i met chascuns cuer et force, il se trefierent sour l'escus si roidement qu'il font andeus [les glaivies voler en pieces] et aprés le bliçemant des glaivies [il se treûrterent] d'escus et de cors et [des viçajes si] duremant ensenble que andeus [alent] a la terre tiel atornés qu'il ne sevent s'il estoit nuit ou jorz, ainz giçoient a la terre ausi con c'il fussent mors. Et quant la dame voit son amis que en tel mainieres giçoit a la terre, elle n'a si grant ire car pou qu'elle ne muert de duel. Elle voloit aler a llui, mais sez vallet, que assés n'i avoit, ne la laissent aler mie, ainz la reconfortent assez. Et quant li chevalier furent jeû a la terre une grant pieces, il se relievent andeus au miaus qu'il puent, mais il aloient chancelant ausi con se la terre se fremuast desout eaus. Et quant il furent revenus en force et en pooir, li chevalier dou pavilonz dit a soi meïsmes que de grant pooir est li chevalier, et que a piece mais ne truevé chevaliers que si aspremant l'encontrast con cestui a fait a cestui point. Et m. Percevalz dit tot autretel de lui, et mout le priçe en son quer, et dit bien q'il est un des plus preudomes dou monde. Que vos en diroie? Li chevalier ne font nul deleament, mes tot maintenant qu'il furent revenus en pooir et en force il mistrent main a l'espee, et se gettent l'escus devant, et s'aparoillent de la mellee. Et quant il furent aparoilliés, li chevalier dou pavilons paroule a m. Percevalz, et li dit: «Sire chevalier, selonc ce que je ai veû, noz ne peons savoir le meillor de noz as glaivies, mes nos le poronz veoir prochainemant as brand». «Sire», fet m. Percevals, «or sachiez de voir qu'il me targe formant que nos prochachomes nostre [onor a l'] espee». Aprés ceste paroles ne i ot plus pallemant, ainz drecent l'espee contremont, et cort les uns sour les autres, et se tredonoient grandismes coux de lour espee trinchant; il comencent une mellee mout dure et pesmes. Il ne se vont mie esparaingnant, ainz mostre lez uns a les autres qu'il sunt mortielz enemis. Il fiert et maille tant les uns sour les autres, et tant se tredonent granz coux sovent et menus, qe ce estoit une grant mervoille qu'il n'estoient andeus mors. Il s'avoient tiel atornés qu'il ne puent grament en avant, et il estoient si lax et travailliés qu'il convient a fine force que li un se trait ensus de les autres, pour recovrer aleyne <et> force. Et ensi se repousent li deus chevaliers. Et quant li chevalier dou pavillonz ont esprovés la grant proesse de m. Percevaus, il dit bien encontre son cuer que voiremant est cestui un des meillor chevalier dou monde. M. Percevaus dit que voiremant est cestui chevalier a cu'il se conbat li plus poissant a qu'il se conbatisse a piece mais. Et la dame, que avoit veû la battaille si dure et pesmes, et avoit veû que li chevalier s'estoit si bien mantenus, elle a grant doutte et peor de son amis. Car sachiez sanz nulle faille qu'elle amoit Separ sour toute rien dou monde. Et por ce dit elle a soi meïsmes qu'elle departira la battaille, se elle onques poira. Et quant li chevalier se furent tant repousés qu'il ont recovrés aleyne et force, il voloient recomencier la battaille. Mais la dame, tot maintenant qu'elle vit qu'il
[p. 277]
fasoient senblant de mellee, elle desmonte de son palefrois, et s'en vait heurament, et se met entr'aux deus, et dit contre m. Percevalz: «Sire chevalier, je vos pri que vos ne voz conbattés plus a cestui chevalier, car votre haïne ne est si grant que vos deûssiés tant aler avant de la mellee. Et ancois vos est pour aventures des conpains de la Table Reonde; et cestui chevalier a cui vos voz conbattés est grant amis de toz ceaus de celle conpangnie!». «Dame», fet m. Percevalz, «et qui est cestui chevalier a cui je me conbat?». «Sire», fet elle, «ce est Separ, le fiz Esclablor le Mesconneûs, et freres m. Palamidés, li meillor chevalier dou monde! ». Et quant m. Percevalz entent que ce est Separ, qui est li suen greingnor amis dou monde, il a grant ire de ce qu'il s'est tant conbatus a lui. Il gette tot maintenant son escus a la terre, et li rent son espee, et li dit: «Sire Separ, merci por Deu, prenés mon espee, que je me teingne pour houtrés. Et pardonés moi de ce que je me sui conbatus a vos; mes Damedeu le set, que mesconnoissance le me fist fere». Quant Separ entent la debonarités dou chevalier, il le tient a grant chouçe, et le demande qu'il est. «Sire», fet il, «je sui Percevals de Galles, li votre chevalier et cier amis! ». Quant Separ entent que ce estoit m. Percevalz li Gallois, cu'il tant amoit, il ne fait nul deleament. Il gette tantost son escus a la terre, et li rent sez espee, et li dit: «Hay5, messire Percevaus, vos soiez li tres bien venus, et prenés mon espee, car je sui li outrés, et ne vos». Que voz en diroie? Assez offrent les uns a les autres l'espee et le onor de la battaille, mes nul ne la veaut prendre. Atant se lievent lour hieume de teste, et s'acollent et baisent cent foys, et mout fait grant joie les uns a les autres. Et quant il <se> sunt conjoié une pieces, il [s'] en alent eu pavilons. Et se desarment, et la dame fait grant joie a m. Percevalz, car son amis le l'avoit comandés. Et mout se demandent m. Percevaus et m. Separ de lour estre, et mout se desduient de ce qu'il s'avoient tant conbatus as glaivies et a brand. Que vos aleroie disant? M. Percevaus demore avech m. Separ tot celui jor et la nuit, et mout le onorent et servirent de tout lour pooir. Et quant l'endemain fu venus, m. Percevalz se lieve bien pour maitin, et prent sez armez, et monte a chevaus et acomande mesire Separ et la dame a Deu. Et au departir li dist Separ: «Sire, se vos avés mestiers d'un tiel chevalier con je sui, je irai voluntierz avech vos». M. Percevalz le mercie assez, et se met au chemin entre lui et son escuierz. Et chevauche tot celui jorz sanz aventure trover que a mentovoir face en contes. La nuit herbergie chiez un vauvassor, que mout grant henor li fist, car il fasoit voluntiers henor a chevalier herrant, por ce qu'il avoit estés longement chevalier aventeuros, et avoit repairiés maint jorz en la maisonz li roi Artus. A l'endemain se lieve m. Percevals, et ala hoïr le serviçe nostre Sire. Et puis prent sez armes, et monte sour son chevalz, et comande li vauvassor a Deu, et li mercie assez de ce qu'il les a tant serviz et henorez. Atant se met au chemins entre lui et son escuierz, et chevauche tot celui jors sanz aventure trover que a mentovoir face en contes. Et entor hore di midi avint qu'il chevauchoit por une mout bielle praerie, la ou il avoit un mout biaus pavilons tandus. Et il regarde devant lui, et voit un chevalier tot despoilliés, en chamise et en braies. Et deus serjenz les aloient battant con corejes noés mout duremant, dont li chevalier aloit criant a haute vois, et aloit faisant le greingnor duel dou monde. Et quant m. Percevaus voit celui homes que ensi estoit batus, il n'a grant ire et grant pitié. Il s'en vait tot maintenant celle part, et dit as serjenz que ne soient tant hardis qu'il mettent plus main en chevalier, ne qu'il li faichent plus maus ne anui. Et quant li chevalier que ensi estoit batus, hoï ensi paller m. Percevals, et voit qu'il est chevalier aventeuros, il li dit: «Hay5, sire chevalier, pour Deu! Aïde moi de ceste mauveise jenz que ensi me font languir sovent! ». Quant m. Percevalz hoï ensi paller li chevalier, il connuit apertemant que ce estoit Sacremor le Desereez; il ne fait nul deleamant, ainz cort sour li serjenz, et li chacie heramant. Et puis voloit fere monter li chevalier, mais il ne puet, car tantost hoissi dou pavilons un chevalier armés de toutes armes, et montés sour un buen chevals, et li dit: «Vassalz, laissiés ceste mauveise homes, et de ce que voz n'avés fait, vos firai achatter chieremant!». «Et comant», fet m. Percevaus, «est voz donc celui que ensi fasoit battre cestui chevalier?». «Oïl voir!» fait il. «Donc est vos venus a la mellee! » fait m. Percevaus. Lors prent son escues et son glaivies, et se esloingnent les uns da les autres. Il baissen les glaivies, et mistrent chevaus a sporonz, et vient les unz verz les autres tant con il puent dou chevaus traire, et se
[p. 277]
trefierent sor l'escus de toute lour force. Li chevalier bliçe sa lanse, et m. Percevaus le fiert si roidemant q'il le porte a la terre. Mes de tant li avint bien qu'il ne ot maus for que li cheoir seulemant. Il se lieve mont vistemant, et remonte tantost sour son chevaus, et se met a la voie tant con il puet plus. Et m. Percevaus, qui avoit fornis son poindre, revint aderes, et voit que li chevalier s'en aloit en tel mainieres. Il ne li vait pas derieres, ainz s'en vont dedenz le pavilonz entre lui et Sacremor. Et Sacremor prent sez armes, qui enluech estoient, et monte sour un buen chevalz, et se met a la voie avech m. Percevaus. Et quant il se conneûrent, il se font grant joie et grant feste. «Sire Sacremor», fait messire Percevaus, «qui estoit celui maveis chevalier qui tant maus voz fasoit faire?». «Sire», fait il, «ce estoit Breûz Sanz Pitié, qui me prist desloiaument et en traïsons! ». Et li conte comant. Mes atant laisse li contes a paller de cestui affere, ce est de m. Percevaus et de Sacremor, et pallera li maistre d'une autre aventure que ne se afiert a ceste, mes li maistre la veaut mettre au dereain de son livre por ce qu'elle est la greingnor aventures que avenist jamés en terre jusque a cestui tens. Ci devise coment li haut prince Galeot vint sor li rois Artus, et coment le prince devint home dou rois Artus par m. Laricelot dou Lac. En cest partie dit li contes, et la verais estoire le tesmoingne, ensi con vos poés avoir hoï, que li haute princes Galcout, le fiz a la bielle jeant, conquist par son valoir .XXIX. roiames, dont tuit li rois estoient a sa soubecion et sez homes liges, et tenoient la terre par lui. Comant, ne en quel mainiere li conquist, ne fira memoire notre livre, por ce que trop seroit longaine matire a mentovoir. Mais il pallera d'un mout grant fait, ensi con vos porés hoïr en avant. Voir fu, ensi con vos avez hoï, que li haut prince Galeout conquist .XXIX. roiames, et qu'il estoit li plus poissant homes de toz li monde, ne en tot li seicle ne avoit homes que ne le redoutast. Or avint qu'il dit qu'il ne voloit porter corone jusque atant qu'il aûsse aconpli li trentismes rois et roiames. Et dit qu'il veaut que li trentismes soit li roi Artus, por ce que li roi Artus estoit li plus poissant roi dou monde, et dont il avroit greingnor henor quant il l'avroit conquistés. Aprés ce il preneroit la corone, et se firoit coroner plus hautemant que feïsse jamés nul rois. Lorz prent li haut prince deus rois: li un fu li roi Faramon, et li hautre li roi Harmant de la Cité Vermoille, et cestui fu li primier rois conquis, et lour dit: «Voz alerez a Kamaaloth, la ou li roi Artus demore, et li dites que je li mant que je vuoil qu'il teingne sa terre par moi, et qu'il deveingne mes homes liges. Et ce il se ne velt, si li feites savoir comant je le desfi, et que je li alerai sovre a tot mon pooir, et prendrai lui et toute sa terre a force!». «Sire», ce dient li deus rois, «votre comandemant sera bien fait! ». Atant se partirent li deus rois, et se aparoillent si hautemant con se convenoit as rois, et se mistrent au chemin en la conpangnie de bien cent chevaliers, et chevauchent tant par lour jomés sanz aventure trover que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus a Kamaloth. Et s'en alent tot maintenant a la coit li roi Artus, et quant il furent descendus, il montrent eu ma [is] tre paleis, la ou il treuvent li roi a grant conpangnie de barons et de chevaliers, que li rechoient a grant henor. Et quant il furent demorés auquanz, et li roi Faramon, que mout estoit sajes et enparlés, paroule avant, et dit en tel mainieres: «Roi Artus», fait il, «li hant princes Galeout, que nostre seingnor lige est, voz mande par nos qu'il veaut que vos teingnés votre terre par lui, et que deveingnés sez homes liges. Et se ce ne volés fere, il te fais savoir par nos qu'il te desfie, et qu'il te vendra sovre, et prendra toi et tote ta terre a force». Atant se taist, qu'il ne dit plus, et s'asiet en son leu. Quant li roi, et toz lez autres qui entor lui estoient, ont hoï ce que li roi Faramon ot dit, il en furent tuit esbaïs, et le tienent a grant choçe et a grant sorcuidanse, ne ne paroule nul d'une grant pieces. A chief de pieces paroule li rois Artus, et lour dit: «Sire, je ai bien entandus ce que vostre seingnor me mande, a qoi je vos respont que je en vuoill avoir conseill a mes homes. Et ce qu'il m'en loeront, et je en firai, et cestui fait vos firai savoir l'endemain». Atant s'en alent li deus rois a un hostel, que li roi Artus avoit comandés que l'en le feïsse desmonter, la ou il furent serviz et henorés assez. A l'endemain fist li roi Artus asenbler en son maistre paleis toz lez haut homes de sa cort, et grant plantee des conpangnons de la Table Reonde. Et quant il i furent asenblés, li roi se lieve en estant, et paroule en tel mainieres: «Seingneur», fet il, «voz savés bien ce que li haut prince
[p. 278]
Galeot noz mande, et ancois savés comant il est poissant homes. Et ancois savés comant je ai tenus ma terre a grant henor, et comant maïnt rois et maint baronz me font homajes; et cestui me démande que je deveingne sez homes liges! Et por ce voz est mes homes et mes amis, qe m'avés henorés et valus a toz beiçonz de tot votre pooir, et por ce vos met je devant que vos me loés et consiliés, et tot ce que a voz en plaiera, et je en firai». Atant se taist qu'l ne dit plus, et s'asiet en son leu. Quant li rois et li barons et chevaliers ont, entandus ce que li roi Artus lour avoit dit, il n'ont tuit grant pitié, et li plusor lermoient des iaux, et furent tuit en pes une grant pieces. A chief de piece se lieve en estant tot primieremant m. Gauvain, et dit: « Monseingneur roi, ne place a celui Sire que souffri mors en la Crois por li cristienz sauver, que vos de nul home vivant teingnés terre, ne deveingnés <sez> homes, car trop seroit grant honte a toz li mondes, car vos est doingne d'estre sour toz homes dou seicle. Et voz avés assés grant pooir et bone jenz, qe noz voudromes avant tuit morir que ce avenist. Por ce vos lou je en droit conseill que voz li mandés qu'il ne soit si hardis qu'il entre en votre terre. Et c'il hi vint, qu'il voz trovera au chanp por defendre vottre terre et votre henor, et qu'il sera mors et hunis; et ce est mon conseill, et ce que je voz en loy». Et atant se taist qu'il ne dit plus, et s'asiet en son leu. Puis ne demore gramant que m. Yvain, le fiz au roi Hurien, se lieve en estant, et dit: «Sire roi, je sui votre homes liges, et voz est henorés sour tous cristienz, et provés avés ja en maint grant beiçonz votre puissance, et que en soiés venus a buen point et a buen chief. Et por ce ne vuoille le Fiz de la Virgen Pucelle que voz soiez en soubecion d'ome vivant ne terreine, car trop en seroit tot li monde desoronés. Et por ce, mon seingnor, soiés tot seûrement que voz de cestui falt en verrés a buen chief a l'aïde Deu, que ne vos faudra, car vos avés le droit dever voz, et que avez bone chevalerie, et qui sunt bien acostumés de porter armes, et que ne voz faudront tant con il avront la vie eu cors. Et por ce voz lou je en droit conseill q'il ne soit si hardis qu'il entre en vostre terre un plain pié. Et c'il hi vint, qe nos alons contr'aus par votre henor defendre en battaille chanpiaus; et ce est mon conseil, et ce que je voz en loy». Et se taist qu'il ne dit plus, et s'asiet en son leu. Aprés se lieve li roi Karados, et dit: « Monseingnor roi, m. Gauvain ci m. Yvain voz hont donés droit conseill, selonc mon avis, et il me plet assés tot ce qu'il hont dit, que voz li mandés qu'il ne soit si hardis qu'il entre en votre tetre. Et c'il avient qu'il hi veingne, ne ves esmaiés de rienz, que voz avés assez grant plantee de bone chevalerie, que ne vos faudront tant con il avront la vie cu cors. Et li alons a l'encontre hardiemant, et mettons a mors lui et toute sa jenz. Et ce est ce que je voz lou ci conseill, et pri a la douce Mere Deu que voz en doit venir a buen chief». Atant se taist q'l ne dit plus, ci s'asiet en son leu. Que vos en diroie? Tuit ceaus que enluech estoient se acordent bien a cist trois, et dient bien qu'il volent avant morir, que lour seingneur fust en soubecion d'ome vivant. Quant li roi Artus ot entandus ce que cist li ont dit, ci veoit la voluntés de sez homes, il n'a grant joie dedenz son quer. Et tot maintenant comande que l'en alast herament par li deus rois que messajes estoient de l'aut prince Galeot. Atant hi alent grant plantee de bone jenz, et ont amenés li deus rois. Et quant il furent venus en la maistre sale, la ou li roi estoit a tel conpangnie con je voz ai contés, et li roi et toz li baronz font eaus grant henor, et li fait li roi asetter dejoste lui. Et puis ne demore gramant que li roi Artus paroule, et lour dit: «Sire, je vos di que vos tornés a votre seingneur, et li dites qe je li mant que mon pere, li roi Huter Pandragon, tant con il vesqui en ceste seicle, ne tient terre de nelui for que de Damedeu seulemant, et ne fu home vivant qui seingnorie aûsse sour lui. Et je, qe de celui fui nes, et ai vescus jusque a cestui point en ceste monde que je ne al fait homajes a nul home dou seicle - ainz, ensi con tot li monde set, sont maint rois et maint baronz que de moi tienent terre, et que me font homajes -, et por ce ne seroit doingne chouçe que je tenisse terre d'ome vivant, et que je teingne terre d'oume dou monde for que de Damedeu seulemant. Et por ce li contés tot seûremant qu'il ne soit si hardis q'ilentree [n] ma terre un plain pié. Et c'il hi vint, qu'il me treuvera tot aparoilliés dou defendre ma terre et mon [on] or en battaille chanpiaus. Et tot ait il grant pooir de jent, si ne souffrai je qu'il entre [e] n ma terre, car je li vendrai herament a l'encontre. Et a la droiture que je ai dever moi et a la bone jenz, je en quit doner vengianse
[p. 278]
a toz les homes qu'il a ensiliés et desereités» Atant se taist li roi qu'il ne dit plus. Quant li roi Faramon et li roi Armant ont entandus ce que li roi Artus ot dit, il distrent. «Sire, cestui fait, et tot ce que voz noz avez enchargiés, li conteron noz bien devant lui tot a mot a mot». Atant pristrent conjé li deus rois, et se mistrent au chemins a tot lour conpangnie. Et chevauchent tant par lour jornés sanz aventure trover que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus en Sorelois, la ou il trovent li haut prince Galeot a grant conpangnie de rois et de barons. Et quant il furent descendus e [n] mi la cort, il montrent en la maistre sale, la ou il estoit li haut prince, a tel conpangnie con je vos ai contés. Et quant li hautte prince li ot veû, il lour falt grant joie et grant feste. Et quant il li ot conjoié une pieces, il lour dit: «Quelz novellez m'aportés voz dou roi Artus? Veaut il fere ce que je li mandai par voz?». Atant se lieve en estant tol maintenant li roi Faramon, et dit: «Mon seingneur, sachiés de voir que quant noz fumes venus a Kamaaloth, et nos alames tot droit a la cort dou roi Artus, la ou nos le trovames a grant conpangnie de rois et de baronz en la suen maistre sale dou paleis. Et quant il noz vit devant lui, il nos fist grant joie et grant feste, et puis ne demore gramant que je li contai a mot a mot tot ce que vos li mandastez, et que voz noz enchargiastes; et ce fu oïant tuit sez baronz. Et il noz respondi qu'il en voloit avoir conseill a sez homes, et qu'il noz firoit savoir l'endemain ce qu'il en voudra fere. Et quant l'endemain fu venus, li roi fist asembler tuit les haut homes de sa cort en la suen maistre sale, et aprés nos mande qe nos venimes a llui. Et quant noz fumez la ou li roi Artus estoit a grant conpangnie de haut baronz, et li roi noz paroule en tel mainieres, et nos dit que li roi Huter Pandragon son pere, tant con il vesqui en ceste monde, tient terre, et hout grant henor, et que de maint rois et de maint barons recevoit homajes, et a honìe vivant ne fist il treûe. Et aprés nos dit il que de celui roi Huter est il nez, et qu'il a tenus terre et henor puis qu'il fu coronés roi, et que de maint haut homes a il homajes, et qu'il ne fist onques homajez a home terreine, et dist qu'il ne velt tenir terre de nul four que de Damedeu seulemant. Et noz dit qu'il tient a grant sorcuidanse ce que voz li mandastes par noz, et por ce voz mande il que vos sachiez de voir que voz ne soiés si hardis que voz entrés en sa terre un plain pié, et que se voz hi enterrés, que vos le troverés tot aparoilliés dou defendre en battaille chanpiaus. Et vos mande q'il dorra vengianse de voz a tot li seicle; et ce est ce que li roi Artus voz mande par noz ». Atant se taist qu'il ne dit plus. Quant li haut prince Galeot ot tot entandus ce que li roi Artus li mande, il le tient a grant desdoingne. Et dit si haut que tuit li plusor l'entendoient bien: «Rois Artus, je aime miaus ce que tu mes ai mandés que se n'i eûsse fait ma voluntés debonairemant. Et je ne quier jamez porter armes, ne voloir henor, se je le grant orgueill de toi et de ceaus de ton ostiaus je ne met au desout [en] ma soubecionz!». Atant ne paroles plus a celui point. A l'endemain li haut prince envoie maint messajes, et fait savoir a toz li rois et a toz li baronz que en sa soubecion estoient qu'il soient tuit aparoilliés a tot lour pooir, et qu'il soient tuit venus en Sorelois a li .XII. jor de mai, car il voudra aler a celui terme sour li roi Artus, qu'il le veaut prendre et desereiter de sa terre. Et quant li messajes furent alés par maintes estranges terres et païs, et ont eaus fait savoir ce que li haut prince lour mande, et si tuit s'aparoillent a tot lour pooir pour sivre lour seingnor, que velt aler prendre li roi Artus dedenz Kamaaloth. Mais atant laisse li contes a paller de mesire li haut prince Galeot et de sez barons et de sez genz, que bien i savra retorner prochainemant, et torne a paller de messire li roi Artus et de conpangnons de la Table Reonde. Or dit li contes que quant li roi Artus ot oï novelles que li haut prince Galeot avolt fait sesmondre toz li rois et li baronz que de lui tenoient terre qu'il fussent tuit venus a tot lour pooir en Soreloys, et qu'il voudra venir sour lui en sa terre, il ne fait nul deleament, ainz envoie tot maintenant lettres et messajes par maintes estranges terres a toz sez amis, qu'il ne laissent pour rien dou monde qu'il ne soient en la ville de Kamaaloth a tot lour povoir par lui seucorre, car li haut prince Galeot li veaut venir sovre par lui desereiter de sa terre. Et fist eaus savoir qu'il fussent venus a dimi may. Et quant li rois et li barons qe amis estoient dou rois Artus, et que de lui tenoient terre, ont seû comant li roi Artus lour mande tiel novelles,
[p. 279]
il s'aparoillent de tot lour pooir, et s'en vont tuit a Kamaaloth. Et sachiez que avant que dimi may fust venus, furent venus en la maistre ville de Kamaaloth bien .X.M. chevaliers, dont li rois Artus n'ot grant joie, et fait eaus grant henor et grant feste. Que voz en diroie? Par toute la ville de Kamaaloth li granz et li petit fasoient joie et feste, et prient toz jorz que Damedeu envoiastes lez haut princes et sa jenz. Et un jor que li roi Artus estoit en son maistre paleis a grant conpangnie de barons et de chevaliers, atant es voz venir un vallet messajer, et s'enjenoille devant lui, et li dit: «Mon seingnor, je vos aport novelles. Et voz sai dir tot certainemant que li haut prince Galeot est partis de Soreloys, et s'en vient tout droitemant a Kamaaloth a la greingnor conpangnie et plantee de genz et de chevaliers que jamés veïsse nul homes». Quant li roi Artus et toz sez baronz et chevaliers que enluech estoient ont entandus ce que li vallet ot dit, il ne firent semblant qu'il soient de rien esbaïz, ainz sunt tuit liez et joianz. Lorz peûst veoir par toute la ville de Kamaaloth si granz cri et si grant noisse que l'en ne oïst le Deu tonant. Que voz en diroie? Tuit li baronz et chevaliers ne entendoient a autre chouçes four que a lour aparoill et a lour conjoïr. Et sachiez qu'il ne demore gramant que un autre vallet a grant hastesse vient devant li roi, et li dit: «Sachiez de voir que li haut prince Galeot s'en vient sanz nulle faille tot droitemant a ceste ville de Kamaaloth, et vos i cuide prendre dedenz. Et je voz di que je veing avech sa genz jusque au Chastel dou Plain de madame Aleine San Par, et enluech me parti je d'eaus, et ai puis chevauchiez hastivemant par vos faire savoir cestui fait». Et quant li roi soit certainemant comant li haut prince Galeot venoit a si grant pooir de genz con vos avés hai, il mande par touz li haut homes de son regnismes que en la ville de Kamaaloth estoient, et li fist tuit asembler en la maistre sale. Et sachiez qu'il hi vindrent tant entre rois et baronz et chevaliers que ce estoit une grant mervoille a veoir, et que puis que la ville de Kamaaloth fu fermés, ne i ot tant de bone genz a une fois. Et quant li roi Artus voit qu'il sunt tuit asemblés, il se lieve en estant, et paroule en tel mainieres: «Seingneur», fait il, «voz savés certainemant con li haut prince Galeot nos vient sovre par destruire nostre terre, et par noz mettre en sa soubecion. Et avés hoï tot de voir comant il ha grandisme pooir. Et por ce vos met je devant que noz ordinons nostre afaire bien et sajemant, car ce ne est pas geu ne tornoiemant, ainz croi de voir qu'elle sera la plus pesmes et cruel battaille que fust a nostre tenz en tot li monde. Et pour ce pri je a chascuns qu'il pense comant noz peûsson aler plus sajemant, et que noz la faichons ci a cestui point qe noz et nostre hoir en some redoutés par tot li monde ». Atant se taist li rois q'il ne dit plus, et s'asiet en son leu. Et quant li rois et li barons et les haut homes que enluec estoient hont hoï ce que li roi Artus lour avoit mis devant, il en furent une grant piece en pes, qu'il ne i ot nul que mot sonast. Et a chief de piece se lieve en estant un home de mout grant aagez, qui avoit estés des chevaliers li roi Huter Pandragon, que Namant estoit apellés. Et avoit estés roi d'Estrangor, et mout buen chevalier avoit estés en son agez, et estoit un des plus sages homes dou roiames de Logres. Et comance a paller en tel mainieres: «Sire roi»,fait il, «je voz di, ci vos le savés bien, que je ne portai armez plus ha de vins quatre anz passez, ne ne porterai je a cestui point por ce que je ne porai. Mais je vos en loerai ce que je croi qu'il soit plus henor et le meillor de voz: je vos di que vos a toute votre genz et a tot votre pooir vos mettés a la voie, et menés avech voz toz li viel chevaliers de tot votre regnismez. Et chascuns hi moine sa feme, ou s'amie; et vos meïsmes hi moinés madame la reïne Genevre votre feme. Et por coi vos di je ceste chouse? Por ce que li viel chevalier que ne poront porter armes vos doront buen conseill, et pour les dames et pour le damoiselles en vaudront chascuns de miaus. Et a l'aïde Deu nos vincleronz ceste battaille, car nos avons le droit dever noz. Et se mescianse noz fust si contraire qui nos tornast la desconfiture sovre, aprés celle perte ne noz est mestier ne dames ne damoiselles ne fiz. Et pour ce voz lou je que nos alons en ceste mainieres. Et vos di que vos mettés demain au cheminz sanz nul deleament fere, et chevauchomez jusque a la grant plaingne de Manoaut, que est grant et biaus, et est a le isue de vostre regnismes. Et enluec feites drecier votre pavilonz et votre tref ci berteressce, la ou les dames peûssent apertemant veoir la battaille. Monseingneur roi, ce est mon lou et mon conseill». Et atant se taist qu'il ne dit plus, e s'asiet en son leu. Quant li rois et li barons que enluech estoient ont entandus
[p. 279]
ce que li roi d'Estrangor avoit dit, et il connoissent tuit a le plus sages home de tot le païs, tuit comunemant s'acordent a llui, et dient que mout estoit sages homes. Et tot ensi con il le dist et devise, le font il. Et sachiez qe quant l'endemain fu venus, atant montrent entre li rois et li barons et chevaliers a toute lour genz et pooir. Et moinent avech eaus lour dames et lour damoiselles. Et li viel chevaliers montrent ausint, et se mistrent au cheminz, et alent lour voie. Aprés monte madame la reïne Genevre, acesmés mout richement, et estoit si bielle rien a veoir que ce ne semble pas dame mortiaus, mez chouses espiritiaus. Et avech li montrent bien mil entre dames et damoiselles, que chascune i avoit son baron ou son amis. Et quant la reïne et toutes ces dames furent montés, lour peûst veoir maint chevalier lermoier, et maint souspir de quer parfont getter, que tuit preurent quant il voient tantes dames aler a tel beiçonz come a veoir battaille mortiaus. Et tuit prient Damedeu et sa douce Mere que defent a cestui point la cort de Bretaingne. Atant se mistrent au cheminz la reïne Genevre et tantes entres dames et damoiselles con vos avés hoï, et le conduisoient tuit li conpainz de la Table Reonde, et mesire li roi Artus meïsmes hi avoit son cors. Et chevauchent tant par lour jornez sanz aventure treuver que a mentovoir face en contes, qu'il furent venus en la plaingne de Manoaut, en une contree qui estoit appellés la Valesprés. Et enluech firent drecier leur tref et leur pavilonz delés un biaus flum; il hi firent grant lices et grant loges et grant berteressee, ou les dames demorent pour regarder la battaille, et firent fere grant fossee tot environ le chanp bien et ordreemant, et atendoient li haut princes Galeot et sez genz. Mes atant laisse li contes a paller dou roi Artus et de toute sa genz, que bien i savra retorner prochainemant, et pallera de l'aut prince Galeot et de sez genz. Li contes dit que quant li haut prince Galeout ot asemblés toutes sez genz, il se mistrent au cheminz pour aler a Kamaaloth, et chevaucent tant entre lui et sa conpangnie qu'il furent venus en une mout grant plaingne et biaus, la ou il avoit fontainez et aigues assez. Et s'appelloit le Plain de madame Aleine San Par, pour ce que tout celui païs estoit suen. Et enluech demore li haut prince et toutes sez genz bien quinçe jorz. Et un jor que li haut prince estoit en son tref, et hi avoit grant piantee de rois et de baronz avech lui, atant es vos venir devant lui un vallet mesajer que li dit: «Mon seingnor, je vos aport novelles. Or sachiez de voir que li roi Artus a tot son pooir est venus en la plaingne de Manoaut, et enluech ha mis son chanp, et a fait grant lices et grant berteressce. Et sachiés qu'il a amenés avech eaus madame la reïne Genevre et maintes autres dames et damoiselles, et ancois ont amenés tuit li viel chevalier dou païs. Et sachiés tout de voir qu'il dient tuit comunemant que se vos alés avant, qu'il vendront contre voz en battaille chanpiaus». Quant li haut prince Galeot et les autres baronz que i estoient ont entandus tout ce que li vallet leur avoit contés, et en quel mainieres li roi Artus estoit venus, il le tienent a grant chouse. Et li haut prince dit as vallet: «Di moi», fait il, «conbien ha de genz avech lui le sire dei Bretonz?». «Mon seingnor», fet li vallet, «sachiez tout de voir que je en demandai maintes foiz. Il dient qu'il puent estre .X.M. chevaliers! ». Atant paroule li haut prince Galeot a sez home: «Par foy» fet il, «grant follie a fait li roi Artus, que a .X.M. chevaliers nos vient a l'encontre, que somes plus de trentemiles chevaliers: mauveis conseill a pris! ». Et dit contre ses baronz qu'il voudra movoir l'endemain. Et atant fait sesmondre et aparoillier et comander que tuit soient pour movoir l'endemain. Et quant l'endemain fu venus, atant se mistrent au cheminz. Et chevauchent tant par lour jorneés qu'il furent venus en la grant plaingne de Manoaut, et enluech mistrent le chanp, et drecent lour tref et lour pavilonz aprés ceaus dou roi Artus a une liegues. Et quant il furent repousés trois jorz, li haut prince mande un mesajes au roi Artus, que c'il veaut l'endemain hoissir au chanp, qu'il le treuvera tot aparoilliés de la battaille. Et quant li messajez fu venus devant li roi, il li dit: «Sire roi monsegneur, li haut prince Galeot voz mande que se vos volez demain hoissir au chanp, que voz le troverés tout aparoilliés de la mellee». Et li roi respont, et dit qu'il le veaut voluntierz. Atant fu acreantés entre li haut prince Galeot et li roi Artus la battaille. Et quant la battaille fu acreantés, en celui jorz toutes les genz dou roi Artus s'aparoillent de tot ce que a battaille mortiaus convenoit. Et quant l'endemain fu venus, fist armer et atirer sez genz, et sachiez qu'il fist .X.
[p. 280]
battailles, dont il ne i avoit nulle que ne aûsse troismiles chevaliers, et en chascune mist buen conduiseor, et s'en vienent ordreemant battaille aprés battaille ensi con il avoit atiré en la grant plaingne propes au chanp dou roi Artus. Et quant li roi Artus ot seû comant li haut prince avoit fait .X. battaille, ausi en fist il .X., mes ne i avoit que mil chevalieren chascune, et i mist buen conduiseor, li quelz ne me [n] trovrai ci. Et quant il furent aparoilliés, atant hoissirent hors dou chanp battaille aprés battaille, ensi ordreement con il avoient devisee. Et aprés toute celle battaille hoissirent li conpains de la Table Reonde, et enluec avoit li roi Artus son cors. Et quant il furent tuit aparoillés, et tuit hoissi horz. Et sus le loges et sus le berteressce estoient montés les dames et damoiselles qui avec eaus estoient venue. Et la reïne Genevre et li viel chevalier hi estoient ausint, et toutes foies prient a Damedeu et a sa douce Mere que pour lour pitié donent le onor de ceste battaille a lour seingneur, et plorent tuit de pitié. Atant se mistrent ad aler les une genz encontre les autres. Il ne demore gramant que deus battailles de l'aut prince Galeot et deus de celle dou rois Artus baissent les glaivies, et laissent corre les uns sour les autres au ferir de sporonz mout hardiemant. Et quant il vienent au jondre des glaivies, il i fu si grant l'esfrocier des lansez que ce fu une grant mervoille a veoir. Que voz en diroie? Il ne demore gramant que la crie et la noisse lieve si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant, car sachiez que en petit d'ore la terre estoit toute coverte des chevalier abatus, que ne avoient pooir d'eaus relever. Et quant il ont bliçés lour glaivies, il mistrent main a l'espee, et se comencent a doner grandismes coux. Il ne se vont pas esparaingnant, ainz se mostrent bien qu'il sunt mortiel enemis. Et quant il ont la battaille mantenue une pieces, les deus battaille dou roi Artus ne puent plus durer, ainz leur convient guerpir a fine force le chanp. Mais il se mistrent en lour aïde deus autres battailles, que conduisoient deus freres d'Orcanie, que parenz li roi Loth avoient estés, buen chevalier et vaillanz. Il laissent corre sour leur enemis mout hardiemant; leur peûst veoir chevalier verser a la terre, et li maumenent mout en lour venir. Et bien li aûssent mis a la voie, se ne fust deus autres battaillez de l'aut prince, que heramant se mistrent en la battaille. Leur peûst veoir grant esfrocier de lances; la noisse et la crie lievent si grant et si mervillieus des chevaliers qui estoient versez a la terre que estoient enavrés a mort, que ne avoient pooir de leur relever, que ce estoit une pitié a veoir. Que voz en diroie? Sachiez que avant que midi passast, toutes les battaillez estoient pour ygal eu chanp, fors seulemant ceaus de la Table Reonde et li roi Artus et li haut prince Galeot et ceaus de sa banieres. Et quant li roi Artus voit que toutes les battailles estoient pour ygal eu chanp, et voit la mellee si dure et pesmes que ce estoit une grant couçe a regarder, et voit bien que toutes les genz dou prince estoient en la mellee four ceaus de sa baniere seulemant, il comande a ceaus de la Table Reonde qu'il laissent corre sour lour enemiz, et qu'il hi venissent si hardiemant qu'il faichent paller a touz li monde. Et quant il hoi6rent le comandemant leur seingnor, il ne font nulle demorance, ainz baissen les glaiviez tout maintenant, il hurten chevaiz de sporonz, et se mistrent la ou il virent la greingnor presse de lour enemis. Et vos di qu'il hi vindrent si hardiemant et si aspremant a la mellee qu'il font maint chevalier verser a la terre. Et quant il ont bliçes lour glaivies, il mistrent main a l'espee, et comencent a doner grandismes coux sour lour enemis, et a [a] battre chevalier, et a ocire et a fere la greingnor mervoille d'armes dou monde. Et bien mostrent Reonde touz li monde. Et li roi Artus mostre bien qu'il est home de tenir terre et de porter corone, car sachiez qu'il la fist si bien que poy n'avoit en tot le chanp de meillor. Et m. Gauvain la fait encore si bien que bien fait a loer par toz li monde. Que vos en diroie? Sachiez que li conpainz de la Table Reonde font si grant mervoille qe tuit ceaus que li voient le tienent a grandismes couses. Et dient que voiremant sunt il tielz con li monde tesmongne, et ancois miaus. Et quant li haut prince Galeot voit li roi Artus et li maumenant sez homes, il n'a grant ire; il comande heramant a ceaus de sa banieres qu'il alaissent seucorre lor amis. Et quant cil virent la voluntés lour seingnor, il ne font nul deleament, ainz baissent les glaivies, et se mistrent <en> la battaille tant con il puent de lour chevaus trere. Et sachiez qu'il estoient mout bone genz. Il hi vindrent bien come preudomes, car sachiez qu'il firent maint chevalier verser a la terre
[p. 280]
de ceaus dou roi Artus. Et m. Gauvain fu si urtés a celui poindre qu'il fu abatus a tot son chevaus, et fu si grevés de celui cheoir qu'il en fu portés en bieres jusque as loges. Que vos en diroie? Quant toutes les battailles furent pour ygal eu chanp, lour peûst veoir chevalier verser a la terre mors et navrés a mort. Leur peûst veoir doner grandismes coux et recevoir, la estoit si grant li ferreis de l'espee que l'en ne hoïst le Deu tonant. La battaille estoit granz et pesmes et cruelz, la plus que fust jamés veûe a celui tenz. Ce ne est pas geu ne tornoiemant, ainz est bien mortiel battaille. Il ne se vont pas esparaingnant, ainz se vont abattant et ociant, et se mostrent bien qu'il sunt mortiaus enemis. Et sachiez que la battaille estoit si dure et pesmes et cruelz que n'estoit nul si dur cuer d'ome eu monde que pitié ne n'aûst. Et de male hore fu comenciés ceste battaille, que tant homes et buen chevalier hi morent, et tantes dames en seront a toz jorz mais en plores et lermes. Et la reïne Genevre et les dames et les damoiselles que es loges estoient, que voient lour baronz et lour amis en si grant perilz et en si grant mescief, elle en gettent grant souspir de quer parfont. Et li viel chevaliers, que voient la mellee si cruelz et pesmez, il font tiel cri et tiel noisse que ce estoit une pitié a veoir. Et sachiez que a cestui point estoit la battaille plus dure et aspre que ne avoit estés devant, si que ne avoit en toute la place homes si hardis que ne aûsse a celui point grant doutte et grant peor. Quant la battaille estoit si dure et aspre con je vos ai contés, atant es voz venir un chevalier mout bien montés et armés richemant, car il avoient toutes sez armes vermoilles, et lanse toute vermoille, et estoit un des plus biaux chevalier dou monde a veoir. Et s'en vient, tout ensi armés et montés con il estoit, tot droitement devant les loges la ou la reïne estoit, et s'areste devant li, et s'apuige a sa lanse, et comance a regarder la reïne, ne ne fait nul senblant qu'il se vuoille mettre en la battaille. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit, je diroie que ce estoit m. Lancelot dou Lac, que la dame de Manoaut tenoit a celui point en prisonz, dont li roi Artus, ne homes de son ostel, ne en savoient nulles novelles, ainz n'avoient ire et corrus assez. Et celui jor meïsmez qe la battaille dovoit estre, le laisse aler la dame de Manoalt por tel convenanse que m. Lancelot li creant qu'il torneroit au soir en sa prison; le porqoi, ne comant le tenoit la dame de Manoaut, ne deviçera ici nostre livre, car bien le savra deviser en avant, et veaut torner li maistre a nostre matire. Et quant m. Lancelot fu demorés en tel mainieres une grant pieces ensi con je vos ai contés, ne ne fasoit nul senblant, et veoit la battaille si dure et pesmez, les dames qui le veont s'en font grant mervoilles. Et en parloient mout entr'aux, et dient: «Sainte Marie, que couçe est de cist chevalier qui voit la mellee et la crie si grant, ne ne fait nul semblant four que es loges regarder? ». Atant paroule une damoiselle, et dit: «Je croi qu'il atent que aucune dame ou damoiselles i mant qu'il face d'armes por son amor en ceste mellee ». Lour respont un autre damoiselle, et dit: «Ce puet bien estre!» et dit qu'elle i mandera tot maintenant. Atant prent un vallet qe es loges estoit, et li dit: «Vas tantost a celui chevalier as armes vermoilles, et li dites qu'il face d'armes pour amor de moi en ceste mellee». Li vallet descent des loges herament, et s'en vait tot droitemant a m. Lancelot, et li dit: «Sire, lasus es loges ha une jentilz damoiselles qui vos mande par moi, et voz prie que vos faichois d'armes pour son amor en ceste mellee». M. Lancelot l'entent bien, mais ne li respont rienz. Li vallet, qui croit qu'il ne l'ait entandus, il dit autre fois: «Sire chevalier, une damoiselle que lasus es loges est, vos prie que voz faichois d'armes par son amor en ceste mellee! ». Et m. Lancelot, que toutes fois l'entendoit, ne respont ne ce ne qoi a rien que cil li die. Quant li vallet voit que m. Lancelot ne li respont nulle rienz, il monte tout maintenant es loges. Et s'en vait a la damoiselle, que devant la reïne estoit, et conte coment il avoit requis li chevaliers par deuz foiz de pars la damoiselle qu'il face d'armes pour son amor en ceste battaille, et comant li chevalier ne dit nul mot. Quant les dames et le damoiselles que enluec estoient, entendent ce que li vallet ot dit, et entendoient tot le fait, et voient le semblant dou chevalier, elle n'ont toute grant mervoille. Atant dit une dame: « Ce ne puet estre qu'il ne soit homes de grant afaire, quant il pour damoiselle ne veaut faire d'armes! Et por ce je i manderai hore [n] droit qu'il face d'armez pour amor de moi en ceste battaille». Atant dit a celui vallet meïsme qu'il alast au chevalier, et le priast qu'il face d'armes pour son amor. Li vallet s'en torne tot maintenant a mesire Lancelot, et li dit: «Sire chevalier, une dame de grant valorz que es loges est, vos mande et prie que vos faichoz d'armes pour son amor en ceste mellee». M.
[p. 281]
Lancelot, que bien l'entendoit, ne li respont nul mot, pour ce qu'il baoit avoir autre conjé. Et li vallet que voit celui semblant n'a grant mervoille, et le prent au frain, et li dit ancois plus haut qu'il ne avoit fait devant qu'il feïsse d'armes por le amor d'une jentilz dames que es loges estoit; ne pour tot ce m. Lancelot ne li fait nul mot. Et quant li vallet voit qu'il ne puet trere de m. Lancelot nul mot, il ne demore pas avec lui, ainz s'en torne asmont es loges, et conte comant il ne puet nul mot trere de m. li chevalier. La reïne et les damez et damoiselle n'ont greingnor mervoille que devant, et dient li plusour d'eaus que de grant pooir et de grant quer est li chevalier, quant il ne se muet ne pour dame ne pour damoiselle. Atant distrent les dames a la reïne: «Dame, nos vos prionz que vos mandés au chevalier qu'il face d'armes pour amor de vos en ceste mellee». La reïne, que a celui point veoit li roi Artus son seinguor en si grant perilz, estoit iriés et courruciés duremant, respont qu'elle ne en fira rienz, car en autre chouse avoit son entent. Et m. Gauvain, que dejoste la reïne estoit, et avoit bien hoï tot ce que li vallet avoit dit par deus fois de m. Lancelot, et voit qu'il ne fasoit nul senblant for regarder les dames, il n'a grant mervoille. Mais toutes fois le voit si biaus qu'il dit a soi meïsme qu'il ne puet estre qu'il ne soit buen chevalier et homes de grant valorz. Por ce dit il a la reïne: « Ma d [am] e, je voz loeroie que voz mandés au chevalier qu'il face d'armes par votre amorz en ceste battaille, car voz avés veû apertemant qu'il ne veaut fere rien ne pour dame ne pour damoiselle, et il semble chevalier de grant valorz. Et voz di que un buen chevalier vaut mout a un grant beiçonz, et je croi que se vos i mandés, qu'il ira a la mellee tot maintenant». Que vos en diroie? Tant fist et tant dit m. Gauvain a la reïne qu'elle respont qu'elle fra sa voluntés, «puis qu'il voz plaist». Atant dit a un vallet qu'il aille au chevalier tout maintenant, et qu'il face d'armes par son amor en ceste mellee. Li vallet, quant il entent le comandemant la reïne, il ne fait nul deleament, ainz s'en vait tantost a m. Lancelot, et li dit: «Sire chevalier, madame la reïne Genevre, la feme au roi Artus, voz mande et prie que vos faichois d'armes par son amor en ceste mellee». Quant m. Lancelot ot eû le comandemant de celle cu'il baoit avoir, il dit a soi meïsmes que desormais ne deinora plus, ainz ira tot maintenant. Atant s'adrece ver la melle [e] , il baissen les glaivies, et hurten li chevaus de sporonz. Et se met en la greingnor presse qu'il voit mout grant alleûre, et fiert le primier chevalier qu'il encontre si roidemant qu'il le porte a la terre tiel atornés qu'il ne remue pié ne main, ne ne a mestier de mire. Et quant m. Lancelot voit qu'il a celui abatus, il ne s'areste pas sour lui, ainz laisse corre de celui poindre meïsmes, et fiert un autre chevalier si aspremant qu'il li fait voidier andeus les arconz, et le fiatiz a la terre enavrés a mort. Et puis fiert le tierz et le quart, et en fait tant qu'il abati douçe chevalier de celui glaivies. Il fait si grant mervoille d'armes que tuit ceaus que le voient le tienent a grant me [rvoille] , et n'estolent tuit esbaïz. Et <quant m.> Gauvain et la reïne G [enevre] et les< dames et damoise [lles] et les vieulx chevaliers> que es loges esto [ient] ont veü les> grant mervoil [le] que Lancelot aloit faisant, il> distrent entr'<eulx que voirement est> cestui le <plus poissant chevalier de tout le monde. Et quant Lancelot ot brisié son glaive, il mist la main a l'espee, et se fiert en la greigneur presse> que il <voit, et commenee a donner grans coups a destre et a senestre. Il arrache escus de cols et heaumes de testes, et tresbuche chevaulx et chevaliers par terre; il fait tant d'armes> que nul home peûst croi [r] e que li cors d'un seul chevalier peûst tant faire. Et li roi Artus et li conpainz de la Table Reonde que ceste mervoille voient en sunt tuit esbaïs, et s'en font grant mervoille qu'il puet estre, et en croist chascuns en force et en pooir. Et corrent sour lour enemis mout hardiemant, et li maumenent en tel mainiere que ce estoit une pitié a veoir, car maint chevalier i a mort et navrés, si que toute la terre n'estoit coverte. Et li haut prince Galeot, quant il voit le grant maux que m. Lancelot aloit faisant de sez homes, il n'a grant ire et grant courrus. Il dit a soi meïsmes que ci [ci] st vif loingem [ant] , qu'il li mettra a desconfitture. Et <por ce> ne fait nul deleament, ainz <drece l' espee contremont, et s'adrece v [ers Lancelot>, et li done desus l'ieume <li greingnor> coux qu'il puet amen [er d'en hault a la> force dou braz, si <que Lancelot en est> auquanz esto [rdis. Mes il ne demoura mie gramment qu'il en recut le guerredon, car Lancelot lui donne .I. tel coup de toute sa force que le hault prince Galeholt en fu si chargiez que pou s'en failli qu'il ne
[p. 281]
chay5 ala terre. Atant commence la meslee entr'eulx moult douloureuse et pesme, et mout donnent> gra [nt coups li uns a l'autre, car moult sont endui preux et puissans. Et quant le hault prince ot esprouvee la grant force de Lancelot, il dist bien a soy meïsmes que il est le meilleur chevalier du monde. Que vous en diroie je? Lancelot tenoit si court le hault prince Galeholt qu'il ne povoit gramment en avant, et bien l'eûst mort, se ce ne fust .I. chevalier qui avoit nom Galeholtdin>, qui estoit cousin de l'aut prince, qe laisse corre a m. Lancelot, et le fiert au d'eschin si roidemant que m. Lancelot cheï a la terre a tot son chevaus. Mes il se relieve mout vistemant, et se defent hardiemant, car les homes de l'aut prince se esforcent mout de lui retenir ou de mettre a mort. Mes ce est noiant, car li roi Artus et li conpainz de la Table Reonde le seûcorrent hardiemant, et enluech est la presse et li ferreis de l'espee et li chappelleis si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant. Mout le defendent bien lï conpainz de la Ta [ble] Reonde. [Q] uant m. Gauvain, que es [loges et a les be] rteressce estoit, ot veû m. <Lancelot que> a la terre estoit abatus, il <a grant ir] e car pou qu'il ne rage <de duel. Atant il ma] nde tot maintenant <a son vallet et li di] t: «Vas tantost et <prens> mo [n cheval, et le maine a c] elui chevalier as armes <vermeilles ... > est, et li done <.I. bon glaive de ma part. Et quant le varlet oy5 le commandement son seigneur, il ne fet nul delaiement, ains descent des loges et prent le cheval Gauvain et .I. moult bon glaive, et s'en vait tout droit a Lancelot, qui estoit tout a pié, et trueve que les compaignons de la Table Reonde l'avoient delivré de tous perils. Tout maintenant que le varlet fu a lui venus il lui a baillié erramment le cheval que Gauvain lui envoie. Quant Lancelot voit ce, il en a grant joie, il n'y fait nul delaiement, ains monte et prent le glaive que> li vallet li avoit aportés, et monte heramant. Et quant il est montés, il hurte chevaus de sporonz, et vient le le glaivies baissiez, et fiert primier chevalier qu'il encontre si roidemant qu'il le flatiz a la terre mout fellenessemant. Et puis en fiert un autre si durement qu'il le porte a la terre liel atorné q'il ne a mestier de mire. Et puis fiert le tierz et le quart; il fait de celui glaivies plus qu'il ne avoi fait de lez autres et plus. Et sachiez qu'il en fist tant que tuit ceaus que le voient le tienent a grant mervoille, et en devienent tuit esbaïs, ausi li amis con li enemis. Que voz en diroie? Il la fasoit si bien, et done tant exemple de bien faire a la jenz dou rois Artus, qe tuit en valoient de miaux. La mellee est dure et pesmez, et cruelz et fellenesse, la plus que fust jamés veûe en un chanp. Il n'i a <nul> si hardis ne si buen chevalier en toute la place qu'il ne <ait> a cestui point toute peor, car en [luec n'> est pas jeu ne tornoiement <ainz est bien> mortiel battaille la <ou il se conbattoient. Et> sachiez tot voirement <que les hommes du hault> prince Galeot re [cevent a cellui point greigneur dommage q] ue ne firent <les hommes du roy Artus. M] es quant li <soleil tourne a declin, et la> nuit a [pprocha, il convint a fine force que la bataille se d] epar [tist, et s'en retourne chascu] nz <a son champ, et emporterent leurs mors, et les firent enterrer en terre benoite. Et Lancelot s'en retourne a l'ostel a la dame de Maloaut, ainsi comme il lui avoit promis. Et quant la gent au hault prince Galeholt furent desarmez, grant planté de barons s'en alerent au paveillon> lour seingneur, et hi furent maint rois et maûit baronz, et mout tienent grant pallemant de la jornee d'ui. Et trovent qu'il avoient receû grandisme domajes, car mout hi avoit estés d'ocis et d'enavrés a mort. «Seingneur», fet li haut prince, «avez veû en cestui jor la greingnor mervoille que fust jamés veûe dou chevalier as armes vermoilles, car il, tot seul, noz a fait si grant domajes de nostre jenz, car je vos di tot voiremant qu'il nos a destornés a vincre la battaille d'ui, car la grant proesse de lui et li suen bien faire ha estés banieres et bestendart a toute la jenz li roi Artus, car il, tot seul, les ha tenus en force et en bonbant. Et se li son cors ne fust, noz li avromes mis a desconfitture tout seûremant; or esgardés que vaut un corz d'omes, et quant puet faire! Et, si voirement m'aït Diex, con je voudroie miaus avoir sa conpangnie, et qu'il fust de mon ostel, que je ne voudroie avoir mis e [n] ma soubesion li roi Art!». Mout tenoient grant pallemant celui soir de m. Lancelot tuit ceaus qui estoient eu pavillonz de l'aut prince, et mout li donent grant los et grant pris chascuns, et dient tuit comunement que li chevalier as armes vermoilles est li meudre chevalier dou monde. Et de l'autre partie li baronz dou roi Artus, quant il furent desarmés, il s'en alent a la tref dou roi. Et quant li roi Artus ot veû qui hi estoient grant plantee de sez baronz, il lor demande conbien lour pooit fallir de lour chevalier. Atant se met avant mesire Yvain, le fiz au roi Hurien, que l'affer avoit sour lui, et dit: «Mon seingneur, or sachiez qu'il nos faillent plus de .III.C. chevalier, et encore eûsson eû
[p. 282]
greingnor domajes, se ne fust li chevalier as armes vermoilles que noz a hui valus et seucorrus a tot beiçonz! ». « Par foy! Seingnor», fait li roi, «de celui chevalier me sovient il bien et sovendra a toz jo [r] z de ma vie, car je vos di bien tot hardiemant qu'il est li meillor chevalier et li plus puissant que soit en toi cestui monde, car il nos a hui valus et sostenus a toz beiçonz, car se li son cors seulement ne fust, je croi que noz eûssonz eû assés a faire. Et pri et comande a chascuns qu'il me die qui li chevalier est». Et tuit dient qu'il ne sevent, «mes tant vos dionz noz tot voirement qu'il nos a hui mantenus et domajés assez nostre enemis». Et mout se mervillent tuit qu'il pooit estre, et mout ont grant ire de ce que m. Lancelot eaus en soit eschanpés, et qu'il ne puent savoir qu'il est. Et li roi Artus ha mout grant joie et mout grant feste que sez homez estoient si bien mantenus en celui jor. Et quant il fu ore de coucier, chascunz sen vait a son pavilonz et a sez tref, et se dormirent i usque a l'endemain. Et quant l'endemain fu venus, il se lievent si las et si travailliez q'il ne i avoit nul si hardis chevalier, ne d'une part ne d'autre, que ausse voluntés de battaille. Que voz en diroie? Sachiez q'il demorent puis quatre jorz en pez q'il, ne entendoient a autre chouses que a sojorner. Au quint jorz ont acrea [n] tez la battaille, et d'oissir au chanp, et ont bien maitin ordree et atiré lour eschiere, tot en tel mainieres con il avoient fait les autres iorz de la battaille. Et la reïne Genevre et les dames et les damoiselles et li viel chevaliers estolent montés sour les loges pour regarder la mellee. Et quant les homes dou l'aut prince et la jenz dou roi Artus furent ordree et atiré, il ne font nul deleament, ainz laissent corre les uns sour les autres mout ardiement, tout en tel mainieres con il avoient fait l'autre jor de la battaille, l'une battaille avant lez autres. Et quant il vienent au jondre des glaiviez, il i fu si grant l'esfrocier des lances que ce fu une grant couse a veoir. Il ne demore gramant que tuit furent pour ygal eu chanp, et d'une part et d'autre. Et li roi Artus et li conpainz de la Table Reonde la fasoient si bien que ce estoit une grant mervoille a veoir, mes sanz nulle faille il avoient assez a fere, car trop avoient grant plantee de bone jenz contr'aus. Et li haut prince Galeot et ceaus de sa banieres la fasoient ancois si bien qu'il ne sunt pas da blasmer, car sachiez tot de voir que li roi Artus et toutes sez jenz avoient la peior partie, et venoient greppent place. Mout est grant la crie et la noisse que fasoient ceaus que cheoient a la terre, et la reïne Ginevre et toutes les autres dames que voient lour seingneur en si grant perilz, en preurent duremant, et font si grant cri et noisse que l'en ne hoïst le Deu tonant, et li viel chevalier ausint. Que vos en diroie? Quant la mellee estoit si dure et cruel con je voz di, atant es voz venir un chevalier mout bien montés, et armés d'une armes toute noire. Et s'en vient tot droitemant devant la reïne, et s'apuige a sa lanse, et ne fait semblant four que esgarder les dames des loges, et propremant madame la reïne Ginevre. Et sachiez de voir que cestui estoit sanz faille m. Lancelot dou Lac, que l'autre fois porté les armes vennoilles. Quant m. Gauvain l'ot veû, il le connuit, au senblant qu'il voit en lui, qu'il estoit li chevalier que l'autre foiz fist si grant mervoilles d'armes. Et por ce qu'il voit que le beiçonz n'estoit si granz, dit il a la reïne: «Ma dame, veés, ce me semble li buen chevalier que si bien la fist l'autre fois, et que tant noz vaut. Et por ce <que> vos veés le grant beiçonz qu'il noz est, vos lou je que voz li mandés qu'il face d'armes par votre amor en ceste battaille». «Biaux niez», Pait la reïne, «feites a vottre voluntés, car je ai grant doutte et peor de ce que je voi monseingnor li roi et toutes nostre jenz en si grant perilz! ». Et quant m. Gauvain ot entandus la voluntés la reïne, il ne atent plus, ainz prent une damoiselle, et li dit: «Vaz tantost a celui chevalier as armes noires, et li dites de parz la reïne qu'il face d'armes pour amor de li en ceste mellee! ». La damoiselle, quant il ot entandus ce que m. Gauvain li avoit dit, elle s'en vait tout droitemant a m. Lancelot, et li dit: «Sire chevalier, madame la reïne voz mande et prie que vos faichois d'armes por son amor en ceste mellee». Quant m. Lancelot ot eû ce qu'il baoit avoir, ce est le conjé sa dame, il n'a grant jole. Il ne atent plus, ainz enbrace son escu, et hurte chevaus de sporonz, et se met en la greingnor presse qu'il voit, et fiert le primier chevalier qu'il encontre si durement qu'il le porte a la terre mout fellenessement. Et quant il a celui abatus, il ne s'areste pas sour lui, ainz en fiert un autre si aspremant qu'il le flatiz a la terre tel atornér, qu'il ne a mestier de mire. Que voz en doroie? Sachiez tot voiremant que m. Lancelot abati maint chevaliers de celui glaivies, et ne fist tant que ce estoit une grant mervoille a veoir.
[p. 282]
Et quant li conpangnons de la Table Reonde et la jenz dou roi Artus ont veû la grant mervoille que m. Lancelot fasoit, il croist a chascuns cuer et force, et corrent sour lour enemis ardiemant; il valoient assez de miaux que devant. La reïne Genevre et m. Gauvain, qui ont veû ce que m. Lancelot fasoit, en devienent tuit esbaïs: « Ha, ma dame», fet m. Gauvain, «cestui est li chevalier voirement que l'autre fois fist si grant mervoille d'armes, ceaus que portoit lez armes vermoilles! Dir poés ardiemant qu'il est sanz nulle doutte le meillor chevalier qui soit en ceste monde, or poés veoir tout apertemant que vaut un cors d'un tel chevalier con il est! Je croi que nostre jenz seront ja tornés a desconfitture, se li son corz seulemant ne fust, car nos veonz tot cleremant que nostre enemis estoient mout au desus de la battaille a celui point que cestui chevalier se meti en la mellee». «Blaus niez», fait la reïne, «je vos di loiaumant que ceste chevalier voiremant, a ce qe je ai veû de lui, est bien le meillor chevalier que je veïsse en toute ma vie, ne dont je hoïsse jamais paller. Ne Febus, ne Ettor le Brun, ne nul autre chevalier qe trapassés sunt, je ne croi qu'il se peûssent prendre de chevalerie a cestui et, si voiremant m'aït Diex, con je voudroie avant savoir a cestui point qu'il est que je ne voudroie gaaignier une cité! Et ancois vos di, biaus niez, car cestui est le primier chevalier que pour amor de moi feïsse d'armes en battaille ou en torneamant, et vos di que je me teingne a bien paiés, et le servirai et henorai de tot mon pooir, sauve le onor monseingnor li roi et li moi». En tel mainieres con vos avés hoï, parloient entre la reïne et m. Gauvain. Et quant m. Lancelot ot bliçes sez glaiviez, il mist main a l'espé, et comance a doner grandismes coux a destre et a senestre, et a fere trop grant mervoilles d'armes, et que tuit ceaus que le voient en sunt esbaïs. Et connoissent tot certainemant que cestui est sanz faille celui que l'autre fois fist si grant mervoille d'armes, et que enporté le onor de la battaille, et mout se mervillent qu'il pooit estre. Et m. Gauvain, que es loges estoit, et voit toute fois la grant mervoille qu'il aloit faisant, il appelle maintenant un vallet, et li dit: «Vaiz tantost, et prent mon chevaus et des glaiviez assez, et t'en vais droitemant a cel chevalier que porte cel arme noire. Et li baille li chevaus, que li suen est las et tresués, et puis li baille un glaivies, et quant tu verais qu'il ait les glaivies bliçés, et tu li en baille un autre, et ensi fais tant qu'il les a toutes bliçés». Et quant li vallet ot bien entandus le comandemant son seingnor, il dit que ce fira il bien, et s'en vait maintenant, et prent li chevaus de m. Gauvain, qe bien estoit garnis selonc chevals de battaille mortiaus, et prent des glaivies assez, et s'en vait heramant la ou m. Lancelot estoit, auques esloingnés de la presse por soi repouser auquanz. Quant il fu a llui venus, il li dit: «Sire chevalier, monseingnor Gauvain, que dejoste la reïne est, voz envoie par moi son chevalz, por ce qu'il voit tout apertemant que li votre est assez travaillés, et vos mande ceste lanse, qe vos li blicés sour votre enemis. Et la reïne voz dit qu'elle se tient a bien paiez de ce que voz faites por son amor en cest mainiere». Quant m. Lancelot ot bien entandus li vallet, li respont: «Amis, vos soiés li tres bien venus, et pour madame et pour amor m. Gauvain firai je tot mon pooir de domajer nostre enemis! ». Aprés cestui pallemant ne fait nul deleamant, ainz monte sour li chevaus m. Gauvain, et prent un buen glaivies, et s'en vait au ferir de sporonz verz sez enemis, et fiert le primier chevalier qu'il encontre si roidemant qu'il le porte a la terre enavrés a mort, et comance chevalier a verser a la terre des glaivies et des pis de chevaus. Et quant il a celui glaivie bliçez, et li vallet que aprés lui aloit toute fois li en baille un autre, et m. Lancelot la prent, et en fait bien autretant con il avoit fait de les autres. Que vos en diroie? Il fait tant qe tuit ceaus que voient m. Lancelot le tienent a tres grant mervoille. Et li vallet, tot maintenant qu'il veoit qu'il avoit les glaiviez bliçez, il li en bailioit un autre, et m. Lancelot en fait si grant mervoille que ce estoit une grant couse a veoir. En tel mainieres aloit bliçant m. Lancelot les glaivies que m. Gauvain li avoit mandés sour li enemiz. Quant li haut prince Galeot voit que m. Lancelot aloit ensi ociant et abattant sez homes, il n'a grant ire et grant duel, il dit a soi meïsmes qu'il le mettra a mort, c'il onques puet. Atant prent un glaivies cort et gros, et s'adrece ver lui tant con il puet dou chevaus trere. Et quant m. Lancelot le voit venir, il connuit bien que ce estoit li haut prince; il ne le refuse pas, ainz li vient au ferir de sporonz lez glaivies baissiés, et se trefierent sour l'escus de toute lour force. Li haut princes bliçe sez glaivies, et m. Lancelot fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre mout fellenessemant. Mes de tant li avint bien qu'il ne fu enavrés; il se lieve mout vistement con cil que de grant legieresse et de grant force estoit, et dit que voiremant est de grant puisance li chevalier que si
[p. 283]
duremant l'encontre a cestui point. M. Lancelot ne s'areste pas sour lui, ainz se met en la greingnor presse qu'il voit, et comance a fere la greingnor mervoilles d'armes dou monde, il arache escu de cuel et heume de teste, et a trebuchier chevalier a la terre, il vait departant la presse, il est plus redoutés que tonoir. Et li haut prince Galeot, que remontés estoit, et voit ce que m. Lancelot fait, il en devient si esbaïs qu'il ne set qu'en doie faire; il li plet tant son afer qu'il ne fait nulle chouse for que lui regarder, et toute foiz aloit aprés lui por lui veoir. Et mout est dure et cruel la battaille, et mout fu de male hore comanciez, que sachiez tot voiremant que maint chevaliers i morent, et maintes dames en seront a toz jorz mais en plores et en lermes. Que voz en diroie? Toz jorz dure la battaille pesmes et cruelz, et sachiez de voir que d'andeus parz ont receû grandismes domajes li chevaliers. Et quant le jor se partoit, et la nuit aprochoit, il lour convient a fine forme departir la mellee, et retorner dedenz lour chanp. En tel mainiere se partirent, et tornerent chascuns a son pavilons. Et quant m. Lancelot voit que chascun se tornoit a son ostiaus, il ne i demore gramant, ainz s'en ala maintenant son chemin ver Manoaut. Et li haut prince Galeot, que toute fois avoit son entent sour m. Lancelot, et n'estoit en esgart, s'en vait aprés lui tot seul, et chevauce si astivemant qu'il l'ot atint. Et quant il fu a lui venus, il li dit: «Sire chevalier, Diex vos doint joie ausi con il doit au meillor chevalier dou monde que voz est! ». M. Lancelot li rent son salus bien et cortoisemant. «Sire chevalier», fait li haut prince, «je vos di tot voiremant que je aimeroie mielz vostre conpangnie a toz jorz de ma vie que je ne firoie, estre seingneur de tot li monde. Et vos pri et requier pour la rien que voz plus aimés en ceste monde que voz demorés avee mol cest nuit, et je vos promet que vos ne voudrés chouçe de moi que je fere peûsse que je ne vos face». Mesire Lancelot, que bien connuit cleremant que ce est li haut prince Galeot que a llui paroule en tel mainiere, il dit a soi meïsmes qu'il remandra par une grandismes chouse que vos oïrez en avant, ensi con nostre livre tesmoingne. Et atant respont, et dit au prince. «Sire, je ai tant aillors a fere que je ne puis demorer ne et ne autre leu». «Hay5, biaus sire», fet li haut prince, «je voz pri tant con l'en poroit prier a son amis, et pour la rien que voz plus aimés, que vos herbergiés avech moi, et soiés seingneur et sire de quanque je ai en ceste monde». Mout prie li haut prince a m. Lancelot, et mout li dit bonez paroles, et mout li offre serviz et henor, tant que m. Lancelot, que voluntés avoit de remanoir, li respont: «Sire, et qui est vos qui tant me priés de remanoir a vos? ». «Sire», fet il, «ce vos dirai je tot maintenant, car sachiez que je sui appellés Galeot de Lointaines Isles ». Et m. Lancelot, que bien le connoisoit, devant fait semblant que ne l'ausse conneûs heramant qu'il soit nomee. Il se humilie mout ver lui, et li dit: «Sire, sachiez que je sui li votre chevalier et votre homes liges, et vos vuoill servir et henorer de tot mon pooir, et demorai avech voz voluntiers. Mes je vos pri come a mes amis et a mon seingneur, que vos m'otroiés de doner un don de quelque hore qe je le vos demanderai». «Sire», fet li haut prince, «ce voz otroie je debonairemant, et le voz dorai de quelque hore que voz le me demanderez». «Donc remandrai je», fait m. Lancelot. Aprés ceste paroule, ne font deleament, ainz s'en vont ver li chanp, et entrerent dedenz le pavilonz dou prince, et desmontrent. Et maint chevalier li corrent desarmer, et li desarment hastivemant, et aportrent riche dras et mantiaus pareaus afibler; mout font grant joie et grant feste de m. Lancelot. «Sire», fet m. Lancelot au prince, «je vos pri que voz me creantés devant votre baronz que vos mes dorés ceaus don que je vos demanderai, et a celle ore que je voudrai». «A votre voluntés», fait li haut prince. Il mande maintenant par quatre homes, li quelz estoient li troiz rois, et li quarz estoit un evesquez, et quant il furent venus, li haut prince Galeot creant et otroie a m. Lancelot tout ensi con il avoit demandés, voiant ceaus quatre preudomes. Et tuit li offrent serviz et henor de quanqu'il puent. Et m. Gauvain, que bien avolt toute fois son esgart sor m. Lancelot, et ot veû comant il estoit entrés cu chanp de l'aut prince, il en fait si grant duel que sez plaiez qu'il avoit li screvessent, et se pasme devant la reïne. Et quant il fu revenus de pamesion, il dit: «Hay, las! Con grant domajes est avenus a toute notre jenz, quant li buen chevalier est partiz de,nos, et alés a nostre enemis. Hay5, Roi Artus, et toz les autres qui avech toi estoient! Con mauveisemant voz est esproitiez, quant voz laissastes partir li buen chevolier, car certes li son cors seulemant nos a hui mantenus a toz beiçons!». Mout n'a grant duel m. Gauvain de ce que m. Lancelot s'estoit
[p. 283]
ensi partiz. Et quant li baronz et chevaliers se furent desarmez, il s'en alent grant plantee a la tref dou roi Artus. Et tenoient mout grant pallemant de la jornee d'ui, et mout en fasoient grant feste de ce qu'il avoient eû en celui jor le meillor de la battaille, et mout se desduient et seulacent ensemble. Et dient que desormais mantendront il bien lour henor encontre les homes de l'aut princes, a ce qu'il ont esprovez en aus en ceste mellee, et mout dient une paroles et autres. Atant paroles li roi Artus, et dit encontre sez baronz et chevaliers: «Seingneur», fait, «voz poés avoir veûs en ceste mellee la greingnor mervoille dou monde dou chevalier as annes noires, que nos ha hui valus et mantenus a touz beiçonz. Et je di tot voiremant que se li son cors seulemant ne fust, que nos eûsson le chanp guerpis, et vos di certainemant qu'il est li meudre chevalier dou monde. Et me fais grant mervoille qu'il puet estre, car je voi de voir qu'il se vait celant ver noz, mais sachiez san nulle faille que cestui chevalier as armes noires fu celui meïsmes chevalier que l'autre fois porté les aemez vermoilles. Et je le voudroie avant avech moi, et qu'il fust de mon ostiaus, que je ne voudroie gaaignier une cité ou un roiames, et certes je me teing a mort et a hunis de ce qu'il m'est ensi eschanpés par deus fois. Et pri et requier chascuns sour quanqu'il tient de moi, c'il i a nul de vos que saiche la ou il est, qu'il le me die». Et tuit respondirent qu'il ne en savoient rien, et qu'il ne le connoisent «four tant seulement que nos le savon au meillor chevalier dou monde, et mout nos faisonz grant mervoille qu'il puet estre». Et mout en parloient de lui et de la grant mervoille qu'il avoient veû qu'il avoit fait. Lorz paroule li roi Karados, et dit: «Monseingnor roi, or sachiez voiremant que de celui chevalier vos di je tot hardiemant qu'il a hui fait la greingneur mervoille d'armes que feïstes jamés nul chevalier au nostre tenz. Il noz ha hui hestés banieres et estandart, mes nos tuit en somes esproitiés mauveisemant, que nos ne l'avonz retenus avech nos, et que nos ne l'avonz henorés sour toz homes! ». Mout en parloient celui soir li un et li autres dou buen chevalier, et mout li donent grandismes lox, et mout ont duel de ce qu'il ne l'avoient retenus avech eaus. Mes atant laisse ore li contes a paller de mesire li roi Artus et de ceaus de son ostiaus, et torne a paller de l'aut prince Galeot et de m. Lancelot dou Lac. Or dit li contes que quant li haut princes Galeout ot en son pavilonz m. Lancelot dou Lac, il le onore de quant qu'il puet, et mout se fait par tuit joie et feste. Mes m. Lancelot ne se confortoit de rienz, ainz estoit come home que aûsse duel et ire, et mout se poine li haut prince de lui conforter. Mes ce ne vaut rienz, car m. Lancelot avoit grant ire de ce qu'il s'estoit mesfait ver la dame de Manoaut de ce que il dovoit torner en sa prison, ne ne i estoit retornés, et ce est une chouçe que mout li greve et mout li enuie. Et l'autre chouçe estoit qu'il pensoit mout a l'affer de l'aut prince Galeot et dou roi Artus. Et quant il fu ore de souper, et les tables estoient mises, il s'asient a les tables, et menuient aaiçemant, et li haut prince li fait tant d'onor con c'il fust son seingneur. Et la nuit fu couciés m. Lancelot eu plus riche lit que baut prince eûsse. A l'endemain se lievent, et alent hoïr la messe mout priveemant, car m. Lancelot ne voloit estre conneûs de nulz. Que vos en diroie? Deus jorz demore m. Lancelot avec li haut prince en tel mainieres et si priveemant q'il ne fu conneûs de nulz for que de l'aut prince seulemant. Au tierz jorz ont acreantés la battaille, et se lievent bien pour maitin, et se armerent et ordrent lor battaille tout en tel mainieres con il estoit acostumés. Et m. Lancelot fu armés d'une meïsmes armes con li haut prince, car il avoient escu tot vermoill a un lyon d'or tot ranpant, et coverture et heume tot autretel. Il estoient mout richement acesmés et armés et montés, et sachiez q'il estoient andeus des meillor chevalier et des plus puissant et des plus biaus dou monde. Car je vos di que li haut prince estoit bien plain pié greingnor que n'estoit m. Lancelot, et selonc sa grandesse estoit il bien taliés de toutes menbres. Et chevauchoient si jostés qu'il ne se partoient de rienz. Et quant il ont ordrés et atirez lour battaille, et il atendoient que li homes dou roi Artus venissent. Quant li roi Artus ot veû que li haut princes et sa jenz estoient tuit eu chanp aparoilliés della mellee, il fait ordrer et atirer lour battaille, et oissirent hors battaille aprés battaille. Et la reïne Jenevre et toutes les dames et damoiselles estoient montés es loges pour regarder la mellee, et li viel chevalier ausint. Et quant il furent aparoilliés, il ne font nul deleament, ainz laissent corre les un sour les autres mout hardiement. Et quant il vienent au jondre des glaiviez, or peûst veoir si grant l'esfrocier de lances que l'en ne hoïst le Deu tonant. Il ne demore gramant que tuit furent pour ygal eu chanp; mout comencent la meslee cruelz et fellenese, car maint chevalier i morent, et maint hi
[p. 284]
cheoient, que sachiez que en pou d'ore la terre estoit tout coverte de chevalier morz et navrés, que ne avoient pooir d'eaus relever. La crie et la noisse hi estoit si granz que ce estoit une grant chouçe a veoir; li conpaingnonz de la Table Reonde la fasoient si bien a celui point qu'il mostrent bien qui passent tuit li chevalier dou monde. Mout hont a fere d'andeus parz, si que li plus hardiz se tenoit tout a engonbrés. Et quant li haut princez et m. Lancelot ont veû que d'andeus parz estoient en la mellee, et veont la battaille qui estoit si dure et fellenesse, il se mistrent entr'aus lez glaivies baissiés au ferir de sporonz. Et fiert chascunz le primier chevalier qu'il encontrerent si duremant qu'il le porterent a la terre mout fellenessemant. Il ne s'arestrent pas sour eaus, ainz se mistrent en la greingneur presse qu'il voient. Il comencent a fere la greingnor mervoille d'armes dou monde; il arachent eume de teste et escuz de cuel, il versent chevalier a la terre, il sunt plus redoutez qe tonoir. Et quant li conpainz de la Table Reonde virent li deuz chevaliers que si grant maux aloient faisant de lor jenz, il distrent: «Se cist chevalier vivent longement, il noz metront tuit a la mort! ». Il ne font nulle demorance, ainz laissent corre celle part ou il li voient. Et m. Lancelot et li haut prince, quant il li virent venir, il li connoisent bien, il ne li refusent pas, ainz drecent eaus le teste de lour chevaus, et vont eaus a l'encontre mout hardiemant, et mout se tredonoient grandismez coux. Et mout est la mellee dure et pesmez et cruelz, et mout i souffrent grant poine et grant travail li conpangnons de la Table Reonde, a ce que trop avoient plantee de bone chevalerie contr'aus. Et li roi Artus i avoit son cors, et bien i s'esprove con chevalier de grant valorz, et bien mostre apertemant qu'il est home de tenir terre. Que vos en diroie? Sachiez que avant que midi passast, la jenz dou roi Artus avoient tant a ffere qu'il ne puent plus souffrir, car les homes de l'aut prince, quant il voient m. Lancelot et lour seingnor que fasoient si grant mervoille d'armes, et que domajent ensint lour enemis, il lour croist pooir et force, il lour donent exenple de bien faire, il en valoient assez de miaux. Il corrent sour <lour> enemis plus aspremant qu'il ne avoient fait nulle fois. Et m. Lancelot meïsmes la fait miaux qu'il n'avoit fait nulle foiz, car il s'esforce houtre pooir, et por ce q'il voloit par sa voluntés torner a desconfitture les homes li rois Artus, et il fait tant par son pooir et par sa proesse que lez homes dou roi Artus ne puent plus, ainz comencerent a guerpir place. Et ce ne est pas mervoille, ne ne sunt pas da blasmer, car tant s'estoient esforcés et tant avoient souffert poine et travaill pour lour henor mantenoir con il plus puent. Mes tot ce ne vaut rienz, car sachiez de voir qe trop avoient bone jenz et granz contr'aux, et ancois que celui qui soloit mantenir et aidier li domajoit plus a cestui point, ce est m. Lancelot dou Lac. Et pour ce ne sunt da blasmer les homes dou roi Artus se il grepoient le chanp. Et quant li roi Artus voit que sez jenz venoient grepent place, il a si grant duel et corruz car pou qu'il ne muert de duel. Il dit: «Ha, douce Mere Deu! Priez li votre doux Fiz, que par sa pitié il eschanp, que li roiames de Logres ne soit deshoronés ne destruit!». Et quant il a dites ceste paroulez, il s'en vait a la baniere de la Table Reonde, que tuit estoient ensenble, et lour dit: «Segneur conpainz de la Table Reonde, remenbrés vos dou grant henor que voz avés eû en ceste monde jusque a cestui point, et les grant chevaleries que voz avéz ja faites. Por Dieu! Esforciés vos houtre pooir de mantenoir notre henor, car miaus vaut morir defendant nostre henor que torner a desconfiture. Et regardés, biaus doux conpangnonz, es loges, et poés veoir nostre dame que seront de morir, et pensés de bien faire! ». Et por ce vos pri que vos obliés toutes peorz ausi desoronés et hunie. Quant li conpangnons de la Table Reonde ont entandus ce que li roi Artus lour seingneur lour ot dit, il ne i ot nul que le lermez ne li venissent as iaux. Et gettent grant souspir de cuer parfont, et tuit dient contre lour cuer qu'il aiment miaus morir que la desconfiture tornast sour eaus. Aprés ceste pallemant ne font nul deleament, ainz comande li roi a mesire Yvain, que la baniere avoit, que il se meïssent en la greingnor presse que il voient au ferir de sporons. Et il le font tot maintenant, car il se mistrent entr'aux mout hardiemant. Or peûst l'en veoir grant coux doner et recevoir, or peûst veoir fere grant mervoille as conpainz de la Table Reonde, et bien mostrent a ceste foiz qu'il sunt chevalier de grant valorz. Et li roi Artus meïsmes la fait si bien qu'il fait a loer par toi li monde. La battaille estoit a cestui point dure et cruel et pesmes plus que ne avoit estés nulle foiz. Li chapelleiz et li ferreiz de l'espee hi estoit si grant que l'en ne hoïst le Deu tonant. Mes sachiez que la jenz de l'aut prince estoit si grant ver celle dou roi Artus que ci ne vaut ne proesse
[p. 284]
de ceaus de la Table Reonde ne de nul hautre qu'il peûssent le chanp mantenir, ainz venoient toute fois greppent place. Mes mout se penoient dou defendre. Quant la reïne Ginevre et les autres dames voient lour seingnor en si grant meschief, et voient que li pis tornoit sour eaus, elle preurent tendremant, et prient Damedieu et sa douce Mere que li defende de mecianse. Et m. Lancelot et li haut prince Galeot et li chevalier de lour partie ont veû les homes dou roi Artus que venoient greppent la place. Il s'esforcent de tot lour pooir et corrent sour caus plus aspremant qu'il ne avoient fait nulle foiz. Il li aloient ociant et ferant, il lour font trop grandismes domajes; il font tant que li omes dou roi Artus ne puent plus souffrir, ainz lour convient a fine force guerpir le chanp, et torner en fuie, car plus ne puent souffrir e [n] nulle mainieres. Et quant les haut prince et sez homes virent que li roi Artus et sez jenz s'estoient tornés a desconfiture, il ne li respaingnent pas, ainz li vont abatant et ociant malemant. Que vos en diroie? Il li mistrent a la voie et passent les loges et le berteressce, et li vont tote foies chachant et ociant. Et quant la reïne Ginevre et les autres dames et li viel chevalier qui ont veû que la desconfitture estoit tornés sour lour jenz, elle se despiecerent les dras, et detirerent lour chevoilz, et gratirent lour vix. Elle font si grant duel qu'il n'estoit si dur cuer que pitié ne n'aûsse; mout est grant doleur a regarder le grant duel [que] la reïne et lez dames demenoient. Et quant il ont lour chacie mantenue bien une liegues, et m. Lancelot, que avech li haut prince estoit, ot veû que la chacie estoit mantenue assez, il dit que desormais poroit il trop demorer a demander ce qu'il velt a li haut prince. Atant paroles m. Lancelot a li haut prince, et li dit: «Sire, vos savés bien que voz m'avés otroiés de doner un don tiel con je le voz demanderai, et de quelque ore que je voudrai». «Hoïl», ce dit li haut prince, «ce est tot voir». «Donc vos demant je», fet m. Lancelot, «que vos deveingnés homes liges de monseingnor li roi Artus, et ce est le don que je voz demant et que je vuoill». Et qant li haut prince entent ce que m. Lancelot li ot dit et demandés, il en devient si esbaïz que a grant poine se pooit sostenir a chevalz. Et demore une grant piecez q'il ne dit mot, ainz demore come home forsennee. Et quant li baronz ont veû le senblant qu'il fasoit, et ont entandus ce que m. Lancelot li avoit dit, il li dient: «Sire, a quoi pensez vos? Chevauchés avant, et la chacie de votre enemis sivés!». Atant paroule li haut prince a sez baronz, et lour dit: «Seingnor, sachiez de voir que je ne pens a ce que je ne vuoille atenir ce que je ai promis, mes je pense a la grant couses qu'il mes a dit, qu'il veaut que je deveingne homes ligez de celui cui je avoie conquista par force d'armes. Et ancois qu'il savoit que tant rois et tant baronz sunt e [n] ma soubecion! Et ce est bien le greingnor fait que jamés fust demandés en terre! ». Aprés ce paroles ne demore plus, ainz fait maintenant soner sez tronbe [e] t greillez, et fait arester sez jenz, qu'il ne sivent plus la chacie. Et entre li haut prince et m. Lancelot chevaucent tant qu'il ont atint li roi Artus. Et quant li roi Artus li voit venir, il connuit maintenant li haut prince Galeot. Et quant li haut prince et m. Lancelot l'ont atint, il desmontrent maintenant, et s'en vont au roi. Et li haut prince li dit: «Sire roi Artus, je sui Galeot, le sire de Lointaines Isles, qe au desus de toi estoit venus par force d'armes. Mais il convient que je deveingne votre homes liges, et ce me convient fere pour ce que m. Lancelot, que et est, le veaut. Car je li avoie otroiez de doner un don de quelque hore qu'il le me demanderoit, et tel con il voudroit, et il mes a demandés que je deveingne votre homes liges; et je ensi firai, puis qu'il li plest». Et quant li roi Artus entent ceste novelle, il desmonte maintenant, et ausi font tuit les autres baronz que enluech estoient, et tenoient ceste couse a grandismes mervoilles. Et li haut prince fist aporter li Sainz, et jure homajes au roi Artus, et devient sez homes ligez, dont il fu ceste chouses tenue le greingnor fait que avenist au nostre tenz en terre. En tel mainieres con vos avés hoï devient li haut prince Galeot homes liges dou roi Artus pour le amorz m. Lancelot dou Lac. Et quant il ont ce fait, il montrent tuit a chevalz, et se mistrent a la voie. Et chevauchent tant qu'il furent venus as loges, la ou madame la reïne Ginevre et les autres dames et li viel chevalier estoient, qe fasoient encore duel. Et quant il furent a eus venus, et ont seû le fait comant estoit avenus, elle n'ont toute grant joie et grant feste. Et ne i demorent plus, ainz s'en aloient au chastel de Manoalt, et enluech demorent bien une semaine a grant desduit. Et mout fait li roi Artus et madame la reïne Ginevre grant joie et grant feste a li haut prince Galeot. Et bien furent entre m. Lancelot et la reïne aucune cousez li queiz ne veaut li maistre metre en escrit, pour le onor de les uns et de les autres. Or voz a li maistre contés l'afer de cestui fait, ce est someemant
[p. 285]
coment il avint et comant il fu. Et bien sunt autres livres que le content en autre mainieres, mes sachiez de voir que ce est la plus vertables qui soit escrit en trestous li romainz et les livres dou monde. Mes atant laisse li contes a paller de cestui fait, que plus ne pallera a cestui point. Et pallera li maistre d'une mout belle aven [ture qui avint> en celui tenz meïsmes <a la cort dou roi> Artus. Li contes dit que li roi Art [us avoit> demorés eu chastel de Manoaut <une> semaine avech li haut prince Galeot <a> grant joie et a grant feste. Il se partirent: li haut prince Galeot s'en torne en Sorelois, et m. Lancelot s'en vait avech lui. Et li roi Artus et sa jenz se tornerent en la maistre ville de Kamaaloth. Et avoient tuit grant joie de ce que si bien lour estoit avenus de l'affer de l'aut prince Galeot. Or avint que un jor que li roi estoit en la maistre sale a grant conpangnie de baronz et de preudomes, atant es vos venir un nain. Et s'en vait tot droitemant devant li roi, sez paumes battens ensenble; il ploroit, il fasoit le greingnor duel dou monde. Et s'e [n] jenoille devant li roi, et li dit: «Sire roi vaillanz, merci, seucorrés un preudomes qui est a grant beiçonz! Car sachiez que c'il ne est seucorrus prochainement, qu'il sera mis a mort hentousemant!». Et quant li roi entent ensi paller li nain, il le fait drecier heuramant, et li dit: «Di moi, nain, qui est celui preudomez que voz dites, et l'achaionz por coi il sera ruis a mort?». «Mon seingnor», fait li nain, «ce vos dirai je tot maintenant. Or sachiez que celui chevalier que je vos di, que Abés le Renomés est appellés, et je, chevauchavames pour la foreste la orz. Atant veïmes venir la Beste Gratusant, et m. Abés s'aparoille d'aler aprés la Beste. Atant hi vint un chevalier armés de toutes armes, et montés mout richement. <Et quant il fu a no] z venus, il demande a <Abés ou il> aloit. Et il dit qu'il alo [it aprés la Bes] te Gratusant. Li chevalier dit qu'il <ne soit tan] t hardis qu'il en la queste de la <Beste se> meïsse, et qu'il ne set nul si pre [u] domes que en celle queste se meïsse qu'il ne le feïsse repentir duremant. Et m. Abés li dit qu'il savoit tiel chevalier que, c'il fust entree en celle queste, qu'il ne laieroit pour tiel vinz chevaliers con il estoit. Et cil li demande qui estoit celui chevalier, et il dit que ce estoit m. Tristan de Leonois. Et quant li chevalier entent ce, il le tient a grant desdoingne; il le desfie maintenant, et furent a le joustes et a le meslee. Mez au parfiner m. Abés ne puet souffrir, li chevalier le moine a outrance, et le prist et le fist lier sour le chevals a son escuier. Et jure qu'il ira querant m. Tristan une semaine, et c'il le trueve dedenz celui terme, il dit qu'il l'ocira por despit de m. Tristan devant lui. Et c'il ne le trueve, il dit qu'il l'ocira autresint». Et quant li roi ot entandus ce que li nain avoit dit, atant paroles et dit: «Ce est m. Palamidés celui que li chevalier enmoine! Il est nostre amis, et pour ce je li manderai que pour amor de moi il laisse li chevalier. Et je sai bien qu'il le laira maintenant». Atant demande li nain qel part il est alés, et li nain le li dit. Atant comande li roi a m. Yvain, le fiz au roi Hurien, qu'il hi aille maintenant, et qu'il le prie qu'il laisse Abés pour son amor. Messire Yvain ne fait nul deleament, ainz monte maintenant sour un buen palefrois, et se met au cheminz avech li nain sanz nulle armes four que de sez espee, et moine en sa conpangnie deus eschuier. Coment m. Lamorat et m. Palamidé se conbatirent durement ensenble. Et m. Lamorat de Galles, qe grant haïne avoit sour m. Palamidés pour la reïne Yçelt, estoit a celui point en la sale, et avoit hoï tout ce que li nain avoit dit, et savoit quel part m. Palamidés s'en aloit. Il ne fait nulle demorance, ainz s'en vait a son ostel, et prent sez armes. Et monte sour son chevaus, et se met aprés m. Palamidés sanz nulle conpangnie. Et se haste tant de chevauchier qu'il a atint m. Palamidés, et voil en quel mainiere il menoit m. Abés. Il li dit: «Vassalz, comant menez voz si villainemant cest chevalier?». «Et coment», fait m. Palamidés, «le volés vos defendre et aidier le? ». «Voiremant le vuoill je aidier», fait m. Lamorat, «ne pour autre ne sui je venus aprés toi! ». Et quant m. Palamidés entent ce, il se fait baillier a son escuier son escu et sa lanse. Lorz s'esloingne lez uns da les autres, il se vienent au ferir de sporonz les glaiviez haissiez mout ardiemant, car sachiez qu'il estoient andeus des meillor chevalier dou monde. Il se trefierent sour l'escus de toute lour force si roidemant qu'il se treporterent andeus a la terre. Mes de tant lour avint bien qu'il ne ot autre malz four que li cheoir seulemant. Que vos en diroie? Li chevalier se lievent mout vistemant, et se gettent
[p. 285]
l'escu devant, et mistrent main a l'espee, et cort les un sour les autres mout hardiemant, et se tredonoient graûdismes coux, et comencent la meslee dure ci pesmes. Et la ou il se conhattoient en tel mainieres, atant hi vint m. Yvain, ci quant il le trueve ensi a la meslee, il li connuit andus. Il se met tot ensi a chevaus con il estoit entr'aus, et lour dit: «Seingnor chevalier, je vos pri que vos voz souffrés de la meslee jusque atant que je aie pallés a vos». Li chevaliers se soufrin atant. «Seingneur», fait messire Yvain, «je sai que voz de sa estes m. Palamidés pour l'entreseingne que cestui nain mes ha contés. Et voz di que monseingnor li roi Artus voz mande et vos prie, ensi come a son cier amis, que vos pour le amor de lui delivrés m. Abés que ci est». Quant m. Palamidés hoï ensi paller m. Yvain, il li dit: «Sire, voz soiés li tres bien venus, et vos di que se li chevalier m'aûsse assez mes fait, si le delivrai je debonairement, pour le amor de voz et de monseingnor li roi, cui je dovoie avant nomer». Lors comande a sez escuier qu'il le laissent maintenant, et cil font le comandemant lour seingneur, et li rendent sez armes et son chevalz. Et m. Yvain le mercie assés, et le prie qu'il laisent la mellee entre lui et m. Lamorat. Et il le font debonairemant. Lorz prie m. Yvain a m. Palamidés qu'il veingne veoir li roi Artus. «Sire», fet il, «je ne i puis venir a cestui point, car je vuoill sevir ma queste». Atant se trecomanderent a Deu: m. Palamidés se met aprés la Beste Gratusant, et messire Yvain, et m. Lamorat, et m. Abés se mistrent a la voie, et s'en vont a Kamaaloth. Et desmontrent e [n] mi la cort, la ou il truevent li roi Artus a grant conpangnie de baronz et de chevaliers. Li roi fait grant joie et grant feste a m. Abés. Mes atant laisse li contes a paller dou roi Artus et de ceaus de son ostiaus, et torne a m. Palamidés li Paienz, li poissatit chevaliers. Ci endroit dit li contes que quant m. Palamidés se fu partis de messire Yvain et de sez conpangnons, il se mist en sa queste aprés la Beste Gratusant. Il chevauce tot celui jor sanz aventure trover que a mentovoir face en contes jusque a bas nonet, qu'il ne trueve ne home ne femes. Et atant fu venus en une praerie, la ou il trueve un chevalier qui estoit a mout grant meschief, car sachiez qu'il se conbatoient encontre cinq chevaliers que a mort le volent mettre. Il se defendoit tant con il pooit, mes sa defense ne li vaut rienz, car il l'avoient tiel atornés qu'il ne pooit plus en avant. Et se aucun me demandoit qui li chevalier estoit que a si grant meschief est, je li faiz savoir qu'il estoit m. Siguradés, buen chevalier et vaillanz duremant. Quant m. Palamidés voit li chevalier tiel atornés qu'il ne pooit plus en avant, et qu'il ne atendoit four la mort, il n'a grant pitié. Il prent tantost son escu et son glaivies, et s'en vait a elz, et lour dit: «Et collant, mauveis chevaliers et fallis, vos conbattés vos tuit ensenble a cestui chevalier, que ne est que un seul? Ou voz le laissiés, ou voz estes tuit morz!». «Vassal», fait li un d'eaus a m. Palamidés, «estez vos forsennee, et alés vos querant vostre mort? Certes se voz plus en parlerés, noz voz metrons a mort tot maintenant». «A la sprove en serés prochainemant!» fet m. Palamidés, «or vos defendés, car je ne vos aseûr four de la mors! ». Aprés ceste paroule ne font nul deleament, ines tot maintenant li un de celz prent un buen glaivies cort et gros, il s'esloingnent entre lui et m. Palamidés. Il baissen les glaivies, et hurten chevaus de sporonz, et vient les uns verz les autres bien come preudomes. Il se trefierent sour l'escu de toute lour force. Li chevalier bliçe sa lanse, et m. Palamidés fiert lui si roidemant qu'il le porte a la terre enavrés a mort, et s'en vait outre parfornir son poindre. Et m. Palamidés, que avoit sez glaiviez bliçés, il met main a l'espee, et cort sour les autres quatre chevaliers que a m. Siguradés se conbattoient mout ardiemant. Et lour done grandismes coux, et comencent la meslee dure et pesmes, car je vos di tot voiremant que cil estoient mout buen chevalier. Mes au dereain ne vaut rien qu'il peûssent souffrir le grant pooir de m. Palamidés, et ancois que m. Siguradés l'aïde formant, car quant il voit m. Palamidés que si bien l'aïde, il crois en pooir et en force, ne ne demore gramant que li cinq chevalier estoient tiel, atornés que ce estoit une pitié a veoir. Car sachiés de voir qu'il en giçoient trois a la terre, tiel atornés et si navrés qu'il ne avoient pooir de lour relever. Et li deus chevaliers que a chevaus estoient sunt a tiel point qu'il ne puent plus en avant, et il voient que c'il i demorent plus, qu'il sunt mors. Et por ce se mistreni en fuie tant con il plus puent. Et quant m. Palamidés et m. Siguradés ont veû qe cil s'en fuierent en tel mainieres, il ne li vont pas eûchauchant, ainz dit m. Palamidés au chevalieréu'il avoit delivrez: «Sire chevalier, qui estes vos? Et por coi vos volent ceaus mauveis chevalier mettre a mort?» «Sire», fet il, «Siguradés sui només». «Hai, biaux sire, bien
[p. 286]
soiés vos venus! » fet Palamidés. Et atant se fait connoistre, et se font joie et feste, et m. <Siguradés> dit a Palamidés comant li chevaliers estoient sez enemis. Or se taist li contes de cist dui, et torne coment li roi Marz aseje Kamalot. Or dit li contes que li roi Marz avoit assegié li roi Artus dedenz Kamaaloth. Sanz doutte li rois Marz estoit venus eu roiames de Logres a force de jenz, et avoit adonc amené avech lui tout le pooir de Sesoingne et de Cornoaille. Et entre de nuit e [n] lla Joieuse Garde, et prist la reïne Yçelt. Et pour ce qu'il avoit doutance qu'il ne la perdist en aucune mainiere eu roiames de Logres, li mande il en Cornoaille tout erament qu'il la tient. Il ala puis sour li roi Artus, et le desconfist, car trop avoit grant gent. Et li roi Artus en avoit petit. Si s'en foï dedenz Kamaaloth touz enavrés et desconfiz villeinemant, et fist cloire le porte tout maintenant. Et li roi Mars l'asseja, et fist lougier sa jenz entor la cité. Et qui cestui conte voudra oïr tot apertemant, si preingne le livre monseingneur Roubert de Buron, car cil le devise tot mot a mot, pour ce ne le vuoill je deviser en cestui livre. A celui terme que li roi Marz avoit asejé en tel niainiere li roi Artus dedenz Kamaaloth, m. Galeat en di parler. Quant il soit que ce estoit verités, il dit qu'il le delivra c'il onques pooit, et mantenant se mist au chemin, et tant qu'il trueve m. Palamidés et Artus le Petit, le fiz li roi Artus. Ensi con je voz ai contés, celui jor oissi horz li roi Karados Briefbras, a tant de gent con il avoit feri en l'osi li roi March. Mais desconfist i aûst estés sanz faille, se ne fusi la proesse de Galeat, car il mostre bien apertemant qu'il estoit chevalier sour touz autres chevaliers. Car quant la battaille fu plus pliniere, il comance a fere si grant mervoille d'armes que nel ne 'l voit qui ne le tenist a la greingnor mervoille dou monde, car ore estoit pres, ore estoif loing, or a destre, or a senestre, or amont or aval. Qant les homes li roi Mars virent celle mervoille, il estoient duremant espaontés, il ne i ot nul si ardi qui atendre l'oçast, por ce tornerent il a desconfiture, et li baron de Cornoaille et ceaus de Sesoingne autresint. Que voz en diroie? La fu l'ocision si grant, onques eu roiames de Logres ne avoit eti greingnor devant celui jor. Li roi Mars s'en fui a tant de gent con il pooit. Quant m. Galeat vit que li enemi li roi Arius estoient desconfis, et que recovrer ne se puent, mes il se parti de la battaille au plus coiemant qu'il puet, et s'en ala d'autre part. Mais atant laisse li contes a parller de m. Galeat, et retorne au roiames de Cornoaille. Or dit li contes, aprés ce que li roi Mars de Cornoaille fu desconfit devant la cité de Kamaaloth - ou il avoit li roi Artus assejé por la forcie des baronz de Seisoingne, non pas por celz de Cornoaille - quant li roi March fu ensi desconfist pour l'aute proesse de Galeat, li roi, que se tient a bien paiez de ce seulemant qu'il en pout son corz eschanper -car c'il se fust fuis priveemant, bien y eûstestés pris et retenus -, quant il se fu partis de la battaille a si poi de jent qu'il n'estoient pas .XXIIII. chevaliers, il s'en ala parmi le roiames de Logres au plus coiemant qu'il puet, qu'il ne venoit onques en chastel ne en ville ou il ne fust eramant ocis se l'en le reconneûst. Por ce le convenoit aler si celeemant qu'il ne fust conneûs ne d'un ne d'autre. Quant il fu venus a la mer, et entree en une nef et arivés en Cornoaille, adonc mercie il nostre Segneur de ce qu'il estoit sainemant repairés dou roiames de Logres, dont il ne quidoit jamés reparier. Granz est li duel qui font les home de Cornoaille, car li dans qu'il avoient receû a cestui point estoit granz [a] mervoille. Car de touz les chevaliers que li roi Marc avoit amenee de Cornoaille a ceste voiagie, ne repairent mie .XXX. chevalier, car tuit li autre avoient estés que mors que pris en la grant battaile dou roiames de Logres. Granz est li duelz et la plainte qui font tuit en Cornoaille. Il sunt tant duremant corruciez de ceste grant perte qu'il on fait a ceste fois au roiames de Logres, que li un ne ouçe reconforter l'autre. Tuit entendoient a faire duel, for li roi Marc seulement. Mais il ne fait semblant se petit non, que quant il voit madame Yselt il oblie toute sa perte: elle est tot son reconfort et son soulas et sa joie. lo Mais certes se il a le cors en sa baillie, il n'i a mie le cuerz. Li cuers est en autre leu que en Cornoaille; li cors est en une grant tor, triste et doulenz, et jor et nuit, et bien le puet li roi March apertemant veoir tot adés. Car il ne est onques hore que la reïne Yseut ne ploure. Il est mervoille ou elle puet truever tant lermes con elle rent. Se elle dort, elle est eu roiames
[p. 286]
de Logres, et se elle veille autresint: en dormant et en veillant est elle adés avech Tristan, car li roi March non n'a de li se non la paroles et mal semblant. Or a il le cors seulemant, que ne vaut plus d'une dame morte. Et quant il ne n'a autre couse, collant se puet il reconforter? Mais il l'aime tant q'il ne est chouse au monde nulle q'il tant aime: cel est bien toute sa vie. Mais c'il en est joianz et liez, Tristan en est doulenz, car puis qu'il set veraiemant comant li roi Mars estoit venus eu roiames de Logres a force de gent et avoit asejé li roi Artus en Kamaloth, et puis avoit estés desconfis por Galeat, et avoit tant fait qu'il avoit treite la reïne Yselt de la Jo [ie] use Garde, et l'avoit envoiee en Cornoaille, qu'il ne la peûst prendre pour aucune aventure dou monde au roiames de Logres. Quant monseingnor Tristan entendi toutes ces novelles, il ne fu onques mais si doulenz por le grant duel qu'il avoit au cuer. Se parti de toutes genz, il ne veut mener avech soi escuier nul. Desormais ne sera, ce dit il, reconfortés, quant il ha sa dame perdue. En tel mainiere Tristan demoine si grant duel que mervoille est comant il dure. Petit menuie, petit boit, onques mais ne fu a malaisie tant qu'il ne soit ore [n] droit plus. Il maudit tout li monde, et dit qu'il est li plus mescheanz chevalier que onques portast armes. Doumaje est qu'il a tant vescu, si con il dit. Un jor, qu'il chevaucoit par une foreste, armés de totez armes, menant mout grant duel, avint qu'il encontre Kex li Seneschalc et Dodinel li Sauvajes. Et monsengneur Tristan aloit [pensant] si duremant qu'il ne savoit s'il estoit vif ou morz. Li dui chevalier se arestent e [n] mi le chemin. Quant il voient m. Tristan venir, il dient: «Veez ci venir un chevalier herrant tout aparoilliez de la jouste». Et Kex dit herament qu'il veaut la joste de lui. Il se met adonc avant, et dit: «Sire chevalier, a joster vos estuet a moi!». Tristan, que ne entent pas ce que Kex dit, ainz vient toutes voies avant ensi con son chevals plet. «Dieux! Ay5de! » fait li chevaliers, «Par foy! Je ne vi pas piece mais nul chevalier si orgueillieus con est cestui, que seulemant respondre ne m [e doingne>. Or ai je desheés, se je rep [entir ne> le face de ceste follie!». «Kex», <fait Dodin] el, «or aiés vos deshais, se vos <ne le mett] és a la terre se voz onques poés, <car de> faire honte as chevaliers orgueli [eus co] n est cestui, ne devroit nul home [est] re blasmés». Messire Kex, <quant> entent ce qu [e] Dodinel li dit, il ne fait null [e] demorance, ainz hurte heramant le chevaus de sporonz, et s'en vieni a monseingnor Tristan. Et le fiert si duremant en son venir qu'il li fail les archonz voidier, et le porte a la terre, et ce puet il ligiermant faire a celui point. A ce que m. Tristan se sent ensi abatus, il en devient tot esbaïs; il se relieve mout vistemant. Et quant il voit Kex, il le connuit eramant; mais il ne puet lui adonc legiermant connoistre, car il ne portoit nulle entreseingne qu'il soloit porter; pour ce se mesconneûrent il adonques en tel mainieres. Quant il reconneûst monseingnor Kex, il dit auques courruciés: «M. Kex, m. Kex! Mal m'avés abatus en tel mainiere!». «Et por coi est vos si duremant orguellieus», fait Kex, «que ne me degniés respondre? Et si vos en avoit deus fois appellés! Certes plus a en voz orgueill que ne a en m. Tristan, qui est li meudre chevalier dou monde! Se m'aït Dex! » fet Kex, «il me poise que je ne voz ai fait pis que abatre seulement». «Kex», fait m. Tristan, «cest ne est pas la primiere hontes que vos m'avés ja faites, par celle foy que je doi a Dieu! Se pour autre ne fust, je me cuidasse bien vengier de voz assez tost. Mais je m'en souferai a ceste fois». Et quant il a dites ceste paroule, il s'en voloit aler sa voie. Messire Kex li vient au devant, et li dit: «Sire chevalier, vos quidiés que vos fuissiés si tost de moi vengiez: qui est vos, se Dieux vos saut?». «Ce ne vos dirai je ore pas», fait m. Tristan, «car il ne me plaist». «Non», fait Kex, «il est mestier que je saiche qui vos estez avant que voz partois de moi, ou voz vos conbatterois a moi». «Certes», fait m. Tristan, «la battaille de vos ne vuoill je mie, puis que je vos connois. Car je firoie contre ma voluntés. Et pour ce vos dirai je qui je sui: sachiés de voir que je ai nom Tristan de Leonois». Quant messire Kex entent ceste paroule, il li dit: «Hay5, sire, merci! Pardonés moi par votre cortoisie ceste outrajes que je vos ai fait ore [n] droit. Et veraiemant le sachiés, que je ne vos connoisoie pas, car je ne vos eûsse mie fait ceste anui que je voz ai fait par mesconnoissance! ». « Bien le sai », fait m. Tristan, « et pour ce le vos pardoing je de bone voluntés. Et je voz comant a Diex desormais, que je ne puis mie plus demorer; quant voz verrois a la maison li roi Artus, si me salués toz li conpangnons de la Table Reonde de ma part, et lour dites que Tristan de Leonoiz ne fu onques si corruciez en toute sa vie con
[p. 287]
il est ore [n] droit. Et a monseingnor Lanseloth dites qu'il ne fu onques si biencheanz que je ne soie ore plus mescheanz malement. Et m. Palamidés me salués, et li dites seûremant qu'il ne me vera jamais si con je croi, car mesaventure et mescheance me vindreni soidaineman. Onques queste ne fu si doleurose con cest ha esté par moi con fu celle dou saint Graalz. Je sui hunis, et morrai a grant delour: ce me vais le cuer disant. Et li roi Artus en sera deshoronés et vergonieus, car autremant ne remandra icestui fait. Pour Dieu, monsegneur Kex, touz mez conpangnons me salués, que je ne sai se je li verai jamés; et touz li chevaliers dou roi Band me salués autresint». «Et comant, m. Tristan», fait m. Kex, «creés vos que en ceste queste soient mors des chevalier dou lingnajes au roi Band?». «Hoïl», fait m. Tristan, «assez plus que mestier ne fust a la Table Reonde. Or voz ai je dit ce que je voz voloie dire; desormais vos comant je a nostre Segneur». Kex respont tot en plorant, et dit: «Sire, Jesucrit vos conduie a sauveté». Quant monsegneur Tristan se fu partiz de Kex le Seneschalc, il chevauce tout celui jor, et l'autre ausint, tant qe aventure l'aporte en une bielle plaingne devant une fontaine, assez pres d'une foreste qui estoit apellé la foreste Diane, por ce que trop estoit bielle et diletable. Quant il fu venus devant la fontaine, il descendi pour boivre et pour repouser, car travailliés estoit durement, car il fasoit trop grant <chaut>. Et atacha son chevaus, et son escus pendoit a un arbres. Et si con il se repousoit desous les arbrez, atant es voz venir et oissir de la fore [ste un chevalie] r armés de toutes armes, qui <portoit u] n escu tot vermoill sanz en [treseingn] e nulle, et chevauchoit tot s [eul sanz n] ulle conpangnie. Quant li <chevalier fu [is] sus de la foreste ensi con je vos di, il s'<en vient droit a la fontaine, ou il avo [it] ja> autre fois esté, et venoit droitem [ant] par soi repouser. Et quant il vit m [o] nseingnor <Tristan> souz les arbres, il reconnoist eramant que cest estoit chevalier aventeuros, et cuide bien qu'il ne demore enluech four pour jouster. Et pour regarder son chevaus que ne i faille rien, descent, et puis monte et dit a soi meïsme qu'il vaut miaus qu'il apeaut cist chevalier de jouster que il apelast lui. Monseingneur Tristan, que bien ot veû li chevalier venir, il connuist heramant, au biaux chevauchier qu'il fasoit, qu'il ne pooit estre e [n] nulle mainiere qu'il ne soit preudomes desarmés. Il ne se remue, con cil qui est pensif duremant et tristes, mais ce pense il bien qu'il est venus pour jouster. Quant li chevalier fu pres de monseingnor Tristan, il s'areste, et puis li dit: «Sire chevalier, venés jouster, c'il voz plaist». «Biaus sire», fait m. Tristan, «je ne ai ore [n] droit voluntés de jouster». «Comant», dit li chevalier, «ne estes voz pas chevalier herrant?». «Hoïl», fait il, «chevalier her [r] ant sui je voiremant». E coment est ce», fait li chevalier, «que voz refusés la joustes d'un autre chevalier que vos ne connossiés, puis qu'il voz en apelle?». «Il ne me plaist ore», fait m. Tristan, «de jouster ne a voz ne <a> autre; il m'est plus ore d'autre chouse». «Certes», fail li chevalier, «voz ne estes mie sagez, quant voz entre chevalier erranz vos metés, et ne volés faire ce que chevalier herrant doit faire. Et il voz en poroit encore venir desnor». «Je ne firai autre chouse», fait m. Tristan, «car je ne ai voluntés de jouster ne a vos ne autres». «Dites moi qui vos est», fait li chevalier. «Certes», fet m. Tristan, «je sui un chevalier estranges». «Et de quel roiames?» fait il. «Je sui», fait il, «de Cornoaille». «Vos soiés les tres maus venus!» fait li chevalier, «et quel male aventures venistez vos quere eu roiames de Logres? Quel pechiez vos hi aporta, puis que vos est de celui hunis païs, qui voz done ardiment d'aler pour le roiames de Logres en guiçe de chevalier herrant et de chevalier aventeureus?». «Or est ensint», fait m. Tristan, «puis que je l'ai encomencés, je ne le lasserai a cestui point par voz ne par autres, se grant force ne le me fait faire». Quant li chevalier entent ceste paroles, si se corrucie mout fort, et dou corrus qu'il ha hurte li chevaus de sporons. Et vient par l'escu m. Tristan, et le prent, et le gette en la fontaine, et dit: «Ce est en despit de touz li chevalier de Cornoaille». «Sire chevalier», fait m. Tristan, «se Dex me saut, voz faites mout grant villenie qe mon escu deshoronés en tel mainiere; vos ne me peûssiez faire greingnor onte, se Dex me saut. Aprés la villenie que vos m'avés faites, faites tant de cortoisie que voz descendés, et remettés mon escus la ou vos le preïstes si l'avrois adonc amendés partie de la honte que voz li avés faite». Comant, descendroi je par votre escus? » fait le chevalier, «ce fust hore pour male honte; je cuit que cist escuz soit l'escus de monseingnor Lancelot dou Lac, ou de monseingnor Tristan; Dex! Comant il est ore grant domajes que cist escuz est abatus!». «Sire chevalier», afit m. Tristan, «encore vos di je que vos mon escus ne
[p. 287]
desprisiés, car je le priz et le onorai de tot mon pooir, et qu'il li face honte, il la fait a moi. Et encore vos di je que vos l'escus relevés dont vos le gettastes, et se vos ne le faites, je en firai autre chouse». Et le chevalier comence a rire, quant il entent ceste paroule, et dit: «Comant, sire chevalier de Cornoaille, menacés vos? Se Dex voz dont bone aventures, que quidiés vos faire?». «Certez», fait m. Tristan, «je cuit faire tot herament chouse qu'il vos tornera a desnor. lo Ne vos ne troverés pas en moi tant de mauvegité con vos quidés, car entre li chevalier de Cornoaille a de buen chevalier». «Or en faites ce que vos porés faire», fait li chevaliers, «que pour sainte Crois ja ne seroit por moi relevés ne mués de la ou il est; leïssié les boivre longemant! Et se vos estes avech lui, ce ne seroit trop grant domajes, puis que vos estes de Cornoaille». Tant parloient li dui chevaliers li un encontre li autre que m. Tristan se met en ire. Il estoit corruciés tant qu'il ne pooit plus, car li chevalier li a fait tel desnor qu'il li a getté son escus en la fontaine, et voiant lui; et ce este une chouse qe trop duremant li desplaist. Lors se drece tout maintenant, et vient a son escus, et le lieve hors de la fontaine, et dit: «Certes, escus, onques mais en ma conpangnie ne voz fu fait si grant desnor, ne a escu que je portasse, mes se je ore [n] droit ne m'en vengie, je ne vuoill pas que l'en me teingne a chevalier». Et leur le met a son cuel herament, et vient a son chevaus, et monte. Et prent son glaiviez, qui estoit dreciés encontre un arbre. Et quant il est aparoilliés dou jouster, il dit au chevalier a l'escus vermoill: «Sire chevalier, or poés de moi avoir la jouste. Vos mes aliez hui mout blasmant de ce que je la jouste refusoie, mais hore l'avés a point trové. Or pensez bien de voz tenir en selle, que pour la foy que je doi a Dieu mout me poisera duremant se je ne vos faiz voler a la terre, et se je ne vengie la desnor que vos avés fait a mon escuz». Et quant li chevalier entent ceste paroule, il se comence a rire mout duremant, et dit: «Comant, sire chevalier de Cornoaille, avés vos donc hardiment de jouster amoi?». «Oïl certes», fait m. Tristan, «et vos le verois tot maintenant!». «Diex me gart», fait li chevalier, «que je a chevalier de Cornoaille me jostrasse, car je me i poroie plus vergongier que henorer. Je voz quit de toutes querelles, et de ce que je voz apellai de joustre m'en repent je, puis que je sai que vos estes de celui païs». «Certes», fait m. Tristan, «a jouster voz estuet a moi; pour paroule ne m'eschanperés en tel mainiere. Ou vos m'abatterés a la terre, ou je voz: en autre mainieres ne se puet partir notre querelle. Hor vos gardés huimais de moi, car a la jouste estes venus, et mon escu sera vengiés hore [n] droit». Et quant il a dit ceste paroule, il ne fait autre deleance, ainz hurte chevaus de sporonz, et s'en vient ver li chevalier tant con il puet dou cheval traire. Cil ne se muet, con cil que de grant cuer estoit, ainz atent toute voies con cil que ne quide pas qu'il ait tant hardimant. Et por ce atent qu'il ne se muet, et tient son escu a son pis. Et m. Tristan, que li vient iriez et dolenz duremant, le fiert si roidement en son venir que tot fust li chevalier de grant pooir qu'il se peûsse tenir es arconz, il s'enforce duremant quant il sent le coux de la lance qu'il se teingne en tel mainiere qu'il ne li meschoit. Son esfors ne li vaut, il est si duremant feruz qu'il li estuet voidier les archonz et cheoir a la terre mout fellenessemant qu'il ne sent c'il estoit nuit ou jorz, et gist enluech une grant pieces qu'il ne a pooir de soi relever. Quant m. Tristan le voit a la terre, il descent sanz nul deleamant fere, et prent l'escu au chevalier, et le li oste de cuel, et le porte a la fontaine, et le gette dedenz. Et puis s'en revient a son chevaus, et monte et s'en vait outre son chemin. Il ne ot mie gramant alee qu'il encontre une damoiselle toute seule qui estoit de trop grant biautés. Et venoit tout le grant chemin criant ausi con se l'en la vousist ocire, si duremant espaontés que jamés ne verois plus espaonté de li. Elle crioit tant con elle puet: «Aïde, aïde, bone genz!». Quant m. Tristan voit venir la damoiselle, si vit maintenant qu'elle estoit duremant espaontés, si dit: « Ha, damoiselle, ne aiés peor, je sui un chevalier herrant que voz prent e [n] ma garde». « Hay5, sire chevalier», fait elle, «ne me tenés ci pour paroules! Se vos ne me laissiez aler, je sui morte maintenant! Ja garentir ne me porois, car un chevalier vient aprés moi que me veaut ochire». «Damoiselle», fait li chevalier, «avés peor for d'un chevalier seulemant?». «Sire», fet elle, «ne est ce trop?». «Damoiselle», fait il, «je voz promet que encontre un chevalier vos garrenterai je bien, se ce ne est m. Lancelot ou m. Galeat. Nul de ce deus, ce sai je bien, ne firont a damoiselle villenie e [n] nulle mainieres, por coi je vos prent en garde seûremant». «Or remanés, biaux sire», fait la demoiselle, «qui estes vos que si m'aseûrés?».
[p. 288]
«Damoiselle», fait m. Tristan, «je sui un chevalier herrant de la maison li roi Artus, et conpains de la Table Reonde». «Sire», ce dit la damoiselle, «et je remandrai pour seûrté de voz; or vos pri pour votre cortoisie que voz me garentissiois encontre un chevalier que ca vient et que prendre me veaut, si con je croi». «Damoiselle», fait il, «je vos promet loiausmant que voz ne avrés domajes sanz moi. Et qui est cest chevalier dont vos voz plaingnés si duremant, et por coi vos chace il? ». «Sire», fait elle, «se Diex mes dont bone aventure, je ne sai autre raison for que je chevauchoie ore [n] droit par ceste foreste e [n] lla conpangnie d'un chevalier, qui mon freres charnel est. Et trovames un chevalier armés de totez armes qui estoient toutes blancez. Et maintenant qu'il me vit, me corrut sus, et non pas a mon freres, et si mes veaut ferir d'un glaivies, et je me lassai cheoir dou chevaus a la terre. Et quant mon freres vit ceste couse, il laisse corre sour li chevalier, et li chevalier sour lui, et comencent la mellee. Et quant je vi ce, [je] m'en vint a mon chevalz, et montai, et m'en veing erramant en fuie. Et je me regardai ariere, et vit que li chevalier avoit mon freres abatus, si ai trop grant peor qu'il ne l'ait mort. Et je, que sui feme, avoit peor qu'il ne lassast mon freres, et venist aprés moi. Et pour ce m'en veing je fuiant en tel mainieres con voz veez. Or voz ai contés tout mon afer, si vos pri pour vostre cortoisie que voz ne me laissiés ochire en vostre conpangnie». «Damoiselle», fait m. Tristan, «or soiés aseûr que voz ne avés garde de lui, se Dieu plest». La ou il parloient en tel mainieres con je voz conte, il voient venir contr'aux tot le grant chemins un chevalier armés de toutes armes blances. Et se aucun me demandoit qui estoit li chevalier, je diroie que ce estoit Breûz San Pitié, que maintes hontes ha faites a dames et a damoiselles. Et pour soi plus desguiser portoit il armes blances sanz autre entreseingne, pour ce qu'il resenblast chevalier novelz. Tout heramant que la damoiselle le voit pres de lui, elle dit a monsengneur Tristan. « Hay5, sire, pour Dieu! Merci! Veés ci venir li chevalier dont je me plaing!». «Comant, damoiselle», fait il, «ce est un chevalier noviaus! Et si vos voloit faire ceste honte? Or le laissiés venir avant, que de lui vos aseûr je bien». «Sire», fait elle, «mettés voz devant moi, si serai adonc plus seûre». «Voluntierz», fait il, «ma damoiselle, puis qu'il vos plest». Si se met devant tout maintenant. «Je ai grant peor», fait elle, «que mon freres ne soit ocis». «Damoiselle», fet m. Tristan, «ne vos esmaiés mie, car li fait de voz et de votre freres ne ira si malemant con vos quidiés». Atant es vos Breûz venir. Et quant il vint pres de monsegneur Tristan, il li dit: «Sire chevalier, laissiés la damoiselle, se voz ne volés conbatre a moi». Monseingneur Tristan li respont: «Sire chevalier, je ai pris en conduit la damoiselle encontre vos et encontre touz autres chevaliers a mon pooir, tant con elle sera en mon conduit». «Comant, sire chevalier», fait Breûz, «volés vos donc conbatre a moi pour la damoiselle?». «E [n] non Dieu», fait m. Tristan, «il n'est nul chevalier que je tant aime que je souffrisse qu'il li feïstes anui tant con elle est e [n] ma conpangnie». «Anui ne li vuoill je faire, mais je la puis prendre pour raison, car je l'ai conquise par force d'armes encontre un autre chevalier». «Je ne sai», fait m. Tristan, «qe vos avés fait, car se vos la voudrois avoir, il voz convendra greingneur force que la vostre, avant que voz la peûssiés avoir par force». «Sire chevalier», fait Breûz, «il m'est avix que voz volés mesleer». «Certes», fait m. Tristan, «je ne quier mesleer a vos, c'il voz plest, mais ancois me mesleeroie a vos que voz l'amenissiez, car je l'ai pris en conduit». «Donc estes vos venus a la meslee», fait Breûz, «et voz gardés huimais de moi, se voz poés». Breûz ne tient plus parlemant, ainz laisse corre a monseingnor Tristan, et m. Tristan a llui. M. Tristan le fiert si roidemant en son venir qu'il li fait les archons voidier, et le fait flaltir a la terre mout fellenessemant. Li chevaus s'en torne fuiant, et m. Tristan le prent li chevaus et le moine a Breûz, et li dit: «Sire chevalier, montés, et ne me sachiez mal gré se je voz ai abatus, car voz le m'avez fai [t] fere par force». «Biaus sire», fait Breûz, «votre merci; certes vos m'avés hore moustré grant partie de vostre cortoisie, et se je ne venoie en leu, je voz en rendrai le guerardon». Lorz vient aprés lui li chevalier a l'escu vermoill, que m. Tristan avoit abatus, et dit a monseingnor Tristan: «Hay5, sire chevalier, vos m'avés a cestui point gabbés trop malemant, que me deiestes qui estoies des chevalier de Cornoaille; mais certes vos ne estes pas de celui mauveis païs, car vostre chevalerie le mostre!». Messire Tristan se rit des paroules dou chevalier, il ne li respont ne ce ne quoi, ainz s'en vait outre, et dit a la damoiselle: «Damoiselle, il m'est avix que voz estes delivrés dou chevalier dont vos avoies si grant peor; volés que je voz face
[p. 288]
plus?». «Sire», fait elle, «je voudroie, c'il voz plasoit, que voz a cest chevalier que vos avés ore [n] droit abatus faichés acreanter qu'il ne me feïsse villenie». «Certes», fait m. Tristan, «ce voz firai je mout voluntierz». Et leur dit m. Tristan a Breûz: «Sire chevalier, je voz pri que vos a ceste damoiselle pardoniez tot li maltalant que vos avés a li, si qu'elle s'en puisse aler tout quitemant la ou elle voudra aler». «Certes», fait Breûz, «mout voluntierz pour le amor de voz la quit je de toutes querelles: aler s'en puet quel part qu'elle voudra». «De ce vos merci je mout». fait m. Tristan, «Damoiselle, aler voz en porés quel part que voz voudroiz, et se voz volés, je voz conduirai plus». «Sire», fait elle, «votre merci, car je ne vuoil qe voz me conduisois en avant, car je n'en ai plus mestier, puis que je sui aseûr de cest chevalier», et lour s'en vait outre. Quant la damoiselle se parti, Breûz s'en vient a monseingnor Tristan, et li dit: «Sire chevalier, je ai tant provés de voz que je sai de voir que voz estez preuz et vaillanz, et l'en doit servir et henorer preudome de tot son pooir. Por ce voz pri je que voz me donissiez un don que rien ne voz grevera. Et sachiez, sire, que je le faiz par votre preu et par votre henor». «Dites», fait m. Tristan, «que volez voz que je peûsse faire». «Je voz di», fait Breûz, «que je ai pres de ci un recet, si bel et si conte que bien i poroit herbergier henoreeamant li roi Artus. Il est tart, ce veés voz bien, ne il ne a pres de ci ne recet ne maisonz ou voz peûssiez desormais herbergier aesseement qu'il ne fust tart. Por quoi je voz pri pour votre aeise et par votre preu que voz remanois ceste nuit, et herbergierois avech moi. Et sachiez que se vos hi venissiés, que je vos i ferai henour autant con je firoie au roi Artus meïsmes, cui home lige je sui, et qui me fist chevalier». «Certes», fait m. Tristan, «quant voz m'en priés si fort, je le firai pour le amor de vos». «Mout merci», ce dit Breûz. Leur s'en revint au chevalier a l'escu vermoill, et tant le prie qu'il veingne avech lui herbergier que cil li respont: « Biaux sire, je hi vendrai puis que voz tant m'en priez. Si n'i irai mie tant par votre priere con pour veoir cel chevalier que abatus m'a ausint con il fist voz. Et sachiez de voir que se je veïsse nulle droite ochasion por coi je me peûsse a lui conbattre, je me i conbattisse ore [n] droit pour vengier la honte qu'il mes a fait. Mais a ceste point m'en convient souffrir encontre ma voluntés meïsmes». «Biaux sire», fait Breûz, «or laissiés toutes rancure, et entendon a autre chouse». «Voluntier», fait li chevalier, «ja plus ne mes oïrois paller a cest foiz». Atant se mettent a la voie q'il ne font autre demorance. Et trepassent par devant une tor, et il hoent une damoiselle que trop bien chantoit laienz, et avech tot ce harpoit si glorieusemant que ce estoit mervoille a oïr. Elle chantoit adonc un lay qe m. Tristan avoit ja fait quant il connuit premieremant madame Yçelt en la nef, ensint con home conoist feme. Quant m. Tristan oï le son, il connuit tot cleremant que ce est lais, si s'areste delés la tor pour escouter la damoiselle. Quant il a une grant pieces escouté, il est ausi con tot esbaïs, car il dit a soi meïsmes que onques a nul jor de sa vie il n'oït fame si bien chanter ne si bien harper con ceste fait, se ce ne fust madame Yçelt. Por coi elle harpe si bien et si doucemant chante, li sovient des amors; cil dui chevalier voiremant, por le jostre ou il l'avoient mises, et por le paroles ou il le tenoient, li avoient fait oblier une grant partie de son seulas, mais ore [n] droit li en sovient. Quant il a une grant piece escouté la damoiselle, [il] dit en souspirant de cuer parfont: «Aï, Sire Diex! Quant chante la damoiselle glorieusemant! Sire Diex, poroie je encore vivre quant je veïsse les dames des dames mortiaus?». Quant m. Tristan a dites ceste paroule, il s'apoje scur l'archon davant, si pensif que li dui chevalier que li regardoient dievienent ausi con esbaïz, car bien voient tot apertemant qu'il est trop duremant a malaise. A chief de piace s'escria m. Tristan, que Breûz et l'autre chevalier l'entendent tot eleremant: «Hay5, las!» fait il, «con je sui mors, con je sui plus mal aventeureus que nul autre chevalier. Je ne puis en aucun leu venir que adés ne me creïssent mes doleurs! Et qu'en diroie? Je sui mors, car ceste damoiselles m'a renovellés ma doleur, et por ce je sui mort plus que nul autre home». Et quant il a dites ceste paroules, il se taist qu'il ne dit plus d'une grant pieces, et est si mas et si pensif con <s'> il fust morz. Et Breûz, qi voit qu'il est duremant a malaisie, li dit par lui reconforter: «Hay5, sire chevalier! Reconfortés vos, et ne voz desconfortés si duremant! Certes si buen chevalier con vos est ne se devroit desconforter pour nulle aventure dou monde, car tele sunt les aventures que aprés grant duel
[p. 289]
revient grant joie». «Hay5, sire», fet m. Tristan, «se ensi me pooit avenir, con je seroie cheanz!». «Tot ce vos poroit avenir, et encore plus!» ce dit Breûz, et de cele paroule se reconforte mout m. Tristan. Quant il sunt venus a la porte, Breûz s'escrie: «Ovrés, ovrés!». Cil de laienz ovrent la porte maintenant, et rechoivent lour seingneur a grant peor et a grant doutte, con celui que ne doutoient gueires moin que la mort. Quant il sunt laienz entree, il desmontrent e [n] mi la cort. Et m. Tristan, qui comance a regarder tous entor lui, voit le manoir si biel et si cointe pour semblant que a piece mais ne en vit il un si biaus de celle grant. Si descendent adonc, et au descendre qu'il fait, dit Breûz a sa mesnie: «Ne servies pas moi a ceste fois, mais servies ceste chevalier qui est plus preudome de moi d'armes, et gardés que voz ne faichois autre». Et il dient que son comandemant firont il bien a tot lour pooir. Si s'en vienent a monseingnor Tristan, et se travaillient de lui servir tant con il puent. Il comande que l'en desarme premieremant li chevalier a l'escu vermoill, et il le font tot ensint con il le comande. Tout maintenant qu'il li ont hosté li hieume de la teste, et m. Tristan regarde li chevalier, il reconnoist que ce estoit un chevalier qu'il amoit de mout grant amor; poi a des chevalier au monde a cui il vousist greingnor bien. Et se aucun me demandoit qui estoit li chevalier que il amoit, je diroie senz doute que ce estoit li plus biaus josteor de tot li monde, ce estoit m. Hestor de Marés, li freres monseingnor Lancelot dou Lac. Quant m. Tristan le voit, il li cort les braz tandus, et li dit: «Haï, sire, voz soiez li tres bien venus! Or sachiez que de votre venue sui je mout joiant». «Sire», ce dit Hestor, «je ne sai encore qui voz estes; bien sachiez qu'il ha grant tenz passé que je ne vi chevalier que je ne desirasse plus a veoir que je ne faiz voz ore [n] droit, et por ce vos pri je que voz me disois qui vos estes». «Certes», fait m. Tristan, «enver voz ne me poroie je celer». Et lour le prent pour la main destre, et le trait a une fenestre, et li dit: «Je sui Tristan de onois, cui vos aimés tant con voz savés; et vos pri que voz ne disois chaienz mon nom, ne me faichois connoistre ne ci ne aillorz». «Sire», fet il, «<a> votre comandemant; ja pour moi ne serés reconneûs chaenz». Grant est la joie et la feste que li un conpangnonz fait a les autres; pieces mais qu'il ne se trevirent en leu ou aventures les aportastes, mais quant il sunt venus en un chastel, il sunt trop liez et trop joianz de ce qu'il se sunt ensi treconneûs. Quant cil de laienz hont ensi desarmés messire Hestor, il desarment m. Tristan, et puis li aporterent l'eive pour laver son cuel et son vix, et mantel par lui covrir. Autresint font a mesire Hestor. Mesire Tristan, qui tant est doulenz de madame Yçelt qu'il ne set qu'en doie dire, comance maintenant a penser qu'il s'est asiz delez Hestor, car maintenant li sovient dou grant duel qu'il a au cuer. Quant il li sovient de sa dame que li roi Marc a conquistee, a poi qu'il ne ragie de duel; se il a deleur, ce ne demandés. M. Uestor, que bien connoist, quant il le voit ensi penser, qu'il est doulenz et corruchiez, sanz faille set bien dont cest corrus li vient. Bien set senz doutte que ce est pour amor madame Yçelt, car il avoit ja bien oï conter comant li roi March estoit venus eu roiames de Logres, et li grant domajez q'il hi avoit fait, et comant il avoit conquista madame Yçelt, et l'en avoit menee eu roiame de Cornoaille de celui jor qu'il l'avoil conquistee. Por celui fait, ce set il bien, dont m. Tristan ha oï la verité, est si duremant dolent; autre achasion il ne puet avoir, et por ce ne set il en quel mainieres il le puisse reconforter. Puis que la perte li est avenue, set il bien que a grant poine et a grant travaill recovra mais sa dame, se il la velt avoir. Car li roi March, puis qu'il la tient en sa bailie, la fira assez miaux garder que onques ne fu gardee. Et se li roi Marc puet tenir Tristan en Cornoaille, nul ne 'l poroit gharentir qu'il ne le face morir de male mors, a ce qu'il ne het nul home autant con il fait m. Tristan. Messire Estor, que en toutes ces couses vait pensant, et connoist bien certainemant que pour autre couse four pour ceste ne est mesire Tristan corruciez, ne set il qu'en doie dire, four qu'il le veaut reconforter au mielz qu'il puet, et li dit: «Sire, ne vos esmaiez si duremant. Si buen chevalier con voz est ne se devroit mie esmaier por nulle aventure que li avenist, car celle aventure seroit trop grevose que vos ne peûst mener a ffin par force de chevalerie. Ja estes tel chevalier con nos savons, Dex voz a fait si preudomes et si puisant et si fort en toutes chouses que ne est ore nulle si fort cousez qe vos encomenciés de que voz ne venissiez a fin par fine force. D'autre part voz savés bien que vos avés tant de poissant amis et de parenz: premieremant li roi Artus et son ostel, et puis m. Lancelot dou Lac, qui tant vos aime con vos savés, et tot autre nostre lingnajez, que je ne sai ore [n] droit nul si grant sengneur au monde que voz li vousisiez faire
[p. 289]
gherre que voz ne le peûssiés chachier de terre a fine torce. Et quant voz avés si grant torce et par voz et par autre ne voz dovés esmaier pour nulle aventure dou monde; et se li roi March voz a mesfait de rien, et voz li avés rien de corrus, se m'aït Dex, voz le porés destruire en poi de tenz, et mettre un autre fois en prisonz, ensi con voz feïstes ja. Biaus sire, reconfortés voz, ne ne mettés sour voz tel duel, que je voz promet loiausmant qu'il ne demorera gramant, se vos un pou vos volés travaillier, que voz avrés en vostre bailie ce dont voz estes si corruciés. Confortés voz, car de prendre tel corrus sour voz con je voi que voz avés, ne apartient a nul preudomes con vos estez, puis qu'il peûsse son corrus vengier si bien con voz poés li vostre». Tant vait disant m. Hestor a m. Tristan, et tant li met avant paroules q'il se vaitmout reconfortant. Et dit a mesire Hestor: «Se m'aït Dex, trop m'est biaus que je voz trovai, que trop m'avés reconfortés de voz paroules. Je estoie hui come mort, quant voz me trovastes a la fontaine, mais ore [n] droit sui reconfortés por vostre sajes paroles, qui tant m'ont amendés qu'il m'est avix que je aie recovré ma perte, et que je aie vengié mon grant corrus. Diex me mande par bone aventure que je voz trovai, car voz m'avés garis». Mout estoit m. Tristan joianz a mervoilles de ce que li dit m. Hestor, et trop s'en vait reconfortant. Atant es vos entr'aux venir Breûz. Et quant il voit li dui chevaliers, il li prise mout par senblant, et dit bien a soi meïsmes qu'il ne puet estre que cil dui chevalier ne soient preudomes duremant. Mais il prise assez plus m. Tristan qu'il ne fait m. Hestor. Quant il est devant leur, il le salue, il se drecent contre lui et li rendent son salus. «Seingnor», fait il, «je voz en merci que voz degnastes venir e [n] mon ostiaus. Or sachiés bien que de vostre venue sui je mout liez, car preudomes me semblés andui. Mais por ce que je ne voz connois encore, sui je desiranz de voz connoistre. Je voz pri tant con je pooie prier chevalier que voz mes disois vostre nom ». «Hoste», ce respondi Hestor, «je voz pri, ne voz desplaist, car de noz ne savrés voz a ceste fois plus que voz en savés». «Hay5, seingneur», ce dit Breûz, «se Dex mes dont bone aventures, je ne voz demant ceste couse se pour amor non! ». «Biaux hostes», fait < Estor, «et je por cortoisie vos dirai mon nom, par convenant que vos le nom de cest chevalier ne me demandés: or sachiés de voir que hai nom Hestor de Marés». Quant Breûs entent ceste nouvelle, por ce que Hestor estoit l'ome el monde qu'il haoit plus mortelment por moutes hochaison, il mue color del grant duel qu'il n'a, si s'e [n] vait outre qu'il ne dit plus. De ceste chose s'aparquoit bien m. Tristan, si dit adonc a m. Hestor: «Or ne sai que sera, mes nostre ostes a mout grant cuer contre vos; je sui bien aperceûs par le senblant que je li vi or faire qu'il oï votre nom». «Or ne vos chaut», fait m. Hestor. Breû,s sen vait en la chanbre, et trove laienz la damoiselle arpant qu'il avoient hoï de la horz. Et hestoil une damoiselle qui tenoit laienz por lui qu'il amoit assez, et mout, se fioit: «Sire, qui sont le chevalier qui sont laienz herbergiez?». «Damoiselle», fet Breûs, «je ne sai lor nom fors que de l'un: li un a nom Hestor de Marés, mes il me senblent qu'il sont andui bon chevalier d'armes. Hestor me fait onte et vergoigne plus que chevalier que aventure l'aporte en mon hostel! Il ne se partera jamés que je ne soie vengiés de lui a ma volunté. Mais tout avant que je cominciasse ceste faite, voudroie je savoir qui est l'autre chevalier qui est laienz avec lui». «Qui cuidés vos qu'il solt?»fait elle. «Si m'aït Diex!» fait il, «Je ne 'l sai mie tres bien». La ou Breûs parloit en tel mainiere a la damoiselle, atant es voz venir une autre damoiselle qui dit a Breûx: «Sire, un des chevalier que vos avez laiens voz prie que vos li fachoiz venir laienz la da [mo] isselle qi arpoit orendroit ceenz, quant voz estiez la ors; il l'oïroit trop voluntierz arper, c'il voz plaisoit». «Li quel chevalier est», ce dit Breûs, «qui ce vos dit?». «Sire», fait elle, «ce est le greignor chevalier des deus». Et bien estoit verité, que m. Tristan estoit greignor chevalier que Hestor, un des greignor chevalier de la Table Reonde. «A celui», fait Breûs, «ferai bien sa volunté, car il me senble preudome». «Sire», ce dit la damoisselle que l'arpre tenoit, «je iroie voluntierz, c'il vos plasoit, et porterai ma harpe. Sachiez, si verai c'il a nul qui arper sachie». «Bien me plaist», fait Breûs. Atant s'en vait la damoisselle la ou li dui chevalier estoient, et Breûs remaint en la chanbre. Quant m. Tristan voit venir la damoisselle qui l'arpe tenoit, si se lieve encontre li, et li dit: «Damoisselle, bien soiez voz venue». «Sire», fait elle, «bone vie vos doint Diex». Atant s'asient, et m. Tristan prent l'arpe, et la comence a tenperer selonc le chant qu'il voloit dire. Et lor se torne
[p. 290]
verz m. Hestor: «Puis que ces dure novelles furent aporté, je chevauchoie un jor par la forest de Haut tout seul, sanz compagnie, tant dolent el tant esmaiés durement que je onques ne fui plus dolenz, si con je croi. Et descendi adonc devant une fontaine, el comenca a penser a moi meïsmes, et trova adonc en pensant que unques a nul jor del monde nul chevalier n'ot autant de dolors par amorz con je hai eû. De celle grand dolor fiz un lai, et cest verz voz voill orendroit harper <et sachiez qe onques ne furent arpé> ce de moi non». «Haï, Sire, por Dieu! Dite le! »faû Hestor. Et il les comence adonc, quant il ha sa arpe atenpré autre foiz; et comence en tel mainiere:

«D'amor vient mon chant et mon plor
Et d'iluec prent nascement
Cele fait que orendroit plor,
[En] non tout ce Dex m'ament.
5Et quant je voi apertament
Que cile m'aime si a son tor,
Quant je sui serf et elle est seignor,
Je l'aor con mon sauvement.
Lui serf tout ententivement
10Carje n'ai autre sauveor,
A lui enclin, a lui aor,
D'autre seignor ne n'ai paor.
A lui serf si veraiement
Qu'il n'a point de fausement».

Quant il a cestui lai finé, et chanté et arpé si fierement con cil qui savoit bien faire - car il estoit bien sanz doute un des chevalier del monde qui a celui tens chantoit miels -, il rent la arpe a la damoisselle, et dit: «Ma damoisselle, je hai fait ce que je soi». «Certes», fait elle, «de ce que vos en avez fait, me tiegne a mout bien <apaié et dis bien> que ja ne m'eûssiez vos dit vostre nom, si coneûsse je par la arpe que vos estez m. Tristan, car il n'est hore en cestui monde nul chevalier qui de sa arpe ce ceûst si bien entremettre con vos savez. Et de ce que je n'avoie ja oï dire par main [t] e foiz a plusor gent, vos eûsse je bien coneûs seulement por la harpe, sen oïr vostre nom». «Damoisselle», fait il, «puis que vos le dites, et je le vos otroi». La ou la damoisselle parloit ensint a m. Tristan, es vos entr'elz venir Breûs. La damoisselle se drece maintenant, et le trait a une part, ei li dit: «Cist est m. Tristan, de cui vos demandés hui». «Certes» fait il, «je le croi bien ». «Sire, vos savez quel chevalier il est, et de quel pooir. Por Dieu, gardé voz que voz ne comandés devant lui chose dont il se corruchast a voz, que encontre lui ne porriez voz durer por qu'il se corruchast». «Damoisselle», fait il, «Dex m'en gart que je mete ma [vie] en si grant aventure que je Tristan corrucast, que je n'ai pas orendroit chaienz en force, et se bien la force en avoie orendroit, si ne li feroie je chose qui a enui li tornast, car il me fist, n'a encor grans tens, une bonté si grant quil me delivra de mort. Et M. Blioberis de Gaunes, qui occire me voloit por un mesfait que li avoie fait - et ocis m eûst sanz faille -, mes m. Tristan me delivra par sa cortoisie. Et se je, aprés celle bonté qu'il me fist tout novellement, li prochacoie orendroit le doumaje de son cors, ce seroit bien la traïson greignor que nul chevalier peûst faire; de ce m'e [n] gart Dex, a cestui point! ». Lors s'en vient a m. Tristan, et li dit: «Bien soiez vos venus; or sachiez que puis que je sai que voz estes m. Tristan, je ne sai nul servise que je vos puisse faire, et que je cuidasse qu'il vos pleïst que je ne voz feïsse tant con vos seriez saienz a ceste foiz. Et bien sachiez, sire, que vos l'avez deservi». «De ce vos merci je mout, bel oste», fait > m. Tristan, «or sachiez que je vos teingne ore [n] droit a plus cortoiz que je ne fasoie hui, quant je vi qe enchauciés la damoiselle». «Sire, bien puet estre», ce dit Breûz. «Biaux hoste», fait m. Tristan, «je sui en votre hostel, la vostre merci que m'i amenastes, ne encore ne sai votre nom; je voz pri que voz le me disois». «Sire», ce dit Breûs, «ne firai ore, et voz pri que ne vos en poise; tant vos promet je bien loiaumant qe je le vos dirai avant que nos departonz». «Et je m'en souffrai atant», fait m. Tristan, «puis que je voi que vostre voluntés est tel». Atant es voz venir laienz un des vallet Breûz, et dit: «Sire, cist seingneur poent mangier quant vos plaiera, car le mengier est aparoilliez». «Aportés donc l'eive», fait Breûz, «que je cuidoie qu'il aûssent ja mengiez ». Maintenant sunt les tables mises, li chevalier se laivent et s'asient, et sachiez qu'il furent adonc servi si bien et si richemant con c'il fussent estés en un plus riche hostel qu'il n'estoient.
[p. 290]
Mes tot adés regarde m. Tristan Breûs, et Hestor dit bien a soi meïsmes que cest est le plus fellon chevalier dou monde, et le dit en soriant a monseingnor Tristan. Et il respont: «Et que vos chaut de sa fellenie, quant voz ne i trovés se cortoisie non?». Et il respont: «Sire, vos dites miaus que je ne di, et je m'en taierai atant», lor comencent a paller d'autre chouse. A grant seulas et ai grant desduit menuient celui soir li deus conpangnons en la maisonz Breûz. Hestor avoit dit tant paroules de confort a m. Tristan qu'il se vait mout reconfortant, et dit a soi meïsmes que huni est li roi March; se il le puet tenir as mainz, «ja home ne le garentera que je ne l'ocie». Grant joie moinent celui soir. Aprés souper, quant m. Tristan se fu une grant piece desduit a l'arpe, et il ot arpé le Lay de Chievrefoil, il dit: «Alonz dormir, que tenz en est». Et une damoiselle dit: «Sire, dormir poés quant il voz plaera, car li lis sunt aparoilliés». «Or alon!» fait m. Tristan. Si se issent adonc de la sale, et s'en vienent en une chanbre mout richemant aparoilliés: eu plus biaus des deus lis fu couciez m. Tristan, et en l'autre m. Hestor de Marés. Celle nuit dormirent mout buen, car travailliés estoient duremant, ne a piece mais ne avoient trovés si buen hostel con celui. Et sachiés bien que celle fu la primiere cortoisie que Breûz feïstes onques a nul preudomes, mais il fist plus celle bontés pour grant doutte de monseingnor Tristan que pour bien qu'il lour vousisse. Mout pense en qel mainiere il peûsse retenir m. Hestor pour mettre le en prisonz, mais il ne voit comant il le peûsse faire, tant con m. Tristan fust avech lui, et por ce le laisse atant a ceste fois d'ore. A l'endemain, quant il ajorne, il se lievent li dui conpangnons, et demandent lour armes, et l'en lour le aporte maintenant. Et quant il sunt armés, il demandent conjé a Breûz, et leur le done mout voluntierz, mes mout est duremant iriés de ce qe messire Hestor li eschanpe si quitemant; se il le tenist en sa prisonz, il li cuidast chieremant vendre maint grant anui qu'il li avoit ja fait avant qu'il issist de sez mainz, mes il ne puet a cestui point. M. Tristan regarde Breûz, et Breûz est avech eaus montés ausi con c'il vousist avech elz chevauchier, et fait la porte ovrir. Et quant li deus chevalier sunt hors de la porte, il s'arest: «Hoste», fait m. Tristan, «pour qoi ne chevauchiez voz?». «Sire», fait Breûz, «que je ne n'ai hore voluntés; je vuoil caens remanoir». «Hostes», fait m. Tristan, «encore ne me diestes vos mie votre nom, si m'en poise, car bien sachiés que voz m'avés fait tant de henor en vostre hostel, car je sui tenus a rendre voz guerardon en tous les leu ou je voz treuvasse mais. Et por ce voussise je mout voluntierz savoir votre nom, c'il voz plasoit». « M. Tristan», fait Breûz, «quant vos volés mon nom savoir, je le voz dirai: je ai nom Breûz Sanz Pitié. Je cuit bien que maintes fois avés ja oï parler de moi». Quant il a dite ceste paroule, il fait mettre une barre par devant sa porte, si que ci [ci] l dui chevalier voussisent retorner, qu'il ne peûssent entrer dedenz la porte. Et quant m. Tristan entent cest paroule, il comance a rire: «Breûz», fait il, «se Diex voz saut, por qoi voz serrez en tel mainieres encontre nos?». «Por ce», fait Breûz, «que je ne ai cure de vostre retor, car quant je me sui partis de voz si sauvemant, je m'en teingne a trop bien paiés. Trop avoit avech moi fort enemis tant con vos i fustes». «Comant», fait m. Tristan, «me tenés voz adonc a vostre enemis?». «Certes, m. Tristan», fait Breûz, «ce voz me deïssiez que voz me fuissiez buen amis, i ne m'oseroie pas mout fier, car je sai que li conpainz de la Table Reonde ne m'aiment onques. Comant poroie je cuidier que voz m'amissiez? Je ne i me oseroie fier!». «Breûz, Breûz», ce dit Hestor, « celui que ne a en soi foy, ne se puet fier en autre! Pour ce ne vos poés voz fier e [n] noz, ne e [n] nul autre preudomes, car voz cuidiés que chascuns ait si pou de foy en soi con vos avés! ». «Hestor, Hestor», ce dit Breûz, «se Diex mes doint bone aventures, quant voz estes eschanpés de chaenz si quitemant, bien poés seûremant dire que ce ne est pas par trop grant amor que je aie en voz, ainz fu par doutte de m. Tristan, que ci est. Et se il ne fust avech voz, ne aûssiés estés en autre maisonz que en la moie; il voz a gités de mes mainz, et non mie vostre proesse! Et puis que vos en estez hors, gardés que voz ne i retornés un autre fois, que, si voiremant m'aït Diex, con vos ne troverois pas adonc si cortois Breûz con voz avés hore trové; les dés voz seroient changié. Et cest cortoisie que je voz ai ore faites, le me fist faire la bonté de m. Tristan, car onques mais ne fui cortois ne serai a jor de ma vie, se peor ne le me fait faire». Messire Tristan comance a sorire, quant il entent ceste paroule. Autresint fait m. Hestor. «Breûz», fait m. Tristan, «qui que se vait de voz plaingnant, je m'en lou, car cortoisie ai trové trop grant en voz». «Or ne voz chaut», fait Breûz, «ceste cortoisie achattera
[p. 291]
encore chier aucun autre dont je ne avrai mie si grant peor con je ai de voz. Tuit li mien hostes ne seront pas plus fort de moi». «Breûz», fait m. Tristan, «voz m'avés tant de cortoisie faites que je voz comant a Dieu nostre Seingneur. Et si voz promet come chevalier que je voz firoie ausi grant cortoisie con vos avés fait a moi, se je venoie en leu ou je vos conneûsse». «Or sachiez», fait Breûz, «que vos ne me troverés en leu que je me face avoz connoistre, que je peûsse ne a voz ne a conpangnons de la Table Reonde. Car il sunt tuit mes enemis, pour quoi je ne vuoill lour conpangnie, Diex m'en gart! Certes ne la vostre meïsmes ne desir je pas trop». Messire Tristan se rit des paroules Breûz, et <Hestor> di [t] en soriant>: «Breûz, puis que nos somes ca dehors, et vos estes en vostre tor, voz est bien aseûr, vos ne avés garde de moi a ceste fois. Je ne die mie quant que je pense, mes toutes voies voz merci je de la bielle chiere que voz m'avés fait en vostre hostel». «Je ne quier merci avoir four que fellenie seulemant!» fait Breûz. Atant se partirent li dui chevalier, qu'il ne tienent autre parlemant a Breûz, forz tiel con je voz ai conté. Et quant il <se> sunt mis a la voie, il cevauchent tout celui jor pour la foreste, que grant estoit et mervillieuse, et entrerent adonc eu roiames de Norgalles, que bien estoit riche roiames et delitables terre, et bien garnie duremant et de cités et de chastiaus. «M. Tristan», ce dit Hestor, que autre fois avoit ja chevauciez parmi le roiames de Norgalles, «savez voz en quel païs noz somes ore [n] droit entree?». «Certes nenil», ce dit m. Tristan, « et nonpourquant encore cuidoie je bien estre eu roiames de Logres ». «Non estes», fait il, « biaus sire, ainz somes eu roiames de Norgalles, en tel païs ou il a assés de fors passajes as chevalier herrant, ou l'en treve bien sovent joustre qui joustre vait querant, et chevalier fort et hardis, par celle foy que je voz doi, et bien usés de joustre et de battailles. Je voz promet loiaument que en ceste païs troverés voz bien chevalier pour chevalier, et preudomes i se poent bien sovent fois esprover. Je ne sai or nul païs ou je ne chevauchase plus hardiemant que par cestui. Car en cestui païs treuve l'en adés aventures soir et main». «Certes», fet m. Tristan, «puis que en ceste païs treuve l'en si soventes chevaliers con voz dites, je ne m'en parterai piece mais, ainz le chercherai de toutes pars, se je onqes puis, pour esprover se li chevalier de Norgalles sunt si preudomes des armes con sunt ceaus dou roiames de Logrez». «Sire», ce dit Hestor, «je voz promet loiaumant que voz i troverois maint preudomes et maint buen chevalier et de fier ardiment». «Tout ce vuoill je bien», fait m. Tristan, «de si preudomes homes con voz dites vuoill je trover», fait m. Tristan, «et je en sui mout desirant». En teus paroules chevaucent tant celui jor par la forest. Il vont tout adés parlant de chevalerie et d'av [en] t [u] res. M. Tristan est ore [n] droit assez plus a eise qu'il n'estoit devant. Devant aloit il morant de dolor, mes ore [n] droit il alait disant m. Hestor tantes paroles de joie et de confort qu'il se vait auques reconfortant. Mesire Hestor li a promis qu'il li fra conpangnie jusque en Cornoaille, se aventures ne li depart, ou la volunté de m. Tristan ne i s'acorde. Et quant il vient entor hore de none, il aprochent adonc a une fontaine, ou il truevent .VI. chevaliers et une damoiselle qui se seulachent enluech, car mengié avoient envoieusemant devant la fontaine. Et se aucuns me demandoit qui estoient li chevalier, je diroie que li un estoit le fiz au roi de Norgalles, buen chevalier et preuz et vaillanz et ardi duremant, et estoit appellés Geon. Tuit les autres estoient sez chevaliers, et li tenoit pour suen conpangnons. Il avoit fait enluech venir une jentilz fame de Norgalles, qui amoit pour amor, et por amor de celle estoit enluech asemblee, et menoient tel envoiesure. Li chevaliers estoient venus tuit armés, et encore estoient il armés de toutes annes four que de lour heumes. Et maintenant qu'il voient verz eaus venir li chevaliers herranz, qui armés venoient tout le grant chemin de la foreste, il comencent entr'aus a dire: «Ci poronz nos joustre trover, car veés ci venir deus chevalier herrant. Il sunt deus, bien nos porons contr'aus esprover». Li fiz li roi fait lacier son ieume au plus astivemant qu'il puet, et apelle un des conpangnons en celle beiçonge. Et quant il sunt andui montés, <il se metent> e [n] mi le chemin, il comencent a crier tant con il puent, «Seingneur chevalier, a jouster vos estuet, c'il voz plasoit, par le costume dou roiames de Norgalles». «M. Tristan», ce dit Hestor, «ne voz disoie je bien voir? Or sachiez que voz ne troverez gramant chevaliers pour le roiames de Norgalles que de joustre ne voz appellent, pour qu'il en soient a eisiez. Et encore voz firont il tant de cortoisie que, c'il ne vos plasoit de jouster, qu'il ne voz en firon ja force».
[p. 291]
«Se Diex mes dont bone aventures! Il sunt a loer de ceste costume», fait m. Tristan, «et de ce qu'il sunt si chevalleureus! Or qoi respondiron noz a ceaus que de jouste nos appellent?». «Certes», fait m. Hestor, «la primiere jouste que eu roiamez de Norgalles nos est presentés ne refuseron nos mie, par moi consoil, ainz asajeronz comant il sevent ferir de lanse, et lour monsterons, se Dieu plest, que meillor sunt li chevalier aventereus que ne sunt li chevalier dou roiames de Norgalles». «Voz dites bien», fait m. Tristan, «or en prenés li un et je li autre». Leurs n'i a deleament nul, ainz laissent celui pallemant, et laissent corre li deus encontre li deus. M. Tristan laisse corre au fiz au roi de Norgallez, et le fiert si roidemant en sonvenir qu'il li fait les archon voidier, et le porte a la terre, et fu auques desbriçiez de celui cheoir, car fellenessemant fu abatus. Hestor abat les autres. Quant .IIII. chevalier que a la fontaine estoient remés voient ceste aventure, il sunt duremant iriés, et pour ce qu'il vengieront voluntiers la honte lour seingneur, c'il poent, corrent il a leur hiaumes, si le font lacier tantost, et puis montrent au plus vistemant qu'il poent, et recomencent les joustes. Et leur avient en tel mainieres qu'il furent les autres deus abatus: m. Tristan abati li un, et Hestor les autres. Li autre dui qui remés estoient, quant il voient ceste aventure, il en sunt si duremant esbaïs qu'il ne sevent qu'il en deûssent dire. Li un de cist dui chevaliers estoit niez au roi de Norgalles, si jeune bachalier que encore ne avoit plus de .XXII. anz. Mes il estoit si preuz et si ardis et si fors, et si bien esprové de chevalerie puis qu'il fu noviaus chevalier, que en tot li roiames de Norgalles ne trovoit l'en a celui tenz nul chevalier de celle region que contre lui ouçast enprendre nulle grant force. Que voz en diroie? Cil estoit la flor et la rouçe de Norgallez de chevalerie et de bonté, et estoit si jeune enfanz con je voz ai contés, et de sa bonté parloit l'en en la maison li roi Artus, et en maint autre leu. Quant il vit que .IIII. leur conpangnons estoient en tel mainiere abatus, il montrent sour lour chevaus au plus vistemant qu'il poent. Quant ce vient as glaiviez baissier, li chevalier dont je voz conte s'en vient par messire Hestor, et le fiert si e [n] mi le pis que, vuoille messire Hestor ou non vuoille, il le fait flatir a la terre. Et fu de celui coux mout enavrés e [n] mi le piz, si qu'il li convient a sojorner plus de deus mois avant qu'il peûssent porter arines aaisemant. Et fu la chouçe pour quoi la conpangnie de messire Tristan et de messire Hestor remest adonc, et pour ce s'en ala m. Tristan en Cornoaille, ou il morut si cruelmant con nos voz conteronz. Ensint fu m. Uestor enavrés et abatus con je voz conte. M. Tristan abati son conpangnons mout cruelmant, et li fist une grant plaies eu coste senestre. Et leur bliçe sez glaivies, dont il avoit li trois chevaliers abatus. Quant le fiz au roi de Norgallez voit que messire Tristan s'estoit delivrés en tel mainieres de toutes les joustes, il dit au chevalier que avech lui estoit abatus: «Se m'aït Diex! Preudomes est li chevalier herranz que en tel mainieres a abatus .III. de nos chevaliers! Bien est chevalier esprové, et bien fu forte celle joustre dont li chevalier estrange fu abatus, et bien est ardis et buen chevalier et de haut afaire». «Voz dites veritez, sire», dient les autres chevalier. Et li chevalier sanz doutte, que Hestor avoit abatus, estoit Ercles appellé. Quant m. Hestor se voit abatus, il se relieve vistemant irez et doulenz de grant mainieres de ce qu'il se voit a la terre, et de ce q'il se sent enavrés. Atant es voz venir m. Tristan devant lui, que li amenoit son chevaus, et li dites: « Montés, sire! » et il monte. Et m. Tristan voit maintenant qu'il est enavrés, si li dit: «Sire, comant voz sentés voz?». «Sire», fait il, «je me sent bien, la Deu merci, et nepourquant je sui un pou enavrés, et se je peûsse, je m'en vengianse prochainemant, se li chevalier que mes a abatus ne refuse la battaille de moi». «Sire», fait m. Tristan, «ne voz corruciés se li chevalier voz a abatus, car tous jorz avient tele aventures as chevalier errant, ne seroit mie senz de conbattre, puis que voz estes enavrés. Mes laissiés sour moi cest fait, que je vos vengierai, se je puis, et nepourquant je vos di bien que preudome est li chevalier, et de chevaliers estranges ne vi a piece mais un meillor ferior de lanse de lui. E se voz, que l'en tient au meillor ferior de lanse qui soit en la maison li roi Artus, l'aûssiez apris de lanse, si en set il assez. Or laissiez sour moi ceste fait, si verez que avendra; se sai je bien, que puis que li chevalier voz a abatuz, il ne laiera mie cestui fait atant, ancois m'apellera de joustre». «Sire», ce dit m. Hestor, «je le croi bien». Atant es voz venir Hercles; quant il ont son poindre parfonis, et
[p. 292]
tient son glaiviez encore entier dont il ot Hestor abatus, et quant il est tornés sour monseingnor Tristan, et li dit: «Sire <chevalier>, or sont tuit noz conpainz a la terre four que noz dui; se Deus voz dont bone aventures, faissié le bien!». «Et que volés vos?» fait m. Tristan. «Je le voz dirai», fait Hercles, «se voz ne voz sentés trop grevés de joustes qe voz avez faites, jostron tant entre moi et voz que li un de noz veingne a la terre, <et> cui Diex en dora le onor, si l'ait». «Certes», fait m. Tristan, «il m'est avis que ce ne me deûssiez voz requiere, aprés ce que je avoie .III. de voz chevaliers abatus, ensi con vos poés veoir». «Voz dites bien voir», fait li chevalier, «ne je ne vos en requier mie, c'il ne voz plest. Et se de vostre voluntés ne vient, je voz en quit, je di bien apertement que assez avés fait de .III. chevaliers abatre; mes se voz volés plus faire chevalerie, faire le poés». «Certez», fait m. Tristan, «se vos ne me aûssiez apellez, je m'en seroit souffret atant con je n'ai fait; mes puis que appellés m'en avez, je jousterai, car je sai bien que voz l'e [n] me tornerois a coardie, se je voz en falloie. Or mes faites venir un glaiviez, car li mien est bliçez, et puis recomencomes le joustre, et cui Dex en dorra le onor, si le preingne». «Ce me plaist bien», ce dit li chevalier; lour fait aporter un glaiviez, si le fait baillier a monseingnor Tristan. Messire Tristan, que bien voit que de grant force est Hercles, et qe mout set de joustre, descent de son chevalz, quant il voit que sanz joustre ne puet remanoir. Il regarde son chevaus que ne li faille rienz, et quant il a regardé, il monte, et dit a Ercles: «Huimés sui je aparoilliés de la joustre faire, quant je autre merci ne puis en voz trover». Ensint comencent le joustres li dui chevalier devant la fontaine. Monseingnor Tristan laisse corre au chevalier, et cil autresint a llui, et se trefierent de si grant force con il puent dou chevaus traire. Et quant ce vienent au joundre, si se trefierent si duremant que les glaiviez volent en pieces. Aprés l'esfrocier des lances, il se treûrterent de cors et d'escus si roidemant que li plus fiebles convient a force aler a la terre. Hercles, que ne avoit mie si grant force con avoit m. Tristan, est si duremant encontrés qu'il ne a force ne pooir qu'il se teingne as archonz, ainz vole a la terre si atornés qu'il ne a menbre que ne se doille. Et sour ce est il si duremant estornés qu'il ne set c'il est nuit ou jorz. Quant m. Tristan voit ceste couse, il s'en vient por un glaivies qui dreciez estoit a un arbres, et le prent, pour ce qu'il ne voloit mie d'eluech departir sanz glaiviez, c'il peûst. Et quant il en est saissis, il dit a monseingneur Hestor: «Sire, chevaucon, c'il voz plaist, car noz somes delivrés de cest chevaliers, la Dieu merci». «Sire voir», fait messire Hestor, «Dieu merci et la vostre». Atant se mettent a la voie, qu'il ne font autre demorance. Et quant le fiz au roi de Norgalles voit que li dui chevalier s'en vont en tel mainieres, et qui les hont ensint desconfit, il monte, et vient a m. Tristan, et li dit: «Sire, parlés a moi, c'il voz plaist». «Dites, biaux sire», fait m. Tristan. «Sire», fait il, «se noz voz apellames ore de jouster, ne voz en dovés savoir mal gré, car tel est la costume dou roiames de Norgalles. Mes aprés ce que noz voz avon asajé en tel mainiere, et connoisonz apertemant vostre valeur et votre proesse, noz dison ore bien que nos voz dovonz honorer tant con nos peons, et de ce sui je apareilliés dou faire. Et vos pri tant con je puis prier chevalier errant, si preudomes con voz estes, que vos demorés huimais avech nos; il est ja bien hore de vesprez, et se voz de noz departés que voz ne remanssiez, sachiez que voz ne vendrois huimais en leu ou voz soiez tant honorés con voz serez avech noz. Et meïsmemant chevalier que se sunt entreprové doivient plus voluntierz remanoir ensenble que avech autre; pour ce voz pri je que voz remanoiz huimais, avech noz». «Qui est voz», fait m. Tristan, «que de remanoir avech voz me priez?». «Certes», fait il, «ce ne voz celerai je mie: or sachiez que je sui le fiz au roi de Norgalles, et tuit cist chevaliers sunt a moi». «Certes», fait m. Tristan, «je ai conpangnons sanz la cui voluntés je ne remandroie mie. Voiremant, c'il veaut remanoir, je remandrai voluntierz, pour ce que si bel m'en priez, et por ce que cortois chevalier me senblés». Lors s'en vient ver m. Hestor, et li dit ce dont li filz au roi de Norgalles le prie, et il respont qu'il ne veaut hore herbergier, ainz chevauchera avant. Lors dit m. Tristan au fiz li roi de Norgalles: «Sire, noz ne remanderonz ore mie, car encore ne est tenz de herbergier, et pour ce vos comandons a Dieu ». «Sire», ce dit li chevalier, «quant ensi est, que voz pour ma priere ne volez remanoir, or voz pri de tant que voz mes diés vostre nom». «Sire», fait m. Tristan, «sauve votre grasie, ne le vos dirai ore mie». «Certes», ce dit li chevalier, «ce poise moi mout chierement. Mes or me dites: ou cuidiés voz anuit herbergier?». «Ne sai certes», fait
[p. 292]
m. Tristan, «noz herbergieronz la ou Dieu voudra». Si s'en vait outre entre lui et m. Hestor, qui a grant poine chevaucoit, car duremant se sent enavrés; si demande a monseingnor Tristan: «Sire, fust voz onques eu roiames de Norgalles?». «Oïl», fait m. Tristan, «autre fois hi ai estés voiremant, mes je ne me i connoisoie mie quant je intrai ore [n] droit, mes ore me reconnois». Ensint chevauchent. Et quant il ont auques chevauchiez, m. Hestor dit <a> monseingnor Tristan: «Sire, il comence a vesproier: se voz savés quel part nos poonz huimais herbergier si entornes?». «Certes», fait m. Tristan, «je sai bien que ca devant maint une jentilz dame que bien henore de tout son pooir li chevaliers herranz. Se noz la estionz venus, je sai bien qu'elle nos fira henorer et servir de tot son pooir; alon a cel hostel, ou nos seron tost, ce me senble, car noz en somes auques prez». «Sire», ce dit Hestor, «voz que savés la voie, alés avant, et je irai aprés». «Voluntierz», fait m. Tristan. Lorz se torne a senestre forz dou grant chemins, et vont droit pour le pié d'une montaingne. Et Hestor comance a regarder, et voit au devant desus la montaingne une tor fort et mervillieuse, et nepourquant ansiene estoit duremant. «Dex», fait m. Hestor, «qui puet hore mandre en tel tor, qui tant est riche pour semblant?». «Certes», fait m. Tristan, «nul ne i maint, ce se ne est de novel, car il ne a mie gramant de tenz que li chevalier que avoit la tor mantenue fu ocis. Et au tens qu'il vivoit, di je bien qu'il n'avoit, e [n] nulle terre que je seûsse, nul si felun passajes con estoit cestui, car le chevalier de la tor estoit de si tres grant force qu'il ne pooit onques trover chevalier que tant fust de haut proessce qu'il ne l'ociestes ou qu'il ne le preïstes. Et quant il ne le prenoit, si l'ocioit, et quant il le prenoit, si le mettoit puis en prison, ensint que jamés ne ne isoit. Et sachiez, m. Hestor, que a celui tenz qu'il morut, avoit il bien en sa prison jusque a .XX. des conpangnons de la Table Reonde, que tuit estoient preudome et buen chevalier. Et cil li avoit tuit conquis par son cors, ne jamés de celle prisonz ne fussent delivrés mais il furent delivrés, ensint con il plet a Dieu». Quant m. Hestor entent ceste paroules, il dit a monseingneur Tristan: «Sire, pour Dex, dites moi comant avoit nom li chevalier que voz dites qui avoit si grant force». «Certes», fait m. Tristan, «l'en l'apelloit Lucanor le Grant: il estoit bien san faille de la plus tresmisuree force que je onques veïsse a home». «Et quant il estoit si fort con voz dites», fait m. Hestor, «comant fu il ocis, et qui l'ocist?». «Ce ne voz dirai je mie», fait m. Trïstan, «et je voz pri que ne voz en poise». Et lour apercoit bien m. Hestor que m. Tristan l'avoit ocis, si en est hore [n] droit plus desirant de savoir que devant, et por ce dit il autre fois a monseingnor Tristan qi l'avoit ocis. M. Tristan respont: «Puis qe je voz voi si desiranz de savoir le, je le voz dirai: or sachiez que je meïsme l'ocis». «Et quant l'ociestes vos?» fait m. Hestor, «or est mestier, c'il vos plest, que me disois en quel mainieres l'ociestes, si me porteroit l'escouter, car le chevauchier m'anui a ce que je sui auques enavrés». «Quant voz plest que je ce voz die», fait m. Tristan, «et je le voz dirai; or escoutés. Bien fu verités que Lucanor li Granz fu de ci mervillicuse force con je ai conté. Il gardoit a celui tens tout le cheminz par ou nos passon ore [n] droit, et le gardoit en tel mainiere que nul si fort chevalier li venoit qu'il ne l'ociestes ou ne le enprisonast. Longemant garde cestui passajes et chemin con je voz conte, qu'il ne venoit tout au desus de touz ceaus que ca vienent avant, et tant que aventure m'aporte par de ci. Et quant cil de cest païs m'ont contés le grant maus qu'il fasoit, je dis a moi meïsmes que l'en ne me devroit mie tenir a chevalier se je ne m'asajoie contre lui. Lour veing je cest part, et quant je fui ca venus, et je comenchai a demander la ou je le pooie trover. Li laborant meïsmes que me virent ceste part venir, me comencent a crier: 'Sire chevalier, ne alez, ne alés avant a vostre mort!' Je, de paroule qu'il me deïssent, ne me pris peor por moi, ainz alai avant toutes voies. Et trovai adonc Dynadan, qui se venoit adonc esprover. Quant j e le vi, je en fui trop reconfortés, si me dist: 'Ca devant est li jeanz que nos queronz, mais por ce que je veing avant de voz cest part, voz pri je que voz me laissiez primierement esprover, et, c'il me conquiert, adonc voz poroiz mettre au fait'. Je li otrai ce qu'il me demandé, et chevaucames jusque cel flum ou il avoit un mout biaux arbre, que l'en l'apelloit l'Arbre dou Jeant, por ce que desous cel arbre se venoit le jeant repouser plus voluntierz que n'autre leu. Delez cel arbre avoit un pavilonz tendus, le plus blaus et le plus riche que je eûsse veû piece. Dynadan, qui aloit avant armés de toutes armes, quant il vint pres dou pavilonz, il s'escrie: 'Lucanor le Grant, venés avant!' Et ciuant le jeant entendi que Dynadan l'appelloit en tel mainieres, il monte sour un grant destrier,
[p. 293]
armés de toutes armes, et s'en vient ver m. Dynadan. Et fist adonc le jaiant une chose que je teing a grant mervoille, car, quant il ot bliçez son glaiviez sour Dynadan, que miaus se tient en selle qu [e] je] ne quidoie contre si grant coux de lanse, il gette le bras avant, et prist Dynadan, et le lieve des arconz si legiermant con c'il ne li grevast rienz, et le mist devant, <sour> le cuel de son chevaus, et l'en voloit porter ver la tor. Quant je vi le jaiant qui enportoit un des meillor amis que je avoie au monde, ne demandez se je adonc fui esbaïz. Je hurtai maintenant li chevaus de sporons, et li comenchai a crier: 'Laissiez li chevalier, laissiez li chevalier!', et il le laisse maintenant por corre sour moi. Quant je le vi sour moi venir, si grant et si fort con il estoit, je lassai corre maintenant, et le quidai abattre de mon glaiviez. Mes je ne poi, car fieremant se tenoit en selle. Il bliçe son glaivie sour moi, en tel mainiere s'en passe outre. Et quant je vi que je ne l'avoie abatus, or sachiez bien que je ne fui pas adonc si aseûr con devant. Je mis main a l'espee, et dist que or alast tot en aventure, si m'en veing ver le jaianz l'espee droite contremont, et fist adonc un des mervillieus coux que je feïsse, a mon escient, en toute ma vie. Car la ou li jaianz estoit auques armés, si le feri si duremant que li fis la teste voler auques loing de lui, et li cors cheï a la terre tot herrament. Quant [il] vi [t] le grant coux que je avoie fait, Dynadan me dist: 'Tristan, Tristan! Se m'aït Dex, a cestui avés voz bien moustré qui Tristan est!' En tel mainiere con je vos ai conté fu li jaiant ocis, et li chevaliers que enprisonés estoient, delivrés». M. Tristan fait a Hestor: «Or m'avés fait conter ce qe je ne voloie, car certes chouse que je face ne conte mie voluntierz». «Certes», fait m. Hestor, «ici ot une mout belle aventure! Je ne voudroie ne e [n] nulle guise que voz ne la m'aûssiés contee». En tel mainiere parlant dou jaiant, que d'autre fait ne tenoient adonc parlemant, chevaucent tant qu'il vienent chiez celle dame dont m. Tristan avoit parlé. Celui soir M. Tristan regarde la bleceûre de m. Hestor, si trueve qu'il estoit duremant breciez, et que remanoir li convient a force. Laenz demore m. Tristan .III. jorz avech Hestor, puis se parti m. Tristan, et dist que desormais voloit chevauchier ver Cornoaille, car assez avoit demoré au roiames de Logres, et tant hi a perdu duremant que jamés celle perte ne cuide recovrer, se aventure ne l'aïde trop. Un jor avint, aprés ce que m. Tristan se fu partis de m. Hestor de Marés, que quant il fu auqez pres aprochié de la mer, il entre en une foreste. Il estoit travailliés duremant, et seul chevauchoit il ausint, et pour ce remest i [l] devant une fontaine. Et pense que enluech dormeroit celle nuit, et l'endemain se mettroit au chemin, et vendroit tost a la mer, car pres n'estoit. Quant il fu descendus devant la fontaine, il pense de son chevaus aaiçier au miaux qu'il puet, et le laisse aler paistre quel part qu'il li plaist, et demore enluech toute la nuit. A l'endemain se mist a la voie, et tant fist q'il vint a la mer, et treuve adonc Sacremor, q'il retient a sa conpangnie. A celui dist il qu'il le merra en Cornoaille avech lui, car cist est cortois chevalier et jentilz home. Si entrerent andui en une nef errant, et tant font qu'il vienent en Cornoaille, et se met en un chastel Dynas, que trop fu liez de la venue Tristan, et est esbaïz duremant. Quant la reïne Yçelt set que li son chier amis estoit venus en Cornoaille, se elle fu liez et joieuse ne 'l demandés: elle fist tant que m. Tristan vient a li parler et qu'il fu avec li. Un jor estoit m. Tristan entrés en sa chanbre, [etl la reïne arpoit et disoit un lay qu'il avoit fait. Et Audret l'entent, si le vait conter au roi March, et li roi Marc se travaille puis tant qu'il feri Tristan d'un glaiviez enveniné, que Morgain li avoit baillé. Tristan estoit touz desarmés, si que li roi le feri mortiausmant panni l'echine. Quant li roi a fait celui coux, il s'en vait, car il ne l'ouse pas atendre Tristan. Quant m. Tristan se sent si feru qu'il connoist bien a soi meïsmes q'il est feru mortiaumant, il ne puet li roi March atendre, et por ce s'en vait d'autre part. Si s'en vait en la cort aval, et monte sour le primier chevalz qu'il treuve, et s'en vait hors de Tintajol droitemant au chastel Dynas. Et se coucie tot maintenant, et dit qu'il est morz, car cestui coux li dorra la mort sanz faille. Quant Dynas ot ceste novelles, fieremant est desconfortés, et Sacremor en plore forment, con cil que mout amoit m. Tristan de grant amor. Tristan se plaint nuit et jorz, con cil que grant dolcur endure. Li mire le vienent veoir, mes noient est que nul li saiche doner conseill a celle plaie, ainz dient bien comunement qu'il est mort. Tristan se plaint que le mal sent: il souspire souvent, et magrist et enlaidist trop laidemant. Et si formant est enpirés que, ancois que un mois fust
[p. 293]
aconplis, nul que devant l'aûsse veû ne le reconneûst. Il ha si grant poine qu'il ne se puet remuer pas, il crie et braia pour le grant doleur qu'il sent ausi come fors dou senz. Sez conpangnons, et ceaus que le connoissent, plorent devant lui pour la grant doleur qu'il vait soufrant, car bien voient certainement qu'il est mors. Et il meïsmes le connuit bien, si faisent tuit cil d'entor lui. Et quant li roi Marc ot et entent qe Tristan se muert sanz douttance, et qu'il ne puet eschanper, mout est plus liez qu'il ne fu a piece mais. Or a joie, or ha leesse, car bien li estoit avix que se Tristan est morz, il ne troveroit home dedenz Cornoaille qui contre lui se ouçast drecier. Or a il tout ce q'il velt, quant il set certainement qe Tristan se muert. Il mande chascuns jorz veoir comant Tristan la fait, et l'en li aporte tel novelles que bien li plaisoit, car l'en li dit certainemant qu'il se muert, et qu'il ne puet mais loingnemant vivre. Mout a grant joie li roi Marc, onques ne fu si lié de couse que li avenist, con de ce qe Tristan muert. Audret en tresaut tout de joie: cil dui en font joie pleinere. Mes qui liez et joianz en soit, la reïne en est courruchiez de tot son cuer: elle en plora et en fait male fin, et dit bien qu'elle morra de ceste duel. Et, s'elle pour doleur ne morra, qu'elle s'ocira de sez deus mainz, car aprés Tristan ne voudroie elle mie vivre un seul jor, ne ne fist elle. Ensint se mantienent diversemant entre li roi March et la reïne, car li roi est mout liez de la mort Tristan, et la reïne en est tant doulenz que poi que li cuer ne li creve cu ventre. Et tot en soit li roi March liez de celle mort, si dit bien qu'il veroit trop voluntierz Tristan avant qu'il morust. Et au dereain, quant l'en li conte comant angoisieusemant Tristan se moine, et con il dou tot est chargiez de mal que nul le reconneûst, tant est enpiriés, il en a pitié en son cuer, ne ne se puet tenir ausint con en plorant. «Certes», fait, «ce est domajes de la mort Tristan, que, au mien escient, jamés une si bone lance ne sera recovré eu monde con la suen estoit, et, c'il ne fust si desloiaument menés verz moi con il se menoit, l'en le petist prisier sour toutes chouses sour touz li chevalier dou monde». Quant li roi set certainemant por celz que li aloient veoir que Tristan aprouce de fenir, adonc a prime se comance a repentir de celui fait, et dit a soi meïsmes qu'il ne puet estre que de ceste mort ne li veingne encore grant mal. Or se repent duremant, or voudroit il qu'il n'aûst mie creû a Audret, car en Tristain, ce voit il bien, a il ocis toutes bontés terreines, et tous li monde l'en hunira et blasmera, et celz meïsmes que pour Tristan le douttoient, le doutteron moinz huimais. A ce vait pensant li roi March, que pitié a de son neveu; ensi la char le sesmont: or voudroit il qu'il ne l'aûst onques fait. La reïne, que tant a duel qu'elle ne desire four la mort, moine son duel et jor et nuit, et s'en cele par li roi, et elle voudroit bien que li roi Marc l'ociestes, si fineroit adonc de suen duel. Elle meïsme s'apercoit bien qe li roi s'en vait repentant. Et quant les novelles li sunt dites que Tristan trait a ffin si duremant, qu'il ne puet mais durer plus de .III. jorz ou de quatre, elle dit: «Muire quant il voudra, car certes je li firai conpangnie celui jor meïsmes: ensi fenirai en tel mainieres ma doleur!». Tel parolez dit la reïne, quant l'en li dit que Tristan estoit a ffin. Elle plore si forment que les lermes li cheent des iaux si espessemant et si fondee que tout devant le pis n'estoit moilliés jusque as piez. Et li roi meïsmes n'estoit assez plus corruciez qu'il ne fasoit le semblant. Quant Tristan sent en soi meïsmez qu'il ne puet mes durer se petit non, il dit a Dynas: «Mandés au roi March qu'il veingne a moi; je le veioie voluntierz avant que je morisse; je ne li sai pas si mal gré de ma mort con je sa a Audret. Et c'il me veaut veoir morir, si veingne ca hastivemant, que je morrai desormais». Dynas mande heramant au roi March ces novelles. Quant li roi entent ceste couse, il comance a plorer mout fort, et baisse la teste, et dit si haut que tuit ceaus que entor lui estoient l'entendirent bien cleremant: «Hay5, las!» fait il, «con je ai maux fet, car je ai ocis mon cier neveu, li meudre chevalier dou monde! Je ai toute chevalerie hunie! ». Li roi ne quiert deleamant, ainz monte et moine avech lui tel conpangnie qu'il soit bien seûr au chastel Dynaz. Quant il est au chastel venus, l'en li ovre la porte. Cil entre dedenz trop doulenz et trop corruchiez; il descent, et monte en la tor ou Tristan gisoit, si enpiriez de toutes couses que a poine le puent le roi connoistre, et comance a plorer fort quant il le voit. Quant Tristan voit li roi March venir, si se veaut lever en son seant, mais il ne puet, car il ne a mie tant de pooir, car trop est afoiblez, duremant. Et leur se couce adonc: «Oncles», fait il, «bien veingnés; voz
[p. 294]
est venus a ma dereaine feste, et a ma mort estes venus, que voz avés tant desiriés. Or est vostre joie aconplie, quant Tristan est venus a ffin! Tristan est morz, par tenz verés ce que voz desiriés, car Tristan verés finer hui ou demain; je ne puis mais en avant corre, tant ai corru con je puis; mes ci m'a la mort atint. Hay5, roi Marc, qui tant desirast ma mort, et voz cuidastes vostre preu faire de moi ocire! Mes ce est plus votre domajes qe vostre preuz. Et, se Diex ait merci de moi, encore sera hore que vos voudrois avoir donés la moitié de vostre roiames que voz aûssiés Tristan mors; mes ensint est avenus, car autremant ne puet estre». Et quant il a dites ceste paroules, il se taist, et comance a plorer mout fort. Li roi, que bien voit et connoist qu'il est alés en toutes guises, ne puet respondre, ainz comance a plorer mout fort. «Oncles», ce li a dit Tristan, «ne plorés, que, se Diex ait merci de moi arme, votre plor que vos vient hore de leesse, vendra encore a certes, <et> voz perdés bien plus en Tristan assés que voz ne quidiés. Oncles, tant seulemant feïstes or pour moi, et pour cortoisie de voz, et ce est la dereaine requeste que je voz face, ce est que voz madaine Yçelt feïstes venir devant moi, si que je la voie a ma fin, et qu'elle me voie finer. Si sachiez veraiement que je morrai hui ou demain, por ce desir je sour toutes chouses qe je la voie a ma mort». «Niez», fait li roi, «da qoi voz volés que la reïne veingne a voz, elle vendra maintenant», et leur mande par li. Et atant es voz la reïne venir celui jor meïsmes. Mes bien sachiez qu'elle est doulenz et triste tant que plus ne poroit, car elle desire la mort, pour qu'elle set veraiemant que Tristan ne puet eschanper. Et quant morir li convient, or voudroit elle ore [n] droit morir. Mout li seroit doux la mort, se elle li venoit ore [n] droit; elle ne prie Dieu d'autre chouse mes que la mort veingne tost, pour qu'elle muire avech Tristan. Or est venue Yçelt au lit ou Tristan giçoit. Quant Tristan voit Yçelt venir, celle qu'il tant amoit, et qu'il desiroit tant a veoir, voluntier se drecast encontre li, mais ne puet. Toutes voies fait il tant con il puet, ce est de paller: «Dame», fait il, «bienveingnés vos venés. Mes ce est tart, ce m'est avix, car vostre venue ne me puet faire seucors. Et qu'en diroie, chiere dame? Mort est Tristan, que voz ja tant amastes. Il ne puet mais en avant durer, tant s'est conbatus con il plus puet. Mais il ne puet mes en avant, et por ce li convient finer. Et qe voz en diroie, ma chiere dame? Morz sui, et voz le poés veoir». La reïne, que tant est triste qu'elle ne puet plus, plore et souspire de quer parfont, et quant elle a pooir de parler, si dit: «Tristan, biaux amis», fait elle, «est il donc en tel mainiere que a morir vos convient ore?». «Dame oïl», fet il, «senz faille il convient que Tristan muire hui ou demain, qui tant ot ja pooir et force. Veez qel bras, ma chiere dame? Ce ne sunt pas les bras Tristan, qui soloient tiel coux doner, ainz sunt les braz d'une home mort: il n'i a mes pooir ne vigeur. Mes ormés saiche li monde que Tristan est au declin, a fin sunt tuit suen fait. Cil qui tant puet et que tant vaut, et que tant fu douttés eu monde, gist ci mors con une scorce; toz li pooir qu'il soloit avoir est fallis. Hay5, las! Con fu celui coux doloreus qui sour moi fu feru, car touz li monde en sera enpovriz et abassiee!». Et la reïne, quant enten ce, elle demoine tel duel et si coralz que nul ne 'l poroit conter, et aime miaux de morir que de vivre. Tristan se plaint qui le mal sent, et tot celui jor est en tel guiçe qu'il ne dit ne plus ne moin. Nul d'eaus ne en tret nulle paroules: il n'i a un seul qe mot die, mais il font tuit coiement duel. La reïne, que tant est triste qu'elle ne demande for la mort, est toute voics devant lui celui soir et la nuit autresint. Il a laens tel luminaire que tuit voient mout clers, for que Tristan, a cui est auques troblee la veuve des iaus. L'endemain, quant il ajorne, et Tristan sent que li jorz est auques clerz, il s'esforce adonc atant de parler con il puet. Il dit si haut que tuit cil que enluec estoient l'entendirent bien: « Hay5, Diex! » fait il, «que porai dire? Ci est le mien dercain jor; en cest jor me convien finer, jamés autre jor ne verai, en cestui jor sera alenti dou tot Tristan, qui tant puet et tant vaut. Hay5, Sire Diex! Por coi soufrés vos si tost finer ma vie?». Quant il a ditez ceste paroules, li duelz comance si fort por laienz et si granz et mervillieus qu'il ne poont greingnor faire. Il meïsmes plore fort con cil que grant pitié a de soi, qu'il connoist bien qu'il est a fin venus. A chief de piace parole Tristan: «Hay5, Sagremor!» fait il, «biaux doux amis, c'il voz plaist, aportés moi mon espee et mon escu; je le vuoill veoir avant que l'arme se part dou cors!» et puis dit: «Ha las! Qe firai je?». M. Sagremor, qui tant est dolenz car poi que li cuer ne faut, aporte
[p. 294]
l'escu et l'espee. Quant Tristan voit delez lui sez espee, dit il a Sagremor. «Sagremor, biaux amis, treiés l'espee fors dou froure, si la verai plus cleremant», il le fait ensi con il le comande. Quant Tristan voit sez espee, qu'il connoist a si bone qu'il ne quide mie que au monde n'eust une meillor, il souspire de cuer parfont, et puis dit tout en plorant: «Haï, espee! Que ferés voz desormais? A cestui point voz departés voz de vostre seingneur! Certes ja si buen ne avrés jamais, ne serés tant doutés con voz fustes jusque ci: voz perdés ci votre henor», et lour comance a plorer mout fort, puis se taist une grant pieces. Li duel est si grant pour laienz que l'en ne dist le Dieu tonant. A chief de piece, paroule Tristan autre fois a Sagremor, et li dit: «Sagremor», fait il, «biaux doux amiz, desormais comant a Dieu toute chevalerie; ormés preing je a lai conjé. <Mout> l'ai aimé et henoré, et mout ensausee et escreûe! Tant le onorai con je poi, mais desormais ne sera plus henorés par Tristan», et lors se taist. Et recoinence <a chief> de piece: «Sagremor», fait il, «biaus doux amis, dir m'estuet, je ne puis plus ceste fait celer: volez hoïr mervoille, et tot la greingnor senz faille que voz onques dissiez? Lax! Coment le dirai je? Toute foy le dirai; certes force le me fait faire, je ne puis mais en avant, Sagremor, qu'en diroie tout la plus hentouse paroule que Tristan onqes mais diestes, convient que je die ore [n] droit. Haï, lax! Comant m'istra de ma bouce? » et lors se taist autre foiz. Et puis redit: «Sagremor, ne 'l puis plus celer: je sui vencuz, onqes si villeine paroles ne issi de ma bouche ». Et quant il a dites ceste paroule, il comance a plorer trop fort, assez plus aigremant qu'il n'avoit fait nulle foiz. Et quant il a ci esforciemant ploré une grant piec2e, il regarde Sagremor tot en plorant: «Je sui vencus, je vos puis bien rendre mes armes, et je le voz rent; et qu'en diroie? Je voz rent ma chevalerie. Touz feit et toute proessce et toute chevalerie m'estuet desormais laissier; et je le lais outre mon gré, car force de mort le me fait faire. Hay5, lax! Si grant domajes rechoit la Table Reonde en cestui jor en la mort d'un seul chevalier! Palamidés, preuz chevalier cortois et vaillanz, plein de valor et de bien, ci remaint la notre haïne. Jamés sour Tristan ne ferrés, ne Tristan sour voz; le notre estrif est remés. Palamidés, biaux doux amis, de Tristan corne la recreûe, jamez Tristan ne voz vera, ne voz lui. Par dever moi faudra l'estrif <que voiez faire; la mort fait enci remanoir toute le grant estrif> de noz deus. Hay5, Dynadan! Biaux doux amis, ici faut la notre conpangnie; or sui plus fieremant gabbés que gabber ne me soloies. Vos ne serés pas a ma mort, mais je sai bien que encore en ferés maint plaintes, tristez en serés et doule [n] z, quant voz hoïrés dir que je sui morz. Ha, m. Lancelot! Comant vos perdés a cestui point et ior buen amis et chevalier qui tant voz amoit! Hui depart nostre conpangnie; la mort, que ne a pitié de moi, la fait a force departir. Ha, Sagremor! Biaux doux amis, ces trois qe je voz ai ci només me salués de ma part, et lour dites seûremant que je muir doulenz et tristez de ce que si tost faut la notre conpangnie. Et l'espee que je tant amai, por ce que je ne puis mon cors presenta a la Table Reonde, mi preçentés, et priés a mes conpangnons qu'il faicent onor a mon espee, qant a moi ne le puent faire. Et Diex le set veraiemant, de con grant cuer je les amai, et con je prochachai de tot mon pooir le onor de la Table Reonde, en quelque leu que aventure m'aportast! Pour ce devront il bien henorer mes armes, que je lour mant pour amor; je ne puis moi lour presenta, et lour present en leu de moi mon escus et mon espee, et lor diroiz que je sui tristes pour amor de chevalerie, plus que je muir si tost, qe je ne sui par moi meïsmes». Quant il a dites ceste paroules, il recomance son plor, et puis dit a Sagremor: «Traiez prez de moi celle espee, que je la peûsse touchier», et il la trait pres. Et il la comance a baiser, et le brand et le poim, et aprés baise son escus, et puis redit: «Hay5, lax!» fait il, «con il me greve quant je me depart de mez armes, et que laisse si tost chevalerie! Il m'est avix, se Dex me saut, que pour le cors d'un seul chevalier ne peûst avenir au monde greingnor domajes qu'il avendra ore por moi. Lax! Por coi fine si tost?». Aprés baise autre foys la spee et l'escuz autresint, et puis dit tot en plorant: «Huimais voz comant je a Dieu, que je ne voz puis plus regarder; le cuer me creve de doleur». Et puis redit a Sacremor: «Huimés poés prendre mes armes, je vos baille mon cuer et m'ame; enluech de moi le onorés, se vos onquez Tristan amastes. Quant voz serés a Kamaaloth, faites les mettre en tel leu que chascuns chevalier les voies. Tel ne me vi onques a jor de sa vie, quant il oïra de moi parler, et qu'il regardera mes armes, qui por moi fra maint regart. Pesmes et mortel fu l'aventure dou coux que li roi me doné; li inonde en est abaissiez villeinemant, et toute chevalerie en remandera deshoronés. Or vos ai dit ce que je dire vos voloie; a Dieu soiés vos tuit comandés».
[p. 295]
Quant il a dites ceste paroule, il se torne verz li roi Marc, et le comance a regarder tout en plorant. Et puis dit: « Oncles, se Dieu voz saut, qe voz est avix de moi? Sui je hore celui Tristan que vos soloiez tant doutter? Non voir, celui ne sui je mie: <je sui> Tristan, qui par tristesse de chevalerie et dou monde est mors. Desormais estes au seûr que Tristan ne vos fira douter, jamais de moi ne avrés peor; hui faut l'estrif et rancune que entre nos ha estés si longemant. Jusque ci me sui conbatus en tel mainieres, toutes voies ne onques ne venoie au desous. Mais de ceste dure battaille ou je sui entrez en cestui jor, serai je menés a outrance; ci ne puis je ferir coux de lanse ne d'espee qui me peûsse garentir. Houtrés sui et vencuz sui dou tot, et est de si dure mainiere celui a cui je me conbat, qe merci crier ne me vaut rienz, [ainz me] convient morir sanz doutte, que [merci] ne pitié ne me vaut ne [ce ne] quoi. Onques voir, a mon escient de chevalier, ne veing au desus par force d'armes, c'il me valoit crier merci, que je ne n'aûsse merci et pitié. Mes en ceste mortiaus battaille ou je sui mis, ne me vaut merci crier; morir me convient par force, que ja merci ne trovai. Roi March, en ceste chanp perilieuz me meïstes voz, par un coux seulemant, a mort. Et quant je voi qu'il ne puet estre autremant, je le voz pardoing voluntier, et Dex le voz pardoint autresint». Quant il a ensi parlés au roi March, il se torne verz la reïne, et li dit: «Dame, je me muir; venu est l'ore et le tenz que ne puis mes aler avant. Certes tant me sui conbatus encontre la mort, con je poi. Ma chiere dame, et quant je muir, que ferés vos? Comant durerés vos aprés moi? Dame, comant poroit ce estre que Yselt vive sanz Tristan? Ce sera grant mervoille, con de poisson que vit sanz aigue, et con dou cors que vit sanz annez. Chiere dame, que ferés vos quant je muir? Ne morés voz avech moi? Si iront noz arme ensenble. Ha, belle douce dame, qui je ai plus de moi amee! Faites ce que je voz requier, qe voz morés o moi, si que noz moronz ensenble; par Dieu! Gardés que cestui fait ne soit autremant». La reïne, qui tant a duel que pou que li cuer ne li creve, ne set que doie respondre: «Amis», fait elle, «se m'aït Dex, il n'a ore nulle chouse au monde que je amasse tant con de morir avech voz, et con de vos faire conpangnie a ceste morz. Mes je ne sai comant je le peûsse faire; et se voz le savés, si le me dites, et je le firai heramant. Et se pour avoir doleur et angoisse dovroit nulle dame morir, se m'aït Dex, je fusse morte plusor foiz, puis que je veing harsoir caenz, car je ne croi pas que nulle dame fust onques tant doulent que je ne soie encore plus. Et c'il fust a ma volunté, se m'aït Dex, je moroie orendroit». «Ha, douce dame», fet m. Tristan, «voudrois voz adonc morir avech moi?». «Amis», fait elle, « se m'aït Dex, onques mais tant ne diserai nulle choçe». «Non?» fait il, «donc sui je trop liez, et avendra, se Deu plaist; et certes, selonc mon avis, ce seroit vergonge se Tristan morust sanz Yçelt, qui est une chouse et un cuer et une arme. Et puis qu'il est en tel mainieres, ma douce dame, que voz morir volés avech moi, il est mestier, se Dex me saut, que noz moron andeus ensenble. Or m'acollés, c'il vos plaist, car ma fin s'aprochie mout; je sui Tristan que sui venus au declin». La roïne plore mout fort, quant elle entent ceste paroule, si fait li roi Marc: sanz doutte il mostre bien qu'il est de ceste mort doulent outre meçure. Dynas, qui pres est de Tristan, fait une fin si doloreuse que nul ne diest adonc que voiremant l'amoit il de cuer, et si fasoit il sanz doutance. Sagremor plore, et tuit les autres. Il n'i a nul que ne prie Deu que la mort veingne prochainement; puis qu'il voient Tristan morir, tuit font doleur et plorer. Quant Tristan voit apertemant qu'il est a fin venus, et qu'il ne puet mes en avant, il regarde tot entor soi, et dit: «Seingnor, je muir, je ne puis plus vivre; la mort si me tient ja au cuer que ne me laisse plus vivre. A Dieu soiez vos tuit comandés». Quant il a dites ceste paroles, il dit autre fois a Yçelt: «Amie, or m'acollés, si que je fine entre voz braz, si finerai adonc a eisie, ce m'est avix». Yçelt se decline sour Tristan, et, quant elle entent ceste paroule, elle se pasme, et s'abaisse desus son piz. Tristan la prent entre sez braz, et quant il la tient en tel mainieres desus son piz, il dit si haut que tuit cil de laienz l'entendirent bien. «Ormés ne me chaut quant je muir, puis que je ai ma dame avech moi! ». Et lors s'estreint la reïne encontre son pis de tant de force con il avoit, si qu'il li fait le cuer partir, et il meïsme muert en cel point, si que braz a braz et bouche a bouche morurent li dui amant. Et demorent en tel mainieres enbrachiez, tant que tuit cil de laienz qui quidoient qu'il fussent en pasmesionz, voient tuit ele [re] mant qui estoient andeus mors, et que recovrie [r] n'i a mes. Mors sunt andui pour amor: autre reconfort il n'i a. En tel mainiere con je voz di morut Tristan li preuz por le amor madame Yçelt. A tel doleur et a tel angoisse morut Tristan
[p. 295]
con je voz ai contés, et pour le coux que li roi Marc li doné. Ensint morut por la reïne, car li roi Marc le fist morir, et la reïne, de l'autre part, morut pour le amor Tristan: ensint morurent andui pour amor. Tristan - que en celui tenz estoit li meillor chevalier dou monde, forz m. Galeat, le fiz monseingnor Lancelot dou Lac -, Tristan morut pour le amor Yçelt, <et Yelt> - que a celui tenz estoit la plus bielle dame dou monde, fors la reïne Ginevre et la fille li roi Pellez, la mere Galaaz - morut pour le amor Tristan: ensint finerent andui. Quant li roi March connuit que la reïne Yçelt est morte, a poi qu'il ne rage de duel: «Hay5, las!» fait il, «con grant doleur et con grant domajes et con grant perte m'este avenue en cestui jor! Je ai perdu quant que je avoie, et quant qe je amoie eu monde, quant je ai perdu mon neveu Tristan, qui bien estoit sanz faille la fior de touz li chevalier dou monde. Bien puis dir seûremant que je ai perdu tout henor: jamais nul home ne me douttera. Et quant je ai perdue Yçelt, qui je tant amoie, bien ai perdu mon cuer et m'arme; en toutes mainieres sui hunis, onques a roi terreine ne mesavint tant en un jor con il m'est hui mesavenu. Miaux me venist, se Dex mes dont bone aventures, que je fusse mort dou tot». Granz est li duel, granz est le plainte que li roi March vait demenant, si font tuit les autres de laienz: li un plaint Tristan, et li autres Yçelt; il n'i a nul que duel ne face. Tuit ceaus de Tintajol hi vienent, si font tuit les autres païs qui ceste novelle entendirent. Granz est li duel, granz est le plainte qui font li grant et li petit. «Hay5, Diex!» dient le jentilz homes de Cornoaille, «tant nos est il mesavenu, quant noz avori perdus Tristan, qui en pooir et en onor avoit tenus Cornoaille si longemant, con noz savon. Bien poon seûremant dire que tuit somes morz et huniz, et bien avon perdu nostre pere et tot notre meillor ami. Ormai dovon avoir peor et doutance grant que nos ne tornonz au servage d'Yrlande ensi con noz i fumes ja. Fellum guerardon et mortiaus a rendu li roi March a Tristan de la grant bonté qu'il li fist a celui point, et maint autres foiz. Il deûst miaux estre seingnor de Cornoaille par droit [que] li roi March ne deûst estre, car il selz les a defendus maintes foiz de maint grant perilz, et de maintes grant hontez par son cors tant seulemant. Hay5, las! Que doloreuse domages, et con grant perte recevra encore Cornoaille par la mort Tristan seulemant. Hay5, Tristan, fiorz de chevalier! Con noz seronz encor hunis et aviliz et vergongnié, puis que l'en savra votre mort! Sour noz vendront or cil d'Irlande, qu'il ne lairent e [n] nulle guiçe, car il noz remetront en servaige la ou nos fumes ja longemant. Et se cil d'Yrlande ne i vienent, si hi verront cil de Saisoingne, pour vengier celle grant honte qu'il recevent en Cornoaille ne a encore mie loing tenz. Sire Tristan, assez troveron huimais nemis par toz parz, puis que la novelle iert corrus par le monde que Tristan est mors. Qu'en diroie? Nos ne poronz eschanper que noz ne soionz de votre morte hunis. Sire Tristan, li roi Marz cuide son preu faire de voz mettre a mort en tel mainieres, mais il fist son domajes, qu'il en sera hunis sanz doutte, et sa terre en sera destruite, et nos en torneron arieres, el fait ou nos fumes ja». En tel guise con je vos di plaingnent cil de Cornoaille la mort de Tristan. Il n'i a nul que ne soit doulens et iriés de grant mainieres, fors que Audret. Tant seulemant a celui ne en poise mie de rienz, ce sevent bien cil de Cornoaille, et li volent maus de mort, et dient que encore vendra qui vengiera la mort de Tristan. Il ne puet autremant estre; li rois Artus ne est mie morz, ne cil de la Table Reonde, car amoient Tristan con c'il fust lour frere. Car li duelz est tiel en Cornoaille con se li <roi> Marz fust morz la plainte ne i fust pas si grant: tuit cil qui oïrent la novelle vienent droit au chastel Dynas, ou li cors Tristan estoit. Et quant il sevent que la reïne Yçelt est morte avech Tristan, il dient que ce est mervoille, toz la plus grant voiremant que onqez mais avenist de Tristan et de Yçelt. Quant li un est finé pour l'autre, bien ont mostré apertemant que l'amor dont il se tramoient ne fu pas a jeu, car tant con li seicle dure sera parlés de ceste amor. Et dient li fous et li sajez: «Ce est amor, et passe amor, con de Tristan de Leonois et de la reïne de Cornoaille!». Quant li baronz furent asenblés la ou li corz Tristan estoit dejoste li cors la reïne, li roi Marz, qui tant est dolenz car pou qu'il ne muert de doleur, fait prendre li corz andeus et porter j usque a Tintajol. Et dit qu'il fra andeus mettre ensenble, por ce qe tant se tramoient a lor vie, car li un ne pooit sanz l'autre demorer, ne nuit ne jor ne nulle hore dou monde. Et c'il n'estoient toz jorz ensenble, si hi estoient lour cuer et lour voluntez ensenble. Et por ce qu'il se tramoient tant a lor vie con je vos conte, li fist li roi March mettre ensenble, q'il fussent en
[p. 296]
lour mort a eisie ausint con il furent en lour vie. Qant li deus cors sunt mis en terre en la grant yglise de Tintajol, a tel onor et a tel hautesse que l'en ne peûst greingnor faire, li roi Marz i fist puis faire une sepouture si riche et si mervillieuse que devant ne n'avoit si riche en Cornoaille, ne puis [ne fu] mais, forz seulemant celle de Galeot, le fiz a la Jaiant, qui nasquist en Lointaines Islez. Et sanz faille celle tunbe de Galeot estoit si riche et si mervillieuse que onques ne fust <si> riche, ne ne sera; celle tunbe estoit toute d'or, et pleine des plus riche pieres presieuse dou monde, con de çafirz, d'esmaraus, de diamanz et de rubins, <et de diaspres> et de charboncles, et d'autre pierez riche assez. Et sachiez que cil Galeot fu princes et sire de .XXIX. roiames, et il ama tant m. Lancelot dou Lac con nul home poroit aimer autre; et je ne voz poroie conter li bien qu'il li voloit; et a la fin morut Galeot pour Lancelot. Mais nos voz laisseromes ore ceste conte, et retorneron a nostre matire. Or dit li contes que au pié de celle sepouture fist faire li roi Marz deus ymages, de qoi l'une estoit fait en senblance de chevalier, et l'autre de dame, et hi avoit lettres que disoient: "Tristan" et "Yselt".'Et sachiez que l'eglise ou li cors furent enterrés, ensi con je vos conte, estoit bielle et riche, et autemant aparoilliés de toutes richessez que a aute yglise apartient. Et chascunz des barons de Cornoaille se comancent a travaillier maintenant endroit soi que li dui cors i furent mis, pour amor de Tristan. E [n] mi celle yglise droitemant estoit la sepouture de deuz amanz, si riche que l'en ne trovast pas a celui point nulle plus riche au monde. Desuz la tunbe, ensi con je voz ai dit, avoit deus ymages droites de cuent entregettés, et estoient ces .II. ymagez ausi grant con un homes: l'une ymage estoit faites en senblance de chevalier, si belle et si cointemant ovré qui estoit avix a celui que le regardoit qui li chevalier estoit en vie. Et il tenoit sa main senestre devant son pis, ausi con c'il tenist les ataches de son mantel, et le bras destre tenoit il tendus ver la jent, et tenoit en celle main la spee toute nue. Et ce estoit celle espee meïsmes dont li Morolt fu ja ocis. Au plait de l'espee avoit fait faire li roi lettre d'or qui disoient: "Tristan". " L'autre ymage, que fait estoit en senblance de dame, avoit lettres e [n] mi le pis que disoient: "Ygelt". "Et sachiez que l'en ne peûst pas treuvera celui tenz en tout li monde deus ymages si bien faitez que celle ne fussent mielz. Quant Sacremor, que trop fu doulenz de la mort Tristan, ot tant demorés en Cornoaille aprés la mort de Tristan con il li ploit, il se parti, et vient a la mer, et passe houtre, et arive en la Grant Bretaingne. Et il portoit tot adés l'escuz Tristan covert d'un drap de soie batu a or, et portoit a son cuel pendue la espee Tristan; nulle autre spee il ne portoit. Et quant il fu arivés eu roiames de Logres, il dit que desormais se trairoit il ver Kamaaloth au plus bastivemant qu'il poroit. Un jor qu'il chevauchoit par une foreste, li avint qu'il encontre un chevalier armés de toutes armes, qui s'en aloit droit ver la mer, et venoit deverz la maison li roi Artus. Quant Sagremor le voit venir, il s'areste. Et li chevalier vient jusque a llui, et le salue, et Sagremor li rent son salus, et puis le demande: «Sire chevalier, dont venés voz? Fustes vos en la maison li roi Artus? Et savés vos novellez de celui ostel?». «Certes», ce dit li chevalier, «encore ne a mie deus jorz que je fui en celui ostel. Mes, pour la foy que je doi a Dieu, je ne vi onques celui ostel si desconfortés con il estoit a celui point queje m'en parti. Li roi ploroit si tendremant con c'il veïstes devant lui mort tuit li monde. Car celui jor meïsmes li estoit venus novellez que Palamidés estoit mors, <et li rois Bandemagus mori>, et Erech, le fiz Lac, mort, et tant des conpangnons de la Table Reonde que c'estoit mervoille a oïr. Li roi Artus, por ces novellez que l'en li avoit contés tot freschemant, estoit si duremant desconfortez que je ne quit mie qu'il se confort a piece mais». «E [n] non Deu», dit Sagremor, «ces novelles sunt <trop> mauveises pour henor de chevalerie, mes encore le aport je peor a cort, por la foy qe je vos doi. Sire chevalier», «e [n] non Deu», fait li chevalier, «donc sunt elle trop mauveise, quant elle sunt peor de ceste!». «Certes», fait Sacremor, «voz dites voir, mauveises sunt elle trop. Veez ci hore ceste escuz que je port et ceste espee? Or sachiez que ce furent l'es armes de si preudomes et de si bien chevalier qe pour l'aute chevalerie que je savoie eu chevalier, je ne ai pas tant de hardiment que je mette l'espee a mon coustee, ainz le port a mon cuel pendue, en tel guise con vos veez». «Diex, aïde!» fet cil, «qui fu celui qui tant fu buen chevalier con vos dites?». Et Sagremor comance a plorer, et puis respont tot en plorant: «Ce fu Tristan de Leonois, qui morz est ore tout novellemant. ce est bien domage a tot li monde!» «Comant», dit li chevalier, «est donc m. Tristan mort?». «Oïl certes», fait
[p. 296]
Sagremor, «morz est il veraiemant; veez ci sez armes que je port a la Table Reonde en leu de son cors, que desormais ne i puet il venir! ». «Hay5, Dieu!» dit li chevalier, «comant il est estranges domajes! Et se li roi Artus ne est doulenz de ceste novelez, il ne sera jamais. Or est la Table Reonde apovriés durement de preudoines homes, puis que Palamidés est mors, et li buen Tristan autresint». Aprés ceste paroule, demande Sagremor au chevalier: «Or me dites, biaus sire, vos qui de la cort venés: m. Lancelot dou Lac est il encore retornez de la queste qui onques mal fu comenciez? Et m. Hestor, et m. Blioberis de Gaunes, sont retornés autresint?». «Oïl», fait cil, «mes de celui lingnajez a chevalier assez mort en ceste queste; si i a il tant des autres, que li roi Artus se claime sovent fois roi chaitif et deshoronez». Aprés ceste paroule, se part li un da les autres. Li chevalier s'en vait son affer, et Sagremor chevauche tant qu'il vint a colt un lundi maitin. Et estoit li roi mout desconfortés des novelles que aloient chascun jor enpirant, et le greingnor duel qu'il avoit si estoit dou buen Palamidés. Celui ne puet il oblier, celui plaint il main et soir. Et <quant> Sagremor entre laienz, por ce qu'il estoit alés en Cornoaille avec Tristan, quant il le voient retorner, il quident tot voiremant qu'il aport bones novelles. Et quant li roi le voit laienz entrer, por ce qu'il ne l'avoit piece veû, se lieve il contre lui, et li dit: « Sacremor, vos soiés bienvenus! Quel novellez aportés vos de Cornoaille?». «Certes sire», fait Sacremor, «je ne le aport mie tel con je voussise, ne con il fust mestier a la Table Reonde. Mais or faites asenbler, c'il vos plaist, li conpangnons de la Table Reonde, si vos dirai les novelez que je aport». «Asembler?» fait li roi, «certes je ne le poroie faire, car plus en sunt mort de .XL. en ceste queste doloreuse, qui de male hore fu enplise!». Li roi fait monter sour la tor un vallet, et fait soner un mainel qe l'en pooit tot cleremant dir par toute la cité. Ne celui mannel ne sonoit l'en onques forz tant quant l'en voloit asenbler li conpainz de la Table Reonde. M. Lancelot vient courruciés et tant doulens que nul ne 'l puet reconforter. Tant a ploré pour amor de Palamidés qe mervoille est qu'il ne est mors de duel: il ne plaint nul se lui non, por l'aute chevalerie q'il avoit en lui trovee. Et quant il sunt asemblé en la maistre sale, cil qe en la cité estoient des conpainz de la Table Reonde, Sagremor lour moustre l'espee et l'escu Tristan, et lour dit: «Seingnor, je veing de Cornoaille. Novelles n'aport assez peor qe je ne voussise: Tristan li buen, li biaus, que dou monde avoit tout le priz, est mort; grant doleur et domajez a toz li preudomes dou monde. A celui jor qu'il morut me prié cil mout doucemant que je aportasse son escu et son espee. Por ce qu'il ne pooit venir ci, si fist il venir sez armes, por ce qu'elles fussent a l'autesse de la Table Reonde presentés: veés ci l'espee, veez ci l'escus, et ce est grant doleur que si preudomes <est> encore venus a ffin».
[p. 297]
Et quant il a dites ceste paroules, li duel comence pour laienz si grant et si forz et si mervillieus que jamais greingnor ne veroiz: il n'i a petit ne grant que duel ne face a son pooir. Et chascuns vait plaingnant Tristan, ce est la conplainte, ce est la regratte. Celui plaingnent il, desormais il se taisent de toz lez autres dont il fasoient duel devant, et plaingnent Tristan tuit. Pour Tristan est ore l'iverz tot retornés; Tristan lez a mis en tristor, tuit les a mors la mort Tristan. Li roi en est si adolenz que nul ne le puet reconforter; il ne prie for que la mort, et dit qu'il n'avra jamais joie. Monseingneur Lancelot, que tout en rage de duel, dit tot apertemant que desormais devroit tot li monde finer. Puis que li buen Tristan est morz, toute chevalerie est morte. Ceste doleur de la mort Tristan fu mantenus un an en la maison li roi Artus, en tel mainiere qu'il ne fasoient se duel non. Et pour Tristan seulemant li roi Artus en fist un lay, qui fu apelez le Lay Real. M. Lancelot en fist un autre, et maint autre chevaliers. La reïne Ginevre en fist un autre autresint. Et chascun jor qu'il fasoient le duel de Tristan, estoient li lay recordee. Et pour cel dolor portent tuit ceaus de la cort roubes noirez, et de la furent treuvé primieremant. Assez me sui or travailliés de cestui livre mettre a fin. Longemant hi ai entandus, et longemant ovree, et l'ai achevé, la Dieu merci, que le senz et le pooir m'en done: biaus dis et plaisans et delitablez ai mis par toz a mon pooir. Et por les biaux dis que i sont, et li roi Henrinz d'Engleterre a bien veû de chief en chief, et voit encore sovent foiz, con cil qe forment s'en delite, [li] est avix que por ce qu'il <a> assez plus trovés au livre de latin que tuit li traslaiteor de cestui livre, et n'ont encore tret en lengue franchoise, m'a il requis et prié pour soi et pour autre et por sez letres et pour sa bouce, qu'il a trové que mout chouses faillent en ces livres que en convendront a mettre, ne mettre ne se pooient desormais, que je autre fois m'en travailliasse de faire un autre livre, ou soit contenue tot ce que en cest faut. Et je, que sa priere et son comandemant ne oseroie trepasser, le promet en la fin de cestui livre con a mon seingnor, que maintenant que la froidure de cestui iver sera passec, et nos seronz au comencemenz de la douce saison que l'en apelle la saisonz d'avril, et adonc me serai aucuns poi repousés aprés le grant travaill de cestui livre, [en] que je ai demorés un an entier, si que je ai laissiez toutes chevaleries et tous autres seulas, me ritornerai sour le livre de latin, et sour les autres livrez qui sunt trait en franchois. Et porverai de chief en chief, et de ce que je verai que faudra et que je troverai eu livre de latin, je firai un livre entier, ou je conpilerai, se Diex plaist, tot ce que m.s. Luces dol Gaut, que primieremant comancé a treslaitier, et maistre Guautier Map, qui fist le propre livre de Lancelot, et m. Roubert de Boron, et je meïsmes que sui apellés Helyes de Boron, tot [ce] que nos n'avon menés a ffin, je aconplirai, se Dex mes done tant de vie que je peûsse celui livre mener a fin. Et je endroit moi merci mout li roi Henrinc mon seingneur de ce que loe le mon livre et de ce que li done si grant prix.
[p. 297]



(revised 28/02/2002 ) Rustichello da Pisa.
Elena Pierazzo

Crediti | Info testo

Nome utente:

Password:


Registrati


Informatica Umanistica

Università di Pisa